Rejoignez-nous

Santé

"Sur pieds, la dignité humaine reprend des couleurs."

Publié

,

le

Trois patients paraplégiques depuis plusieurs années ont pu remarcher avec l'aide de béquilles ou d'un déambulateur. Des chercheurs lausannois du CHUV et de l'EPFL ont appliqué une méthode améliorée combinant stimulation électrique et entraînement intensif.

Dans une double étude publiée mercredi dans les revues «Nature» et «Nature Neuroscience», Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch montrent qu'après cinq mois d'entraînement, les patients ont recouvré le contrôle des muscles de leurs jambes, jusqu'ici paralysés, même en l'absence de stimulation électrique.

L'édito de Ghufran Bron.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Opération dépistage aux HUG pour la Journée mondiale de lutte contre le Sida

Publié

le

L’Unité VIH des HUG était mobilisée ce mercredi à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Elle a proposé, comme chaque année, des tests de dépistage gratuits et rapides. Nathalie Fraile est infirmière responsable de l’unité VIH/SIDA aux HUG.

Nathalie Fraile Infirmière responsable de l'unité VIH/SIDA aux HUG

Plus d’une centaine de personnes ont franchi le pas ce mercredi. Des jeunes, principalement, mais aussi d’autres profils. Concrètement pour ce test rapide on vous prend une goutte de sang sur le bout du doigt et vous obtenez le résultat en 4 minutes.

Reportage

Rappelons que le test de dépistage du VIH coûte 55 francs habituellement. Il faut payer 100 francs de plus pour dépister les autres maladies sexuellement transmissibles.

Continuer la lecture

Actualité

L'épidémiologiste Antoine Flahault: "Je suis pour le retour des tests gratuits"

Publié

le

L'Europe fait face à un rebond épidémique du Covid-19 et l’Office fédéral de la santé publique a averti cette semaine: «La situation se détériore», «On ne prend pas la bonne direction», «La Suisse suit la tendance de l'Autriche».

Les cas doublent actuellement toutes les deux semaines. Tanja Stadler, présidente de la Task force scientifique a indiqué qu'une telle hausse doit être rapidement freinée pour éviter une surcharge des hôpitaux et pour protéger la population vulnérable. Antoine Flahault, directeur de l'institut de santé globale de l'Université de Genève, explique à Benjamin Smadja et Laurie Selli, les mesures à mettre en place pour éviter un confinement en Suisse.

Le canton de Genève annonce à son tour des mesures pour contenir la propagation du coronavirus. Dès lundi matin, le masque sera réintroduit dans tous les lieux fermés.

Si le canton de Genève demeure encore épargné en comparaison de certaines autres régions de Suisse, le Conseil d'Etat constate que l'augmentation du nombre de cas n'est plus progressive, mais exponentielle. Une telle situation n'avait plus été recensée depuis fin 2020, écrit-il jeudi dans un communiqué.

Le gouvernement estime que la réintroduction du port du masque obligatoire dans les espaces clos des établissements publics, des lieux de travail et de formation ou accueillant des manifestations est désormais nécessaire. L'arrêté qui détaille ces mesures entrera en vigueur lundi à 6h00 du matin. L'Exécutif incite toutefois fortement tous ceux qui le pourraient à les appliquer dès maintenant.

Moins de douze ans épargnés

Les établissements aménagés pour la danse ne sont pas concernés par ces mesures. Ils sont déjà soumis à des mesures renforcées de collecte des données pour leur clientèle, en sus de la vérification usuelle des certificats Covid.

A noter que ces dispositions ne s'appliquent pas aux enfants de moins de douze ans. S'agissant des écoles, le Conseil d'Etat valide le principe de réintroduction du port du masque pour les élèves au secondaire I (cycle d'orientation), dans le cadre des plans de protection spécifiques réservés aux milieux scolaires.

Le Conseil d'Etat rappelle que les contrôles de police seront intensifiés dans les établissements publics. Il attend une vigilance accrue de la part des exploitants de ces lieux, comme déjà annoncé mercredi.

Quinze personnes aux soins intensifs

Pour information, jeudi, 98 personnes sont hospitalisées aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) en raison du coronavirus. Parmi elles, 50 personnes nouvellement infectées, dont quinze aux soins intensifs et intermédiaires et 48 patients traités pour des soins post-Covid.

La vaccination étant le moyen le plus efficace de se prémunir contre le Covid, le gouvernement genevois encourage toutes les personnes de plus de 65 ans et les personnes vulnérables à s'inscrire en vue de l'administration de la troisième dose de vaccin ("booster"). Cette dernière sera bientôt également disponible pour toutes les personnes de plus de 16 ans.

Laurie Selli avec ATS

 

Continuer la lecture

Genève

HUG: Un outil en ligne pour tout savoir sur les symptômes post-Covid

Publié

le

Photo Archives KEYSTONE/Martial Trezzini

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ouvrent sur internet une plateforme interactive d'informations et d'échanges sur les séquelles à long terme que peut avoir le Covid-19. Il s'agit d'une première dans le monde francophone, indiquent mercredi les HUG.

La plateforme Rafael s'adresse aussi bien aux professionnels qu'au grand public. Elle permet à un internaute de déterminer s'il présente des symptômes post-Covid et de l'orienter ensuite dans le réseau de soins. Elle renseigne aussi sur les complications que peut entraîner une infection par le virus et leur prise en charge.

Selon les HUG, cet outil doit permettre de répondre à un manque d'information de la population sur les suites d'un Covid "qui comporte encore beaucoup d'inconnues et d'incertitudes". Les échanges et partages d'expériences entre patients et professionnels aideront à mieux comprendre les séquelles à long terme de la maladie.

La plateforme est dotée d'un "chatbot", un instrument d'intelligence artificielle qui permet de répondre immédiatement aux questions les plus fréquentes. Si la réponse n'est pas trouvée, l'équipe dédiée s'en empare et prend ensuite contact avec l'internaute afin de lui répondre, précisent les HUG.

La plateforme a été prénommée Rafael en référence à un patient d'une quarantaine d'années qui a souffert d'insomnie pendant plusieurs semaines après sa guérison de l'infection au Covid-19. Rafael a été l'un des premiers malades à avoir présenté des symptômes persistants post-Covid lors de la première vague de mars 2020.

La plateforme Rafael a été financée par la Fondation privée des HUG. Elle est accessible à l'adresse post-covid-hug.ch.

Continuer la lecture

Genève

Une tombola pour récompenser ceux qui se feront vacciner la semaine prochaine

Publié

le

© KEYSTONE/GAETAN BALLY

Genève veut donner une tournure festive à la vaccination. Une tombola sera organisée pour gagner des "Moments uniques genevois". Le canton ouvre également la troisième dose de vaccin aux plus de 65 ans.

A l’occasion de la semaine nationale de la vaccination qui débute lundi prochain en Suisse, les autorités genevoises vont organiser une tombola pour gagner, disent-elles des "Moments uniques" pour les personnes qui recevront leur première dose pendant cette semaine de vaccination.

Parmi les lots: une visite avec le vice-président du Conseil d'Etat de l'abri anti aérien du gouvernement; un tour sur le lac avec la police de la navigation; une descente en rappel avec la brigade de sécurité publique; la conduite d'un char sur le tarmac de l'aéroport ou une démonstration de la brigade des chiens. Pour participer, il suffira de remplir un des bulletins de participation disponibles au Palais Eynard, et de le glisser dans l'urne vendredi ou samedi. Cette action se poursuivra durant tout le mois de novembre. Mauro Poggia, Conseiller d'Etat en charge de la santé, précise que le but recherché ici n'est pas de récompenser ceux qui se feraient vacciner.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat en charge de la santé

Genève va aussi ouvrir une opération de vaccination inédite au Palais Eynard le vendredi 12 et samedi 13 novembre prochain, pour les premières doses. Un apéritif sera aussi organisé à l'extérieur du Palais, dans le Parc des Bastions. Le premier centre transfrontalier verra également le jour dans l'enceinte du CERN dès le mardi 9 novembre pour les employés de l'organisation européenne. Quant au dispositif mobile "Vacci-Road", il fera étape à Versoix du 18 au 20 novembre prochain.

Genève ouvre la troisième dose de vaccin aux plus de 65 ans

Autre nouveauté, une dose de rappel pour le vaccin sera disponible dès lundi. Elle concerne surtout les personnes de 65 ans et plus.  Le détail avec Nathalie Vernaz, pharmacienne cantonale.

Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale

Les personnes qui souhaitent cette dose de rappel peuvent s'inscrire sur la plateforme soignez-moi.ch ou par téléphone au 0800 909 400. Comme pour les premières doses, une équipe mobile se déplacera dans les EMS et les immeubles avec encadrement pour personnes âgées. Le dispositif mis en place permettra d'effectuer 1700 vaccinations par semaine.

La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi a rappelé l'importance du vaccin alors que la situation épidémiologique se péjore. Cette dégradation n'est pas une surprise, selon la médecin cantonale Aglaé Tardin.

Aglaé TardinMédecin cantonale

La baisse des températures pousse en effet la population à se retrouver dans des espaces clos. Le canton déplore entre 80 et 100 nouveaux cas par jour lors de la dernière semaine, soit une hausse marquée par rapport aux semaines précédentes. La circulation et la transmission du virus accélèrent avec une répercussion sur le plan hospitalier. Avec 78 hospitalisations, dont 12 patients soins de réanimation, le fonctionnement de l'hôpital n'est toutefois pas menacé.

ATS Keystone avec MH

Continuer la lecture

Actualité

Comment faire face à la détresse post-Covid des jeunes ?

Publié

le

L'épidémie de Covid-19 n'a fait qu'aggraver la santé mentale des enfants et des adolescents dans le monde. C'est ce que disait l'UNICEF dans un rapport publié récemment. L'organisation a réclamé davantage d'investissements.

"Les conséquences de la pandémie sont considérables et il ne s'agit là que de la partie émergée de l'iceberg. Avant même qu'elle ne survienne, bien trop d'enfants souffrant de problèmes de santé mentale n'étaient pas pris en charge", assure la directrice générale de l'UNICEF, Henrietta Fiore, dans un communiqué.

L'agence de l'ONU chargée de l'enfance a publié mardi un rapport sur la santé mentale des enfants dans le monde, dévoilé à l'occasion d'une conférence internationale sur la santé mentale organisée à Paris et intitulée "Mind Our Rights, Now!".

Pour aider ces jeunes en détresse l’unité de crise des HUG Malatavie reste disponible 24h/24 et 7j/7.

Ludovic Bornand, psychologue responsable de ce Centre de prévention de MALATAVIE unité de crise, a expliqué à Benjamin Smadja et Laurie Selli comment aider ces adolescents.

Il existe une Ligne Ados pour ces jeunes en détresse : +41(0)22 372 42 42

Au niveau mondial, "plus d'un adolescent sur sept âgé de 10 à 19 ans vivrait avec un trouble mental diagnostiqué" et "près de 46'000 adolescents se suicident chaque année, ce qui en fait l'une des cinq principales causes de décès pour cette tranche d'âge", selon l'UNICEF.

Education négativement affectée

Or, selon le rapport, "seuls 2% environ des budgets publics alloués à la santé sont affectés à la santé mentale dans le monde". La situation a été aggravée par la pandémie de Covid-19 et les restrictions qu'elle a entraînées.

"Au moins un enfant sur sept dans le monde a été directement touché par des mesures de confinement et plus de 1,6 milliard d'enfants ont vu leur éducation négativement affectée", souligne l'organisation.

"La perturbation du quotidien, de l'éducation, des activités récréatives ainsi que les préoccupations liées aux revenus et à la santé de la famille ont généré chez de nombreux jeunes un sentiment de peur, de colère et d'inquiétude pour l'avenir", poursuit-elle.

Dans son rapport, l'UNICEF appelle à "investir de toute urgence dans la santé mentale des enfants et des adolescents". "La santé mentale fait partie intégrante de la santé physique [...] Nous avons trop longtemps négligé, tant dans les pays riches que dans les pays pauvres, l'importance de comprendre cet enjeu et d'investir suffisamment dans ce domaine", insiste Henrietta Fiore.

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture