Rejoignez-nous

Actualité

Santésuisse veut des mesures concrètes d’économies

Publié

,

le

Une baisse des coûts de 3,1% par assuré a été enregistrée en 2017 dans le domaine des prestations hospitalières stationnaires. Une évolution qualifiée de réjouissante par santésuisse (image d'illustration). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’année 2018 devrait se solder par une plus faible hausse des coûts de la santé que les années précédentes. Pour santésuisse, il faut profiter du « répit actuel » et prendre des mesures concrètes afin de freiner durablement l’évolution des primes.

Les primes 2019 devraient connaître une croissance probablement inférieure à 3%, a indiqué mercredi santésuisse. Ce répit doit être utilisé pour prendre des mesures destinées à freiner sensiblement la hausse des coûts à long terme, selon l’association faîtière des assureurs-maladie.

Santésuisse exige de baisser le prix des médicaments. Elle propose notamment des comparaisons annuelles des prix avec l’étranger de tous les médicaments remboursés.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) n’a repris que fin 2017 le réexamen régulier des prix des médicaments après une interruption de trois ans. Le manque de pression sur les prix s’est traduit par une hausse de 4,6% des coûts des médicaments par assuré, contre 5,4% l’année précédente, déplore santésuisse.

En Suisse, le recours aux génériques, qui permettrait de diminuer les coûts, reste très inférieur à la moyenne internationale. Les génériques y restent aussi excessivement chers, déplore l’association faîtière.

Responsabilité individuelle

Santésuisse préconise également une planification sanitaire supra-cantonale dans les domaines ambulatoire et stationnaire et l’amélioration de la qualité et de l’efficacité des prestations médicales.

La faîtière plaide pour le renforcement de la responsabilité individuelle des assurés. Elle propose d’augmenter la franchise minimale et une taxe pour les cas bénins aux urgences. Elle préconise en outre des forfaits également dans le domaine ambulatoire.

L’an dernier, les coûts de l’assurance obligatoire des soins (AOS) par assuré ont augmenté de 1,7%, restant inférieurs à la moyenne pluriannuelle. Mais en l’absence de mesures concrètes, de fortes hausses menacent les payeurs de primes ces prochaines années, affirme santésuisse.

Transfert vers l’ambulatoire

Une baisse des coûts de 3,1% par assuré a été enregistrée en 2017 dans le domaine des prestations hospitalières stationnaires. Une évolution qualifiée de réjouissante par santésuisse.

Cette diminution ne doit cependant pas occulter le fait que les cantons ont progressivement augmenté leur participation aux coûts dès 2012 et qu’elle atteint 55% depuis 2017, note la faîtière. La tendance au transfert des prestations vers le secteur ambulatoire allège également les coûts dans le domaine hospitalier stationnaire.

Les coûts ainsi reportés sont toutefois entièrement à la charge des payeurs de primes. La hausse de 1,4% des coûts des soins ambulatoires hospitaliers est comparativement faible, estime santésuisse.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

« La France fait attention à ne pas se dresser contre le Conseil des droits de l’homme »

Publié

le

Mercredi, un millier de gilets jaunes s’étaient donné rendez-vous sur la Place des Nations. Leur but: rendre hommage aux victimes dans leurs rangs et dénoncer les violences policières. Les manifestants ont réclamé l’interdiction de l’arme suisse employée par les forces de l’ordre françaises, le LBD 40. Reportage au pied de la célèbre Broken chair:

Paroles de gilets jaunes

Une déléguée des manifestants a remis un dossier comprenant 288 témoignages et documents attestant des blessures subies par les gilets jaunes. Présent lui aussi Place des Nations, Jean Ziegler, sociologue et membre du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations donnait son avis sur les suites de cette démarche.

Jean Ziegler Sociologue

Selon les gilets jaunes, le bilan de ces derniers mois est lourd. L’organisateur de ce rassemblement, le savoyard Nicolas Mollier donne le chiffre de 12 morts et près de 2900 blessés. Dans la foulée de la manifestation, une délégation a été reçue à l’ONU. Nicolas Mollier nous raconte comment cela s’est passé:

Nicolas Mollier Organisateur du rassemblement

Le Conseil des droites de l’homme a indiqué à la déléguée des gilets jaunes qu’il se réunirait jeudi pour étudier le dossier et éventuellement rendre un avis.

Au sein des gilets jaunes, les revendications étaient aussi sociales. A l’image du discours de cette étudiante grenobloise dont la mère travaille dans la santé à Genève:

Une gilet jaune étudiante

Ecoutez aussi l’avis de cet ancien frontalier:

Gilet jaune qui travaillait en Suisse

@marie_prieur

Continuer la lecture

Le Club Sport

Le Genève-Servette a remis les peluches récoltées sur la glace

Publié

le

Les joueurs du Genève-Servette aux HUG lors de la remise des peluches

Le 11 janvier dernier, le Genève-Servette organisait sa 14e opération peluches! Au total 17’234 peluches ont été récoltées. Après avoir été triées et lavées, elles ont été remises aujourd’hui par les Grenat aux enfants hospitalisés aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

Pour cette événement, toute l’équipe du Genève-Servette était présente hormis deux joueurs blessés et dans l’incapacité d’être présents. Ce sont ensuite des petits groupes de 4-5 joueurs qui ont visités tous les services de l’hôpital des enfants, prenant le temps de discuter durant quelques minutes avec les enfants. 

Des enfants qui étaient d’ailleurs heureux de recevoir un nounours de la part des joueurs genevois:

Enfants hospitalisés aux HUG

 

« Un sentiment de gratitude »

Le 11 janvier face à Rapperswil. dernier c’est Jeremy Wick qui avait libéré la patinoire en inscrivant le 1-1 lors du deuxième tiers, provoquant ainsi la pluie de peluches. Présent mercredi aux HUG, le buteur était habité par un sentiment précis

Jérémy Wick Attaquant du GSHC

A noter que ce nombre de 17’234 peluches constitue un record en Suisse.

La pluie de peluches le 11 janvier dernier / Fred Curtet – curtetphoto.ch

 

 

Sébastien Telley

Continuer la lecture

Actualité

« C’est la France qui a tiré sur un de ses soldats »

Publié

le

Mercredi matin, 1000 gilets jaunes se sont réunis sur la Place des Nations. Une manifestation organisée par un savoyard de 30 ans, Nicolas Mollier. A ses côtés, un ancien militaire, reconnaissable à son béret. L’homme présente une cicatrice à la gorge. Le 1er décembre, il a reçu une balle tirée par un LBD 40. LBD signifiant «lanceur de balles de défense» et «40» indiquant le calibre. Ecoutez son témoignage:

Alain Hoffmann Ancien militaire blessé lors d'une manifestation

Son témoignage ainsi que celui de 287 autres victimes apparaît dans le dossier remis à un membre du Conseil des droits de l’homme. Le Conseil a indiqué qu’il se réunirait jeudi pour l’étudier et éventuellement rendre un avis.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Enquête élargie sur le terroriste vaudois présumé

Publié

le

Pour le Tribunal pénal fédéral, les deux procédures menées contre le terroriste présumé arrêté dans le canton de Vaud en juin 2017 doivent être jointes et instruites par le Ministère public de la Confédération (archives). (©KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Le Ministère public de la Confédération (MPC), qui mène une enquête contre le terroriste présumé arrêté à Lausanne en juin 2017, devra aussi instruire l’agression commise par ce dernier contre un agent de détention. Le Tribunal pénal fédéral a tranché dans ce sens

Le MPC souhaitait que les deux procédures soient menées séparément. Le Ministère public de la Côte demandait au contraire que l’enquête ouverte à la suite de l’agression survenue en septembre 2018 soit reprise au niveau fédéral.

Depuis fin juin 2017, le MPC enquête contre le jeune homme pour participation ou soutien à une organisation criminelle et infraction à la loi interdisant les groupes « Al-Quaïda » et « Etat islamique » et les organisations apparentées. Cette procédure fait suite à la découverte dans sa chambre de bouteilles remplies d’essence ainsi que de documents sur l’islam et le Coran.

Selon la décision du Tribunal pénal fédéral publiée mercredi, il est aussi apparu que l’intéressé avait voyagé en Egypte et en Turquie. En prison, celui-ci s’est jeté sur un gardien, lui a donné un coup de poing au visage, l’a étranglé et a tenté de le mordre en criant « Allah Akbar ».

Une expertise psychiatrique a révélé que le détenu souffrait de schizophrénie paranoïde sévère et devait être considéré comme dangereux. Interrogé, le personnel de la prison a indiqué que l’homme criait « Allah Akbar » sans raison, qu’il s’était radicalisé au cours des mois et qu’il se plongeait dans la lecture du Coran.

Le MPC refusait la jonction des procédures au motif que la procédure fédérale serait classée. Le Tribunal pénal fédéral relève cependant qu’une telle décision n’a pas été prise jusqu’au jour de sa décision le 7 février 2019. (décision BG.2018.57 du 7 février 2019)

source ATS

Continuer la lecture

Actualité

UBS écope d’une amende de 3,7 milliards d’euros en France

Publié

le

UBS annonce dans une première prise de position sa décision de faire appel de ce verdict de la justice française (archives). (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La justice française a condamné mercredi UBS à une amende de 3,7 milliards d’euros (4,2 milliards de francs). Les juges ont ainsi suivi le réquisitoire du parquet national financier.

La grande banque était jugée depuis l’automne à Paris pour « démarchage bancaire illégal » et « blanchiment aggravé de fraude fiscale ».

Le mastodonte bancaire, sa filiale française et trois de ses anciens cadres devront par ailleurs verser 800 millions d’euros à l’Etat français, partie civile dans ce procès, au titre de dommages et intérêts.

La filiale hexagonale, UBS France, a été condamnée, pour complicité des mêmes faits, à une amende de 15 millions d’euros (17 millions de francs). Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet national financier, condamnant une faute d’une « exceptionnelle gravité ».

L’établissement helvétique annonce dans une première prise de position sa décision de faire appel de ce verdict, rappelant n’avoir eu de cesse de contester les accusations portées à son encontre.

source ATS

Continuer la lecture