Rejoignez-nous

Suisse

Un paraplégique remarche grâce à une interface cerveau-machine

Publié

,

le

Grâce à l'interface développée par les scientifiques lausannois, le patient paraplégique peut marcher 200 mètres avec un déambulateur ou des cannes et se tenir debout sans l'aide des mains pendant deux à trois minutes. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Grâce à une interface numérique sans fil entre le cerveau et la moelle épinière, un patient paraplégique a retrouvé un contrôle naturel du mouvement de ses jambes. Cette nouvelle prouesse d'une équipe du CHUV et de l'EPF de Lausanne est publiée dans la revue Nature.

"Nous avons utilisé une interface cerveau-machine qui transforme la pensée en action", résume Grégoire Courtine, professeur en neurosciences à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et à l'Université de Lausanne (UNIL).

Le patient, âgé de 40 ans, est atteint d'une lésion de la moelle épinière au niveau des vertèbres cervicales suite à un accident de vélo qui l'a laissé paraplégique il y a douze ans. Il a pu retrouver un contrôle naturel du mouvement de ses jambes paralysées, ce qui lui permet de se tenir debout, marcher à l'aide de béquilles ou d'un déambulateur, et même monter un escalier.

Devant la presse à Lausanne, le patient a indiqué pouvoir marcher 200 mètres et se tenir debout sans l'aide des mains pendant deux à trois minutes. Il a ajouté avoir réalisé la semaine dernière des travaux de peinture dans sa maison sans l'aide de personne.

Deux implants électroniques

Deux types d’implants électroniques ont été nécessaires. "L'un est installé au-dessus de la région du cerveau qui est responsable des mouvements des jambes", explique la neurochirurgienne Jocelyne Bloch, également professeure au CHUV, à l’UNIL et à l’EPFL. Ce dispositif comportant 64 électrodes permet de décoder les signaux électriques générés par le cerveau lorsque le sujet pense à marcher.

Parallèlement, un neurostimulateur connecté à seize électrodes a été positionné sur la région de la moelle épinière qui contrôle le mouvement des jambes. Grâce à des algorithmes basés sur des méthodes d’intelligence artificielle adaptatives, les intentions de mouvement sont décodées en temps réel.

Ces intentions sont ensuite converties en séquences de stimulation électrique de la moelle épinière, qui à leur tour activent les muscles des jambes pour réaliser le mouvement désiré. Ce pont numérique opère en mode sans fil, permettant ainsi au patient de se déplacer en toute autonomie.

Récupération de fonctions neurologiques

En s’entrainant assidument à marcher, le patient a progressivement récupéré des fonctions neurologiques qu’il avait perdues depuis son accident. Les scientifiques ont pu quantifier des améliorations remarquables de ses capacités sensorielles et motrices, même lorsque le pont numérique était désactivé. Cela laisse supposer que des nouvelles connexions nerveuses se sont formées.

L'équipe lausannoise devenue célèbre pour avoir fait remarcher des rats, puis des humains paraplégiques, travaille depuis plusieurs années sur ce sujet et améliore sans cesse la technologie utilisée. En l'occurrence, le dispositif implanté dans la moelle épinière date de cinq ans et a été testé sur plusieurs patients. En revanche, la commande par la pensée est nouvelle.

L'interface a dû être calibrée avec l'aide du patient qui a été invité à se représenter des mouvements, ceux de la jambe par exemple. L'algorithme a ensuite été entraîné à traduire les signaux cérébraux correspondants en impulsions à l'intention des motoneurones.

"Une nouvelle ère"

Selon Jocelyne Bloch et Grégoire Courtine, une stratégie identique pourrait être utilisée pour restaurer la fonction des bras et des mains. Elle pourrait aussi s’appliquer à d’autres indications cliniques, telle que la paralysie provoquée par un accident vasculaire cérébral.

Ce concept d'interface numérique entre le cerveau et la moelle épinière ouvre "une nouvelle ère dans le traitement des déficits moteurs", écrivent les auteurs. Des chercheurs de l'Université et du CHU Grenoble Alpes (F), avec le centre de recherche Clinatec, ont également contribué à ces travaux. Un soutien du Conseil européen de l'innovation a été obtenu en vue d'une commercialisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Santé

Roche: feu vert canadien pour le médicament Alecensaro

Publié

le

Le cancer du poumon est l'une des causes de décès par cancer les plus fréquentes au monde. Environ une femme sur 15 et un homme sur 14 au Canada développeront ce type de cancer au cours de leur vie, rappelle Roche. (KEYSTONE/Georgios Kefalas) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Roche a obtenu l'autorisation de mise sur le marché de son médicament Alecensaro par l'agence canadienne de produits thérapeutiques Santé Canada. Il s'agit d'un traitement d'appoint pour les patients atteints de cancer du poumon ALK-positif au stade précoce (NSCLC).

L'autorisation a été accordée dès le 27 juin en raison d'un "besoin urgent non satisfait", indique un communiqué paru mardi.

Selon les données de l'étude de phase III Alina, Alecensaro (alectinib) a réduit de 76% le risque de récidive ou de décès par rapport à la chimiothérapie seule chez des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules ALK-positif au stade précoce et dont la tumeur a été enlevée. En temps normal, environ la moitié des patients en phase précoce ont subi une rechute de la maladie après l'opération de la tumeur.

Le cancer du poumon est l'une des causes de décès par cancer les plus fréquentes au monde. Environ une femme sur 15 et un homme sur 14 au Canada développeront ce type de cancer au cours de leur vie, rappelle Roche.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Plus de 10 millions pour les victimes des intempéries en Suisse

Publié

le

Une maison détruite dans le village de Fontana, dans le Val Maggia (TI), qui a été particulièrement touché par les intempéries (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

La Chaîne du Bonheur a récolté plus de 10 millions de francs de dons pour les victimes des intempéries en Suisse. Cette somme servira à aider les personnes affectées dans les cantons du Tessin, des Grisons et du Valais.

Plus de 30 communes ont été durement touchées par les intempéries ces dernières semaines, rappelle la Chaîne du Bonheur mardi dans un communiqué. Elle avait lancé au début du mois un appel à l'aide et a récolté jusqu'à présent 10'020'719 francs.

Cette somme est principalement destinée aux personnes privées impactées par la catastrophe. L'aide s'articule en deux phases. D'une part l'aide d'urgence, en cours, permet de répondre aux besoins les plus pressants tels que l'achat de biens de première nécessité, de vêtements ou la prise en charge des frais d'hébergement temporaire, explique l'organisation.

Dans un second temps, la Chaîne du Bonheur prendra en charge les coûts résiduels des personnes privées, des associations et des petites entreprises. Elle n'exclut pas non plus de prendre en charge les coûts résiduels des communes particulièrement touchées. L'organisation rappelle que son soutien est toujours complémentaire à celui des collectivités publiques et des assurances.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Moins de demandes d'asile et moins de statuts S en juin

Publié

le

En juin, 1180 personnes en provenance d'Ukraine ont déposé une demande de statut S (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le nombre de demandes d'asile a diminué d'un cinquième en juin, tant par rapport au mois précédent que par rapport à l'année dernière. Quant au statut S, les nouveaux bénéficiaires ont été moins nombreux que les personnes qui sont rentrées chez elles.

En juin, 1180 personnes originaires d'Ukraine ont déposé une demande de statut S, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Durant la même période, ce statut a été accordé à 1033 personnes et a pris fin dans 1559 cas. A fin juin 66'189 personnes bénéficiaient du statut S.

Selon le SEM, 1881 demandes d'asile ont été enregistrées en Suisse en juin, soit 476 de moins que le mois précédent, ce qui correspond à une baisse de 20,2 %. Par rapport à juin 2023, le nombre de demandes d'asile a diminué de 514, soit 21,5 %.

Les principaux pays de provenance des demandeurs d'asile étaient l'Afghanistan (631 demandes), la Turquie (300), l'Erythrée (152), l'Algérie (102) et le Maroc (79).

En juin, 894 personnes ont quitté la Suisse sous contrôle ou ont été renvoyées dans leur pays d'origine ou dans un Etat tiers. La Suisse a demandé la prise en charge de 636 personnes à un autre Etat Dublin et 174 personnes ont pu être transférées dans l'Etat Dublin compétent durant la même période.

Parallèlement, la Suisse a été sollicitée par d'autres Etats Dublin pour la prise en charge de 415 personnes et 99 personnes ont été transférées en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Fourrures: tour de vis salué par les défenseurs des consommateurs

Publié

le

Les associations de consommateurs saluent l'interdiction d'importer des fourrures provenant d'animaux ayant subi de mauvais traitements proposée par le Conseil fédéral (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les organisations de consommateurs saluent la proposition d'interdire l'importation de fourrures produites dans des conditions cruelles pour les animaux. Mais elles aimeraient que les contrôles soient aussi menés dans les magasins, pas qu'à la frontière.

Cette proposition du Conseil fédéral fait partie d'un paquet d'ordonnances modifiées qui visent à davantage de transparence. La consultation s'est achevée vendredi. Les textes portent notamment sur les méthodes de production interdites en Suisse, les indications sur le pays d'origine et la reprise du règlement européen sur le vin.

La Fédération romande des consommateurs (FRC) et sa pendante alémanique saluent le fait que les modifications apporteront davantage de transparence pour les consommateurs. Une déclaration obligatoire sera notamment nécessaire pour le foie gras et pour les cuisses de grenouilles prélevés sur des animaux non étourdis, souligne la Fédération romande des consommateurs sur son site.

L'association du commerce de détail, Swiss Retail Federation, craint au contraire que les déclarations supplémentaires prévues n'entraînent un surcroît de travail considérable sans offrir de réelle valeur ajoutée pour les clients en matière de transparence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Moins de voitures neuves sur les routes suisses en juin

Publié

le

Les nouvelles mises en circulation ont reculé tant pour les voitures à essence que pour les électriques (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le nombre de mises en circulation de véhicules routiers en Suisse a reculé en juin. La tendance à la baisse s'accentue pour les voitures de tourisme, et notamment les électriques.

En tout, 33'138 véhicules ont été mis en circulation en Suisse en juin, selon les données de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiées mardi. Ce nombre est inférieur de 9% à celui enregistré le même mois de l'année précédente.

Le nombre de voitures de tourisme neuves, principal groupe de véhicules, s'est établi à 22'700 le mois dernier. Comme pour l'ensemble des véhicules, la baisse est également de 9%. Dans le détail selon le carburant, les moteurs à essence ont reculé de 23%, les moteurs diesel de 9%, les hybrides rechargeables de 20% et les électriques de 18%. En revanche, les moteurs hybrides normaux ont enregistré une nette progression de 19%.

Dans les autres catégories, le nombre de véhicules de transport de personnes (771 unités) et de choses (3027) affichent également un recul, respectivement de 6% et 8%. De même, les véhicules agricoles neufs (265 unités) sont moins nombreux sur les routes suisses: leur nombre est inférieur de 12% par rapport à juin 2023. Concernant les motocycles (5920 unités), ils enregistrent une baisse de 11%.

De janvier à juin, le nombre de mises en circulation de véhicules routiers a fait du surplace par rapport à la même période de l'an dernier. Une baisse de 1% a été enregistrée pour les voitures de tourisme. Selon les carburants, les moteurs à essence ont diminué de 12% et les électriques de 7%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture