Rejoignez-nous

Emissions

Le sort du congé paternité sur la table

Publié

,

le

Le Conseil national se prononce ce mercredi sur un congé pour les pères (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le sort du congé paternité se joue mercredi au Conseil national. L'initiative populaire qui veut quatre semaines pour les jeunes pères n'a que peu de chances. Les députés pourraient toutefois accepter, comme les sénateurs, un compromis sur un congé de deux semaines.

L'initiative "Pour un congé de paternité raisonnable - en faveur de toute la famille" souhaite un congé paternité de 20 jours pouvant être pris de manière flexible dans l'année qui suit la naissance de l'enfant. Sur le modèle de l'assurance maternité, il serait financé via les allocations pour perte de gains (APG) pour un coût de 400 à 450 millions de francs et garantirait 80% du revenu, mais au plus 196 francs par jour.

Ce texte n'a que le soutien de la gauche. Mais, la Chambre des cantons s'est déjà laissé séduire par le contre-projet indirect. Présenté comme un compromis, il propose un congé paternité de deux semaines. La commission de l'éducation lui a donné son feu vert.

Le congé serait à prendre dans les six mois suivant la naissance de l'enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Il serait aussi financé via les APG, à hauteur de 230 millions.

Congé parental

En commission, diverses propositions ont été faites pour transformer ce congé paternité en congé parental. Certains demandent un congé parental de 28 semaines réparties équitablement entre la mère et l'autre parent.

D'autres plaident pour une année de congé, dont la moitié serait réservée à chaque parent. D'autres encore souhaitent introduire un congé de 38 semaines; quatorze seraient réservées à chacun des parents et les dix restantes à répartir.

Accueil extrafamilial

Le gouvernement, le PLR et l'UDC sont opposés aux deux projets. Le Conseil fédéral préfère mettre la priorité sur le développement d’une offre d’accueil extrafamilial adaptée aux besoins. A la différence du congé paternité, ces offres aident les parents à concilier vie familiale et professionnelle non seulement juste après la naissance d'un enfant, mais également lorsque celui-ci entre à l'école.

Pour la droite, les assurances sociales ne sont actuellement pas en mesure de supporter les charges supplémentaires qui découleraient d'un congé paternité.

Source ATS.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons économie

Genève encourage la seconde main

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons à la seconde main, avec Alfonso Gomez, conseiller administratif en charge des finances et de la diversité en Ville de Genève et Robert Stitelmann, chef de projet à la coopérative La Manivelle.

Il y a trois ans, La Manivelle ouvrait ses portes grâce à un financement participatif. Et cette bibliothèque de plus de 3000 objets que l'on peut emprunter, qu'il s'agisse d'outils ou encore d'accessoires de cuisine ou sportifs, en échange d'une participation mensuelle ou annuelle, a donné des idées.

Après ge-repare, huit communes et la section genevoise de la Fédération romande des consommateurs (FRC) se mobilisent pour encourager la population à louer des objets ou à les acheter en seconde main grâce à ge-reutilise.

En collaboration avec Bernex, Carouge, Grand-Saconnex, Lancy, Meyrin, Onex et Plan-les-Ouates, la Ville de Genève et la FRC Genève mettent à disposition du public une base de données en ligne, appelée à s’étoffer, d'entreprises actives dans la seconde main ou la location.

Parlons Economie

Avec ce projet, les communes partenaires entendent renforcer l’économie circulaire locale et donner des moyens concrets à la population de réduire l’impact environnemental lié à la consommation des ménages, représentant environ 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’une ville suisse.

Forts des succès déjà enregistrés, la Ville de Genève et La Manivelle ne comptent pas en rester là puisque d'autres propositions sont à venir.

Parlons Economie

Continuer la lecture

Parlons économie

Un car wash professionnel et écologique mobile à Genève

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons à l'environnement avec Zalfa El-Harake, co-fondatrice de zaWash.

zaWash est une start up basée vers les Ports francs de Genève. Fondée en 2019, elle s'est fixée pour objectif de rendre éco-responsable l’industrie du car wash en limitant l’utilisation d'eau, qui nécessite 200 litres pour un lavage ordinaire à la maison, et en privilégiant le chiffon microfibre. Ses services vont du lavage de la carrosserie à la main à l'aspiration de l'habitacle en passant par la désinfection.

Directement chez les particuliers ou chez ses partenaires dans les cantons de Genève et de Vaud, zaWash opère avec les produits d'entretien biodégradables qu'elle a développés et qu'elle commercialise.

Parlons Economie

Les « zaWashers » qui composent l'équipe sont formés et interviennent, depuis peu, aussi dans les entreprises disposant de flottes de voitures. Et la start up compte encore étendre ses activités en commençant par la France d'ici quelques semaines, avec Lyon dans le viseur pour commencer.

Parlons Economie

Continuer la lecture

Parlons économie

Comment combiner logements estudiantins et aide à la personne ?

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons à l'échange social, avec Sabine Estier Thévenoz, représentante du projet «1h par m2».

Inspiré d'un modèle utilisé en Allemagne, « 1h par m2 - Un.e étudiant.e sous mon toit » vise à créer des liens entre générations afin de prévenir l’isolement des aînés tout en palliant le manque de logements auquel font face les étudiants.

Le but est de mettre à disposition des chambres contre des coups de main très variés comme des cours de langue, du ménage, de la garde d'enfants..., sur la base « une heure mensuelle par mètre carré ». Depuis 2019, environ 65 tandems hôtes-étudiants sont constitués chaque saison.

 

Parlons Economie

L'Université de Genève a d'ailleurs reçu la distinction cantonale du développement durable pour cette solution novatrice et solidaire en partenariat avec la Fondation BNP Paribas et Pro Senectute Genève.

 

Parlons Economie

Continuer la lecture

Actualité

Kraftwerk, Nada Surf, Thiefaine et Sophie Hunger à Antigel en 2022

Publié

le

Etre innovant et montrer que la culture ne s'arrête jamais même dans le creux de janvier tout en mélangeant les disciplines. Voilà le pari que fait Antigel. Et 12 ans après ce pari est tenu avec un programme toujours ambitieux. Nada Surf, Hubert Félix Thiefaine, Mogwai, Yann Tiersen seront présents du 27 janvier au 19 février. Kraftwerk, attendu depuis depuis 2020, foulera enfin le sol genevois. Eric Linder, co-directeur et co-fondateur du festival revient sur cette 12ème édition avec Benjamin Smadja et Laurie Selli:

Eric Linder Co-directeur et co-fondateur du festival Antigel

Scène helvétique 

La scène helvétique n'est pas en reste également avec notamment Sophie Hunger qui présentera en live la bande-son de ma Vie de Courgette au Victoria Hall. Mario Batkovic Makala et Emilie Zoé participent également.

Sept Made In Antigel

Comme chaque année le public va pouvoir découvrir des lieux insolites avec notamment une visite au bureau des Autos. Il sera aussi possible de faire l'Ascension d'une montagne à Bernex.

Une programmation qui s'accompagne aussi de projets d'intégration sociale par la culture aux côtés d'Antidote et de Shap Shap. Les sportifs sont aussi attendus avec la 7e Antigel Run qui aura lieu le 30 janvier.

Continuer la lecture

Actualité

6 minutes avec Serge Mimouni, Directeur de la cohésion sociale et de la solidarité en Ville de Genève

Publié

le

La Ville de Genève a décidé d'enclencher, samedi, son dispositif d’hébergement d’urgence: 50 places supplémentaires à l’abri PC de Richemont, pour un total de 528 places, avec une priorité donnée aux familles avec enfants. "Nous avons accueilli 30 personnes samedi soir, à Richemont" a précisé sur Radio Lac, Serge Mimouni, le Directeur du département la cohésion sociale et de la solidarité en Ville de Genève. Ce dispositif s'achève mardi, les associations prenant le relai.

Deux sleep-in ouvrent également, mardi, dont un nouveau au Temple de la Servette. "Ces nouvelles places s'adressent à toute personne sans abri.  Avec un accueil digne, le soir: un repas, l'accès à des douches, un accompagnement social, un lit et un petit déjeuner le matin. Ces personnes ont un profil très diversifiées: des personnes en rupture d'emploi, qui n'ont plus accès à des aides sociales, mais aussi des migrants".

La Ville met 16 millions de francs dans l'hébergement d'urgence a tenu à rappeler Serge Mimouni, la Ville qui en appelle à un financement solidaire des communes pour augmenter le dispositif.

Serge Mimouni, le Directeur du département de la cohésion sociale et de la solidarité en Ville de Genève, était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

 

 

 

Continuer la lecture