Rejoignez-nous

Hockey

National League : pas de champion cette saison

Publié

,

le

(©KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Après l’annulation des play-offs, les clubs ont décidé de ne pas attribuer le titre de champion de Suisse ; il n’y aura pas de promotion, ni de relégation non plus. Genève-Servette jouera la Ligue des Champions la saison prochaine en principe. Mais une période d’incertitude s’ouvre pour les clubs quant au futur.

Les clubs de National et Swiss League ont tranché: pas de champion national, aucune équipe ne sera promue, ni reléguée. Réunis en Assemblée Générale Extraordinaire à Ittigen près de Berne, les dirigeants présents se sont prononcés à une majorité claire. Le classement de la saison régulière n’a donc pas été pris en compte. C’est la deuxième fois dans l’Histoire du hockey sur glace helvétique après 1940 qu’un tel événement se produit, selon le site de la Ligue Suisse de Hockey sur Glace (sihf.ch).

Les Aigles en Champions’ League !

Si aucun titre n’a été attribué, cinq équipes helvétiques, les mieux classés du championnat à la fin de la saison régulière, joueront la Ligue des Champions la saison prochaine et Genève-Servette en fait partie. Les Aigles accompagneront les Lions de Zurich, Zoug, le HC Davos et le HC Bienne, la formation qu’ils auraient dû affronter en quarts de finale des play-offs.

 

Pertes financières et avenir en question

Cette perspective serait réjouissante pour le club grenat si ce n’était les conséquences du coronavirus. Car une saison sans séries finales entraîne nécessairement des pertes très importantes pour les clubs, même si le budget est établi en fonction de la saison regulière.

Me Laurent Strawson Président du Genève-Servette HC

 

Quant au futur, le président servettien se montre confiant. Mais les incertitudes sont nombreuses, rien ne permettant de prédire l’ampleur, ni la durée de la crise engendrée par la pandémie.

Me Laurent Strawson Président du Genève-Servette HC

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un nouveau directeur sportif au GSHC

Publié

le

Du changement à la direction sportive du Genève-Servette Hockey Club!

Le club genevois a annoncé ce vendredi matin que Chris McSorley quittera son poste au 31 juillet prochain. Et dès le 1er août, c’est l’ancien joueur Marc Gautschi qui le remplacera. Cette saison, il était entraîneur-assistant des U17 du GSHC et de l’équipe nationale. Il faisait également partie de la Commission sportive du Club. Un novice, toutefois, pour le poste de directeur sportif. Les explications de Laurent Strawson, le président du Club. 

Laurent Strawson Président du GSHC

En revanche, pour l’avenir de Chris McSorley, après 19 ans passés au sein du club genevois, c’est plutôt flou… Laurent Strawson, le président du Club.

Laurent Strawson Président du GSHC

 

Continuer la lecture

Actualité

Une saison de plus au GSHC pour Eric Fehr

Publié

le

Photo: GSHC

L’attaquant canadien de 34 ans a prolongé son contrat avec le Genève-Servette Hockey Club jusqu’au terme de la saison 2020-2021.

L’an dernier, en 44 matchs, l’homme au 722 matches de NHL a cumulé 34 points (15 buts et 19 mentions d’aide).  Avec cette prolongation, le GSHC tient son quatuor d’imports. Eric Fehr sera donc accompagné de Linus Omark, Henrik Tömmernes et de Daniel Winnik. 

Chris McSorley: « Nous sommes très heureux de savoir Eric Fehr avec nous une saison de plus. Eric
a été une personne extrêmement importante dans le succès du club l’année passée. Il a beaucoup aidé
notre attaque, pas uniquement en tant qu’excellent joueur sur la glace, mais aussi en tant que leader
avec nos jeunes joueurs. Je suis persuadé qu’Eric Fehr aura à nouveau un grand impact sur le Club,
mais aussi sur les fans, la saison prochaine.

Eric Fehr: « Ma famille et moi avions vraiment adoré être à Genève la saison dernière. Sportivement,
nous avons toujours une superbe et jeune équipe, c’est donc très motivant. Je suis impatient de revenir
pour terminer ce que nous avions commencé la saison passée. »

Continuer la lecture

Hockey

Louis Matte: « Straubing est un super beau challenge pour nous »

Publié

le

Même si le dernier match officiel remonte au 29 février (victoire 6-1 sur la glace de Fribourg-Gottéron), le Genève-Servette Hockey Club n’a pas chômé durant ces semaines compliquées. Depuis mercredi, ils connaissent d’ailleurs leur futur adversaire en Ligue des Champions.

Ce sont les Straubing Tigers, club de DEL (en Allemagne) qui s’opposeront aux Grenat lors des 16e de finale de cette compétition remaniée. Un club qui, comme le GSHC, a connu une bonne saison régulière en terminant 3e mais qui n’a pas pu disputer les playoffs en raison de la crise.

Louis Matte Entraîneur assistant du GSHC

 

La CHL peut servir chaque année de préparation puisqu’elle débute avant le championnat. Cette année, la National League devrait reprendre avant. Les Genevois devront donc s’ajuster pour passer le premier tour de cette ligue des champions.

Louis Matte Entraîneur assistant du GSHC

 

« Je dois leur lever mon chapeau »

Le dernier match officiel du Genève-Servette remonte au 29 février et avec l’annulation des playoffs puis des Mondiaux, le temps sans glace est considérable. Pour autant, les joueurs ont travaillé durant le semi-confinement, pour le plus grand plaisir de l’entraîneur assistant.

Louis Matte Entraîneur assistant du GSHC

 

Un coaching staff qui n’est d’ailleurs pas resté sans nouvelles des joueurs. Si d’habitude, joueurs et coachs se croisent presque tous les jours à la patinoire, c’est par téléphone que les contacts se faisaient.

Louis Matte Entraîneur assistant du GSHC

 

Enfin, impossible de s’entretenir avec Louis Matte sans aborder la défense en vue de la saison prochaine. Deux prolongations récemment annoncées mais surtout, la saison prochaine les 9 mêmes défenseurs que l’exercice écoulé seront à disposition du coach. Une première depuis quelques années et une stabilité qui ne sera que bénéfique pour l’équipe qui a terminé meilleure défense du dernier championnat.

Louis Matte Entraîneur assistant du GSHC

Continuer la lecture

Coronavirus

L’entraîneur du HC Bienne Antti Törmänen testé positif

Publié

le

[KEYSTONE /Marcel Bieri]

Un premier cas de coronavirus est apparu dans le hockey helvétique. L’entraîneur du HC Bienne, Antti Törmänen a été testé positif ce dimanche.

Le Finlandais de 49 ans se trouve désormais en quarantaine à la maison sur recommandation médicale, annonce le club seelandais.

En outre, suite aux dispositions prises par le Conseil fédéral vendredi concernant la propagation du coronavirus, le HC Bienne a décidé de laisser fermé son secrétariat pour une semaine. Une décision prise avant d’avoir connaissance du cas positif de Törmänen, assure le club seelandais dans un communiqué.

Continuer la lecture

Hockey

René Fasel: « Trop tôt pour une annulation définitive »

Publié

le

(© KEYSTONE/Walter Bieri)

L’étau se resserre pour les organisateurs des championnats du Monde à Zurich et à Lausanne, censés débuter le 8 mai. « Les signaux indiquant que le tournoi n’aura pas lieu s’intensifient. Mais il est encore trop tôt pour une annulation définitive », selon le président de la Ligue Internationale de Hockey sur Glace (IIHF), le Fribourgeois René Fasel.

–  René Fasel, comment allez-vous?

« Compte tenu des circonstances, je vais bien, merci. Nous vivons une période mouvementée, avec des développements difficilement prévisibles et des mauvaises nouvelles qui tombent quotidiennement. Nous avons déjà dû annuler six tournois prévus en avril. Au total, nous avons déjà dû en annuler 16 cette année. Ne restent plus que le championnat du monde A de Zurich et Lausanne ainsi que les tournois de Division 1 en Slovénie et en Pologne. Pour l’instant. »

– La saison a été interrompue en Suisse et dans de nombreux autres pays européens. La NHL est à l’arrêt pour au moins deux semaines. Quand allez-vous décider d’annuler le Mondial en Suisse?

« La décision ne nous appartient pas. Elle est du ressort de la Confédération et des Cantons. De notre côté, nous continuons à travailler de telle sorte que le tournoi puisse commencer le 8 mai. L’espoir est le dernier à mourir. Nous sommes à l’écoute des experts, mais les opinions divergent. Certains prévoient le pic de la pandémie en Europe pour la fin avril, d’autres évoquent le mois de mai. J’ai même déjà entendu que le pire viendrait cet automne. En tant que dentiste et médecin, je juge peut-être la situation avec un peu plus de sensibilité. Mais même moi n’ai aucune réponse. Je suppose que nous en saurons plus concernant le Mondial dans deux semaines au plus tard. »

– Mais il n’est déjà plus réaliste de maintenir ce championnat du monde. Il n’est par exemple pas concevable que l’Italie dispute ce tournoi…

« …vous avez raison. Les patinoires sont fermées en Italie, comme au Danemark et en Norvège. Le championnat a été stoppé en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Dans ces circonstances, il sera très difficile pour les équipes nationales de se préparer. Je vais être clair: notre bateau vogue sur une mer tempétueuse. Il s’agit maintenant de rester calme et d’analyser la situation de manière réaliste. Nous devons penser à tout le monde: aux fans qui ont déjà acheté des billets et réservé des hôtels, aux joueurs, aux Fédérations, aux équipes. Les signaux indiquant que le tournoi n’aura pas lieu s’intensifient. Mais il est encore trop tôt pour une annulation définitive. »

– Plus de 300’000 billets ont déjà été vendus. Les acheteurs seraient-ils remboursés en cas d’annulation?

« A 100%. Si le Mondial est annulé, notre priorité sera de limiter les dégâts à tous les niveaux. Notre objectif est de réduire les effets autant que possible que ce soit chez les fans, les sponsors ou les organisateurs locaux. »

– Etes-vous assurés contre ce genre de dommage?

« Oui. Nous sommes assurés contre la guerre, le terrorisme et les catastrophes naturelles. Après avoir évalué les risques en 2012, nous avions conclu une assurance pour la période 2013 à 2022. La prime s’élève à 260’000 francs par an. En outre, nous avons pu établir des réserves d’environ 25 millions de francs au cours des dernières années. Ce qui représente à peu près l’équivalent des bénéfices d’un championnat du monde. Je peux donc dire que nous avons une certaine sécurité sur le plan économique. »

– Mais le manque à gagner sera également grand pour Swiss Ice Hockey et les villes organisatrices…

« Malheureusement, c’est vrai. En général, l’organisateur local a un bénéfice garanti de 1,5 million de francs. Le secteur privé et l’industrie hôtelière seraient probablement encore plus touchés. Au total, la valeur ajoutée d’un tel tournoi est d’environ 100 millions de francs. »

– A-t-on sous-estimé l’impact potentiel du coronavirus?

« Certainement pas à l’IIHF. Nous avons décidé d’annuler des tournois dès que nous avons découvert des cas positifs chez des joueurs en Asie et en Afrique du Sud. Nous avions d’ailleurs été critiqués pour cela au début. N’oublions pas que les organisateurs travaillent dur pendant très longtemps et que la déception est toujours énorme après une annulation. Mais avec le recul, on peut dire que nous avons fait tout juste. Notre commission médicale a évalué la situation de manière très précise et correcte, dès le début. »

– Le championnat du monde 2021 pourrait-il avoir lieu en Suisse?

« Nous devrions en discuter le cas échéant. Mais les cinq éditions suivantes ont été attribuées: en 2021 à Minsk et Riga, en 2022 à Tampere et Helsinki, en 2023 à St-Pétersbourg, en 2024 à Prague et Ostrava, en 2025 à la Suède et au Danemark. Les intérêts commerciaux et stratégiques sont trop grands dans un championnat du monde du groupe A pour qu’un report soit simple à décider. Ce serait envisageable dans les divisions inférieures. En l’état, le Mondial 2021 aura lieu au Bélarus et en Lettonie. »

– L’année 2020 s’annonçait grandiose sur le plan sportif, avec également un championnat d’Europe de football et des Jeux olympiques. Ces manifestations seront-elles annulées selon vous?

« J’ai constaté au cours des dernières semaines que la situation évoluait très rapidement. Cela n’a aucun sens de se projeter aussi loin. Nous devons réévaluer chaque jour la situation. Personne ne sait où nous en serons en juin. Personne ne connaît vraiment ce virus. »

– Vous céderez votre poste de président en septembre. Mais vous ne pouvez pas vous en aller sur un Mondial annulé…

(rires) « Si, si. Mon successeur doit être désigné en septembre. Je suis fier de pouvoir lui transmettre les rênes d’une Fédération en bonne santé financière. Mais je ne partirai pas tant que la tempête ne sera pas passée. Un capitaine ne doit pas abandonner son navire dans cette situation. »

Continuer la lecture