Rejoignez-nous

Hockey

René Fasel: "Trop tôt pour une annulation définitive"

Publié

,

le

(© KEYSTONE/Walter Bieri)

L'étau se resserre pour les organisateurs des championnats du Monde à Zurich et à Lausanne, censés débuter le 8 mai. "Les signaux indiquant que le tournoi n'aura pas lieu s'intensifient. Mais il est encore trop tôt pour une annulation définitive", selon le président de la Ligue Internationale de Hockey sur Glace (IIHF), le Fribourgeois René Fasel.

-  René Fasel, comment allez-vous?

"Compte tenu des circonstances, je vais bien, merci. Nous vivons une période mouvementée, avec des développements difficilement prévisibles et des mauvaises nouvelles qui tombent quotidiennement. Nous avons déjà dû annuler six tournois prévus en avril. Au total, nous avons déjà dû en annuler 16 cette année. Ne restent plus que le championnat du monde A de Zurich et Lausanne ainsi que les tournois de Division 1 en Slovénie et en Pologne. Pour l'instant."

- La saison a été interrompue en Suisse et dans de nombreux autres pays européens. La NHL est à l'arrêt pour au moins deux semaines. Quand allez-vous décider d'annuler le Mondial en Suisse?

"La décision ne nous appartient pas. Elle est du ressort de la Confédération et des Cantons. De notre côté, nous continuons à travailler de telle sorte que le tournoi puisse commencer le 8 mai. L'espoir est le dernier à mourir. Nous sommes à l'écoute des experts, mais les opinions divergent. Certains prévoient le pic de la pandémie en Europe pour la fin avril, d'autres évoquent le mois de mai. J'ai même déjà entendu que le pire viendrait cet automne. En tant que dentiste et médecin, je juge peut-être la situation avec un peu plus de sensibilité. Mais même moi n'ai aucune réponse. Je suppose que nous en saurons plus concernant le Mondial dans deux semaines au plus tard."

- Mais il n'est déjà plus réaliste de maintenir ce championnat du monde. Il n'est par exemple pas concevable que l'Italie dispute ce tournoi...

"...vous avez raison. Les patinoires sont fermées en Italie, comme au Danemark et en Norvège. Le championnat a été stoppé en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Dans ces circonstances, il sera très difficile pour les équipes nationales de se préparer. Je vais être clair: notre bateau vogue sur une mer tempétueuse. Il s'agit maintenant de rester calme et d'analyser la situation de manière réaliste. Nous devons penser à tout le monde: aux fans qui ont déjà acheté des billets et réservé des hôtels, aux joueurs, aux Fédérations, aux équipes. Les signaux indiquant que le tournoi n'aura pas lieu s'intensifient. Mais il est encore trop tôt pour une annulation définitive."

- Plus de 300'000 billets ont déjà été vendus. Les acheteurs seraient-ils remboursés en cas d'annulation?

"A 100%. Si le Mondial est annulé, notre priorité sera de limiter les dégâts à tous les niveaux. Notre objectif est de réduire les effets autant que possible que ce soit chez les fans, les sponsors ou les organisateurs locaux."

- Etes-vous assurés contre ce genre de dommage?

"Oui. Nous sommes assurés contre la guerre, le terrorisme et les catastrophes naturelles. Après avoir évalué les risques en 2012, nous avions conclu une assurance pour la période 2013 à 2022. La prime s'élève à 260'000 francs par an. En outre, nous avons pu établir des réserves d'environ 25 millions de francs au cours des dernières années. Ce qui représente à peu près l'équivalent des bénéfices d'un championnat du monde. Je peux donc dire que nous avons une certaine sécurité sur le plan économique."

- Mais le manque à gagner sera également grand pour Swiss Ice Hockey et les villes organisatrices...

"Malheureusement, c'est vrai. En général, l'organisateur local a un bénéfice garanti de 1,5 million de francs. Le secteur privé et l'industrie hôtelière seraient probablement encore plus touchés. Au total, la valeur ajoutée d'un tel tournoi est d'environ 100 millions de francs."

- A-t-on sous-estimé l'impact potentiel du coronavirus?

"Certainement pas à l'IIHF. Nous avons décidé d'annuler des tournois dès que nous avons découvert des cas positifs chez des joueurs en Asie et en Afrique du Sud. Nous avions d'ailleurs été critiqués pour cela au début. N'oublions pas que les organisateurs travaillent dur pendant très longtemps et que la déception est toujours énorme après une annulation. Mais avec le recul, on peut dire que nous avons fait tout juste. Notre commission médicale a évalué la situation de manière très précise et correcte, dès le début."

- Le championnat du monde 2021 pourrait-il avoir lieu en Suisse?

"Nous devrions en discuter le cas échéant. Mais les cinq éditions suivantes ont été attribuées: en 2021 à Minsk et Riga, en 2022 à Tampere et Helsinki, en 2023 à St-Pétersbourg, en 2024 à Prague et Ostrava, en 2025 à la Suède et au Danemark. Les intérêts commerciaux et stratégiques sont trop grands dans un championnat du monde du groupe A pour qu'un report soit simple à décider. Ce serait envisageable dans les divisions inférieures. En l'état, le Mondial 2021 aura lieu au Bélarus et en Lettonie."

- L'année 2020 s'annonçait grandiose sur le plan sportif, avec également un championnat d'Europe de football et des Jeux olympiques. Ces manifestations seront-elles annulées selon vous?

"J'ai constaté au cours des dernières semaines que la situation évoluait très rapidement. Cela n'a aucun sens de se projeter aussi loin. Nous devons réévaluer chaque jour la situation. Personne ne sait où nous en serons en juin. Personne ne connaît vraiment ce virus."

- Vous céderez votre poste de président en septembre. Mais vous ne pouvez pas vous en aller sur un Mondial annulé...

(rires) "Si, si. Mon successeur doit être désigné en septembre. Je suis fier de pouvoir lui transmettre les rênes d'une Fédération en bonne santé financière. Mais je ne partirai pas tant que la tempête ne sera pas passée. Un capitaine ne doit pas abandonner son navire dans cette situation."

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Lausanne doit se trouver une identité

Publié

le

Joël Genazzi très critique envers son jeu contre Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Face à Genève, Lausanne a obtenu un point chanceux (défaite 4-3 ap). Dominés et très empruntés pour poser leur jeu, les Vaudois ont donné le sentiment d'y aller au feeling, sans plan d'attaque.

"Honnêtement, je ne sais pas comment on a pu prendre un point, on n'était pas terrible et Genève a bien joué." Ces mots de Joël Genazzi ont le mérite d'être forts, mais ils résument bien ce qui a transpiré de la performance des Lions mardi soir aux Vernets. Une impression de jeu sans véritable schéma identifiable, comme un livre sans fil rouge.

"De mon point de vue de défenseur, je n'ai jamais vraiment eu le sentiment qu'on pouvait gagner ce match, mais tout d'un coup c'était 2-2 puis 3-3, raconte le numéro 79 lausannois. Alors c'était plutôt positif. Notre jeu en 2022 est assez simple. Mais je pense que ce qui n'a pas fonctionné, c'est la connexion entre les attaquants et les défenseurs. On n'a pas bénéficié du support dont on avait besoin. Si tu n'as pas le travail avant de récupérer le puck, c'est difficile parce que tu n'as pas d'options pour faire une passe. Ou alors une seule, et Genève va pouvoir lire ça."

Merci à Glauser

Le Lausannois ajoute encore une composante essentielle à son analyse: "En jouant de la sorte, tu te fatigues davantage en zone de défense. Et lorsque tu récupères le puck, tu vas chercher avant tout à le sortir pour pouvoir changer et non pas pour tenter de créer quelque chose dans la zone adverse."

Quand on lui rappelle que Lausanne possède plusieurs hommes capables de monter le puck depuis les bases arrière, Joël Genazzi coupe rapidement: "Vous pouvez avoir Tömmernes et Josi. Sans support, impossible d'aller seul contre cinq gars. On doit avoir un meilleur contrôle de l'espace, histoire de réagir si l'adversaire dumpe le puck en fond de zone par exemple."

Toujours très critique envers sa propre performance, le partenaire d'Andrea Glauser sur la glace n'a pas apprécié son effort du soir: "Franchement, je ne me sens pas bien après ce match. En zone d'attaque j'étais bien, j'ai fait des jeux, j'ai tiré et délivré des passes. Mais en défense, heureusement que Glauser m'a aidé, parce que c'était pas ça."

Pas de JO pour Joël

Alors que Christoph Bertschy a reçu le fameux coup de fil de Patrick Fischer lui annonçant qu'il était sélectionné pour les JO, le portable de Joël Genazzi est resté muet. Mais le défenseur des Lions ne s'en offusque pas: "Fischi avait eu la correction de m'appeler avant Riga l'an dernier pour me dire qu'il ne me prendrait pas, alors qu'il n'y avait pas eu de compétition pendant deux ans. Là, je savais qu'avec mon début de saison je n'allais pas être appelé."

Et Genazzi de conclure: "Je me suis fait avoir il y a quatre ans parce que les plus âgés avaient été convoqués. Je pense donc que c'est mieux de faire confiance aux jeunes et de ne pas recommettre la même faute. Mais depuis que je le sais, je n'ai plus la pression et ça va mieux, je ne sais pas comment l'expliquer. A mon âge, quand il y a la pause de l'équipe nationale, tu peux planifier un truc en famille ou avec ta copine. J'étais souvent sur le ballant à ne pas savoir si j'y allais ou pas jusqu'au dernier moment. De ne plus avoir ça, ça m'aide à être plus tranquille."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève se paie le leader

Publié

le

Joël Vermin est en feu en ce moment (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Et une dixième victoire en onze matches pour Genève-Servette. Aux Vernets, les Aigles ont épinglé Fribourg, leader de National League, sur le score de 4-1.

En basket, on dirait que Genève a la main chaude. Faudrait-il donc parler de canne ou de patin chaud? Ce qui est sûr, c'est que Jan Cadieux a réussi à redonner une âme au club lémanique. Les Grenat se présentent chaque soir avec la ferme intention de gagner et cela se ressent.

Face à une équipe sortie de quarantaine il y a peu, Genève a pourtant eu de la peine à se mettre dans le bon sens. Dominés lors du tiers initial, les Genevois ont encaissé l'ouverture du score à la 24e via l'inévitable Julien Sprunger. Le capitaine des Dragons, auteur de son 11e but cette saison, a profité d'une mauvaise maîtrise du puck du portier Dominic Nyffeler.

Mais le GSHC a répondu à la 30e sur un power-play conclu par Marc-Antoine Pouliot. Et les Genevois ont piégé les Fribourgeois en début de troisième tiers par Joël Vermin qui a habilement dévié un lancer de Vatanen. Le futur Bernois, sélectionné pour les JO par Patrick Fischer, a inscrit le 2-1 et le 4-1 dans la cage vide. L'ancien joueur du LHC en est à sept buts sur ses quatre derniers matches.

Entre ces deux réussites de Vermin, c'est Winnik qui a donné ce petit matelas d'avance aux Aigles à la 53e.

Genève conforte sa septième place au classement et revient sur le 6e, Davos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Sélection pour les JO: "un grand honneur" pour Joël Vermin

Publié

le

Joël Vermin patinera avec le maillot suisse lors des prochains jeux Olympiques [KEYSTONE]

Il y aura évidemment Team de Cruz en curling et Sarah Hoefflin en ski acrobatique en tant que sportifs et sportive d'origine genevois, mais parmi les représentants du canton lors des prochains jeux Olympiques se trouvera également Joël Vermin. Le Bernois d'origine de 29 ans est le seul joueur du GSHC a avoir été appelé dans la sélection olympique masculine de hockey sur glace.

Pour fêter cette séléction, le futur joueur du CP Berne (il a déjà signé pour 4 ans dès la saison prochain) s'est offert un doublé dans le succès 4.3 après prolongations face au Lausanne Hockey Club. Déjà appelé en 2018 pour les Jeux de Pyeongchang, Joël Vermin avait dû déclaré forfait touché au genou. Et s'il a retrouvé sa forme en 2022 (5 buts en 3 matchs), l'attaquant genevois ne s'attendait pas à être appelé le week-end dernier.

Joël VerminAttaquant du GSHC

 

Dans sa carrière, Joël Vermin a disputé deux Championnats du monde, a griffé la glace de la NHL à 24 reprises avec les Tampa Bay Lightning. Disputé des JO est donc le dernier grand rêve à cocher sur sa liste. Des joutes qui se disputeront encore une fois dans un contexte Covid, mais l'attaquant grenat ne craint pas d'être dérangé.

Joël VerminAttaquant sélectionné pour les JO

Continuer la lecture

Hockey

Julien Vauclair nouveau directeur sportif du HC Ajoie

Publié

le

Julien Vauclair de retour dans son Jura. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Julien Vauclair est le nouveau directeur sportif du HC Ajoie. Agé de 43 ans, l'ancien défenseur international s'est engagé pour cinq ans avec le club jurassien.

Julien Vauclair a pu se libérer de sa fonction de directeur du scouting du HC Lugago pour se consacrer dès maintenant à sa nouvelle tâche. Il oeuvre de concert avec son prédécesseur Vincent Léchenne qui occupe toujours son rôle de coach assistant.

Vice-Champion du monde avec l'équipe de Suisse en 2013, Julien Vauclair revient dans le club qui a lancé sa magnifique carrière. Il a disputé trois tournois olympiques. Le défenseur s'est très vite imposé comme l'un des joueurs majeurs du HC Lugano. Il a disputé 932 matches avec le club de la Resega entre 1997 et 2020. Il a, également, tenté une expérience en Amérique du Nord avec notamment une rencontre de NHL disputée sous les couleurs d'Ottawa lors de la saison 2003/2004.

Par ailleurs, des discussions vont s'ouvrir avec Vincent Léchenne pour "lui confier d'autres tâches importantes au sein du club", communique le HC Ajoie. Le HC Ajoie précise que le double rôle de directeur technique et de coach assistant "n'est plus compatible avec la National League".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le GSHC gagne le derby lémanique

Publié

le

Winnik (tout à gauche) inscrit le but de la victoire pour le GSHC (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève a signé mardi une 9e victoire dans ses dix derniers matches de National League.

Les Aigles ont battu Lausanne 4-3 après prolongation sur une réussite de Winnik après 16 secondes de jeu supplémentaire.

Dominés par les Vaudois le 8 janvier dernier dans la capitale olympique, les hommes de Jan Cadieux ont donc pris leur revanche. Mais il a fallu utiliser le temps réglementaire pour que les Grenat cueillent un deuxième point. Parce que les Genevois, devant par trois fois, ne sont pas parvenus à faire la différence dans les soixante premières minutes.

Dans une rencontre assez brouillonne, les locaux ont pris le match à leur compte mais sans jamais se détacher. Les Lions pensaient bien avoir ouvert le score, mais les officiels en ont décidé autrement. A la suite d'une scène litigieuse où le puck a terminé au fond des filets, Lausanne a même déposé protêt. Selon John Fust, les arbitres seraient allés voir la vidéo pour vérifier si le but avait été marqué de la main, avant de l'annuler pour une crosse haute.

Hughes pas toujours à son affaire

Prêté par Fribourg mais avec l'interdiction de jouer contre son club, Connor Hughes a été préféré à Dominic Nyffeler parce que Genève accueille Gottéron mercredi soir et qu'en outre les Aigles jouent six matches en huit jours. Le portier n'a pas connu un début de rencontre inoubliable.

Après avoir failli coûter l'ouverture du score sur la scène précitée, l'Ontarien à licence suisse n'a pas été plus en réussite à l'occasion de l'égalisation lausannoise à la 11e. Alors que l'indispensable Tömmernes venait d'inscrire son 9e but de la saison et de lancer Genève sur les bons rails, Hughes a laissé passer un tir ras glace de Fuchs 32 secondes plus tard.

Excellent en 2022, Tobias Stephan a lui livré sa meilleure imitation de Dominik Hasek à la 35e face à Marco Miranda. Pour éviter le 3-1, le dernier rempart des Vaudois a lancé ses bottines au bon moment. Arrêt-clé qui plus est puisque moins de deux minutes après, Joël Genazzi a pu servir idéalement Frolik pour l'égalisation. Le Tchèque a su se rendre utile. L'ancien gardien de Zoug et Genève n'a en revanche pas été très heureux sur le 2-1 de Vermin à la 15e.

0,014 point d'écart

Le dernier tiers a vu Genève prendre une fois de plus la main grâce à Vouillamoz (42e). Mais les Vaudois ont pu niveler la marque via Sekac, très opportuniste sur une déviation d'un lancer de Fuchs. Au final, le LHC peut s'estimer heureux de repartir des Vernets avec quelque chose. Au classement, le GSHC passe devant Lausanne avec 0,014 point de bonus. Oui, c'est à ça que cela se joue désormais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture