Rejoignez-nous

Football

Une première convocation avec la Nati pour le Servettien Dereck Kutesa

Publié

,

le

Dereck Kutesa brille avec le Servette FC cette saison. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le Servettien Dereck Kutesa et Vincent Sierro sont les deux néophytes de la liste des 26 joueurs dévoilée par Murat Yakin pour les deux rencontres amicales contre le Danemark à Copenhague le 23 mars et l’Eire à Dublin trois jours plus tard. Cette dernière liste avant l’Euro du mois de juin a fait des gagnants et des perdants.

Confirmé dans ses fonctions en décembre dernier après un automne bien maussade malgré la qualification acquise pour cet Euro, Murat Yakin a déjà opéré des choix marquants. L’Euro n’est, ainsi, plus un rêve impossible pour Kutesa et Sierro, mais aussi pour Kevin Mbabu et Becir Omerargic, qui retrouvent la sélection après une longue mise à l’écart.

En revanche, il s’est éloigné pour Jordan Lotomba, Djibril Sow, Ardon Jashari, Cédric Itten et Andi Zeqiri. Leur absence dans cette liste sonne comme un désaveu pour ces cinq hommes. Et comme le signe que le train pour l'Allemagne partira sans eux.

En attendant Embolo et... Monteiro

"Le principe de performance, le momentum et la faculté de s’intégrer dans un collectif guident mes choix", rappelle Murat Yakin qui entend toutefois garder le jeu ouvert. Pour Breel Embolo, blessé depuis l’été dernier et qui devrait enfin rejouer en avril. Aux yeux du sélectionneur, l’équipe de Suisse ne peut pas se passer des services du Monégasque.

Il garde par ailleurs un œil sur Joël Monteiro. Le joueur des Young Boys devrait recevoir ces prochaines semaines son passeport suisse et son profil plait vraiment à Murat Yakin.

Depuis le début de l’année, Murat Yakin a beaucoup voyagé pour rencontrer ses joueurs. "A Bologne, à Milan, à Londres, à Monaco, à Leverkusen et à Dortmund", souffle-t-il. Il a notamment longuement parlé avec Fabian Schär lundi à Londres pour définir son rôle au sein de la sélection. Brillant avec Newcastle, le Saint-Gallois est, en revanche, apparu en difficulté avec l’équipe de Suisse ces derniers temps.

A la Manga où l’équipe sera réunie dès lundi, il devrait également s’entretenir avec Xherdan Shaqiri. Le poids des ans et son exil en MLS dans une équipe qui ne brille pas vraiment peuvent remettre en question son statut de titulaire. La question est de savoir comment Schär et Shaqiri accepteront de jouer les doublures.

Pas de nouveau contrat avant l'Euro

Enfin, sur les deux sujets brûlants du moment, les menaces proférées sur les réseaux sociaux de son capitaine Granit Xhaka après une polémique suscitée par le statut de son frère Taulant au FC Bâle et l’éventuelle prolongation de son contrat, Murat Yakin a tenu deux postures différentes. Sur le premier, il a botté en touche tout en rappelant que la vie lui avait aussi commandé de prendre parfois la défense de son frère. A l'ASF, on ne doit certainement pas cacher un certain soulagement de voir cette affaire ne pas survenir en plein rassemblement.

Sur le second, il s’est, en revanche, un peu moins dérobé. "Mon contrat ne sera pas prolongé avant l’Euro, dit-il. Nous discuterons après le tournoi. Je sens que je partage avec l’ASF l’envie de prolonger l’aventure. Mais nous aurons le temps d’en discuter cet été."

Sans le dire ouvertement, le Bâlois sous-entend qu’il est soumis à une obligation de résultats. Il lui sera demandé de franchir impérativement le cap de premier tour qui ne laissera, faut-il le rappeler, que huit des trente-deux équipes sur le carreau. "J’ai la confiance des joueurs. J’ai la confiance de mes dirigeants. J’aborde cet Euro avec une très grande sérénité".

Une sérénité qu’il était très loin d'afficher en novembre dernier lors des deux rencontres de l’équipe nationale contre le Kosovo et la Roumanie...

La sélection suisse pour les matches amicaux

Programme: match contre le Danemark, le 23 mars à Copenhague puis l'Irlande le 26 mars à Dublin.

Gardiens: Gregor Kobel (Borussia Dortmund), Yvon Mvogo (Lorient), Yann Sommer (Inter Milan).

Défenseurs: Manuel Akanji (Manchester City), Eray Cömert (Nantes), Nico Elvedi (Borussia Mönchengladbach), Ulisses Garcia (Marseille), Kevin Mbabu (Augsburg), Becir Omeragic (Montpellier), Ricardo Rodriguez (Torino), Fabian Schär (Newcastle United), Silvan Widmer (Mayence), Cédric Zesiger (Wolfsburg).

Demis et  attaquants: Michel Aebischer (Bologne), Zeki Amdouni (Burnley), Uran Bislimi (Lugano), Remo Freuler (Bologne), Derek Kutesa (Servette), Dan Ndoye (Bologne), Noah Okafor (AC Milan), Xherdan Shaqiri (Chicago Fire), Vincent Sierro (Toulouse), Renato Steffen (Lugano), Ruben Vargas (Augsburg), Granit Xhaka (Bayer Leverkusen), Denis Zakaria (Monaco).

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Euro 24: l'Allemagne n'a laissé aucune chance à l'Ecosse

Publié

le

Ryan Porteous, en bleu marine, tacle vigoureusement Ilkay Gündogan, en blanc; le défenseur écossais sera expulsé pour cette faute dangereuse sur le capitaine allemand (KEYSTONE/DPA/Sven Hoppe)

L'Allemagne est bien partie dans l'Euro 24 avec une nette victoire sur l'Ecosse (5-1). Les buts allemands ont été inscrits par Wirtz (10e), Musiala (19e), Havertz (45e/pen), Füllkrug (68e) et Can (93e).

Les Allemands, très dynamiques et nettement meilleurs techniquement, n'ont même pas eu besoin de sortir le tout grand jeu pour l'emporter, tant l'opposition a été d'un niveau presque consternant. Les Ecossais, malgré un dispositif très défensif, ont vite craqué et concédé deux buts en début de rencontre.

Le premier est venu d'une transversale de Kroos pour Kimmich, lequel servait Wirtz pour l'ouverture du score. Sur le deuxième, Gündogan était à l'origine avec une percée dans l'axe suivi d'un décalage pour Havertz, qui donnait ensuite en retrait pour Musiala. Les deux jeunes joyaux de Julian Nagelsmann ont ainsi idéalement lancé leur tournoi.

Porteous expulsé

L'Allemagne ajoutait le 3-0 juste avant la pause sur un penalty dicté après recours à la VAR et transformé par Havertz. En prime, Porteous, auteur d'un tacle très dangereux (deux pieds en avant avec les crampons sur la cheville) sur Gündogan, écopait d'un carton rouge.

En deuxième mi-temps, Füllkrug a salé l'addition (68e) peu après son entrée en jeu, sur un service de l'excellent Musiala. Julian Nagelsmann a pu se livrer à une revue d'effectif dans le secteur offensif très bien pourvu de sa sélection. Même le vétéran Thomas Müller (34 ans) a foulé la pelouse, prenant le relais de Musiala dont la sortie a été accompagnée par une longue ovation.

Constat limpide

Mission accomplie donc pour la nation organisatrice. Mais on attend quand même de la jauger face à un adversaire plus coriace. Car après ce match d'ouverture, le constat est limpide: comme attendu, l'Ecosse, friable derrière et inoffensive devant, est bel et bien l'équipe la plus faible de ce groupe A. Et le but de l'honneur, tombé à la 87e, résulte d'un autogoal de Rüdiger...

L'Equipe de Suisse se devra donc d'empocher les trois points contre les Bravehearts mercredi soir à Cologne. Comme l'a écrit avec humour un journaliste de BBC Scotland, son pays devrait plutôt se concentrer sur le curling...

Continuer la lecture

Euro 2024

L'ambiance monte avant le match d'ouverture Allemagne-Ecosse

Publié

le

La fête s'annonce belle entre supporters écossais et allemands (© KEYSTONE/EPA/ANNA SZILAGYI)

La fièvre de l'Euro 2024 s'est emparée vendredi des rues de Munich à la mi-journée, remplies de nombreux supporters écossais, à quelques heures du match d'ouverture entre l'Allemagne et l'Ecosse.

Dans une ambiance très bon enfant et sous un ciel nuageux, l'imposante Tartan Army, surnom des supporters de l'Ecosse (entre 100 et 200'000 attendus en Allemagne pendant toute la compétition), a pris possession de la Marienplatz au centre de Munich, au pied de l'Hôtel de ville, avec kilts et cornemuses de sortie.

Moins d'une semaine après des élections européennes marquées par une poussée des partis populistes dans plusieurs pays, l'Euro 2024 doit rassembler les Européens autour du ballon rond, et ce au moment où la guerre fait toujours rage sur le continent. La sélection ukrainienne fait d'ailleurs partie des 24 qui rêvent de succéder à la Nazionale italienne, lauréate en 2021.

"Pour nos valeurs démocratiques et européennes, l'Euro 2024 peut être utilisé à tout moment", a estimé le directeur du tournoi Philipp Lahm, dans un entretien accordé à l'agence allemande SID, reconnaissant qu'une telle compétition est "toujours" une plate-forme pour des thèmes sociaux et politiques.

"L'Europe est un pays génial"

"L'Europe est un pays génial. Bienvenue pour l'Euro de foot", a lancé de son côté le quotidien populaire allemand Bild dans son édition de vendredi, avec 24 visages de supporters aux couleurs des pays qualifiés, sur une double page centrale dans son premier cahier.

"Plus ce sera coloré et mieux ce sera. Ça veut dire qu'à côté du noir-rouge-or (les couleurs allemandes), je me réjouirai aussi pour d'autres couleurs et drapeaux des équipes du tournoi", a glissé le chancelier allemand Olaf Scholz vendredi.

Au-delà de l'invasion russe de l'Ukraine, le contexte de la guerre à Gaza entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas suscite aussi un "risque élevé diffus", selon la ministre de l'Intérieur Nancy Faeser, même si aucune menace d'attentat n'a été clairement identifiée.

Une édition plus classique

Trois ans après un Championnat d'Europe décalé d'un an en raison de la pandémie de Covid-19, dans des stades à jauges réduites et éclaté dans 11 villes différentes du continent, allant de Séville à Bakou, l'édition 2024 revient à du plus classique, en Allemagne, forte de son expérience du Mondial 2006.

Privilège du pays-hôte, la Mannschaft de Julian Nagelsmann ouvre le bal devant 66'000 spectateurs à Munich, en espérant fédérer derrière elle tout un pays, sur le modèle du "conte de fées estival" ("Sommermärchen") de 2006, lorsque les Allemands avaient terminé troisièmes d'une Coupe du monde marquée par une incroyable ferveur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Euro 2024

Euro 2024: Le portrait de la Nati

Publié

le

La Nati de l'Euro 2024: Ricardo Rodriguez, Edimilson Fernandes, Zeki Amdouni, Remo Freuler, Ruben Vargas, Denis Zakaria, Granit Xhaka, Cedric Zesiger, Noah Okafor, Yann Sommer et Manuel Akanji le 15 novembre 2023 (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

A quelques jours du coup d'envoi de l'Euro, le duel entre la Suisse et son grand voisin allemand prévu le 23 juin fait saliver. D'ici la, c'est une Nati à la recherche de l'étincelle que Radio Lac vous propose de découvrir en détails. Retrouvez notre couverture de l'Euro 2024, y compris les matchs en direct ici.

Avec la plus faible récolte de points de toutes les équipes qui se sont qualifiées pour l'Euro sans passer par les barrages, la Suisse a obtenu son billet pour la phase finale en Allemagne sans briller. Les performances modestes de la deuxième moitié de la campagne de qualification ont suscité des discussions au sein et autour de la Nati. Le sélectionneur Murat Yakin a notamment été remis en question, même en interne.

Entre-temps, les protagonistes semblent s'être ressaisis. Pour la "génération dorée" composée de Yann Sommer, Fabian Schär, Ricardo Rodriguez, Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, il s'agit peut-être de la dernière chance de réaliser un coup lors d'un grand tournoi. Lors du dernier Euro, les Suisses ont prouvé, avec l'exploit contre la France et le combat héroïque en quart de finale contre l'Espagne, que beaucoup de choses deviennent possibles une fois l'étincelle allumée.

La Suisse en chiffres. Classement FIFA: 19e. Participation à la phase finale de l'Euro (5): 1996, 2004, 2008, 2016, 2021. Meilleur résultat: quart de finale (2021). Meilleur buteur lors des qualifications: Zeki Amdouni (6 buts).

Par Michael Lehmann

Continuer la lecture

Euro 2024

La fièvre du foot s'emparera de la plupart des villes de Suisse

Publié

le

Il y aura de nombreuses fanzones en Suisse romande, comme toujours étroitement surveillées (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'Euro foot 2024, qui débute vendredi en Allemagne, sera retransmis dans de nombreuses villes de Suisse. Genève accueillera la plus grande fanzone du pays. Les polices toléreront les klaxons d'après-match, mais pas les comportements "sauvages".

Pour celles et ceux qui ne pourront pas se rendre en Allemagne, il y aura de nombreuses occasions pour partager la fièvre du ballon rond, selon un tour d'horizon de Keystone-ATS.

Genève accueillera sur la Plaine de Plainpalais une fanzone d'une capacité de 16'000 personnes et dotée de quatre écrans géants. Gérée par une société privée, elle disposera de son propre service d'ordre et médico-sanitaire.

Les polices cantonales et communales ont prévenu que les cortèges seront tolérés durant 60 minutes après la fin des matches. En cas de mise en danger de soi-même ou d'autrui, par exemple lorsque des corps sont penchés par la fenêtre de la voiture ou que des drapeaux sont agités "de manière sauvage", la police interviendra. Euro foot ou pas, il n'y aura pas de "bonus" en cas d'alcool au volant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Thomas Häberli succède à René Weiler

Publié

le

Thomas Häberli le nouvel entraîneur du Servette FC. (© KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER)

René Weiler n’a pas tardé à opérer son choix. Le nouveau directeur sportif du Servette FC a trouvé son successeur sur le banc de touche en la personne de Thomas Häberli.

Après trois ans à la tête de l’Estonie, le Lucernois de 50 ans revient au pays dans un rôle qui ne sera pas simple. Il devra, en effet, trouver sa place dans le sillage de René Weiler, qui s’est avancé comme l’homme fort du club après l’avoir mené à la victoire en Coupe de Suisse et en huitième de finale de la Conference League.

International suisse à une reprise, Thomas Häberli maitrise le français après avoir notamment joué une saison au Mont sur Lausanne. Il a  ensuite été l’entraîneur du FC Lucerne où il avait succédé à... René Weiler en février 2019 avant de vivre de devenir durant trois ans le sélectionneur national de l'Estonie. Il a dirigé une dernière fois la formation balte lors de la défaite 4-0 mardi dernier face à l'Equipe de Suisse. Il fera la connaissance de ses nouveaux joueurs le 23 juin lors du premier jour du stage organisé à Crans-Montana.

Le Servette FC annonce, par ailleurs, l’accession à la présidence du club de Hervé Broch, le coprésident de la Fédération genevoise des Banques Raiffesen, et la nomination comme secrétaire général de Steven Guignard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture