Rejoignez-nous

Sport

Desplanches sort enfin la tête de l'eau, et replonge de plus belle

Publié

,

le

Enfin remis d'un Covid long et d'un burn-out, Jérémy Desplanches repart de plus belle dans l'optique des JO 2024 (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Médaillé de bronze olympique sur 200 m 4 nages, Jérémy Desplanches a dû s'avouer vaincu devant un autre Suisse (Noè Ponti) samedi à Budapest dans sa discipline fétiche.

Loin de s'en inquiéter, le Genevois confie un plaisir enfin retrouvé après de très longs mois de doute.

"Je n'aime pas le terme de burn-out, mais c'est bien de cela qu'il s'agissait": Jérémy Desplanches a souffert plus qu'il n'a voulu le laisser entendre après les délices de son podium olympique de 2021. "Je pense que ça a commencé en janvier 2022, après que j'ai attrapé pour la première fois le Covid", souligne le Genevois de 29 ans.

"J'ai aussi souffert d'une mononucléose en même temps. Et c'était un Covid très long. J'ai fait régulièrement des bilans sanguins, et ce n'est qu'en juin ou juillet de cette année que j'ai commencé à mieux me sentir", explique-t-il dans un entretien téléphonique accordé à Keystone-ATS.

"Je suis d'un naturel très optimiste, et j'étais motivé à faire en sorte que tout se passe pour le mieux. Mais c'est impossible à gérer quand tu pratiques un sport d'endurance. Je devais constamment me battre pour retrouver un niveau tout juste décent, et j'étais sans cesse freiné par mes soucis de santé. C'était horrible", lâche-t-il.

"Une façon de me protéger"

"Je n'aime pas me plaindre, et j'ai vraiment essayé de m'en sortir seul. Mais au bout du compte, après un an à me forcer tous les matins à me convaincre que ça allait mieux alors que j'étais l'ombre de moi-même à l'entraînement, c'était très dur. Mon optimisme m'a sûrement détourné de la réalité", glisse-t-il.

"Quand tu te blesses, tu sais que c'est de ta faute: tu as fait un mauvais mouvement, tu t'es mal nourri, tu as fait une bêtise. Mais là, il n'y avait rien à faire. D'ailleurs, le Covid et la mononucléose ont été si virulents que de petites traces y figuraient encore dans mes analyses il y a un mois", assure-t-il.

"C'est hallucinant comme ça m'a +couché+. Heureusement que ça n'est pas arrivé juste avant les Jeux de Paris, car ça aurait été impossible de m'y battre", poursuit le champion d'Europe 2018, qui a tout fait pour ne pas révéler l'ampleur des dégâts. "Le cacher était aussi une façon de me protéger", concède-t-il.

Mais "je vais beaucoup mieux, et j'en suis très, très content", se réjouit Jérémy Desplanches, qui s'est marié le 19 août avec sa compagne de longue date Charlotte Bonnet. Et qui n'a guère prolongé la lune de miel: "Le 28 août, j'étais déjà de retour dans les starting blocks à poursuivre mon rêve olympique", lâche-t-il.

Couché mais pas coulé

"Couché" mais pas coulé, le Genevois a donc appris à relativiser ses contre-performances de 2022 (4e place aux Européens, élimination en demi-finale des Mondiaux) et de 2023 (nouvelle élimination en demi-finale mondiale, à Fukuoka fin juillet). "Vu le contexte, je n'aurais pas pensé être aussi rapide à Fukuoka", rappelle-t-il.

Jérémy Desplanches avait nagé en 1'58''00 en séries au Japon, son meilleur temps depuis son record de Suisse établi en finale des JO 2021 (1'56''17). Soit six centièmes au-dessus de la limite qualificative pour les JO de Paris (1'57''94), limite qu'il n'a pas encore décrochée.

Le Genevois a ainsi réalisé 1'59''87 samedi en Coupe du monde à Budapest, où il a été devancé par l'autre médaillé de bronze olympique de 2021 - sur 100 m papillon - Noè Ponti (1'59''70). "S'il y a un nageur suisse susceptible de me battre sur 200 m 4 nages, c'est Noè. Il est très polyvalent", souligne-t-il.

"Mais j'étais le seul finaliste de Budapest à ne pas être rasé" et donc affûté, précise Jérémy Desplanches, qui s'était montré bien plus lent une semaine plus tôt à Athènes pour son retour aux affaires (2'01''25). "J'espérais bien sûr réussir la limite pour Paris, mais je suis tout de même satisfait", assure-t-il.

Le Genevois ne fait pas de cette limite olympique une obsession, même s'il estime qu'une douzaine de nageurs au monde seulement sont capables de la décrocher. Sa joie de nager retrouvée, il se réjouit de pouvoir enchaîner les compétitions et d'y retrouver peu à peu ses automatismes et ses sensations.

"J'avais validé très tôt mon ticket pour les JO de Tokyo, et l'attente avait été longue", d'autant plus à la suite du report d'un an des derniers Jeux d'été en raison de la pandémie. "Là, j'ai vraiment l'occasion de monter en puissance jusqu'aux JO de Paris", dernier grand rendez-vous de sa carrière.

Paris 2024, le point d'orgue

Cette montée en puissance passera par Doha, qui accueillera des Mondiaux en grand bassin à des dates peu ordinaires, en février. "Ces Mondiaux constituent une grosse source d'interrogation. Je pense qu'une médaille y sera plus abordable qu'aux JO ou dans des championnats du monde +normaux+", assure-t-il.

"Mais est-ce que je ne vais pas saborder ma saison si je prépare ces Mondiaux à fond?", se demande-t-il. "Je dois y réfléchir. Le champion d'Europe 2021 (réd: l'Espagnol Hugo Gonzalez) n'était ainsi pas parvenu à se qualifier pour la finale des Jeux de Tokyo" deux mois plus tard, se souvient-il.

"Le but sera d'être en très bonne forme à Doha, mais sans être à 1000 %", précise-t-il. "Je ferai une très petite pause à Noël, un, deux ou trois jours, avant de repartir de plus belle. Depuis que je me sens mieux, je n'ai à nouveau plus que les JO 2024, point d'orgue et dernière compétition de ma carrière, en tête".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Euro 2024: un alléchant Espagne - Italie ce soir dès 21h00

Publié

le

Lamine Yamal: les Italiens devront se méfier de lui (© KEYSTONE/AP/Petr Josek)

Trois matches de l'Euro 2024 figurent au programme aujourd'hui. L'affiche la plus alléchante opposera l'Espagne à l'Italie dès 21h00 dans le groupe B à Gelsenkirchen.

Ce derby du sud devrait offrir son lot d'émotions. Les deux pays ont entamé victorieusement le tournoi, l'Espagne en laminant la Croatie 3-0 et l'Italie, tenante du titre, en battant plus difficilement l'Albanie 2-1. Un match nul pourrait peut-être arranger les deux sélections...

Avant ce match, ce sera au tour des équipes du groupe C d'être en action. Dès 15h00 à Munich, la Slovénie (1 point) affrontera la Serbie (0). Cette dernière sera sous pression, car une deuxième défaite la laisserait dans une position difficile.

Ensuite, Francfort sera le théâtre dès 18h00 d'une partie entre le Danemark (1) et l'Angleterre (3). Les Three Lions, finalistes en 2021, ont assuré l'essentiel dans leur premier match, mais ils devront se montrer plus convaincants dans le jeu s'ils entendent aller loin dans le tournoi. Mais les Danois peuvent leur poser des problèmes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Murat Yakin: "Je peux vivre avec ce résultat"

Publié

le

Murat Yakin (à droite) et Giorgio Contini à l'heure des hymnes. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

"Je peux vivre avec ce résultat !" Murat Yakin avait le sourire après le dur combat de son équipe contre l’Ecosse. Il sait que ce point vaut de l’or.

"Nous ne sommes pas encore en huitième de finale. Mais c’est vrai que nous avons fait un pas important avec ce 1-1", souligne le sélectionneur qui sait très bien qu’aucune équipe avec 4 points n’est restée en rade après la phase de poules dans un Euro à 24. "Il reste un match à jouer. Le fait de ne pas devoir le gagner à tout prix est, bien sûr, rassurant, poursuit-il. Je suis convaincu que nous aurons nos chances contre l’Allemagne."

Le but extraordinaire de Xherdan Shaqiri a, bien sûr, nourri les débats de cette conférence de presse. "J’ai toujours dit que Xherdan était l’homme des grands matches, des grands tournois. Il l’a encore prouvé ce soir, explique-t-il. Sur le but, il a fait la seule chose qu’il y avait à faire pour marquer. Mais ce n’est pas donné à tout le monde." Murat Yakin sait aussi que le timing de ce but fut capital. "Egaliser assez vite fut une bonne chose", sourit-il. "Si Shaq n’avait pas marqué dans le quart d’heure qui a suivi le but des Ecossais, nous aurions vraiment été dans le dur", convient pour sa part Manuel Akanji, désigné homme du match.

"J’ai exploité l’erreur adverse sur mon but, raconte enfin Xherdan Shaqiri. J’ai vu le gardien avancé. C’était clair dans ma tête : il fallait reprendre le ballon directement et l’enrouler au premier poteau. La frappe était parfaite. Je veux croire que ce but est magnifique..." Il n’est pas le seul.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Erriyon Knighton contrôlé positif mais blanchi avant les Trials

Publié

le

Erriyon Knighton a été contrôlé positif mais blanchi par l'Usada (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Erriyon Knighton, double médaillé mondial sur 200 m, a été contrôlé positif à un stéroïde anabolisant mais blanchi lors de la procédure.

Le sprinter pourra donc s'aligner aux sélections olympiques qui débutent vendredi à Eugene, a annoncé mercredi l'agence antidopage américaine (Usada).

Médaillé de bronze des Mondiaux 2022 puis d'argent des Mondiaux 2023 à Budapest, Erriyon Knighton (20 ans) fait partie des favoris au podium olympique du demi-tour de piste aux Jeux de Paris cet été (26 juillet - 11 août). Il a été contrôlé positif à la trenbolone, un stéroïde anabolisant, le 26 mars 2024, explique l'Usada dans un communiqué.

Suspendu provisoirement depuis avril, sans que son cas n'ait été rendu public jusqu'ici, Knighton a plaidé une contamination alimentaire qui a été retenue lors d'une audience mi-juin. Il pourra donc défendre ses chances lors des Trials la semaine prochaine sur 200 m.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Euro 2024

La Suisse (virtuellement) qualifiée pour les 8e de l’Euro

Publié

le

Kwadwo Duah, Ruben Vargas et Granit Xhaka après un but durant le match Hongrie-Suisse, le 15 juin 2024 durant l'Euro 2024 (AP Photo/Darko Vojinovic)

Grâce au génie de Xherdan Shaqiri, la Suisse a virtuellement assuré son billet pour les 8es de finale de l’Euro 2024. A Cologne, elle a cueilli face à l’Ecosse le point qui devrait lui suffire dans un match que Radio Lac vous a fait vivre en direct.

Continuer la lecture

Sport

Tour de Suisse dames: encore Demi Vollering

Publié

le

Demi Vollering: une vraie razzia sur le Tour de Suisse (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

La Néerlandaise Demi Vollering a remporté le Tour de Suisse dames au terme de la 4e et dernière étape qu'elle a gagnée. Elle succède au palmarès à la Bernoise Marlen Reusser, absente cette année.

Cette ultime étape, avec départ et arrivée à Champagne après 127,5 km vallonnés à travers le Jura vaudois et neuchâtelois, n'a pas remis en question la victoire de Demi Vollering, malgré quelques attaques de ses rivales. Les quatre premières du classement général se sont isolées en tête dans le final et ont lutté pour la victoire du jour.

Au sprint, la détentrice du maillot jaune n'a laissé aucune chance à ses compagnes d'échappée pour s'adjuger une troisième victoire en quatre jours. Elle a devancé l'Italienne Elisa Longo Borghini, l'Australienne Neve Bradburry et la Polonaise Katarzyna Niewiadoma. La Suissesse Steffi Häberlin a pris une belle cinquième place à 42 secondes.

Au général final, Demi Vollering précède Neve Bradburry de 1'28 et Elisa Longo Borghini de 1'30.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture