Rejoignez-nous

Sport

Desplanches a les yeux déjà rivés sur Paris 2024

Publié

,

le

Jérémy Desplanches a déjà entamé sa saison olympique (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Jérémy Desplanches sort d'une semaine éprouvante, après avoir disputé 14 courses en six jours lors des championnats de France à Rennes.

"Cela fait un moment que je n'avais pas pris autant de plaisir à nager autant de courses", lâche le Genevois, qui visera une finale sur 200 m 4 nages aux Mondiaux de Fukuoka fin juillet.

"Le plaisir est relatif, car je n'ai pas obtenu de résultats mirobolants en ayant pourtant nagé à fond le matin (en séries) comme l'après-midi (lors des finales). Mais c'est plaisant de ne pas avoir été ridicule alors que je n'étais ni rasé, ni reposé, ni affûté, et qu'en face c'était des avions de chasse", glisse-t-il.

Les Français jouaient en effet leur qualification pour les Mondiaux, prévus du 23 au 30 juillet, alors que Jérémy Desplanches était là pour se tester. "Les championnats de France servent toujours à pointer du doigt mes défauts. Et c'est ce qui s'est passé", souligne le médaillé de bronze des JO de Tokyo 2021, qui s'est confié à Keystone-ATS lundi au téléphone.

Ces défauts, ce sont le virage et la coulée. "Les nageurs ont beaucoup évolué ces dernières années dans ces domaines. J'avais déjà beaucoup de retard, et maintenant j'en ai encore plus car je suis parti de très, très, très loin. C'est à moi de mettre les bouchées doubles", explique le champion d'Europe 2018 du 200 m 4 nages.

"Mais je ne veux pas mettre les bouchées doubles sur quelque chose qui ne fonctionne pas. Je veux trouver ce qui marche pour moi, et l'entraîner à fond. J'ai regardé pas mal de vidéos sous l'eau pour trouver ce qui me correspond. Je ne gagnerai jamais grâce à mes coulées, mais je veux éviter de perdre là-dessus", poursuit-il.

Des secondes de perdues

Jérémy Desplanches n'a pu que constater les dégâts à l'heure d'analyser ses courses disputées lors des championnats de France. "Les virages, ça va encore. Mais je perds des secondes dans la poussée au mur, la coulée et la reprise de nage. Et je dis bien des secondes", se désole le protégé du légendaire coach Philippe Lucas.

"Sur 200 m 4 nages, je rate deux reprises de nage sur trois. Ca fait beaucoup", souligne le vice-champion du monde 2019, qui a terminé 5e de la finale du 200 m 4 nages mercredi dernier à Rennes en 2'00''73. Soit à plus de quatre secondes du vainqueur, le prodige Léon Marchand (1'56''25), champion du monde 2022 de la discipline.

Jérémy Desplanches - dont le meilleur chrono, établi en finale des JO 2021, est de 1'56''17 - s'était même montré plus rapide lors des séries matinales (2'00''26). "J'avais dû m'employer en séries, car seul un nageur étranger peut disputer la finale A aux championnats de France. J'étais déjà cramé avant la finale", précise-t-il.

"J'avais déjà disputé neuf courses (réd: dont quatre la veille). C'est un peu frustrant, mais la satisfaction est tout de même de mise. Je sais désormais dans quels secteurs je dois travailler jusqu'aux Mondiaux", qui ne sont qu'une étape sur la route des JO de Paris 2024. Mais qu'il n'abordera pas sans ambition.

Une étape

"C'est pour remonter en finale mondiale que je m'entraîne ces temps", rappelle Jérémy Desplanches, qui avait échoué en demi-finales des Mondiaux de Budapest au cours d'une difficile saison 2022 marquée aussi par sa 4e place aux Européens de Rome. "Et je pense que c'est possible d'atteindre la finale", assure-t-il.

"Mon état de forme n'est pas si mal, même si je manque de fraîcheur. Aux championnats de Suisse (réd: fin mars à Genève), j'ai obtenu des résultats honorables (notamment 1'58''70 sur 200 m 4 nages, son meilleur temps de l'année) en étant un peu reposé mais sans être au mieux sur le plan mental", explique-t-il.

"Donc, avec ma tête de retour dans le +game+ et mon corps au rendez-vous, je vais très vite retrouver mes marques", se réjouit un Jérémy Desplanches pour qui la mauvaise passe du début d'année est de l'histoire ancienne. "Je ne nage plus juste pour nager. J'ai retrouvé la niaque, j'ai retrouvé un but", lâche-t-il.

Ce but, c'est bien sûr les JO de Paris 2024, dans lesquels le Genevois rêve de frapper un dernier grand coup l'année de son 30e anniversaire. "Je suis parti pour un cycle d'une année et demie. Pour moi, cette fin de saison n'en est pas une, c'est un début de saison olympique", précise-t-il.

"J'ai déjà les yeux rivés sur Paris, j'ai une planification de 16 mois en tête. Les Mondiaux sont très importants et j'y vise une finale. Mais n'est qu'une étape", pour laquelle il se préparera néanmoins avec le plus grand soin. "Le plaisir est là à chaque entraînement. J'y retourne à nouveau avec hargne et envie."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Super League: c'est déjà la reprise

Publié

le

Le stade d'Yverdon bénéficie d'une nouvelle tribune secondaire (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Six jours seulement après la finale de l'Euro, la Super League reprend déjà ses droits. Trois matches auront en effet lieu dès ce soir.

Les premiers à fouler la pelouse seront d'une part les joueurs d'Yverdon et du FC Zurich, et de l'autre ceux de Lugano et de Grasshopper. Ces deux rencontres débuteront à 18h00. La soirée se poursuivra dès 20h30 avec l'affrontement entre Winterthour et Saint-Gall.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette confiant avant la reprise du championnat

Publié

le

Enzo Crivelli, en grenat, qui tire malgré l'opposition du défenseur d'Etoile Carouge Mathis Magnin, en blanc, a marqué le seul but servettien lors du match amical perdu à Frontenex le samedi précédent la reprise (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

L'heure de la reprise a sonné pour Servette. Les joueurs de Thomas Haeberli commencent leur nouveau championnat par une semaine anglaise. Premier duel dimanche (16h30) à Lucerne.

L’heure de la reprise a sonné pour Servette. Les «grenats» reprennent la compétition dimanche après quatre semaines de préparation. Avec trois matches amicaux. Le dernier en date s’est soldé par une courte défaite (1-2) face à Etoile Carouge, néo-promu en Challenge League, au Stade de Frontenex le samedi précédant la reprise. Mais le résultat de ces rencontres de préparation est à relativiser: les joueurs ont souvent les jambes lourdes après une période d’entraînement intense.

Steve RouillerDéfenseur central du Servette FC

Les Servettiens joueront leur premier du nouveau championnat dimanche (16h30). Et ils auront fort à faire, puisqu’ils iront défier Lucerne en Suisse centrale. Un adversaire redoutable. Mais le défenseur axial bas-valaisan se montre confiant: l'équipe qui a peu changé est compétitive avec l'arrivée de nouveaux renforts, notamment mais pas seulement Julian von Moos (ex-Saint-Gall). De quoi viser haut une fois de plus.

Steve RouillerDéfenseur central du Servette FC

 

Si l'effectif a subi peu de modifications par rapport à la saison dernière, l'entraîneur Thomas Haeberli n'est là que depuis la reprise des entraînements. Loin de vouloir bouleverser ce qui a bien fonctionné ces dernières saisons, le nouveau coach grenat compte poursuivre le travail de ses prédécesseurs. Il pourrait toutefois intégrer davantage de jeunes joueurs.

Thomas HaeberliEntraîneur du Servette FC

 

Septante-deux heures après leur rendez-vous lucernois, les joueurs de Thomas Haeberli défieront les Young Boys mercredi (20h30), avant de recevoir Yverdon le dimanche suivant (14h15). Et en Challenge League, les néo-promus d'Etoile Carouge se rendent à Schaffhouse vendredi (19h30).

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Nicolas Fluri chef des arbitres de la SIHF

Publié

le

Nicolas Fluri va remplacer ANdreas Fischer à la tête des arbitres suisses (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Nicolas Fluri est le nouveau chef des arbitres de la fédération suisse de hockey sur glace. Le Prévôtois de 40 ans succède à Andreas Fischer qui part à Ambri.

Fluri possède une solide expérience avec 23 ans d'arbitrage. Il a participé à plus de 1000 matches en Suisse. Il a sifflé aux JO de Pyeongchang en 2018 et lors de 4 Mondiaux.

Andreas Fischer partira à la fin du mois de juillet. Nicolas Fluri entrera en fonctions le 1er octobre. L'intérim sera assuré par le CEO de la SIHF, Patrick Bloch.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Ligue des nations: la Suisse recevra l'Espagne au Stade de Genève

Publié

le

Murat Yakin: l'Espagne en adversaire à Genève (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Stade de Genève va vibrer le dimanche 8 septembre dès 20h45. Il sera le théâtre d'un alléchant Suisse - Espagne dans le cadre de la Ligue des nations.

La venue du récent champion d'Europe devrait amener la grande foule dans l'enceinte genevoise. La Suisse entamera sa campagne le jeudi 5 septembre à Copenhague face au Danemark.

Après avoir affronté la Roja, la sélection de Murat Yakin poursuivra son parcours avec un déplacement en Serbie (samedi 12 octobre) suivi de la réception du Danemark (mardi 15 octobre). Elle accueillera ensuite la Serbie (vendredi 15 novembre) avant de boucler son pensum avec un dernier match en Espagne (lundi 18 novembre).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

11''20 pour Mujinga Kambundji sur 100 m

Publié

le

Un bon chrono pour Mujinga Kambundji à Lucerne. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Mujinga Kambundji (11’’20 sur le 100 m), Dominic Lobalu (7’37’’50 sur le 3000 m), Angelica Moser (4,60 m à la perche) et Annik Kälin (6,65m à la longueur) ont brillé à Lucerne.

Deux jours après ses 10’’90 de La Chaux-de-Fonds, Mujinga Kambundji a enlevé le 100 m avant de prendre la troisième place du 200 m en 22’’61. La Bernoise effectuait à Lucerne son ultime sortie avant les Jeux de Paris. Dominic Lobalu, Angelia Moser et Annik Kälin ont également connu les délices de la victoire pour faire le plein de confiance avant les Jeux.

A noter enfin la sixième place de Rachel Pellaud sur le 800 m. Avec un temps de 2’00’’78, l’athlète du FSG Bassecourt a signé le quatrième chrono de sa carrière.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture