Rejoignez-nous

Football

Des Helvètes entreprenants reviennent battus d'Ukraine

Publié

,

le

Avec une préparation perturbée par le coronavirus, le défenseur genevois Kevin MBabu n'a pas été en mesure d’évoluer à son meilleur niveau jeudi soir en Ukraine (© Keystone/AP Photo/Efrem Lukatsky)

Débuts laborieux pour l'Equipe de Suisse en Ligue des Nations, battue jeudi soir en Ukraine (1-2) par un adversaire beaucoup mieux organisé et plus percutant.

Néo-promue Ligue A (l’élite de Nations' League), l'Ukraine reste sur deux ans parfaits ou presque (deux défaites en plus de vingt rencontres) et la sélection helvétique l'a appris (si besoin était) à ses dépens : elle figure au tableau de chasse des joueurs de Shevchenko. Dans un groupe qui compte également l'Allemagne et l'Espagne qui se sont séparés sur un résultat nul (1-1) jeudi, les Helvètes se retrouvent en posture délicate, à trois jours d'affronter la RFA à Bâle dimanche.

La classe de Zinchenko

L'Ukraine a des joueurs de classe, à l'instar d'Oleksandr Zinchenko, dont la frappe de la 68e minute a trouvé la lucarne de Yann Sommer. Le joueur de Manchester City incarne cette équipe séduisante, mais qui a aussi bien su profiter des carences de la Suisse. Pour se créer passablement d'occasions, mais surtout pour l'emporter. Cela peut faire l'affaire, particulièrement quand la sélection de Vladimir Petkovic affiche autant de difficultés à se mettre en bonne position.

Le poteau de R.Vargas

Si elle a trouvé le poteau suite à une tête de Ruben Vargas (55e), l'équipe nationale n'a quasi pas eu d'opportunité claire dans le stade vide de Lviv jeudi soir. Excepté évidemment le 1-1 de Haris Seferovic à la 41e minute, rare manifestation de spontanéité dans le camp helvétique. Servi entre les lignes par Granit Xhaka, le buteur de Benfica a éliminé un défenseur, puis a frappé à terre des vingt mètres, rendant le portier ukrainien Andry Pyatov impuissant.

Des "Rouges" ambitieux

Cela peut avoir un côté très frustrant. Car 290 jours après l'avoir quittée, on a retrouvé les "Rouges" de Vladimir Petkovic tels qu'on les connaissait: ambitieux. Et peut-être encore plus que la façon dont on l'avait laissée à l'automne dernier. Pour sa rentrée, le onze helvétique a déployé un plan audacieux, en se plaçant très haut sur le terrain. Très utile pour récupérer un nombre important de ballons dans le camp adverse, mais trop prévisible, hormis le but de Seferovic.

Trop d'approximations

Une réussite qui a mis en lumière l'autre versant de la sélection helvétique sur cette rencontre. A savoir sa volonté d'attirer l'Ukraine hors de son camp, pour attaquer ensuite balle au pied sa défense, dont la mobilité ne semblait pas être le point fort, puis s'engouffrer dans les espaces laissés libres. Mais c'est justement dans les trente derniers mètres que les initiatives ont manqués de spontanéité, alors que les erreurs techniques ont été trop nombreuses. Regrettable, car l'approche avait quelque chose de courageux en l'absence d'un grand nombre de titulaires habituels (Shaqiri, Zakaria, Mehmedi, Schär ou Freuler).

L'efficacité dévastatrice de l'Ukraine

Mais il y a des points faibles dans cette équipe de Petkovic, qui demeurent. On pense à la fébrilité certaine de ses défenseurs dans les duels, encore plus en l'absence de Fabian Schär. Titularisé dans le couloir gauche, Steven Zuber n'a rien d'un défenseur. Hors de forme, il a passé une bonne partie de la première mi-temps à multiplier les mauvais choix quand il avait le ballon et à courir à contre-temps après quand il ne l'avait pas ou plus.

Une fébrilité inquiétante

Sur ce côté gauche, il y a en effet eu beaucoup de fébrilité dont l'entrée en jeu de Renato Steffen après la pause a permis de peser davantage sur la défense adverse. A témoin, l'ouverture du score ukrainienne soit arrivée d'un déboulé d'Oleksandr Tymchyk est venu le confirmer. Si le latéral droit du Dynamo Kiev a testé Yann Sommer, celui-ci n'a pas été irréprochable en repoussant le ballon dans les pieds d'Andry Iarmolenko, qui a marqué d'une talonnade (14e). L'avertissement était déjà venu d'un boulet canon sur le poteau de l'excellent Ruslan Malinovsky. Il y en a encore eu d'autres en fin de match.

L'équipe d'Andry Shevchenko a donc mérité sa victoire. Sa létalité a été un atout de choix. A l'image de l'attaquant qu'était son sélectionneur.

 

Texte: si/Valentin Schnorhk Lviv.

Photos: Keystone

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Une - très - mauvaise affaire pour le FC Lucerne

Publié

le

Le remarquable Karlo Letica alerté par une frappe de Nicky Beloko. l (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le Lausanne-Sport a joué un tour pendable au FC Lucerne. Contraints au nul 0-0 par les Vaudois, les Lucernois ont perdu deux points très précieux dans la course pour le top 6.

Trois jours après le 3-3 renversant contre le FC St. Gall, la formation de Ludovic Magnin n’a rien volé à la swispoarena. Même si Karlo Letica a sorti trois arrêts magnifiques dont une double parade devant Thibaut Klidje et Max Meyer à la demi-heure, elle aurait pu s’imposer. Noë Dussenne, qui fêtait ce dimanche ses 32 ans, a, ainsi, imposé à trois reprises son jeu de tête dans la surface adverse pour trouver la transversale à la 2e minute.

Avec ce nul. Le FC Lucerne est revenu à la hauteur du FC St. Gall, qui occupe cette fameuse 6e place et qui reçoit les Young Boys cet après-midi. Quant au Lausanne-Sport, il compte 7 points d’avance sur les Grasshoppers, barragistes et qui se déplacent à Yverdon ce dimanche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

3e défaite de suite pour Servette battu par le FC Zurich

Publié

le

Miroslav Stevanovic, en grenat, conserve le contrôle du cuir devant Amadou Dante, en blanc, auteur de l'ouverture (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Devant 12'677 spectateurs, le Servette FC a subi sa 3e défaite consécutive face au FC Zurich (0-1) samedi à la Praille. 

Malgré une excellente seconde mi-temps, les Servettiens ont encore perdu samedi soir devant leur public. Ils ont subi leur troisième défaite consécutive en l'espace d'une semaine à chaque fois par un but d'écart. Entré pour la dernière demi-heure, l'attaquant japonais Takima Nishimura a joué de malchance avec deux envois sur la barre transversale. Ce manque de réussite pénalise lourdement les joueurs de René Weiler. Ceux-ci restent cependant deuxièmes du classement après le match nul du FC Lugano à Winterthour (2-2) samedi après-midi.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Une entame réussie pour la Suisse

Publié

le

La joie des Suissesses après l'ouverture du score de Viola Calligaris. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse a entamé de belle manière le tour préliminaire de "son" Euro 2025. A Zurich au Letzigrund, elle a battu la Turquie 3-1. Elle livrera son prochain match mardi en Azerbaïdjan.

Devant 5490 spectateurs, les Suissesses ont eu le bonheur de marquer à trois reprises de la tête, par Viola Calligaris (30e et et 79e) et par Luana Bühler (52e). Les réussites des deux défenseuses illustrent leur emprise sur le plan athlétique. Les protégées de Pia Sundhage ont signé un succès vraiment probant dans la mesure où elles n’ont cessé de porter le danger devant la cage adverse.

L'arrière centrale Viola Calligaris, en rouge à l'arrière plan, s'élève plus haut que toute la défense turque et ouvre le score pour l'Equipe de Suisse; la gardienne Selda Akgöz, en turquoise, est battue (© KEYSTONE/Ennio Leanza).

Ramona Bachmann demeure l’atout maître de cette équipe de Suisse. La future joueuse de Houston fut dans tous les bons coups pour rappeler qu’il faudra toujours miser sur elle l’an prochain malgré son exil et le poids des ans.

Aurélie Csillag, en rouge et grenat: une entrée en matière remarquée (© KEYSTONE/Ennio Leanza).

 

Promotion en vue pour l'Equipe de Suisse

On rappellera que la Suisse est, bien sûr, déjà qualifiée pour l’Euro 2025. Mais elle peut par le biais de ce tour préliminaire retrouver une place dans le groupe A de la Ligue des Nations qu’elle vient de quitter. Elle se doit ainsi de remporter son groupe qui comprend également la Hongrie, tenue en échec (1-1) par l’Azerbaïdjan.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette battu à domicile par le Stade Lausanne!

Publié

le

Enzo Crivelli, en grenat, devancé par Sahmkou Camara, en blanc: à l'image du match, les Stadistes sont parvenus à battre les Servettiens chez eux mercredi soir (KEYSTONE/Martial Trezzini).

Piégé par le Stade Lausanne, le SFC s'est incliné (1-2) à la Praille pour la première fois depuis plus de six mois.  

Servette a perdu des points précieux mercredi soir à la Praille face à la lanterne rouge. Les joueurs de René Weiler se sont une nouvelle pris les pieds dans le tapis à quelques jours d'intervalle. C'est leur deuxième défaite en l'espace de quatre jours après celle subie à Winterthour (0-1).

But de l'ex-grenat Ajdini

Battus pour la première fois à domicile depuis début septembre, ils ont singulièrement peiné face à une formation stadiste disposée en 5-4-1 ultra défensif. Très souvent pris au piège du hors-jeu, ils ne se sont presque pas créé d'occasion de but en première mi-temps. De plus, ils ont été piégés sur l'une des rares contre-attaques des visiteurs conclue par - qui plus est - un ancien junior grenat Alban Ajdini.

Efforts vains

En seconde mi-temps, malgré de très nombreuses opportunités de marquer, ils ne sont pas parvenus parvenus à renverser la vapeur. Certes, Jeremy Guillemenot, l'attaquant grenat le plus remuant, est parvenu à remettre les deux équipes à égalité. Mais les Servettiens qui cherchaient le but de la victoire ont une nouvelle fois été pris de cours sur un nouveau contre conclu par le Moldave Damascan qui avait relayé Ajdini pour le dernier quart du match. Une soirée à oublier pour le onze grenat...

A l'image d'Alexis Antunes, en grenat, auteur d'un but annulé pour hors-jeu, les Servettiens ont tout tenté surtout en seconde mi-temps pour revenir dans la partie, mais Romain Bayard, en blanc, et les Stadistes sont néanmoins repartis du Stade de Genève avec les trois points (© KEYSTONE/Martial Trezzini)..

 

Quoi qu'il en soit les Servettiens ont largement dominé territorialement en première mi-temps, puis au niveau des occasions de but en seconde période. On peut se demander comment ils ont fait pour perdre ce match.

Steve RouillerDéfenseur central du Servette FC

 

Autre interrogation: ont-ils perdu le rythme après la pause de l’équipe nationale?

René WeilerEntraîneur du Servette FC

 

C'est le genre de défaite qui doit nous faire réfléchir à nos prestations. Steve Rouiller

Depuis plusieurs semaines, on évoque la possibilité d'un titre de champion de Suisse; n'est-on pas allé plus vite que la musique?

Steve RouillerDéfenseur central du Servette FC

 

Servette est clairement un candidat au titre. Ricardo Dionisio

Si le défenseur axial bas-valaisan et ses coéquipiers ne crient pas sur tous les toits leurs ambitions de titre national, leurs adversaires eux ne voient pas les choses de la même façon. Pour le coach stadiste R. Dionisio, les Servettiens restent plus que jamais candidats au titre de champions.

Ricardo DionisioEntraîneur de Stade Lausanne/Ouchy

Continuer la lecture

Football

Un succès sans prix pour Lausanne

Publié

le

La joie de Berkay Dabanli après le but qui a donné la victoire à Lausanne. (© KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Lausanne enchaîne ! Deux semaines après leur succès contre les Young Boys, les Vaudois se sont imposés 1-0 au Letzigrund devant les Grasshoppers.

Ce succès sur une pelouse où Lausanne n’avait plus gagné depuis dix ans efface l’"horrible" 5-0 du 2 décembre face à ce même adversaire. Il n’a, surtout, pas de prix pour Ludovic Magnin et ses joueurs. Il leur permet de se hisser à la huitième place du classement, devant Yverdon et Bâle, pour creuser un écart de 5 points sur les Grasshoppers, qui occupent la place peu enviable de barragiste.

Sans son capitaine Noé Dussenne suspendu, Lausanne a construit son succès en première période avec le but inscrit de la tête par le défenseur Berkay Dabanli qui a surgi sur un corner d’Olivier Custodio. Cette victoire ne souffre aucune discussion même si la pression adverse fut pressante en fin de rencontre. Mais au niveau de la jouerie, il n’y avait pas vraiment photo entre les deux équipes.

A St. Gall, Lucerne a arraché le point du nul (1-1) dans le temps additionnel grâce à Lars Villiger à la réception d’un centre d’Ardon Jashari. Une défaite aurait placé les Lucernois dans une situation bien inconfortable dans la lutte pour la sixième place. Avec ce résultat, ils restent à 3 points de la barre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture