Rejoignez-nous

Sport

Football: une semaine anglaise ratée met Servette sous pression

Publié

,

le

Pour l'entraîneur Alain Geiger n'a pas encore terminé son apprentissage de la Super League

L’heure est aux interrogations pour les néo-promus désormais sous pression après une semaine anglaise ratée. Ils n’ont plus que trois points d’avance sur Neuchâtel Xamax et quatre sur le duo de queue constitué par Thoune et Lugano, mais leur entraîneur Alain Geiger prône la patience.

Les joueurs de Servette sont rentrés aux vestiaires la mine sombre et la tête basse après leur défaite contre le FC Zurich (1-0) au Stade de la Praille. Seul Jeremy Frick s’est arrêté dans la « zone mixte » pour répondre aux questions de la presse. Meilleur joueur « grenat » dimanche, il a réalisé des arrêts déterminants tant en première qu’en seconde mi-temps. Elu meilleur joueur du match, le portier servettien a été le seul à tirer son épingle du jeu…

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Un premier tournant à Neuchâtel ?

Samedi (19h) à Neuchâtel contre Xamax, les Servettiens vont jouer un match capital. Actuellement sixièmes, ils ne comptent plus que trois longueurs d’avance sur les « rouges et noirs » et quatre sur le duo de queue Lugano et Thoune. Leur entraîneur relativise pourtant l’importance des points perdus lors de la semaine anglaise (défaites à Saint-Gall 1-3 et contre le FC Zurich 0-1, match nul contre le FC Lugano 0-0). Il se dit également satisfait du bilan chiffré de ce premier quart de championnat (neuf matches, dix points).

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Apprentissage encore en cours

Le jeu des « grenats » présente bien des lacunes actuellement. A entendre le dernier rempart genevois Jeremy Frick, aucun compartiment du jeu ou presque n’échappe à la critique.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

De son côté, le mentor valaisan de la Praille reconnaît que son équipe est encore en phase d’apprentissage, n’ayant pas encore absorbé le choc du passage de la Challenge à la Super League…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Depuis plusieurs semaines, l’infirmerie affiche complet. On se peut dès lors se demander si le contingent servettien est suffisamment fourni pour la Super League…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Football: A failed English week puts Servette under pressure | En24 News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Transat JV: quatrième, « une belle performance » de la Rösti Sailing Team

Publié

le

Valentin Gautier (à gauche) et Simon Koster lors de leur arrivée à Salvador de Bahia [© Jean-Marie Liot/Alea]

En voile, la Transat Jacques-Vabre s’est terminée de belle manière cette nuit après 18 jours 12 heures et 29 minutes et 4 secondes pour le duo de la Rösti Sailing Team composé du Genevois Valentin Gautier et du Zurichois Simon Koster. Ils terminent à une très belle quatrième place de la catégorie Class 40. Les deux équipiers ont été joints cette nuit, près de deux heures après leur arrivée. 

C’est à 1h44 heure suisse que le duo 100% helvétique a franchi la ligne d’arrivée à Salvador de Bahia à la quatrième place. Une belle performance puisqu’il s’agissait là de leur première transatlantique ensemble sur un bateau mis à l’eau un mois avant le départ de la régate.

On peut donc aisément l’imaginer, les émotions étaient bien présentes pour Valentin Gautier.

Valentin Gautier Le Genevois de la Rösti Sailing Team

 

Une grosse satisfaction supplémentaire : les deux skippers n’ont connu aucun gros pépin physique durant les 18 jours de traversée.

Simon Koster Le Zurichois de la Rösti Sailing Team

 

Pour rappel, leur bateau Banque du Léman n’a été mis à l’eau qu’un mois avant le départ et qui sait, ils auraient peut-être pu faire mieux avec plus d’expérience sur leur Classe 40 car tout ne s’est pas passé comme prévu et il y a eu quelques bricoles à faire.

Simon Koster Le Zurichois de la Rösti Sailing Team

Valentin Gautier (à gauche) et Simon Koster recevant les fruits à leur arrivée à Salvador de Bahia. [Photo: Jean-Marie Liot/Alea]

« On a pas réfléchi comment on s’organisera »

La zone du pot au noir a causé pas mal de tort à la Rösti Sailing Team puisqu’ils y sont restés quelques jours avec parfois très peu de vent, c’est donc mentalement que cette étape a été dur. Valentin Gautier

Valentin Gautier Le Genevois de la Rösti Sailing Team

 

Mais dans les moments difficiles c’est la complémentarité du binôme qui a joué en leur faveur. Si Valentin Gautier peut avoir, selon leurs mots, un tempérament explosif, Simon Koster est plus posé. C’est d’ailleurs naturellement que tout s’est passé sur le bateau durant la transat.

Simon Koster Le Zurichois de la Rösti Sailing Team

 

Puis après le pot au noir est arrivé cette remontée de la 7e à la 4e place au large des côtes brésiliennes. Trois jours durant lesquels, les deux navigateurs ont suivi avec attention l’avancée de leur concurrent.

Valentin Gautier Le Genevois de la Rösti Sailing Team

 

Une arrivée fêtée par des fruits mais aussi par une caipirinha pour la Rösti Sailing Team. – [Jean-Marie Liot/Alea]

« On flotte dans l’ambiance, on va atterrir gentiment »

Le 13 novembre Valentin Gautier écrivait dans le point quotidien posté sur Facebook « je viens de prendre conscience que nous allions au Brésil ! […] Une chance que j’ai encore eu la lucidité de prendre mon passeport! » 

Un égarement qui s’explique facilement, les deux navigateurs étaient la tête dans le guidon, fixés sur leur objectif : prendre le départ de la transat Jacques-Vabre. Après s’être joué à 1 jour près, le départ a été pris et ils finissent 4e. Deux heures après l’arrivée, Valentin Gautier avait encore de la peine à y croire

Valentin Gautier Le Genevois de la Rösti Sailing Team

 

Même son de cloche pour le Zurichois Simon Koster, « on flotte un peu dans l’ambiance ».

Simon Koster Le Zurichois de la Rösti Sailing Team

 

Le Class 40 Banque du Léman de la Rösti Sailing Team à l’arrivée de la Transat Jacques-Vabre – [Jean-Marie Liot/Alea]

C’est maintenant quelques jours de repos qui attendent les deux navigateurs. Du repos bien mérité, pour se reposer mais aussi profitez du Brésil et de ne plus avoir d’échéances soudaines en tête.

Valentin Gautier Le Genevois de la Rösti Sailing Team

Moment sympathique, Valentin Gautier (à droite) serre la main à l’autre skipper genevois engagé dans la Transat Alan Roura – [Jean-Marie Liot/Alea]

Sébastien Telley

 

 

 

 

Continuer la lecture

Voile

Joie et déception pour Alan Roura après la transat en double

Publié

le

Alain Roura et Sébastien Audigane ont terminé leur traversée de l'Atlantique en double mardi (© Pïerre Bouras / La Fabrique).

Alan Roura a vécu la fin de son aventure transatlantique entre joies et déception mardi soir à Salvador de Bahía.

Le navigateur genevois Alan Roura et son coéquipier Sébastien Audigane ont accosté dans le port à Salvador de Bahía mardi peu avant 18h30 heure suisse. Vingt-et-unième de la Transat Jacques Vabre dans la classe IMOCA, le duo franco-suisse a parcouru les 4350 miles théoriques séparant séparant Le Havre du Nord-Est brésilien en seize jours, cinq heures, treize minutes et trente secondes.

Alan Roura 21e de la Transat Jacques Vabre

 

En attendant le Vendée Globe, course au tour du Monde sans escale et en solitaire qui débutera dans moins d’un an, le 8 novembre prochain., les deux marins ont eu la joie de retrouver leurs proches et de déguster une caipirinha, le traditionnel cocktail brésilien.

Alan Roura 21e de la Transat Jacques Vabre

 

Cette transat en double se termine sur une note positive malgré la déception d’un classement bien en deçà des attentes, car il y a bien des enseignements positifs à tirer de cette course.

Alan Roura 21e de la Transat Jacques Vabre

 

 

Continuer la lecture

Tennis

Federer toujours en course aux Masters à Londres

Publié

le

Federer peut toujours rêver des demi-finales au Masters (©KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT)

Roger Federer (no 3) est toujours en vie dans le Masters ATP de Londres.

Battu 7-5 7-5 par Dominic Thiem pour son entrée en lice, le Bâlois a dominé Matteo Berrettini (no 8) 7-6 (7/2) 6-3 dans la 2e journée du groupe Björn Borg.

Le sextuple vainqueur jouera donc sa place dans le dernier carré jeudi. Il défiera alors Novak Djokovic (no 2), qui ne sera de toute manière pas mathématiquement qualifié pour les demi-finales. Il reste sur cinq défaites face au Serbe, la dernière en date étant la plus mortifiante de sa carrière (finale du dernier Wimbledon).

Roger Federer, qui avait manqué son affaire face à Dominic Thiem, a su élever son niveau de jeu pour ce premier match-couperet. Mieux en jambes, plus relâché dans ses frappes, il a témoigné d’une grande solidité dans le « money time ». Et il ne s’est retrouvé qu’une seule fois en danger sur son service, alors qu’il menait 7-6 4-3.

Le Bâlois a fait la différence en l’espace de 10 minutes à peine. Il a survolé les débats dans le jeu décisif, profitant d’un coup droit manqué par son adversaire à 1/1 pour signer un premier « mini break ». Et il a enfoncé le clou en réalisant le premier break de cette rencontre dès le premier jeu de la deuxième manche.

Roger Federer, qui a effacé les trois balles de break auxquelles il a fait face (à 7-6 4-3), n’a donc pas fait mentir la statistique: il est invaincu lors de son deuxième match du Round Robin au Masters (17 succès). Pour ne pas échouer pour la deuxième fois seulement en 17 participations dès la phase de poules, il devra réussir jeudi ce qu’il n’a plus fait depuis quatre ans: battre Novak Djokovic.

Le Maître n’a plus vaincu le Serbe depuis le Masters 2015, à l’occasion de la 2e journée du Round Robin. Novak Djokovic, qui avait pris sa revanche cinq jours plus tard en finale de ce Masters, a d’ailleurs remporté 9 de leurs 11 derniers affrontements. Il avait, mais est-il besoin de les rappeler, écarté deux balles de match en finale du dernier Wimbledon…

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Le retour de Tanner Richard renforce le power play servettien

Publié

le

Le rentrée de Tanner Richard devrait augmenter l'efficacité de Genève-Servette en attaque (© Bastien Gallay/archives).

Revenant de blessure, Tanner Richard, le fer de lance de l’attaque de Genève-Servette, s’apprête à griffer la glace mardi soir (19h45) de Fribourg. Sa rentrée devrait encore augmenter la force de frappe des Aigles notamment en supériorité numérique. 

Touché depuis plus de six semaines, Tanner Richard n’avait plus évolué sous le chandail des Aigles. L’attaquant canado-suisse est prêt à reprendre sa place au cœur de l’attaque servettienne. Un atout incontestable pour Patrick Emond et sa troupe qui veut confirmer sa très probante victoire sur le HC Lugano (4-0), remportée juste avant la pause de l’équipe nationale. Sur le plan offensif, en général, et lors des power play en particulier (le GSHC possède le troisième meilleur taux d’efficacité du championnat en supériorité numérique).

Arnaud Jacquemet Défenseur de Genève-Servette

 

Cette confrontation directe est la deuxième de la saison entre Aigles et Dragons. La première a tourné à l’avantage de la formation des bords de la Sarine qui s’est imposé après prolongation aux Vernets.

Arnaud Jacquemet Défenseur de Genève-Servette

 

Quatrième actuellement avant ce duel face à Fribourg Gotteron, Genève-Servette compte trente points récoltés en dix-neuf matches.

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Deutschland Cup: la Suisse cède face à la Russie

Publié

le

Patrick Fischer a vu son équipe s'incliner 4-3 tab à Krefeld pour le 3e et dernier match de la Deutschland Cup (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

Pour son 3e match de la Deutschland Cup à Krefeld, la Suisse a concédé sa première défaite. Un revers 4-3 tab contre la Russie au terme d’une partie emballante.

C’est dans le troisième tiers que les joueurs de Patrick Fischer ont cru forger leur succès, en effaçant leur but de retard (42e) et en prenant une longueur d’avance cinq minutes plus tard en avantage numérique. Mais les Russes ont arraché l’égalisation pour forcer la tenue d’une prolongation où ils auraient pu l’emporter.

Tout s’est donc joué aux tirs au but et après un départ un brin poussif, les artistes ont trouvé la faille pour déjouer à trois reprises Melvin Nyffeler. La Suisse ne sait pas encore si elle va terminer au premier ou au deuxième rang de cette compétition. Il faudra attendre le résultat de l’Allemagne face à la Slovaquie dans l’après-midi.

Un bel état d’esprit

Rod et Cie ont su rebondir après une deuxième période compliquée qui a permis de constater que le travail en box-play avce Tommy Albelin avait été effectué avec sérieux pendant la semaine. Il y a notamment eu ces deux minutes à 3 contre 5 à la 26e où la Suisse a su faire le dos rond et aider parfaitement le portier Melvin Nyffeler.

Après Pius Suter la veille contre l’Allemagne, ce sont d’autres hommes qui ont prouvé leur valeur. Buteur jeudi contre la Slovaquie, Tyler Moy s’est signalé en inscrivant le 2-2 de très jolie façon et en assistant parfaitement Alessio Bertaggia sur le 3-2 en power-play.

Mention spéciale également à Simon Le Coultre, très habile pour identifier la séquence lors de l’ouverture de la marque au terme d’un beau « wraparound » (22e) et qui a trouvé le poteau à la toute fin du tiers médian. Et que dire de Jason Fuchs qui a bien failli marquer l’un des buts de l’année en faisant passer sa canne entre ses jambes avant de trouver le casque du gardien Tarasov sur le chemin du puck.

Face à cette deuxième garniture russe, la Suisse est clairement montée en puissance, bien aidée aussi par l’indiscipline de la Sbornaya. Mais il ne faut pas enlever de mérite à cette jeune équipe avec ses 23 ans de moyenne d’âge. Son envie et sa volonté de sauter sur les tirs adverses en fin de partie démontrent l’état d’esprit qui prévaut sous les casques helvétiques.

Source: ATS

Continuer la lecture