Rejoignez-nous

International

Gaza: Netanyahu sous une pression américaine accrue

Publié

,

le

Joe Biden a prévenu le dirigeant israélien que la poursuite du soutien des Etats-Unis à son opération à Gaza dépendrait de décisions "concrètes" pour protéger les civils, selon la Maison Blanche. (© KEYSTONE/AP/Stephanie Scarbrough)

Le 1er ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face à une pression accrue, notamment de la part du président américain Joe Biden. Celui-ci l'a pressé jeudi de conclure "sans délai" un accord pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, au bord de la famine.

L'entretien téléphonique entre les deux dirigeants survient près de six mois après le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a dévasté la bande de Gaza, et quelques jours après la mort de travailleurs humanitaires, tués par une frappe israélienne.

M. Biden, qui s'était dit "indigné" par cette frappe, a évoqué pour la première fois la possibilité de conditionner l'aide américaine à Israël à des mesures "tangibles" de la part du gouvernement israélien pour répondre à la catastrophe humanitaire en cours dans le petit territoire assiégé.

"Destructions délibérées"

L'ONG Médecins dans frontières (MSF) a dénoncé jeudi les "destructions systématiques et délibérées du système de santé" du territoire palestinien" par Israël lors d'une conférence de presse.

"Il y a des blessures par écrasement à l'abdomen, au thorax, des amputations des jambes et des bras nécessaires, et en plus de cela, les patients souffrent de graves brûlures", a détaillé Genève Amber Alayyan, responsable adjointe des programmes de l'ONG pour le Proche-Orient.

"Aucun système de santé au monde ne peut faire face au volume et au type de blessures, ainsi qu'aux états de santé que nous voyons quotidiennement", a-t-elle estimé.

Les ONG ne veulent pas quitter Gaza

Les ONG MSF, Oxfam, Médecins du Monde et Save the children International ont par ailleurs alerté sur leur quasi impossibilité de travailler dans le territoire palestinien.

Aucune de ces ONG ne prévoit à ce stade de partir, même si la question se pose "chaque jour", a indiqué Isabelle Defourny, présidente de MSF France. "Les conditions pour apporter une assistance humanitaire ne sont pas réunies", a-t-elle ajouté.

Près de 200 humanitaires tués

La mort lundi dans une frappe israélienne de sept travailleurs humanitaires de l'ONG World Central Kitchen (WCK), basée aux Etats-Unis, a accru le mécontentement international, l'armée israélienne ayant reconnu une "grave erreur".

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, près de 200 travailleurs humanitaires ont été tués, selon Christopher Lockyear, secrétaire général de MSF.

"Intentionnalité ou incompétence"

"Ce type d'attaques est soit intentionnel, soit révélateur d'une incompétence dangereuse", a-t-il fustigé jeudi lors d'une conférence de presse à Genève.

La guerre entre Israël et le Hamas, dernier épisode du très long conflit israélo-palestinien, a été déclenchée après l'attaque de combattants du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre dans le sud d'Israël. Elle a entraîné la mort de 1170 personnes du côté israélien, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Plus de 250 personnes ont été enlevées, selon Israël, dont 130 seraient toujours détenues, parmi lesquelles 34 seraient décédées.

En représailles, Israël mène des opérations militaires dans le territoire palestinien, s'étant juré d'anéantir le Hamas, qui y a pris le pouvoir en 2007.

Plus de 33'000 morts

Plus de 33'000 personnes, en majorité des civils, ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé du Hamas.

L'armée israélienne a poursuivi jeudi ses opérations dans le centre de la bande de Gaza ainsi qu'à Khan Younès (sud). En 24 heures, 62 morts supplémentaires ont été recensés, selon un communiqué du ministère de la Santé du Hamas.

Sur fond d'inquiétudes d'une opération terrestre, voulue par Netanyahu, à Rafah (sud), où s'entassent près de 1,5 million de Palestiniens déplacés par les combats, selon l'ONU, la communauté internationale ne cesse d'exhorter Israël à protéger les civils et travailleurs humanitaires à Gaza.

"Pas acceptable"

Au Royaume-Uni, quelque 600 juristes britanniques ont réclamé jeudi la suspension des ventes d'armes à Israël au nom d'une violation du droit international et d'un "risque sérieux de génocide".

Au Canada, le Premier ministre, Justin Trudeau, a martelé lors d'un point presse que la mort d'humanitaires "n'arrivait pas par hasard" et ce n'était "pas acceptable".

Après la frappe israélienne, l'ONG WCK, qui fournissait quotidiennement des repas à Gaza, a annoncé suspendre ses opérations via un couloir maritime depuis Chypre, accroissant les craintes pour la situation alimentaire des quelque 2,4 millions d'habitants.

Les USA exigent des mesures immédiates

Les Etats-Unis ont exigé jeudi d'Israël de permettre une "augmentation spectaculaire" de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza, disant vouloir voir des mesures concrètes prises "dans les heures et jours qui viennent", tandis que plusieurs pays tentent d'acheminer davantage d'aide, notamment par parachutage.

Mais l'acheminement de vivres par les airs ou la mer ne peut se substituer aux routes terrestres, insistent l'ONU et de nombreux pays.

245 calories par jour

Selon une étude jeudi de l'ONG Oxfam, la population du nord de la bande de Gaza survit avec 245 calories par jour, soit "moins d'une boîte de haricots", ce qui, selon l'ONG, représente "moins de 12% des besoins caloriques quotidiens moyens".

"Les livraisons de farine sont retardées (...). Il y a aussi une pénurie de légumes, de viande et d'autres produits essentiels", a dit mercredi à l'AFP un habitant de la ville de Gaza qui tentait de récupérer des denrées alimentaires.

Malgré un "mécontentement croissant" de Washington face à son allié, le soutien des Etats-Unis à Israël reste "inébranlable", a toutefois assuré jeudi un porte-parole de la Maison Blanche.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Selon un responsable israélien, Netanyahu a dissous le cabinet de guerre

Publié

le

Le dirigeant centriste Benny Gantz avait quitté en juin la coalition gouvernementale de Benjamin Netanyahu (archives). (© KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN)

Un responsable israélien a annoncé lundi la dissolution du cabinet de guerre, créé après les attaques du 7 octobre menée par le Hamas en Israël. Cette décision fait suite à la démission la semaine dernière du centriste Benny Gantz.

Les médias israéliens avaient rapporté plus tôt lundi que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé la dissolution de ce groupe restreint lors d'une réunion du cabinet de sécurité dimanche.

Un responsable israélien, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a confirmé la dissolution du cabinet de guerre, précisant que le cabinet de sécurité prendrait "les décisions sur les questions relatives à la guerre".

Le cabinet de sécurité, qui comprend le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer et le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, est le principal organe à prendre les décisions relatives à la guerre avec le Hamas.

"Plus nécessaire"

M. Gantz, chef du parti de l'Union nationale (centre) avait quitté la coalition gouvernementale plus tôt en juin, entraînant avec lui Gadi Eisenkot. "Lorsque (Gadi) Eisenkot et (Benny) Gantz ont rejoint le gouvernement, c'était à la condition qu'ils formeraient le cabinet de guerre", ont souligné des sources proches du dossier.

"Maintenant qu'ils sont partis, cela n'est plus nécessaire. Cela signifie que le cabinet de sécurité, qui est de toute façon l'organe chargé de prendre des décisions, se réunira plus souvent", ont souligné ces sources.

Mais selon des commentateurs, cette dissolution est également destinée à couper l'herbe sous le pied des ministres d'extrême droite Ben Gvir et Bezalel Smotrich qui voulaient participer au cabinet de guerre depuis le début du conflit.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Adidas mène une enquête sur des allégations de corruption en Chine

Publié

le

Adidas compte 14 usines en Chine et y a réalisé 15% de ses ventes mondiales en 2023, soit 3,2 milliards d'euros, en croissance de 8% sur un an. (archive) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL KARMANN)

L'équipementier sportif allemand Adidas a indiqué lundi mener une "enquête approfondie" sur une vaste affaire de corruption présumée en Chine évaluée à plusieurs millions d'euros impliquant des employés locaux du groupe.

Le groupe d'Herzogenaurach, à peine remis des turbulences après sa séparation brutale avec le rappeur américain Ye pour ses propos antisémites, voit désormais éclater une affaire compromettante en Chine, où ses ventes ont redécollé l'an dernier après le creux lié à la pandémie du Covid.

En date du 7 juin, Adidas dit avoir reçu "une lettre anonyme indiquant des violations potentielles de la conformité en Chine", a indiqué une porte-parole à l'AFP.

Adidas enquête depuis "de manière approfondie sur cette affaire en collaboration avec un conseiller juridique externe", sans donner plus de détails.

De façon générale, la marque aux trois bandes prend "très au sérieux les allégations de violations possibles de la conformité", et se veut irréprochable "sur tous les marchés sur lesquels nous opérons", selon sa porte-parole.

A la Bourse de Francfort, Adidas cédait plus d'1,5% lundi en matinée, dans un Dax reprenant des couleurs (+0,40%).

La dite lettre est attribuée à "des employés d'Adidas (en) Chine" accusant nommément plusieurs salariés chinois, dont un cadre du service budget marketing de l'entreprise, d'avoir reçu d'importants pots-de-vin, selon le quotidien britannique Financial Times qui a révélé en premier l'affaire.

Un responsable d'Adidas Chine est notamment accusé d'avoir reçu des "millions en espèces de la part de fournisseurs, ainsi que des biens notamment immobiliers."

Adidas, qui a fait ses débuts en Chine en 1997, y compte aujourd'hui 14 usines et y a réalisé 15% de ses ventes mondiales en 2023, soit 3,2 milliards d'euros, en croissance de 8% sur un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Environnement

Feu vert final des pays de l'UE à un texte-clé du Pacte vert

Publié

le

La législation a été prise pour cible par le Parti populaire européen, sous pression des milieux agricoles (archives). (© KEYSTONE/EPA/Olivier Matthys)

Le Conseil de l'Union européenne a adopté définitivement, lundi à Luxembourg, le projet de règlement européen sur la restauration des écosystèmes dégradés.

Ce vote a été soutenu par 20 États membres représentant 66,07% de la population de l'UE, soit une majorité qualifiée. Seuls six pays ont voté contre.

Le vote met fin à deux années de dure controverse politique au sein de l'Union européenne. Projet phare du Pacte vert européen dans son volet biodiversité, cette législation fixe aux États membres l'objectif de restaurer au moins 20% des écosystèmes dégradés de l'UE d'ici 2030 et l'ensemble des écosystèmes ayant besoin d'être restaurés d'ici 2050.

Elle a été prise pour cible par le Parti populaire européen sous pression agricole, ainsi que par des dirigeants qui ont réclamé une "pause" dans les législations climatiques de l'UE. Le règlement va maintenant être publié au Journal officiel de l'UE, pour une entrée en vigueur 20 jours plus tard.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Culture

Paul McCartney donnera des concerts en Europe en décembre

Publié

le

Paul McCartney lors de son concert au Hallenstadion de Zurich en 1989. (© Keystone/CHRISTOPH RUCKSTUHL)

Paul McCartney donnera des concerts en Europe en décembre. Il s'arrêtera à Paris, mais pas en Suisse.

"Salut la belle France !": c'est en français que Paul McCartney a annoncé lundi dans un message vidéo deux concerts les 4 et 5 décembre à Paris La Défense Arena. Après cette introduction, l'ex-Beatles, barbe de trois jours, poursuit son intervention malicieuse en anglais, envoyée en amont à la presse.

"C'est Paul ici, Paul McCartney, on vient jouer en France. On a passé un super moment la dernière fois qu'on est venus, c'est toujours génial en France. Alors venez, on va faire la fête". Les billets seront en vente le 21 juin.

Pas de concert en Suisse

Avec son "'Got back' tour", il se produira ensuite, toujours en décembre 2024, et chaque fois pour des doubles concerts, à Madrid, Manchester et Londres. Aucune date n'est annoncée en Suisse pour l'instant. Il a joué pour la dernière fois à Zurich en 2012.

Il aura auparavant joué en Amérique du Sud, en octobre prochain. Il s'arrêtera en Uruguay, Argentine, Chili et Pérou.

En novembre 2018, le bassiste gaucher et son groupe s'étaient produits devant 40'000 personnes à Paris La Défense Arena, plus grande salle fermée d'Europe, où est passée récemment Taylor Swift. Le natif de Liverpool avait promis de revenir.

"Macca", 81 ans, se produit dans le cadre de sa tournée mondiale "Got back". Un clin d'oeil à "Get back", nom originel du projet pour lequel les Beatles sont entrés en studio à Londres en janvier 1969.

Mais les bandes de cet album sont remisées au placard. Ces sessions fourniront ensuite des munitions pour "Abbey Road" (1969). Et, surtout, les pistes remaniées par le producteur Phil Spector, connu pour son fameux effet appelé mur du son, donneront "Let it be", ultime album paru (1970), avec un morceau intitulé "Get back".

Tournée lancée en 2022

La tournée "Got back" a été lancée aux États-Unis en 2022 puis est passée en 2023 par l'Australie, le Mexique et le Brésil. Pour ce tour de chant, "Sir Paul" et ses musiciens puisent dans le répertoire des Beatles, des Wings, autre projet de McCartney, et dans les albums solo de l'ex-Beatles.

Il y a toujours une actualité autour de Paul McCartney. Vendredi, "One hand clapping", album des Wings enregistré dans les conditions du live en 1974 et jamais exhumé, a enfin été publié.

Les ultra-fans de Paul McCartney connaissent déjà cet album, dont des versions pirates ont circulé. Un DVD était paru en 2010, en bonus de la réédition de l'album des Wings "Band on the run", mais pas avec la totalité des morceaux captés.

"One hand clapping" en contient 26, 27 même en comptant le medley en solo au piano de "Macca" fusionnant "The long and winding road" et "Lady Madonna".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Chine: les ventes au détail augmentent en mai

Publié

le

La croissance de la production industrielle chinois a ralenti en mai en Chine, signe d'une reprise inégale de la deuxième économie mondiale. (archive) (© KEYSTONE/EPA/FREDDY CHAN)

Les ventes au détail ont augmenté en mai en Chine. En revanche, la croissance de la production industrielle a ralenti, selon des chiffres officiels publiés lundi, signe d'une reprise inégale de la deuxième économie mondiale.

En mai, les ventes au détail - un indicateur clé des dépenses de consommation - ont progressé de 3,7% en glissement annuel, après une hausse de 2,3% en avril, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Une augmentation supérieure aux prévisions des analystes de Bloomberg, qui l'avaient évalué à 3%.

La production industrielle a néanmoins ralenti, avec certes une hausse de 5,6% en mai, mais au-deçà de l'augmentation de 6,7% en avril et de la prévision de Bloomberg à 6,2%. Le BNS a qualifié les chiffres du mois de mai de "généralement stables", ajoutant que "l'économie nationale a continué à se redresser et à s'améliorer".

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé fin mai sa prévision de croissance pour la Chine à 5% pour 2024, en ligne avec l'objectif fixé par Pékin, mais il s'inquiète des défis qui demeurent sur le plan industriel et budgétaire. L'économie chinoise doit notamment surmonter la crise du secteur du logement et de la construction, qui souffre depuis 2020 d'un durcissement par Pékin des conditions d'accès au crédit pour les promoteurs immobiliers, afin de réduire leur endettement.

Selon Zhang Zhiwei, président de Pinpoint Asset Management, une société de gestion d'actifs basée à Hong Kong, la série de mesures introduites en mai par le gouvernement pour relancer l'immobilier "n'a pas encore stimulé la demande des acheteurs".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture