Rejoignez-nous

Actualité

L'auteur présumé du jet de bouteille sera jugé mardi

Publié

,

le

L'auteur du jet de bouteille sera jugé mardi (© KEYSTONE/AP/Laurent Cipriani)

L'homme de 32 ans suspecté d'avoir jeté une bouteille sur Dimitri Payet lors du match Lyon-Marseille sera déféré mardi en vue d'un jugement en comparution immédiate, selon le parquet.

La garde à vue du suspect a été prolongée lundi soir. Après avoir été déféré au parquet dans la matinée de mardi, il comparaîtra à 14h devant la 14e chambre du tribunal correctionnel de Lyon, pour des faits de "violence avec arme par destination dans une enceinte sportive".

Parmi les trois autres personnes placées en garde à vue après le coup d'envoi du match, deux, âgées de 18 ans, ont été remises en liberté faute d'élément probant sur les faits de détention de fumigène qui leur étaient reprochés, a précisé le parquet. La troisième, âgée de 17 ans et domiciliée dans l'Ain, sera jugée par le juge des enfants de Bourg-en-Bresse pour détention d'un fumigène.

Un huis clos, au minimum

L'affiche de la 14e journée du championnat a été interrrompue dimanche soir après seulement quatre minutes de jeu quand un jet de bouteille d'eau a atteint le capitaine marseillais Dimitri Payet à la tête. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a déjà sanctionné l'Olympique lyonnais d'un match à huis clos en attendant sa décision définitive attendue le 8 décembre.

L'OL, qui évoque depuis dimanche soir l'action "d'un cas isolé" et espère pouvoir rejouer le match, a porté plainte contre le suspect.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Bürgenstock: le président letton se dit "positivement surpris"

Publié

le

Pour le président letton Edgars Rinkevics, le Bürgenstock NW était le lieu parfait pour la manifestation. "Si paisible - pour parler de la paix", a-t-il déclaré à Tamedia. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/AP/Urs Flueeler)

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit "positivement surpris" après la conférence de paix sur l'Ukraine au Bürgenstock (NW). La Suisse a apporté une contribution importante avec ce sommet, a déclaré Rinkevics dans une interview.

Il était important de ramener l'Ukraine sur la scène mondiale, a déclaré M. Rinkevics dans une interview publiée lundi par Tamedia.

Selon le président letton, le fait que la Suisse ait réalisé le sommet avec l'Ukraine et d'autres pays partageant les mêmes idées a montré qu'elle pouvait encore jouer son rôle de partenaire dans les négociations. "Je souligne également le fait qu'elle se soit associée à certaines sanctions internationales", a-t-il déclaré.

Selon M. Rinkevics, la conférence s'est mieux déroulée que prévu. Il y a eu des tentatives pour empêcher les pays du Sud d'y participer, mais cela n'a pas réussi.

L'année perdue 2024

Edgards Rinkevics ne s'attend pas à une nouvelle conférence cette année. Beaucoup va dépendre désormais du processus diplomatique, a-t-il déclaré. Une des questions centrales reste de savoir comment intégrer la Chine. "Mais je ne suis pas naïf : 2024 est pour moi une année perdue", a-t-il dit.

La grande majorité des participants à la conférence sur l'Ukraine ont demandé, à la fin de la rencontre, la participation de "toutes les parties" à un processus de paix. Ils sont toutefois restés divisés sur les questions clés, à savoir quand et comment la Russie devrait être impliquée.

Selon les estimations de M. Rinkevics, la Russie attend les élections américaines avant de prendre des décisions. Il a aussi relevé les nouvelles élections en France, la composition encore incertaine de la Commission européenne et la réalité militaire en Ukraine. "A mes yeux, les Russes n'ont pas intérêt à provoquer de grands changements avant la fin de l'année", a déclaré Edgards Rinkevics.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Bürgenstock: Le président letton se dit "positivement surpris"

Publié

le

Pour le président letton Edgars Rinkevics, le Bürgenstock NW était le lieu parfait pour la manifestation. "Si paisible - pour parler de la paix", a-t-il déclaré à Tamedia. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/AP/Urs Flueeler)

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit "positivement surpris" après la conférence de paix sur l'Ukraine au Bürgenstock (NW). La Suisse a apporté une contribution importante avec ce sommet, a déclaré M. Rinkevics dans une interview.

Il était important de ramener l'Ukraine sur la scène mondiale, a déclaré Edgars Rinkevics dans une interview publiée lundi par Tamedia.

Selon le président letton, le fait que la Suisse ait réalisé le sommet avec l'Ukraine et d'autres pays partageant les mêmes idées a montré qu'elle pouvait encore jouer son rôle de partenaire de négociation. "J'y inclus également le fait qu'elle se soit associée à certaines sanctions internationales", a-t-il déclaré.

Selon M. Rinkevics, la conférence s'est mieux déroulée que prévu. Il y a eu des tentatives pour empêcher les pays du Sud de participer, mais cela n'a pas fonctionné.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Biden prone un cessez-le-feu à Gaza dans un message pour l'Aïd

Publié

le

Le président Joe Biden est favorable au plan de paix pour Gaza. (© KEYSTONE/AP/Alex Brandon)

Le président américain Joe Biden a défendu dimanche le plan de cessez-le-feu soutenu par son pays à Gaza dans un message aux musulmans pour l'Aïd el-Adha. Il y voit un moyen de venir en aide aux civils victimes des "horreurs de la guerre entre le Hamas et Israël".

"Trop de personnes innocentes ont été tuées, parmi lesquelles des milliers d'enfants. Des familles ont fui leurs foyers et vu leurs communautés détruites. Leur peine est immense", a écrit M. Biden dans un communiqué publié à l'occasion de la fête du sacrifice, la plus grande du calendrier musulman, aussi appelée Aïd el-Kébir, qui commémore le sacrifice que Dieu réclama à Abraham en lui réclamant la vie de son fils, finalement épargné.

"Je crois fermement que la proposition de cessez-le-feu en trois phases formulée par Israël au Hamas et que soutient le Conseil de sécurité de l'ONU est le meilleur moyen de mettre un terme à la violence à Gaza et au bout du compte de faire cesser la guerre", a ajouté le président démocrate.

Joe Biden a annoncé le 31 mai un plan qui prévoit, dans une première phase, un cessez-le-feu de six semaines accompagné d'un retrait israélien des zones densément peuplées de la bande de Gaza, de la libération de certains otages et de la libération de Palestiniens emprisonnés par Israël.

Les Etats-Unis pressent Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, d'accepter formellement le projet, approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU la semaine dernière.

Dans son message, le numéro un américain a par ailleurs mis en avant les efforts américains visant à "défendre les droits d'autres communautés musulmanes", "confrontées aux persécutions" comme les Rohingyas en Birmanie ou les Ouïghours en Chine.

Il a également déclaré "travailler à aboutir à une résolution pacifique du terrible conflit au Soudan", qui voit s'opposer l'armée régulière à un groupe paramilitaire depuis avril 2023.

Sur le plan intérieur, M. Biden s'est par ailleurs engagé à réprimer l'islamophobie. Les Américains de confession musulmane représentent une communauté clé en matière électorale pour le démocrate, qui espère être reconduit à la Maison Blanche en novembre face à son rival républicain, l'ancien président Donald Trump.

"Mon gouvernement élabore une stratégie nationale pour faire face à l'islamophobie et aux formes similaires de biais et de discrimination qui touchent non seulement les musulmans, mais aussi les Arabes, les Sikhs et les Américains originaires d'Asie du Sud", a annoncé Joe Biden.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Environnement

Près de 16'000 bouchers amateurs de l'Aïd se blessent en Turquie

Publié

le

Les musulmans abattent un animal sacrifié, comme ce taureau à Istanbul, et partagent la viande en trois parties: une pour la famille, une pour les amis et les parents, et une pour les pauvres et les nécessiteux. (© KEYSTONE/EPA/ERDEM SAHIN)

Près de seize mille bouchers amateurs se sont blessés dimanche en Turquie, au premier jour de la fête du sacrifice, l'Aïd el-Kebir, a indiqué le ministre de la Santé.

"Au premier jour de l'Aïd, environ 16'000 personnes se sont présentées dans les centres de santé à travers le pays en raison de blessures subies lors du sacrifice", a annoncé le ministre Fahretin Koca sur le réseau X.

En 2023, près de 30'000 personnes avaient été blessées au cours des quatre jours de célébrations en Turquie, selon le bilan officiel.

"Le fait que les sacrifices ne soient pas réalisés par des professionnels est responsable de ces situations", a estimé le ministre qui a appelé ceux qui n'ont pas encore sacrifié leurs animaux à faire attention".

Selon lui, 1274 personnes ont été blessées à Ankara, la capitale, 840 à Istanbul, la mégapole de l'Ouest et 416 à Izmir, sur la côté égéenne.

"Environ 16'000 personnes ne pourront pas profiter des fêtes autant qu'elles le souhaiteraient", a-t-il insisté.

Ce dimanche marquait le début de l'Aïd el-Kébir, la plus importante célébration du calendrier islamique également connue sous le nom d'Aïd al-Adha ou fête du sacrifice, qui commémore le sacrifice que Dieu réclama à Abraham, en lui réclamant la vie de son fils - finalement épargné.

A cette occasion, les Turcs sacrifient moutons et chèvres principalement et pour les plus riches, un boeuf.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux

Publié

le

Celine Dion s'est confiée dimanche soir à la télévision française sur ses "excès médicamenteux" (Archives). (© KEYSTONE/AP The Canadian Press/JACQUES BOISSINOT)

La chanteuse Céline Dion s'est confiée dimanche, lors d'un entretien avec TF1, sur ses excès avec "des médicaments très dangereux", avant la diffusion d'un documentaire évoquant la maladie qui l'éloigne de la scène.

La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu, qui provoque douleurs aiguës, difficultés à se mouvoir et spasmes. Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020.

Amazon Prime Video diffusera à partir du 25 juin ce documentaire intitulé "Je suis: Céline Dion".

Quand la douleur est devenue trop forte, pour une raison qu'elle ignorait jusque fin 2022, a raconté la Québecoise à la chaîne de télévision française, "j'ai annulé beaucoup de spectacles, je me suis retrouvée à mentir, à prendre des médicaments... Peut-être je vais essayer un anti-inflammatoire, un antispasmodique ou quelque chose".

"J'ai commencé avec des petites choses, jusqu'à me rendre... avec des médicaments très dangereux, pour continuer", a-t-elle expliqué lors de cet entretien enregistré en mai à Las Vegas (Etats-Unis).

À la journaliste Anne-Claire Coudray qui lui demandait si elle avait pris "du Valium" (du diazépam, un benzodiazépine), Céline Dion a répondu: "Oui, entre autres".

"Ne souffrez pas seuls"

"Sans avoir de diagnostic. Donc, au début, ça aidait un peu. Mais très rapidement, il fallait que les doses montent", a-t-elle poursuivi. "Et quand on est rendu dans un niveau de médication dangereux et que ça ne fonctionne plus, on a deux choix: on continue ou on arrête de respirer et c'est terminé".

"Ne vivez pas des douleurs seul. (...) Acceptez d'en parler mais aussi de consulter. Ne souffrez pas seul", a exhorté la chanteuse.

Céline Dion, dont le nom a été avancé début juin par Le Canard enchaîné pour faire partie des artistes devant se produire à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, a redit sa certitude de redonner des concerts un jour. "Je ne sais pas quand. Mais je vais revenir sur scène", a-t-elle affirmé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture