Rejoignez-nous

Coronavirus

La Fièvre des Réseaux Sociaux: #MeAt20, #Throwbackchallenge... Partageons nos photos d'enfance sur les réseaux sociaux !

Publié

,

le

Si vous avez un compte sur Facebook ou Instagram, vous n'avez pas pu passer à côté de ces challenges qui vous invitent à partager vos photos de jeunesse et à mentionner vos amis pour qu'ils fassent de même. Une tendance qui a le vent en poupe et dont on vous parlait ce matin dans La Fièvre des Réseaux Sociaux.

La fièvre des réseaux sociaux#MeAt20, #Throwbackchallenge : partageons nos photos de jeunesse sur les réseaux sociaux !

Parmi la multitude de tendances qui se dessinent en ce moment sur les réseaux sociaux, il y en a une dont on vous parle régulièrement dans La Fièvre des Réseaux Sociaux et qui nous plaît particulièrement chez Radio Lac : ce sont les challenges.

Qu'ils soit culinaires, créatifs, artistiques, fun ou participatifs, les challenges ont la côte en ce moment et ils nous divertissent chaque fois un peu plus, que l'on y prenne part ou que l'on en regarde seulement le résultat.

Aujourd'hui, nous nous attardons sur un nouveau de ces défis sur les réseaux sociaux, ou plutôt une tendance qui a donné naissance à plusieurs challenges: partager nos photos de jeunesse ou d'enfance sur nos profils.

 

Partager ses photos de jeunesse : le nouveau challenge tendance sur les réseaux sociaux.

A moins que vous n'ayez pas de comptes Facebook ou Instagram, vous n’avez pas pu passer à côté de ces nombreuses photos en noir et blanc de vos amis à 15 ans, de votre tante à 20 ans ou encore de vos cousins lorsqu'ils étaient au cycle.

Ces challenges s'appellent #MeAt20 ou #Throwbackchallenge, ils envahissent Instagram, Facebook mais aussi Twitter. Leur objectif bien sûr, en plus de nous faire partager nos propres photos, est d'identifier nos amis pour les inviter à faire de même et les obliger à ressortir quelques vieux dossiers qu'ils auraient peut-être préféré oublier.

Même les célébrités se prêtent au challenge. Ici, l'actrice française Leila Bekhti a posté quelques photos de ses amis comédiens lorsqu'ils étaient enfants. Les reconnaissez-vous ?

Quel bonheur de retomber au détour d'un scroll sur une photo de votre meilleure amie à 15 ans ou de votre acteur préféré dans les années 90 ! Ces challenges nous permettent de replonger dans nos souvenirs, dans des époques un peu dépassées aujourd'hui et surtout de rire. En somme, un voyage dans le temps plein de tendresse.

Pourquoi partager nos photos de jeunesse nous fait-il du bien ?

Lorsque l'on voit l'engouement face à de tels challenges, on se demande, et c'est légitime, pourquoi un tel succès ?

D’abord, ça fait du bien à notre petit coeur. Se rappeler de bons souvenirs de jeunesse, quoi de mieux pour nous remonter le moral ? On sourira en repensant à nos vacances d'été à 20 ans ou au petit chat Fripouille qu'on avait à 5 ans... Et ces souvenirs nous rappellent que la vie n’a pas toujours été aussi compliquée qu'en ce moment et que si il y a eu un avant, il y aura aussi un après "coronavirus".

Enfin, étant souvent éloignés de nos familles et privés de grandes réunions, revoir les photos prises à Pâques 1989 ou Noël 2002, cela nous fait aussi du bien. On se rappelle avec nostalgie Papi qui racontait des blagues et notre petit cousin Nicolas qui avait mangé beaucoup trop de chocolat...

On garde aussi le lien avec les autres en partageant cette photo de classe de 1995 et en taguant toutes nos amies pour rire ensemble de la coupe de cheveux qu’on avait osé à l’époque ! Ah bon, la coupe au bol c'était vraiment à la mode ?

Parmi toutes ces photos de jeunesse partagées, celles qui rencontrent le plus de succès sont celles de nous lorsque nous étions enfant. Un moyen peut-être de replonger en enfance et retrouver l'insouciance que l'on avait à l'époque pour se protéger dans la situation actuelle.

Si vous passez un peu de temps sur Facebook ou Instagram, il est fort probable que vous ayez déjà vu ces challenges ou peut-être même que l'on vous ait déjà identifier pour y prendre part. Alors lancez-vous, succès garanti auprès de vos amis et beaux moments de souvenirs en perspective !

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des millions de masques de la Confédération bientôt périmés

Publié

le

La Confédération cherche des possibilités d'utilisation alternatives pour les nombreux masques qui s'entassent dans les entrepôts de la pharmacie de l'armée (image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Durant la pandémie, la Confédération a acheté des millions de masques sanitaires. Près de 140 millions d'entre eux vont atteindre leur date de péremption en 2023. La Confédération cherche des alternatives pour éviter leur destruction.

Près de 180 millions de masques FFP2 et de masques chirurgicaux, d'une valeur d'acquisition de 130 millions de francs, s'entassent dans les entrepôts de la pharmacie de l'armée, selon des chiffres datant du 10 janvier fournis par l'armée à Keystone-ATS, confirmant une information de la SonntagsZeitung.

"Même si le matériel de protection atteint sa date de péremption, des possibilités alternatives sont recherchées pour lui donner une autre utilisation judicieuse ou, si possible, pour prolonger la date de péremption", précise l'armée. La Confédération tente par exemple de vendre les masques au prix du marché ou de les recycler.

La pharmacie de l'armée est chargée d'éliminer les masques périmés et inutilisables. Il n'y a pour l'instant pas d'estimation du nombre de masques qui devront être détruits cette année.

2,2 millions de masques éliminés

Jusqu'à présent, la Confédération a dû éliminer 2,2 millions de masques chirurgicaux et FFP2 d'une valeur de 1,13 million de francs en raison de leur date de péremption. Il s'agissait de masques prévus pour des engagements de troupes. Comme ces articles avaient déjà été livrés une fois, ils ont dû être détruits pour des raisons réglementaires, précise l'armée.

En outre, la pharmacie de l'armée a rappelé et détruit à titre préventif environ neuf millions de masques, en raison d'une suspicion de contamination par des moisissures. Il s'agissait de masques datant de l'époque de la grippe aviaire. A l'époque, environ 30 millions de masques avaient été achetés.

Selon les indications de l'armée, les masques ont en général une durée de vie de deux à cinq ans. Les matériaux sont soumis à un vieillissement naturel, si bien qu'avec le temps, les élastiques deviennent cassants et la capacité de filtration des masques équipés de filtres diminue.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La vaccinologue Claire-Anne Siegrist prend sa retraite

Publié

le

Claire-Anne Siegrist (à droite) aura dirigé pendant de nombreuses années le centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires genevois. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Elle aura été l'une des vaccinologues à tenter de faire comprendre aux Suisses les défis de la pandémie. La professeure des Hôpitaux universitaires genevois (HUG) Claire-Anne Siegrist donne mardi une conférence pour son départ à la retraite.

Organisé par la Faculté de médecine, la réunion pourra également être vue en ligne. Parmi les hommages, un discours sera prononcé par le directeur général des HUG Bertrand Levrat.

La directrice du centre de vaccinologie de l'hôpital genevois aura régulièrement collaboré avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle avait conseillé de 2020 à 2021 la task force nationale contre le coronavirus.

Parmi ses autres activités, Mme Siegrist a présidé la fondation mesvaccins.ch qui avait notamment piloté le site myCOVIDvac.ch. En 2021, la plateforme avait ensuite été liquidée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Une étude prouve l'efficacité des mesures anti-Covid en 2020

Publié

le

L'étude a été dirigée par la professeure Tanja Stadler, professeure à l'EPFZ et ancienne directrice de la task force Covid de la Confédération (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Une nouvelle étude le prouve: la fermeture des frontières, le semi-confinement et le traçage des contacts ont été efficaces en Suisse pendant la pandémie. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé plus de 11'000 séquences génomiques du virus en 2020.

"Il s'agissait pour l'année 2020 de l'une des plus grandes études au monde dans ce domaine. Avant la pandémie, seules quelques centaines de gènes étaient séquencés pour de telles études", déclare à Keystone-ATS Tanja Stadler, responsable de l'étude. Cette professeure à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) était la présidente de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération depuis août 2021, jusqu'à sa dissolution.

Selon elle, environ 90% d'infections en moins ont été importées en Suisse après la fermeture des frontières. Ces résultats suggèrent que l'évolution des infections a pu être découplée avec succès de l'étranger, écrivent les auteurs de l'étude, parue mercredi dans la célèbre revue spécialisée "Science Translational Medicine".

En outre, la durée durant laquelle les virus importés se sont maintenus au sein de la population était environ deux fois moins longue durant le semi-confinement qu'après. Durant la période de traçage efficace des contacts, le nombre de personnes infectées par une personne contaminée a été réduit de moitié en moyenne.

En revanche, les chercheurs n'ont pu démontrer aucun effet du suivi des contacts à l'automne 2020. "Nous l'expliquons par la surcharge des équipes de traçage des contacts à cette période", suggère Mme Stadler.

Code viral décrypté

Selon elle, l'avantage de l'étude est l'ampleur des données examinées. "Le fait que ces mesures étaient efficaces avait déjà été démontré auparavant dans des études qualitatives. Nous l'avons quantifié en nous basant sur des données génomiques", explique la scientifique.

Les résultats reposent sur le séquençage du génome. Le "code" d'un virus, composé de 30'000 lettres, a ainsi été décrypté. Le décodage de cette séquence de lettres - le séquençage génétique - a permis de retracer les voies d'infection.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le président de la commission de vaccination tire un bilan positif

Publié

le

La vaccination contre le Covid chez les jeunes ne fait guère plus de différences, selon Christoph Berger (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le président de la Commission pour les vaccinations, Christoph Berger, tire un bilan positif de la stratégie menée en Suisse en matière de vaccination. "Nous avons mieux réussi que d'autres pays à convaincre les groupes à risque de se faire vacciner", déclare-t-il.

L'accent mis sur les personnes les plus vulnérables a fait ses preuves, insiste le spécialiste lundi dans une interview accordée aux titres alémaniques du groupe Tamedia.

Il n'en occulte pas moins l'existence d'effets indésirables dans certains cas. "Nous devons prendre les personnes concernées et leurs souffrances au sérieux et les aider, avance M. Berger. Mais, comme pour le Covid long, il n'existe pas de diagnostic unique. Des traitements individuels sont donc nécessaires".

Aujourd'hui encore, le bénéfice de la vaccination est plus important que le risque encouru, assure-t-il. Mais, comme la situation pandémique n'est plus menaçante, chaque personne doit décider d'elle-même si elle veut se faire vacciner ou non.

Avec le vaccin contre le Covid, c'est aujourd'hui comme avec le vaccin contre la grippe ou les tiques, selon Christoph Berger. Les personnes à risque bénéficient d'une bonne protection contre une maladie grave pendant encore quelques semaines. "Mais pour les personnes plus jeunes et en bonne santé, la vaccination ne fait plus guère de différence", indique-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le vaccin protège les femmes enceintes des complications d'Omicron

Publié

le

Les femmes vaccinées contre le Covid-19 présentent un risque très faible d'admission dans un service de soins intensifs, selon cette étude (archives). (© KEYSTONE/AP/RAMON ESPINOSA)

La vaccination protège efficacement les femmes enceintes contre les complications dues au variant Omicron. C'est ce que montre une vaste étude internationale menée dans 18 pays et 41 hôpitaux, dont les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Ces travaux sont publiés dans la revue médicale britannique The Lancet par un réseau international d’hôpitaux dirigé par l'Université d'Oxford. Cette étude intitulée "INTERCOVID 2022" a été menée entre le 27 novembre 2021 et le 30 juin 2022, ont indiqué mercredi les HUG dans un communiqué.

Les scientifiques ont étudié les dossiers de 1545 femmes enceintes diagnostiquées avec le variant Omicron et de 3073 femmes enceintes non diagnostiquées en groupe de contrôle. Résultats: durant la grossesse, le variant Omicron était associé à des risques accrus de morbidité maternelle, de complications graves et d'hospitalisation, surtout chez les femmes symptomatiques et non vaccinées.

En particulier, le risque de prééclampsie - une élévation de la tension artérielle avec atteinte des reins - était plus important chez les femmes présentant des symptômes graves. Les femmes obèses ou en surpoids avec symptômes graves étaient les plus exposées.

Mieux avec la vaccination complète

Les femmes vaccinées étaient, quant à elles, bien protégées contre les symptômes et les complications graves du Covid-19. Elles présentaient un risque très faible d'admission dans un service de soins intensifs. La meilleure prévention s'est avérée être une vaccination complète, de préférence avec une dose de rappel.

L’étude a également mis en évidence que les vaccins à ARN messager (ARNm) ont été les plus efficaces. Toutefois, ceux à vecteur viral avec un rappel ont également fourni une protection adéquate. L’immunité a été observée durant au moins dix mois après la dernière dose de vaccin à ARNm et de vaccin à vecteur viral avec rappel.

"Cette étude montre clairement les bénéfices de la vaccination durant la grossesse. Elle nous aide dans notre recommandation d’inclure la vaccination contre le Covid-19 dans les soins de routine des femmes enceintes", relève Begoña Martinez de Tejada Weber, médecin-cheffe au Service d’obstétrique des HUG et professeure à l’Université de Genève, citée dans le communiqué.

Couverture vaccinale insuffisante

Pour José Villar, professeur de médecine périnatale à l'Université d'Oxford, "il est préoccupant de constater que des symptômes graves de la maladie sont apparus chez 4% à 7% des femmes non vaccinées chez qui le variant Omicron a été diagnostiqué pendant la grossesse".

Bien que le variant Omicron soit globalement moins nocif que les variants précédents, la grande proportion de femmes enceintes dans le monde qui ne sont pas vaccinées court toujours un risque majeur. La couverture vaccinale complète des femmes enceintes est encore insuffisante, même dans les pays développés, selon les conclusions des auteurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture