Rejoignez-nous

Coronavirus

La fièvre des réseaux sociaux : Pourquoi tout le monde fait son pain maison ? (et le partage)

Publié

,

le

Depuis le début des mesures de confinement, une tendance est apparue sur les réseaux sociaux : faire son pain maison et le partager avec sa communauté. Une tendance qui soulève une question : pourquoi ? Roxane vous donne quelques éléments de réponse dans la Fièvre des Réseaux Sociaux.

La fièvre des réseaux sociaux
Pourquoi tout le monde fait son pain maison et le partage sur les réseaux sociaux ?
La fièvre des réseaux sociauxPourquoi tout le monde fait son pain maison et le partage sur les réseaux sociaux ?

 

Je ne sais pas si vous avez remarqué, peut-être d’ailleurs en faites-vous même partie, mais beaucoup de personnes se sont mises à faire leur pain maison depuis le début de l’épidémie de Coronavirus et surtout à le partager sur leurs réseaux sociaux. C’est la grosse tendance du moment et on peut dire que le monde des réseaux sociaux s’est divisé ces dernières semaines en deux parties : ceux qui font leur pain et ceux qui se demandent pourquoi.

Je dois vous l’avouer, je fais partie de la seconde catégorie et c’est pour cela que je suis allée à la recherche de ce pourquoi.

Faire son pain soi-même : Quelle est la raison derrière cette nouvelle tendance phare des réseaux sociaux?

Il y a plusieurs des raisons qui poussent les gens à se lancer dans cette entreprise. Tout d’abord, des raisons très évidentes comme le fait qu’il est déconseillé de se rendre à la boulangerie, que c’est une activité qui occupe pas mal de temps pour les adultes comme les enfants et en plus, il faut avouer qu’un bon pain artisanal, c’est bien meilleur que le pain industriel !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

PETITS PAIN AU LEVAIN 🌱 . Je suis enfin parvenue à realiser des petits Marcelino convaincants avec Marcel #lelevain 👌 . Pour cette fois, j’ai utilisé un mélange de farine de blé 1/2 complète et de farine de sarrasin. . Ils pourraient être encore plus développés mais le goût et le croustillant sont au rendez-vous ! Alors je suis satisfaite 👌 . . Comme je vois que vous êtes nombreux à avoir réalisé votre levain maison ! J’imagine que la recette peut vous intéresser ? . Je ne vais pas vous cacher que la realisation est un peu longue, Marcel à besoin de patience 😅 . Je vous souhaite une douce journée ❤ __________________ #levain #painmaison #homemade #breakfast #yummy #cook #boulangerie #healthyfood #mangermieux #mangerenpaix #eatclean #cooking #faitmaison #marcel

Une publication partagée par C.l.é.m.e.n.c.e 🌿 (@healthyclemsy) le

Mais cela n’explique pas le besoin de partager son oeuvre en masse sur les réseaux. Si l’on creuse un peu la question et que l’on demande à ces boulangers en devenir, faire son pain serait, pour eux, une nouvelle performance, un objectif dans la journée et donc un moyen de combler un vide (celui du manque d’activité, de réussite…).
En plus, derrière le pain se cache un symbole fort de partage et communauté. Serait-ce donc un moyen de lutter contre la distanciation ? De retrouver le plaisir de partager son morceau de pain virtuellement sur Instagram ? La réponse est oui.

Mais surtout, partager son plus beau pain sur son compte Instagram nous permet de montrer qu’on peut performer tout en restant chez soi et que notre occupation principale n’est pas de rester affalé sur notre canapé devant Netflix.

 

Réussir son pain grâce aux boulangers sur les réseaux sociaux.

Alors faire son pain c’est bien mais encore faut-il le réussir ! Et toute personne qui a déjà essayé sait que ce n’est pas si aisé.

L’activité est technique et nécessite les bons ingrédients, à commencer par la farine. D’après un boulanger que je suis sur Instagram : il faut la choisir bio de préférence et de qualité, une farine complète est plus indiquée car elle contient plus de bactéries pour permettre la levée de votre pain.
Si vous êtes débutants dans la pratique, de nombreux boulangers partagent leurs recettes sur leurs propres réseaux sociaux pour vous aider. Un bon moyen de continuer à communiquer sur leur activité même si ils enregistrent une baisse de fréquentation dans leur boutique.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Buona domenica! Come cantava il grande @antonellovenditti.official qualche anno fa , domeniche passate chiusi in casa (vabbè li erano pene d’amore… qui ….) ad aspettare Aspettiamo o diventiamo attori protagonisti del cambiamento? L’inadeguatezza di alcuni, forse di molti, non dev’essere la scusa per accettare supinamente decisioni e scelte a dirò poco miopi Siamo nel 2020, si stanno facendo scelte che neanche nel 1929… Proclami ai quali segue poca sostanza nel piccolo come nel grande Ok non devo andare in loop su sta roba: giusto! Però rivoglio la possibilità di credere in un futuro che mi posso ricostruire, io con chi mi vuole bene, chi mi sta accanto e chi avrà voglia di correre con me , con noi. Non voglio un futuro a debito perché (parafrasando un vecchio slogan) c’è lo chiede l’Europa Siamo italiani. Siamo la culla della cultura e dell’arte Siamo bravi, eruditi, abbiamo un paese invidiabile e invidiato (forse è proprio questo il problema) e possiamo cavarcela egregiamente da soli. Basta che ci si lasci provare . Torniamo alle cose belle , alla nostra arte allora , quella del pane per esempio: questo impasto diretto lo dedico ai miei amici fuori regione @chef_paolo_cappuccio , @chef_domenico_ditondo e @_massichef_ : giochiamo a sovvertire le regole e allarghiamo il #breadathomechallenge lanciato da @danielerebosio Dai ragazzi “uscitemi” il vostro 🥖 🍞 top Buona domenica a tutti amiche e amici di Instagram come sempre a tutto ❤️ . Photo by @_laura.bianchi_ Me making bread . . . #agricuoco #coronavirusdemmerda #italia #nazione #cucina #chef #chefalert #igtvumami #cookin_liguria #photography #food #amici #cuochi #cuoco #chefathome #ciboècultura #ciboecultura #cheflife #sestrilevante #liguriariparte

Une publication partagée par Emanuelecuoco (@emanuelerevello) le

Je vous rappelle également la petite astuce de Sophie pour ceux qui mangent leur pain sans gluten : remplacer l’eau par de l’eau gazeuse afin de permettre à votre pain d’être plus aéré !

Voilà, vous avez toutes les clés pour vous lancez, vous aussi et nous partager vos photos sur Instagram ! A vos fourneaux !

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 194 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Au total 6'120'202 doses de vaccin ont été administrées et 2'351'712 personnes ont déjà reçu deux doses. (© KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)

La Suisse compte jeudi 194 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et 78 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 21'111 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 0,92%.

Le nombre des hospitalisations et des décès annoncé jeudi intègre des déclarations tardives de cas allant des mois de mars 2020 à la mi-mai 2021, précise l'OFSP sur son site. Si on ne tient compte que des hospitalisations ces dernières 24 heures, il n'y en a pas eu, une première depuis près d'un an.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 4443, soit 51,4 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,64. Les patients Covid-19 occupent 8,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%.

Au total 6'120'202 doses de vaccin ont été administrées et 2'351'712 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 6'666'225 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 1'166'249 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 701'454 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 8'058'247 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'322 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'005.

Le pays dénombre par ailleurs 2766 personnes en isolement et 5331 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3303 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaccination

Le point sur la vaccination en Suisse

Publié

le

Continuer la lecture

Actualité

Certificat Covid: début de la phase test dans plusieurs cantons

Publié

le

Photo archives © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Plusieurs cantons annoncent le lancement du certificat Covid comme Vaud, Genève, Valais et Berne. L'opération commence par une phase test lundi.

Le ministre de la santé Alain Berset et la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) ont échangé lundi au sujet du certificat Covid, a-t-on appris sur Twitter.

L'application smartphone pour le certificat Covid est également disponible en téléchargement dès lundi - au moins pour le système d'exploitation iOS. L'application pour les utilisateurs d'Android devrait suivre dans les prochains jours.

En Europe, la reconnaissance des certificats Covid suisses sera possible au début du mois de juillet. Pour mémoire, le certificat élaboré par la Confédération est compatible avec le document émis par l'Union Européenne. Il existe en versions papier et électronique.

Genève

La semaine dernière, le canton de Genève avait annoncé que les personnes qui ont été complètement vaccinées contre le Covid-19 recevront un sms dès ce lundi pour obtenir un certificat Covid-19. La remise effective de ces certificats par voie électronique devrait débuter dans la semaine du 21 juin.

Inutile de se rendre dans un des centres de vaccination pour obtenir ce sésame: ils ne les délivreront pas, avait souligné vendredi Adrien Bron, directeur général de la santé. En revanche, les personnes qui se feront vacciner après le 21 juin pourront obtenir leur certificat sur place, de manière numérique ou sous forme papier.

Vaud

Le canton de Vaud lance le certificat Covid selon les modalités définies la semaine dernière par le Conseil fédéral. Une phase pilote démarre lundi jusqu'au 21 juin, qui sera suivie par une phase de normalisation. Les certificats devraient être délivrés au plus tard à la fin du mois à la population qui y a droit.

Durant la première phase, le certificat sera remis aux Vaudois qui en ont besoin rapidement "pour des raisons impérieuses", écrit lundi l'Etat de Vaud dans un communiqué. Cela concerne par exemple les cas de décès ou d'hospitalisation pour maladie grave de proches à l'étranger. Les demandes pour des vacances ne sont, elles, pas prises en considération durant cette première phase.

Le certificat sera ensuite disponible pour toutes les personnes vaccinées, guéries ou testées négatives qui le désirent.

Valais

En Valais, la phase pilote qui commence lundi doit permettre au canton de mettre en place "tout son système d'information", indique à Keystone-ATS le chef du service de la santé publique Victor Fournier. Les certificats pour les personnes vaccinées, testées négatives ou guéries du Covid-19 seront disponibles au format papier ou en téléchargement sur une application mobile dès le 21 juin.

Soit dès que la Confédération mettra à disposition "les interfaces techniques nécessaires à l’automatisation de la production" des sésames, relève le département valaisan de la santé dans un communiqué.

Dès cette date, les personnes pourront aussi obtenir leur certificat directement après avoir reçu leur dose dans les centres de vaccination et dès le 28 juin dans les pharmacies participantes ou auprès des médecins pratiquant la vaccination.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Les HUG lèvent progressivement leur dispositif de crise

Publié

le

Photo d'archives KEYSTONE/Martial Trezzini

L'amélioration de la situation épidémiologique permet aux Hôpitaux universitaires de Genève de sortir progressivement de leur dispositif de crise

Le nombre de lits dédiés aux malades du Covid-19 sera réduit et le personnel venu en renfort sera réaffecté dans d'autres unités.

"Nous sommes heureux de pouvoir revenir graduellement à un mode de fonctionnement normal", a relevé Betrand Levrat, directeur général des HUG, cité dans un communiqué diffusé jeudi. L'établissement accueillait mercredi 27 patients pour un Covid-19 actif et 75 pour un suivi post-Covid-19.

Le plan d'action Covid a été déployé aux HUG dès le 15 octobre 2020 pour faire face à la deuxième vague. Au pic de cette dernière, 735 patients étaient hospitalisés aux HUG et dans les cliniques. La lente décroissance du nombre de cas en décembre 2020 a requis le maintien de près de 300 lits dédiés aux malades du Covid-19.

Ce nombre sera réduit à 91 au deuxième semestre 2021. Les urgences adultes conserveront un secteur réservé aux patients avec une suspicion de Covid-19. Désormais, les visites sont autorisées pour deux personnes par patient pendant une heure, sous réserve d'une autorisation du personnel soignant.

Les HUG ont rappelé jeudi que la Suisse a pu se passer de confinement strict grâce à un système de santé efficace qui repose en grande partie sur les hôpitaux universitaires. L'effort consenti par ces établissements a des conséquences financières importantes. Les HUG ont enregistré en 2020 des pertes de 170 millions de francs et de 120 millions en 2021, compensées en partie par un crédit supplémentaire accordé par le canton.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Genève

L’injection de la première dose de vaccin Covid vécue en direct

Publié

le

La vaccination continue de battre son plein en Suisse. A Genève l'accès à la vaccination contre le Covid-19 a été élargi à toute la population dès 16 ans. Les autorités sanitaires, qui se réjouissent d'une certaine détente sur le plan épidémiologique, encouragent toutes les catégories d'âge à se faire vacciner.

Une décrue qui s'observe en Suisse de même que dans les pays voisins.

Avec la tendance à la baisse de tous les indicateurs - cas d'infection, hospitalisations et décès - la campagne de sensibilisation de la Confédération passe du rouge à l'orange: "Mais il faut rester vigilant, orange n'est pas vert", a souligné Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP.

Les nouvelles sont bonnes aussi sur le front des vaccinations: "Nous sommes confiants. Nous espérons que d'autres assouplissements seront possibles bientôt". Tout le monde peut y contribuer, en respectant les règles d'hygiène, en portant le masque et en gardant les distances sociales, a rappelé le responsable de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Mais comment se passe le parcours de celles et ceux qui ont choisi de se faire vacciner? Benjamin Smadja a décidé de tester par lui même à la Clinique des Grangettes.

1ère étape, la prise en charge

Puis c'est le moment de passer à la fameuse injection

Il faut ensuite patienter 15 minutes dans le box afin de s'assurer qu'il n'y ait aucun effet secondaire, tâche assurée entre autre par le Dr Alessandro Diana

Le Conseil fédéral ne déconseille plus fondamentalement de voyager, mais il invite à la prudence, a poursuivi le responsable de l'OFSP. Il faut notamment se renseigner sur les restrictions d'entrée dans les différents pays. Le risque de s'infecter est présent dans quasi tous les pays du monde.

Les régions dans lesquelles les variants circulent sont particulièrement surveillées. C'est le cas de la Grande-Bretagne, qui figure à nouveau depuis jeudi sur la liste suisse des pays à risque, car le variant s'y propage à nouveau rapidement. C'est une question de prévention.

Benjamin Smadja avec ATS

Les explications du Dr Alessandra Diana:

Continuer la lecture