Rejoignez-nous

Coronavirus

Le fièvre des réseaux sociaux : Le Don't Rush Challenge, défi créatif et participatif sur Tik Tok !

Publié

,

le

challenge-tik-tok-dont-rush

Fini le combo pyjama/cheveux gras/chausettes pilou-pilou, avec le Don't Rush Challenge, dernier défi à la mode sur Tik Tok, en un coup de pinceau, vous serez sur votre 31 même pour rester chez vous ! Un challenge créatif, fun et participatif qu'on vous présentait ce matin dans La Fièvre des Réseaux Sociaux.

La fièvre des réseaux sociaux
Le Don't Rush Challenge, dernier défi tendance sur Tik Tok !
La fièvre des réseaux sociauxLe Don't Rush Challenge, dernier défi tendance sur Tik Tok !

Les challenges en tout genre ont la côte sur Tik Tok, c'est d'ailleurs ce qui fait le succès de l'application chez les plus jeunes. Mais maintenant que les vieux débarquent sur le réseau social, ces défis fun et créatifs consistant à reproduire et partager des vidéos sur un titre musical bien précis comptent de plus en plus de participants. Il faut dire que ces petites vidéos créatives nous occupent pas mal et le résultat est souvent très fun.

Le Don’t Rush Challenge, un challenge fun et participatif

C'est le cas du Don't Rush Challenge, dernier challenge très à la mode sur le réseau social. Ce challenge tire son nom de la chanson sur laquelle il est réalisé : Don't Rush de Young T & Bugsey.

 

L’objectif du challenge est simple : montrer face caméra votre meilleure transformation, de votre tenue lounge wear à la maison à votre plus beau costume pour sortir.

Les tiktokeurs se filment donc au naturel, en pyjama, chez eux, plongés dans un ennui infini. Puis, telles des youtubeuses beauté, ils passent un coup de pinceau de maquillage sur la caméra et réapparaissent comme par magie sur leur 31.

Et, là où le défi est inédit, c’est qu’il nous aide à rompre avec l’isolement social en incluant nos amis. L’idée ? Se passer tour à tour le pinceau, cet objet "magique", comme si nous étions réunis. Une illusion parfaitement orchestrée grâce au montage réalisé sur l’application Tik Tok.

Bien entendu, avec une idée aussi créative et participative, le challenge a très vite pris de l’ampleur et fait le tour du monde. De nombreux influenceurs de toutes nationalités se sont prêtés au jeu.

Et le concept de départ a été décliné dans des propositions encore plus créatives. A l'instar d'un groupe de médecins américaines qui ont réalisé le challenge en utilisant leurs blouses blanches à la place du pinceau de maquillage. Leur objectif avec cette vidéo, célébrer le National Doctors Day (le30 mars aux USA) et mettre en avant le personnel soignant dans cette période de crise.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

It’s national doctors day in the US 🇺🇸 so we had to shout out these heroes doing their thing and making it look easy 🙏🏾❤️

Une publication partagée par YOUNG T AND BUGSEY ⚠️ (@youngtandbugsey) le

L'équipe de natation française s'est aussi lancée dans le challenge. Cette fois, ils passent d'une tenue de ville chez eux à leur plus beau maillot de bain en utilisant leur bonnet de bain pour masquer l’objectif.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Florent Manaudou (@florentmanaudou) le

On a même eu droit à une version réalisée par toute l'équipe de la série Orange is The News Black qui cartonne depuis maintenant plusieurs années. Et en guise de clin d'oeil à la série, c'est une orange qui leur a servi d'objet "magique".

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#DontRush - #stayhome with the #OITNB fam. #orangeforever 🍊❤️

Une publication partagée par Danielle Brooks (@daniebb3) le

 

Un message fort derrière le Don't Rush Challenge!

Le Don't Rush Challenge est un challenge qui fait appel à notre créativité, notre sens du théâtre et notre sens de l'autodérision tout en créant un contenu participatif et donc en contribuant à rassembler virtuellement les personnes entre elles. Mais il ne s'arrête pas là. Il y a derrière l'idée de ce challenge un message encore plus fort ! Comme l'explique la créatrice du Don't Rush Challenge, une jeune britannique de 20 ans, l'objectif derrière ces vidéos est de célébrer la beauté des femmes et tous les types de beautés, avec ou sans maquillage, en jogging ou en robe du soir... Au fond, un message d'acceptation de soi et de ses différences ! Une idée qui fait du bien non ?

 

Le Don't Rush Challenge, comment le réaliser ?

A vous de jouer à présent ! Rassemblez (virtuellement) vos amis, votre famille, vos collègues... et c'est parti !

Voici la marche à suivre :

1. Filmez vous au naturel chez vous dans une situation marrante puis avec un pinceau ou tout autre objet de votre choix, venez masquer l'objectif.

2. Réalisez une seconde vidéo qui débutera par l'objectif masqué par votre objet. Reculez l'objet pour vous dévoiler vous, sur votre 31.

3. Jetez ensuite l'objet hors du champs dans la direction que vous souhaitez.

4. Demandez à vos amis de faire la même chose. Attention ! Mettez vous d'accord sur la direction dans laquelle l'objet entre et sort du champ pour éviter les faux raccords.

5. L'un de vous rassemble toutes les vidéos et réalise le montage sur Tik Tok avant de le publier sur l'application !

Fous rires garanties pendant le tournage et carton assuré sur Tik Tok !

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Suisse: 47,9% de la population entièrement vaccinée, selon l'OFSP

Publié

le

Depuis le début de la campagne de vaccination, 8'978'071 doses de vaccin ont été administrées. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Du 23 juillet au 29 juillet, 230'434 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Au total, 47,9% de la population est donc entièrement vaccinée, selon les données publiées vendredi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Depuis le début de la campagne de vaccination, 8'978'071 doses de vaccin ont été administrées. 4'139'512 personnes ont reçu deux doses de sérum et 699'047 jusqu'à présent une seule piqûre.

En moyenne, 32'919 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections a ralenti de 28%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 800 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 4% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,90% (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte vendredi 800 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore deux décès supplémentaires et 20 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22'343 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,58%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 9'425, soit 109,03 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,26. Les patients Covid-19 occupent 4% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,90%.

Au total 8'978'071 doses de vaccin ont été administrées et 47,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 9'912'600 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 4'966'810 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 717'665 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'053'135 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'417 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'497.

Le pays dénombre par ailleurs 5'700 personnes en isolement et 6'318 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 914 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Personnel soignant pour des tests obligatoires contre le Covid-19

Publié

le

Des tests réguliers contre le Covid-19 pour le personnel soignant peuvent faire partie intégrante de concepts de protection des hôpitaux, estime l'Association suisse des infirmières et infirmiers (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Association suisse des infirmières et infirmiers approuve l'introduction de tests obligatoires pour les soignants non vaccinés contre le coronavirus. "Un des buts principaux de notre profession, c'est de mettre hors de danger les patients", déclare Roswitha Koch.

"Pour les institutions de soins, il est donc primordial de mettre en place des concepts de protection afin de protéger leurs patients et aussi le personnel", ajoute la responsable du développement des soins infirmiers de l'association dans un entretien diffusé vendredi par La Tribune de Genève et 24 Heures.

Selon elle, des tests réguliers peuvent faire partie intégrante de tels concepts. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a transmis mercredi plusieurs propositions aux cantons pour faire face à la propagation rapide en Suisse du très contagieux variant Delta. Parmi elles figure un dépistage obligatoire du personnel soignant non vacciné contre le Covid-19.

Réduction du salaire

Mme Kock réitère en revanche son opposition à une vaccination obligatoire pour le personnel soignant en Suisse. "La loi sur les épidémies prévoit une telle clause, mais les conditions ne sont pas remplies, notamment en ce qui concerne la proportionnalité de la mesure. Si les autorités devaient prendre une telle décision, il faudrait sans doute que la justice tranche".

Quant à la décision de l'Hôpital du Jura de moins payer son personnel non vacciné en cas de quarantaine, ce n'est, selon la responsable de l'association, qu'une tentative de mettre la pression pour la vaccination. Elle "laissera des traces".

Elle peut être interprétée "comme un manque de respect vis-à-vis d'hommes et de femmes qui se sont beaucoup engagés [...] dans cette pandémie" et "peut même renforcer les convictions de ceux qui hésitent" à se faire vaccine, assure Mme Koch.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 827 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%. (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 827 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore deux décès supplémentaires et 24 malades ont été hospitalisés.

Le nombre de décès a été adapté jeudi. Il a été complété par 18 déclarations tardives, erronées ou doubles durant la période de mars 2020 à juin 2021. C’est pourquoi 18 décès supplémentaires figurent sous la rubrique "Différence par rapport à la veille", a précisé l'OFSP dans son rapport de situation.

Le nombre des hospitalisations a également été adapté, pour les mêmes raisons: 51 hospitalisations supplémentaires figurent ainsi sous la rubrique "Différence par rapport à la veille".

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 18'590 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,45%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 9246, soit 106,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,26. Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%.

Au total 8'947'156 doses de vaccin ont été administrées et 47,66% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 9'535'650 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 4'934'755 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 716'865 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'030'792 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'415 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'477.

Le pays dénombre par ailleurs 5391 personnes en isolement et 6189 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 964 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Pas de nouveaux assouplissements: compréhension des cantons

Publié

le

Lukas Engelberger (à gauche) assure "partager l'évaluation" d'Alain Berset concernant l'évolution de la pandémie (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les cantons peuvent comprendre la décision du Conseil fédéral de ne pas assouplir les mesures de lutte contre le coronavirus. Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), Lukas Engelberger, l'a déclaré jeudi à la radio alémanique SRF.

Le Bâlois assure "partager l'évaluation selon laquelle la situation actuelle est incertaine et juge par conséquent juste la décision de renoncer pour le moment à de nouveaux assouplissements".

Le Conseil fédéral aurait dû transmettre ce jeudi aux cantons des propositions pour les nouvelles étapes d'assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus. Le ministre de la santé Alain Berset a toutefois informé mercredi la CDS que ce ne serait pas le cas, en raison de la "dynamique négative" et des "incertitudes" liées notamment aux retours de vacances.

Test obligatoire

Dans le même temps, la Confédération a proposé de soumettre le personnel soignant non vacciné à un test obligatoire au travail. Une mesure à laquelle s'opposent les cantons.

Selon M. Engelberger, il ne faut pas augmenter la pression sur des personnes en particulier, mais il faut rappeler constamment la possibilité de se faire vacciner pour tous les collaborateurs du domaine de la santé qui ne le sont pas.

Toutefois, le personnel non vacciné ou qui a guéri du coronavirus devrait se faire tester régulièrement, précise la CDS. Cette tâche revient, selon elle, aux employeurs.

Spitex et l'association des hôpitaux H+ ne sont pas contre cette obligation. Mais cela impliquerait un effort plus important qui n'est pas inclus dans les tarifs actuels.

Le financement de cette "tâche supplémentaire" doit être préalablement réglée, a indiqué jeudi à Keystone-ATS H+. Cela vaut également dans le cas où des visiteurs doivent se soumettre à un test avant d'entrer dans un hôpital ou s'il faut contrôler leur certificat covid. Certaines organisations Spitex testent déjà régulièrement leur personnel non vacciné, a précisé l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture