Rejoignez-nous

Coronavirus

Le fièvre des réseaux sociaux : Le Don’t Rush Challenge, défi créatif et participatif sur Tik Tok !

Publié

,

le

challenge-tik-tok-dont-rush

Fini le combo pyjama/cheveux gras/chausettes pilou-pilou, avec le Don’t Rush Challenge, dernier défi à la mode sur Tik Tok, en un coup de pinceau, vous serez sur votre 31 même pour rester chez vous ! Un challenge créatif, fun et participatif qu’on vous présentait ce matin dans La Fièvre des Réseaux Sociaux.

La fièvre des réseaux sociaux Le Don't Rush Challenge, dernier défi tendance sur Tik Tok !

Les challenges en tout genre ont la côte sur Tik Tok, c’est d’ailleurs ce qui fait le succès de l’application chez les plus jeunes. Mais maintenant que les vieux débarquent sur le réseau social, ces défis fun et créatifs consistant à reproduire et partager des vidéos sur un titre musical bien précis comptent de plus en plus de participants. Il faut dire que ces petites vidéos créatives nous occupent pas mal et le résultat est souvent très fun.

Le Don’t Rush Challenge, un challenge fun et participatif

C’est le cas du Don’t Rush Challenge, dernier challenge très à la mode sur le réseau social. Ce challenge tire son nom de la chanson sur laquelle il est réalisé : Don’t Rush de Young T & Bugsey.

 

L’objectif du challenge est simple : montrer face caméra votre meilleure transformation, de votre tenue lounge wear à la maison à votre plus beau costume pour sortir.

Les tiktokeurs se filment donc au naturel, en pyjama, chez eux, plongés dans un ennui infini. Puis, telles des youtubeuses beauté, ils passent un coup de pinceau de maquillage sur la caméra et réapparaissent comme par magie sur leur 31.

Et, là où le défi est inédit, c’est qu’il nous aide à rompre avec l’isolement social en incluant nos amis. L’idée ? Se passer tour à tour le pinceau, cet objet « magique », comme si nous étions réunis. Une illusion parfaitement orchestrée grâce au montage réalisé sur l’application Tik Tok.

Bien entendu, avec une idée aussi créative et participative, le challenge a très vite pris de l’ampleur et fait le tour du monde. De nombreux influenceurs de toutes nationalités se sont prêtés au jeu.

Et le concept de départ a été décliné dans des propositions encore plus créatives. A l’instar d’un groupe de médecins américaines qui ont réalisé le challenge en utilisant leurs blouses blanches à la place du pinceau de maquillage. Leur objectif avec cette vidéo, célébrer le National Doctors Day (le30 mars aux USA) et mettre en avant le personnel soignant dans cette période de crise.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

It’s national doctors day in the US 🇺🇸 so we had to shout out these heroes doing their thing and making it look easy 🙏🏾❤️

Une publication partagée par YOUNG T AND BUGSEY ⚠️ (@youngtandbugsey) le

L’équipe de natation française s’est aussi lancée dans le challenge. Cette fois, ils passent d’une tenue de ville chez eux à leur plus beau maillot de bain en utilisant leur bonnet de bain pour masquer l’objectif.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Florent Manaudou (@florentmanaudou) le

On a même eu droit à une version réalisée par toute l’équipe de la série Orange is The News Black qui cartonne depuis maintenant plusieurs années. Et en guise de clin d’oeil à la série, c’est une orange qui leur a servi d’objet « magique ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#DontRush – #stayhome with the #OITNB fam. #orangeforever 🍊❤️

Une publication partagée par Danielle Brooks (@daniebb3) le

 

Un message fort derrière le Don’t Rush Challenge!

Le Don’t Rush Challenge est un challenge qui fait appel à notre créativité, notre sens du théâtre et notre sens de l’autodérision tout en créant un contenu participatif et donc en contribuant à rassembler virtuellement les personnes entre elles. Mais il ne s’arrête pas là. Il y a derrière l’idée de ce challenge un message encore plus fort ! Comme l’explique la créatrice du Don’t Rush Challenge, une jeune britannique de 20 ans, l’objectif derrière ces vidéos est de célébrer la beauté des femmes et tous les types de beautés, avec ou sans maquillage, en jogging ou en robe du soir… Au fond, un message d’acceptation de soi et de ses différences ! Une idée qui fait du bien non ?

 

Le Don’t Rush Challenge, comment le réaliser ?

A vous de jouer à présent ! Rassemblez (virtuellement) vos amis, votre famille, vos collègues… et c’est parti !

Voici la marche à suivre :

1. Filmez vous au naturel chez vous dans une situation marrante puis avec un pinceau ou tout autre objet de votre choix, venez masquer l’objectif.

2. Réalisez une seconde vidéo qui débutera par l’objectif masqué par votre objet. Reculez l’objet pour vous dévoiler vous, sur votre 31.

3. Jetez ensuite l’objet hors du champs dans la direction que vous souhaitez.

4. Demandez à vos amis de faire la même chose. Attention ! Mettez vous d’accord sur la direction dans laquelle l’objet entre et sort du champ pour éviter les faux raccords.

5. L’un de vous rassemble toutes les vidéos et réalise le montage sur Tik Tok avant de le publier sur l’application !

Fous rires garanties pendant le tournage et carton assuré sur Tik Tok !

Actualité

La Suisse juge prématuré de rouvrir sa frontière avec l’Italie

Publié

le

La Suisse maintiendra ses contrôles à la frontière avec l’Italie après le 3 juin, malgré la décision de son voisin de lever ses restrictions d’entrée mercredi. Elle estime qu’il est encore trop tôt pour lever ces contrôles avec son voisin.

En contact étroit avec les autorités italiennes ainsi qu’avec celles de l’Allemagne, de l’Autriche et de la France, la Suisse souhaite coordonner le régime frontalier avec ses pays voisins et, dans la mesure du possible, le réglementer conjointement, indique le Secrétariat d’Etat aux migrations mardi dans un communiqué.

L’entrée en Suisse depuis l’Italie ne reste autorisée que pour les citoyens suisses, les titulaires de permis de séjour ou d’autorisations de travailler en Suisse et les personnes qui ont des motifs impérieux en raison de crise due au coronavirus. Les contrôles aux points de passage de la frontière avec l’Italie restent en place. Ils seront même intensifiés, poursuit le SEM. Le tourisme d’achat entre les deux pays reste interdit.

Pression économique

L’Italie a annoncé la mi-mai vouloir rouvrir ses frontières aux touristes de l’Union européenne et de la Suisse à partir du 3 juin. La quarantaine obligatoire serait annulée.

« C’est une décision unilatérale de l’Italie, dont je prends connaissance », avait réagi la ministre de justice et police Karin Keller-Sutter sur les ondes de la radio alémanique SRF. Selon elle, les autorités italiennes ont pris cette décision sous la pression économique.

Les frontières de la Suisse avec la France, l’Allemagne et l’Autriche rouvriront le 15 juin. Le SEM précise que la Suisse souhaite rouvrir ses frontières le plus rapidement possible.

Continuer la lecture

Actualité

Développement prometteur d’un vaccin genevois contre le Covid-19

Publié

le

virus
KEYSTONE/Laurent Gillieron

Un vaccin contre le Covid-19 développé à Genève sera testé sur des souris dans les semaines à venir. Si les résultats sont positifs, des essais cliniques pourraient alors être rapidement menés, ont fait savoir mardi les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Le vaccin utilise la technique d’encapsulation cellulaire. Cette méthode fait déjà l’objet de tests cliniques de phase II menés par les HUG en collaboration avec la société genevoise de biotechnologies MaxiVAX dans le domaine de l’immunothérapie des cancers.

L’encapsulation cellulaire sert à envelopper des cellules dans une membrane semi-perméable, puis d’injecter le tout chez des patients afin de diffuser en continu une substance désirée. La fonction de la membrane est de protéger les cellules implantées contre l’immunité cellulaire de l’hôte.

Selon les HUG, cette technique est parfaitement adaptée à l’administration chronique ou localisée de protéines recombinantes telles que les immunostimulateurs. Le potentiel vaccin combinerait un immunostimulateur et une cible spécifique du coronavirus, dans le cas présent, la protéine de surface Spike.

Immunisation prolongée

La méthode de l’encapsulation cellulaire présente l’avantage de permettre une immunisation prolongée, alors qu’une immunisation classique ne dure que quelques heures après l’injection. Ce délai donne au système immunitaire du patient le temps de stimuler une réaction immunologique contre le pathogène ou la maladie.

La technique d’encapsulation est déjà utilisée pour traiter des personnes atteintes de cancers avec métastases réfractaires aux traitements classiques. L’objectif est d’appliquer ces connaissances à la mise au point d’un vaccin contre le SARS-Cov-2, font savoir les HUG.

Si les essais précliniques puis cliniques se montrent concluants, ce procédé représente une piste de développement d’un vaccin. Le traitement pourrait alors être destiné en priorité aux personnes âgées et à celles qui présentent des comorbidités, les populations les plus à risque face au Covid-19.

Le projet de vaccin contre le SARS-Cov-2 est le fruit d’une collaboration entre les HUG, la société MaxiVAX, la Faculté de Médecine de l’Université de Genève (UNIGE) et le Centre de Recherche en Infectiologie de l’Université Laval de Québec, au Canada.

Continuer la lecture

Actualité

Premier enfant décédé du coronavirus en Suisse

Publié

le

Peter Kneffel/dpa

La Suisse a enregistré 32 cas supplémentaires de coronavirus et deux décès liés à la maladie en 24 heures, a annoncé vendredi Stefan Kuster de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Pour la première fois, un enfant fait partie des victimes.

Continuer la lecture

Actualité

Tribunal fédéral: conditions de détention illégales à Champ-Dollon

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Tribunal fédéral admet le recours d’un détenu incarcéré durant plus de 22 mois à Champ-Dollon. Il constate que l’homme a passé 234 jours dans des conditions illicites, essentiellement en raison de la surface insuffisante de sa cellule.

Libéré à mi-mai 2016, le détenu avait saisi les autorités genevoises afin que l’illicéité de ses conditions de détention entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015 soit constatée et qu’une indemnité pour tort moral lui soit versée. Ses démarchés étaient restées vaines jusqu’à ce que le Tribunal fédéral ordonne en février 2019 à la Cour de justice d’entrer en matière.

En décembre 2019, la Cour de justice avait admis l’illicéité pour la période de détention précédant le jugement, soit durant 89 jours. Elle estimait en revanche que les conditions de détention après le jugement avaient été difficiles mais pas illicites.

Surface insuffisante

Certes, le recourant s’était retrouvé avec deux codétenus dans une cellule prévue pour deux personnes et ne disposait donc pas de la surface minimale de 4 mètres carrés recommandée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT). Mais ses compagnons étaient occupés plusieurs heures par jour au-dehors. Lui-même avait droit à une promenade quotidienne d’une heure et de trois à quatre heures hebdomadaires de sport.

Saisi d’un nouveau recours, le Tribunal fédéral a estimé, dans un arrêt publié vendredi, que le raisonnement des juges genevois, qui ont opéré une distinction « artificielle » entre la détention avant et après jugement, est indéfendable. En effet, les conditions – surface et occupation de la cellule – étaient les mêmes durant ces deux périodes. Cette distinction permettait juste de considérer que la durée maximale de trois mois, considérée comme tolérable en cas de surpopulation carcérale, n’était pas atteinte.

Confiné durant 8 mois

Pour le Tribunal fédéral, le recourant a passé près de 8 mois confiné durant 22 à 23 heures par jour dans une cellule qui lui offrait une surface individuelle inférieure à 3,7 mètres carrés. Les activités hors cellule proposées apparaissent très marginales. Dans ces conditions, la durée tolérable de trois mois au maximum est largement dépassée.

En conclusion, la Cour de droit pénal conclut que les conditions de détention du recourant n’ont pas été conformes aux standards minimaux durant 234 jours , entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015. Le Tribunal fédéral n’a pas été saisi d’une demande d’indemnisation et ne s’est donc pas prononcé sur ce point qui devra être tranché par la justice genevoise. (arrêt 6B_169/2020 du 18 mai 2020)

Continuer la lecture

Actualité

La hotline genevoise dédiée au COVID-19 va être progressivement désactivée

Publié

le

Mis en place le 28 février dernier pour répondre aux questions des Genevoises et des Genevois sur la maladie COVID-19, le numéro 0800 909 400 de la ligne d’information gratuite cantonale sera progressivement désactivée à compter du vendredi 5 juin.
En raison de la baisse du nombre d’appels et du changement de leur nature, les responsables du dispositif ORCA-GE (organisation en cas de catastrophe et de situation exceptionnelle) ont décidé de suspendre l’activité de la hotline genevoise. En trois mois, les opérateurs ont répondu à un peu plus de 20’000 appels (un appelant sur 8 a été dévié sur le 144 pour une prise en charge médicale).

La ligne d’information a été organisée, dans un premier temps, pour désengorger les lignes téléphoniques des urgences et des hôpitaux, mais aussi pour apporter un complément d’information relatif à la situation épidémiologique à Genève et rappeler les mesures à prendre individuellement et collectivement pour se protéger du virus. La réponse pour les personnes présentant des symptômes a été assurée par du personnel de santé. Dès le 28 mars, des spécialistes sont également venus en renfort afin de répondre aux personnes souhaitant obtenir un soutien psychologique.

Un nouveau numéro

Aujourd’hui, la situation épidémiologique conjuguée à une information régulière de la population sur le virus ne nécessite plus le maintien d’une ligne dédiée aux seuls renseignements relatifs au COVID-19. Dès le 5 juin, les répondants (actuellement des astreints de la Protection civile) seront démobilisés et un répondeur prendra le relais jusqu’au 26 juin, date ou la ligne sera définitivement fermée.

Dès lors, il est recommandé aux personnes présentant des symptômes ou souhaitant obtenir des informations médicales sur le coronavirus de contacter sans délai le nouveau numéro +41 22 427 88 00. Ce numéro répond à tous les appels médicaux non urgents 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Le personnel de santé qui répond à cette ligne, dédiée aux urgences non vitales, évaluera la situation et orientera ces personnes vers les structures de prélèvements ou de consultations adéquates. Cette nouvelle ligne médicale décharge le 144, qui continue à traiter les urgences médicales.

Le standard téléphonique de l’Etat traite, durant les heures ouvrables, toute autre question au numéro +41 22 327 41 11, et redirige les demandeurs auprès des services concernés. Pour les personnes souhaitant bénéficier d’un soutien psychologique et/ou émotionnel, il est recommandé d’appeler directement le 143. L’Infoline coronavirus gérée par l’office fédéral de la santé publique (OFSP) reste opérationnelle et répond tous les jours, de 6h00 à 23h00 au +41 58 463 00 00.

ATS avec MH

Continuer la lecture