Rejoignez-nous

Coronavirus

La fièvre des réseaux sociaux : Les tendances food sur les réseaux sociaux à l'heure du Coronavirus

Publié

,

le

Live cooking, pain maison, défis culinaire... La cuisine est la nouvelle star des réseaux sociaux depuis le début de l'épidémie de Covid-19 et des mesures qui l'accompagnent. Dans la fièvre des réseaux sociaux, Roxane revient sur les tendances culinaires les plus partagées et les raisons de cette engouement.

La fièvre des réseaux sociaux
Les tendances #food sur les réseaux sociaux pendant la crise du Coronavirus
La fièvre des réseaux sociauxLes tendances #food sur les réseaux sociaux pendant la crise du Coronavirus

On le sait, l'alimentation a toujours été un thème phare sur les réseaux sociaux mais cette tendance est exacerbée depuis le début de la crise liée à l'épidémie de COVID-19. En effet, on a vu de plus en plus d'utilisateurs des réseaux sociaux consacrer du temps à la cuisine, se lancer dans des défis culinaires et partager leurs réussites aux fourneaux (ou leurs échecs d'ailleurs).

Alors pourquoi la cuisine a-t-elle autant le vent en poupe ? Pourquoi tout le monde se met-il à faire son propre pain ? Quelle tendance #food émergent en période d'épidémie ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre !

La cuisine comme lien social

S’alimenter, ce besoin primaire et vital. Mais aussi, un moment de plaisir à la fois dans la préparation que dans la dégustation, et peut-être même un des rares qu'il nous reste. Cela expliquerait en partie l'engouement pour la cuisine qu'on a vu ces dernières semaine sur les réseaux sociaux.

De plus, on a plus de temps libre qu'auparavant donc forcément, c'est le bon moment pour s'essayer à la boulangerie, la pâtisserie, la cuisine moléculaire... Pour tenter toutes ces expériences culinaires pour lesquelles nous n'avions jamais de temps. Et oui, cuisiner permet de s'occuper. Et quand vous avez enfin de le temps de vous essayer (et de réussir) à la préparation de petits plats maison, bien entendu, vous voulez le partager n'est-ce pas ? D'où l'essor de la tendance cuisine sur les réseaux sociaux.

De nombreux défis culinaires ont vu le jour, faire son pain est devenu un but ultime pour beaucoup et le partage de recettes gourmandes n'est plus réservé à la seule élite des foodies !

Un autre format qui connait un immense succès, ce sont les Live Cooking. Au départ initiés par les influenceurs food, ces directs depuis la cuisine pour réaliser une recette en temps réel se sont multipliés et même des stars se sont appropriées l'idée à l'instar de Mika qui propose ses recettes favorites en live sur Instagram.

La solidarité jusque dans l’assiette

Au delà de l'esprit convivial de la cuisine, les réseaux sociaux ont aussi été le vecteur d'initiatives solidaires liées à l’alimentation. Des restaurants ou des chefs cuisiniers, impactés fortement par la crise économique liée au Covid-19, se sont lancés dans la préparation de repas sains et gourmands pour les soignants et le personnels des hôpitaux qui eux sont au front et n'ont pas le luxe d'avoir le temps de cuisiner.

Le pouvoir des réseaux sociaux pour relayer ce type d'initiatives n'est plus à démontrer et elles concentrent toujours beaucoup de partages et de commentaires qui leur permettent de se faire connaître mais aussi de s'étendre à plusieurs villes voir pays.

 

Vers un changement de nos modes de consommation ?

La tendance du slow food, alimentation saine, de saison et locale, est aussi très présente sur les réseaux sociaux depuis le début de l'épidémie et des mesures de confinement en Europe et dans le monde. En plus du souhait d'adopter une alimentation saine et non transformée qui est bénéfique pour la santé, on retrouve derrière cette tendance la volonté de soutenir les producteurs locaux qui subissent la crise de plein fouet mais également de limiter l'impact écologique de notre consommation alimentaire. Des préoccupations qui sont au centre de nombreuses discussions sur les réseaux sociaux.

En effet, en observant ces derniers, on constate que, pour les consommateurs, la période est propice à se poser des questions sur leur façon de consommer et sur la nécessité de changer leurs habitudes. On observe aussi une sensibilisation plus importante au consommer local ainsi qu'à l'impact écologique de certaines habitudes de consommation.

Au final, l'alimentation est, dans ce contexte de crise, un moyen pour nous de garder le lien social, de prendre soin de nous mais aussi de réfléchir à nos modes de consommations, nos habitudes et aux changements qui pourraient être bénéfiques. Une tendance qui, on l'espère, dépassera la crise et mènera à des vraies modifications.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 1894 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les appels à la vaccination sont maintenus au coeur de la 4e vague. (© KEYSTONE/AP/Armando Franca)

La Suisse compte mercredi 1894 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 63 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'096 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'588, soit 307,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,70%.

Au total 10'236'498 doses de vaccin ont été administrées et 53,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'069'782 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 830'251 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'540'033 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'643 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'470.

Le pays dénombre par ailleurs 13'874 personnes en isolement et 14'822 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent NA autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Embellie, mais la quatrième vague n'est pas terminée

Publié

le

Les cantons font face à une forte demande de tests, principalement avant le début de week-end et au début de la semaine, a aussi constaté le médecin cantonal zougois Rudolf Hauri (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Moins d'infections, moins d'hospitalisations: l'évolution positive de la pandémie de coronavirus se poursuit. Pas question cependant de parler de la fin de la 4e vague, a insisté mardi le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP.

Les personnes pouvant être rapidement infectées avec le retour du froid sont encore nombreuses, a expliqué Patrick Mathy au cours d'un point de presse des experts de la Confédération à Berne. Tirant un parallèle avec la deuxième vague, Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération, a rappelé que les chiffres avaient aussi reculé en septembre 2020, avant d'augmenter à nouveau.

Ce sont principalement les jeunes de 10 à 19 ans qui sont touchés cette fois. Comme la couverture vaccinale augmente dans cette catégorie, il faut donc s'attendre à une nouvelle baisse des admissions à l'hôpital à court terme, a indiqué M. Mathys.

"Il n'est pas sûr que les chiffres augmentent à nouveau", a poursuivi la bioéthicienne, qui considère cependant cette évolution comme probable avec la prochaine baisse des températures.

La Suisse comptait mardi 1235 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Quatre décès supplémentaires étaient à déplorer et 43 malades en plus étaient hospitalisés. La semaine dernière, environ 2000 nouveaux cas quotidiens étaient enregistrés.

Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est de 0,82. Mme Hurst a mis en lien cette amélioration avec le recul du nombre de personnes de retour de voyage à l'étranger.

Couverture vaccinale insuffisante

Patrick Mathys a toutefois rappelé que le taux d'occupation de soins intensifs restait "à un niveau très élevé". Les trois quarts des lits sont occupés, dont près 30% par des patients infectés par le coronavirus.

Et même si la situation épidémiologique s'améliore, le virus reste actif et volatil, a ajouté Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse. L'incertitude, couplée à une couverture vaccinale trop faible, empêche une levée des mesures de restriction. Les cantons font face à une forte demande de tests, principalement avant le début de week-end et au début de la semaine, a aussi constaté le médecin cantonal zougois.

Les quatre scientifiques participant à la conférence de presse ont tous déploré la lenteur de la progression vaccinale. Mardi, 53,75% de la population avait reçu deux doses. Mme Hurst a rappelé par ailleurs que neuf hospitalisations sur dix pouvaient être évitées par la vaccination. Et d'ajouter qu'en Suisse, jusqu'à 40'000 hospitalisations pourraient être évitées si toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées l'étaient.

Selon Patrick Mathys, une demande pour un autre vaccin existe en Suisse. C'est pourquoi la Confédération mène diverses négociations avec les fournisseurs, et pas seulement avec Johnson&Johnson.

Bientôt les 5-11 ans

Pfizer/BioNTech a récemment communiqué sur la sécurité de ses vaccins pour les 5-11 ans, a encore indiqué Samia Hurst. "Les données doivent encore être examinées par la communauté scientifique, mais le profil de sécurité est favorable et la réponse immunitaire des enfants robuste". La perspective de faire vacciner se rapproche également pour ce groupe d'âge.

La question d'un certificat obligatoire pour les enfants ne se pose pas pour l'instant. La prise en compte des enfants et des adolescents est importante pour l'Office fédéral de la santé publique, a déclaré M. Mathys. Les premières études sur les vaccinations des enfants sont désormais disponibles.

Cependant, il ne peut pas encore dire quand un vaccin sera approuvé pour eux et quand une recommandation de vaccination sera émise. Cela ne signifie pas non plus qu'ils auront besoin d'un certificat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Lausanne: 2000 personnes manifestent contre le pass Covid

Publié

le

Environ 2000 personnes ont défilé mardi soir à Lausanne, entre la place de la Riponne et celle de la Palud, pour protester contre le certificat Covid. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Environ 2000 personnes ont défilé mardi soir à Lausanne contre le certificat Covid. Le rassemblement, le premier du genre dans le canton de Vaud, a été initié par un collectif d'étudiants opposé à l'obligation de présenter un pass pour accéder aux hautes écoles.

La manifestation a toutefois mobilisé beaucoup plus large, les étudiants n'étant pas majoritaires dans la foule qui s'est amassée vers 18h00 sur la place de la Riponne. Les participants ont brandi des pancartes dénonçant "le pass de la honte" et appelé le ministre de la santé Alain Berset à la démission.

Une étudiante du collectif Education sans certificat (ESC), organisatrice de l'événement, a pris la parole pour exiger "un accès égalitaire à la formation". Un professeur lui a succédé en affirmant que "le droit à l'éducation était inaliénable, sans condition", avant d'ajouter: "Je refuse de trier et stigmatiser mes étudiants."

Le cortège d'environ 2000 personnes, selon un décompte de Keystone-ATS, a ensuite entrepris un bref tour dans le centre-ville de Lausanne avant de s'arrêter sur la place de la Palud, au pied de la fontaine de la Justice. La foule y a scandé des "Liberté, liberté, liberté !". Elle s'est gentiment dispersée vers 19h30.

La manifestation, pour laquelle les organisateurs n'avaient pas demandé d'autorisation, s'est déroulée sans heurt, encadrée par quelques policiers. En invitant la population à se rassembler, puis dans leurs prises de parole, les membres d'ESC ont demandé plusieurs fois aux participants d'éviter tout acte malveillant.

Pass bien accepté à l'UNIL et l'EPFL

Cette manifestation a été organisée pour coïncider avec la rentrée dans les hautes écoles vaudoises. Une rentrée qui s'est déroulée sans accroc mardi matin sur les campus de l'Univerité de Lausanne et de l'EPFL.

"Le feed-back des étudiants est pour l'instant positif. La plupart sont équipés d'un certificat Covid. Ils préfèrent devoir le montrer plutôt que de rester à la maison", a indiqué Benoît Frund, vice-recteur de l'Université de Lausanne (UNIL), interrogé par Keystone-ATS.

Il a dit avoir constaté "beaucoup d'impatience" sur le campus, où les étudiants ont pu retrouver "des relations normales" après plusieurs mois d'enseignement à distance.

S'il faut impérativement montrer patte blanche pour entrer dans une cafétaria, une bibliothèque ou un centre sportif, cela n'est pas forcément le cas pour accéder aux auditoires. Des contrôles y sont organisés de manière aléatoire tout au long de la journée.

L'UNIL a dû engager 40 personnes, issues d'entreprises actives dans la sécurité, pour mener ces différents contrôles. Coût de l'opération: 750'000 francs par mois, a précisé Benoît Frund.

A noter que les masques restent obligatoires pour assister aux cours, sachant que les contrôles ne sont pas systématiques à l'entrée des salles.

Vaccination et dépistage sur place

Comme à l'UNIL, la rentrée avec pass sanitaire n'a pas fait de vague mardi matin à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). "Les étudiants se tiennent prêts avec leur certificat et leur carte d'identité. Tout se déroule très bien, dans une bonne ambiance", a constaté Eric Du Pasquier, directeur du domaine de la sécurité et de l'exploitation.

Les mêmes règles qu'à l'UNIL sont en vigueur. L'EPFL, qui accueille de nombreux étudiants étrangers, offre également la possibilité de présenter un carnet de vaccination. "C'est le cas typiquement pour les étudiants américains qui, souvent, n'ont pas de certificat. Ils peuvent montrer leur carnet pour accéder aux salles. Leur vaccin doit toutefois être reconnu en Suisse", a expliqué Eric Du Pasquier.

L'EPFL et l'UNIL ont rappelé qu'une campagne de vaccination était en cours jusqu'à la fin du mois sur leur campus, assurée par Unisanté. Un centre de dépistage est également disponible sur place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1235 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Le personnel de sécurité contrôle le certificat Covid d'une étudiante le jour de la rentrée universitaire mardi à l'Université de Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte mardi 1235 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 43 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32'208 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,83%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 27'758, soit 321,1 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 27,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,1%.

Au total 10'204'392 doses de vaccin ont été administrées et 53,75% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'041'032 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 828'346 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'500'999 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'638 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'406.

Le pays dénombre par ailleurs 17'857 personnes en isolement et 18'047 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent NA autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Berne ne tolérera plus les manifestations anti-mesures Covid

Publié

le

Jeudi, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Berne contre les mesures Covid. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Ville de Berne ne tolérera plus les manifestations anti-mesures Covid non autorisées, a-t-elle annoncé lundi. Elle tire ainsi les conséquences de l'escalade de violences constatée jeudi lors du rassemblement d'opposants aux mesures devant le Palais Fédéral.

La police cantonale bernoise a reçu l'ordre de ne pas laisser se tenir les manifestations annoncées pour jeudi, a déclaré lundi le Conseil municipal. Celles-ci n'ont pas été autorisées.

L'appel à ces nouvelles manifestations a été donné sur les réseaux sociaux par les opposants aux mesures Covid. Des appels à une contre-manifestation circulent également.

Lundi, le Conseil municipal de Berne a appelé les organisateurs des manifestations à retirer leurs appels. Bien qu'il reconnaisse le besoin croissant de s'exprimer sur des questions politiques et sociales par le biais de manifestations, en particulier dans la capitale, les autorités doivent d'abord être consultées. Ce n'est que de cette manière que le droit à la liberté d'expression peut être exercé de manière pacifique, selon lui.

Jeudi soir, une manifestation non autorisée contre les mesures de lutte contre la pandémie a réuni entre 3000 et 4000 personnes à Berne. Lorsque des manifestants isolés ont commencé à secouer le grillage dressé sur la Place fédérale pour protéger le Palais fédéral, la police est intervenue avec un canon à eau. Elle a également fait usage de balles en caoutchouc et de gaz irritant. Des manifestants ont également lancé des objets et allumé des pétards en direction du Palais fédéral et des forces de l'ordre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture