Rejoignez-nous

Voile

Vendée Globe: Alan Roura 27e après plus d'un jour de course

Publié

,

le

Alan Roura et le reste de la flotte sont au large des Landes françaises LA FABRIQUE SAILING TEAM

Après près de 28 heures de course, le Genevois Alan Roura et son Imoca La Fabrique occupaient lundi la 27e place du Vendée Globe. Le skipper genevois a notamment passé une première nuit compliquée et compte actuellement à environ 115 kilomètres du leader de la course.

En tête de course, Damien Seguin (Groupe Apicil) est en tête. Il devancait Maxime Sorel (V And B Mayenne) et Jean Le Cam (Yes we Cam - doyen de la compétition) de plus de 15 kilomètres.

Premier concurrent à connaître une avarie sur son bateau, Fabrice Amedeo (Newrest - Arts et Fenetres) a fait marche arrière jusqu'aux Sables d'Olonne, il devrait pouvoir repartir mardi matin.

La cartographie de la course

 

Communiqué de presse complet du Vendée Globe (avec pointage au 09.11.2020 - 18h) :

300 milles au large du golfe de Gascogne, la flotte fait route vers le Sud, en direction du Cap Finisterre. Cet après-midi, les IMOCA descendent au portant à petite vitesse dans les souffles irréguliers prodigués par une dorsale anticyclonique. C’est un lundi calme avant le coup de semonce attendu mardi soir. A l’Ouest ou au Sud, chacun devra se placer pour aborder ce phénomène.

près l’émotion, l’action

Fabrice Amedeo est toujours à port Olona, aux Sables d’Olonne, pour changer son hook de gennaker et surtout, réparer une petite fissure dans le mât, au niveau de la sortie de drisse. Le skipper de Newrest – Art & Fenêtres devrait pouvoir reprendre la mer à partir de demain (mardi) matin.

Pour les autres, c’est action ! Oubliées les émotions et les effusions de la veille. Les marins de ce 9e Vendée Globe sont entrés dans leur course et s’apprêtent à vivre une poignée de journées très actives pour leur début de descente de l’Atlantique Nord.

Un choix cornélien

« La situation est totalement atypique », reconnaît Charlie Dalin (Apivia) joint ce matin en visio. En lieu et place du traditionnel anticyclone des Açores, un chapelet de dépressions perturbe la progression des marins vers le sud. Chacun devra choisir comment aborder ces phénomènes, au premier rang desquels un front actif qui passera dans la nuit de mardi à mercredi, apportant au passage des rafales à 40 nœuds et surtout une mer forte et croisée (5 mètres de creux). Un choix cornélien se dessine dès aujourd’hui au sein de la flotte : rester au large au risque de subir des conditions dures ou « faire l’intérieur » au Cap Finisterre et le long de la péninsule ibérique avec le danger de s’empêtrer dans une zone de vents mous.

« Chacun devra trouver le meilleur compromis entre la performance sur la route la plus rapide mais engagée, et une trajectoire plus Sud, qui ménagera le bateau », résume Christian Dumard, en charge de la météo pour la course. Ce choix interviendra dès ce soir ou cette nuit lorsque le vent, à l’avant du front, basculera au Sud-Ouest et qu’il faudra penser à virer de bord.

Les IMOCA à dérive à l’honneur

Dès aujourd’hui déjà, chacun semble avoir placé ses pions sur le grand échiquier. Et c’est le groupe du sud, plus proche de la route directe, qui a les faveurs du classement : Damien Seguin (Groupe Apicil) mène le bal, devant Maxime Sorel (V and B – Mayenne), Jean Le Cam (Yes We Cam !), Romain Attanasio (Pure – Best Western) et Benjamin Dutreux (OMIA – Water Family).

Les petits airs de la journée ne sont pas favorables aux foilers – tous décalés entre 50 et 75 milles à l’ouest des « sudistes » – qui peinent à dépasser les 10 nœuds de vitesse. Auteur d’un très beau début de course, Nicolas Troussel (CORUM – L’Epargne), premier d’entre eux, pointe en 6e position.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voile

Yann Guichard remporte son 3e Bol d'Or

Publié

le

Le skipper Français Yann Guichard à l'arrivée du Bol d'or (KEYSTONE/Martial Trezzini)
Yann Guichard a remporté samedi la 85e édition du Bol d’Or. Le bateau Sails of Change 8 a coupé la ligne en 6h22'24 devant Realteam Sailing et Ylliam XII – Comptoir Immobilier.

Le skipper a empoché son 3e Bol d’Or. Contrairement aux trois éditions précédentes, les conditions ont été idéales avec passablement de vent. Au milieu des 398 concurrents, les TF35 se sont détachés avec des pointes de vitesse à plus de 30 nœuds (60 km/h).

Realteam Sailing a viré en tête au Bouveret avant de faiblir. Et finalement Sails of Change 8 s'est imposé avec 1'26 d'avance dans la rade de Genève.

Continuer la lecture

Voile

Une 85e édition du Bol d'Or Mirabaud qui devrait aller plus vite

Publié

le

Cette année, 407 bateaux devraient garnir la ligne de départ. (KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Tradition de la mi-juin à Genève, le Bol d'Or Mirabaud est de retour pour une 85e édition. Le but est simple, faire l'aller-retour Genève - Le Bouveret - Genève le plus rapidement possible. Tour d'horizon à un peu plus de 24 heures du départ. 

S'élancer (ou suivre) le Bol d'Or Mirabaud c'est se demander à quelle heure les tout premiers franchiront la ligne d'arrivée. En 2021, tout s'était joué aux environs de 22h50 (après douze heures de course, 4 bateaux avaient terminé dans la même minute). En 2022, Christian Wahl et son équipage avaient franchi la ligne vers 22h30. L'an passé, il était passé 3h du matin lorsque ce même Christian Wahl s'imposait. Mais bonne nouvelle, cette année, tout devrait aller un peu plus vite.

Lionel FontannazMétéorologue chez MétéoSuisse

 

En attendant, les dernières éditions un peu plus lentes et la météo peu estivale de cette fin de printemps 2024 n'a pas fait exploser les inscriptions. A la clôture des inscriptions, 407 bateaux étaient partant.

Yann PetremandPrésident du comité d'organisation du BOM

 

Pour ce 85e Bol d'Or, de nouveaux trophées seront remis. En plus du bol d'or qui récompense le tout premier bateau à franchir la ligne et le bol de vermeil qui récompense le premier monocoque depuis 1994.

Yann PetremandPrésident du comité d'organisation du BOM

 

Des trophées qui ont été créés après des discussions avec tous les acteurs du monde la voile et qui fait du Bol d'Or une compétition pionnière dans le monde.

Yann PetremandPrésident du comité d'organisation du BOM

 

Le départ du Bol d'Or Mirabaud, c'est samedi 15 juin à 10h. A suivre en direct sur Radio Lac.

Continuer la lecture

la journée finit bien

5 invités pour découvrir le Bol d'or Mirabaud 2024

Publié

le

Archives (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Chaque année, les eaux scintillantes du Lac Léman deviennent le théâtre d'une compétition nautique d'exception: le Bol d'Or Mirabaud. Cette régate, qui attire des marins du monde entier, est un véritable événement qui combine tradition, passion et technologie de pointe. Un événement à vivre en direct sur Radio Lac, notamment grâce à 5 invités qui font le Bol d'Or Mirabaud, à commencer par Yann Petremand, président du comité d'organisation.

Créé en 1939, le Bol d'Or Mirabaud est une régate ouverte à tous les types de voiliers, des monocoques aux multicoques. Le parcours, d'environ 123 kilomètres, s'étend de Genève à la pointe du Bouveret et retour. Véritable laboratoire de technologie depuis sa création, le Bol d'Or Mirabaud est la plus importante régate du monde en bassin fermé. Un poids historique qui repose entre autres sur les épaules de Vincent Boiron de la Société Nautique de Genève.

Le Bol d'Or Mirabaud est réputé pour ses conditions de navigation variées et parfois imprévisibles. Les équipages doivent être prêts à adapter constamment leurs voiles et leur cap pour tirer le meilleur parti des conditions météorologiques changeantes. La régate attire une diversité impressionnante de participants, des amateurs passionnés aux professionnels aguerris. Les catégories de bateaux sont variées, incluant les monocoques, les multicoques, et même des voiliers de la classe Décision 35 et des catamarans de classe TF35. Cette diversité permet à chacun de trouver sa place dans la compétition et d'y participer selon ses compétences et ses ambitions. Plus de 500 bateaux et 3500 équipiers prennent part à cette grande fête du Lac, y compris Marie Barbey-Chappuis, Conseillère administrative en charge du Département de la sécurité et des sports.

Pour l'édition 2024, qui se tiendra les 14, 15 et 16 juin, le Bol d'Or Mirabaud a décidé de se rapprocher encore plus de son public en créant un espace de fête à l'extérieur de la Société Nautique de Genève. Le village d'animations sera déplacé sur les quais de la ville, à l’esplanade du Port-Noir, offrant une expérience immersive aux spectateurs des vendredi matin, 10h. Un beau programme est prévu, détaillé par Olivier Peulvast, directeur d'Egg Sport.

Chaque année, cet événement emblématique continue de captiver et d'inspirer, rappelant à tous les participants et spectateurs le défi unique de la navigation à voile. Que vous soyez un marin chevronné ou un amateur de belles aventures, le Bol d'Or Mirabaud est une expérience à ne pas manquer, ce que la banque du même nom ne manquera pas de faire.

 

 

Plus qu'une régate; c'est une célébration de la passion pour la voile, de l'esprit de compétition et de la beauté du Lac Léman. A vivre au port noir ou chez vous sur Carac.

Continuer la lecture

Voile

Le Bol d'Or pour retrouver la joie de vivre grâce à Healing Joy

Publié

le

Elles vont participer à la plus grande régate du monde en eaux fermées. Deux membres de Healing Joy, association de soutien aux personnes souffrant de maladies graves, prennent le départ du Bol d’Or Mirabaud cette année.

Le coup d’envoi de la plus grande régate du monde en eaux fermées sera donné le 15 juin prochain.

Parmi les participants, cette année, Healing Joy. Cette association soutient les personnes atteintes de maladie grave en leur proposant des activités artistiques et sportives. Deux de ses membres seront sur la ligne de départ. Laurie Selli a assisté à un entraînement.

Pour cette aventure, Healing Joy bénéficie du soutien d'Hirslanden clinique des Grangettes.

Continuer la lecture

Voile

Justine Mettraux, 6ème de la Transat Jacques-Vabre

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le suspens aura été total jusqu'au bout sur la Transat Jacques-Vabre pour Justine Mettraux.  La Genevoise et son co-skipper sont arrivés dimanche soir en Martinique en 6ème position.

La Genevoise Justine Mettraux et le Français Julien Villion sur "Teamwork" ont pris la sixième place de la catégorie Imoca, en 12 jours 8 heures 59 minutes et 58 secondes.

Le duo a occupé la tête pendant quelques jours. La Genevoise aurait pu prétendre à la victoire finale grâce à option prise sur un parcours au Nord contrairement aux vainqueurs qui sont passés par le Sud.

La météo a finalement été capricieuse pour Justine Mettraux et Julien Villion. Mais à l'arrivée, la Genevoise n'avait aucun regret quant à son choix.

Justine MettrauxNavigatrice

Les "Jujus", comme on les surnomme, ont animé la course avec une option de parcours différente de leurs concurrents. S'en rendent-ils compte et garderont-ils ca comme meilleur souvenir ? La réponse de Justine Mettraux.

Justine MettrauxNavigatrice

Il reste encore un Genevois en lice: Alan Roura, 19ème, devrait arriver d'ici mardi matin en Martinique.

La 16e édition de la Transat Jacques-Vabre a été remporté dimanche par Thomas Ruyant et Morgan Lagravière, qui avaient déjà gagné en 2021.

Continuer la lecture