Rejoignez-nous

Sport

Roger Federer déclare forfait pour les JO

Publié

,

le

Photo archives Keystone

JO 2021: Federer déclare forfait pour Tokyo

Roger Federer ne remportera jamais le titre olympique en simple. Le Bâlois a annoncé mardi dans un tweet son forfait pour les JO de Tokyo. Il fêtera ses 40 ans le jour de la clôture de ces Jeux.

"Durant la saison sur gazon, j'ai malheureusement connu une rechute à mon genou (droit) et j'ai dû accepter de devoir déclarer forfait pour les Jeux olympiques de Tokyo. Je suis extrêmement déçu, car cela a été un honneur et un grand moment à chaque fois que j'ai représenté la Suisse", écrit Roger Federer.

"J'ai déjà entamé ma rééducation dans l'espoir de revenir sur le circuit plus tard cet été", poursuit l'homme aux 20 titres du Grand Chelem, qui s'est lourdement incliné devant le Polonais Hubert Hurkacz en quart de finale sur le gazon de Wimbledon mercredi dernier.

Roger Federer avait déjà dû renoncer sur blessure aux JO de Rio en 2016. Quatrième en simple en 2000 à Sydney - où était née sa relation avec sa future femme Mirka Vavrinec -, décevant en 2004 à Athènes, il avait conquis le titre olympique en double en 2008 à Pékin avec Stan Wawrinka puis l'argent en simple en 2012 à Londres.

Avec ATS Keystone

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Le match du Servette FC face à Winterthour à nouveau repoussé

Publié

le

Le stade de la Schützenwiese fin janvier, un état qui avait nécessité le report de la rencontre une première fois (KEYSTONE/Michael Buholzer)

Le match du Servette FC prévu mercredi 8 février à Winterthur est à nouveau reporté au 15 février. En cause, l'état du terrain qui ne permet pas l'organisation du match.

La rencontre entre le néo-promu zurichois et le club grenat devait initialement se retenir le dimanche 22 janvier mais avait été repoussé à cause d'un terrain gelé. Cette rencontre est replanifiée au mercredi 15 février à 18h45. Un horaire choisi en raison des huitièmes de finale de la Ligue des Champions qui se jouent le même jour.

 

Continuer la lecture

Suisse

La Coupe Davis doit se réinventer

Publié

le

La magie de la Coupe Davis opère toujours, à l'ITF d'en profiter (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Vice-président et trésorier de la Fédération Internationale (ITF), René Stammbach a été l'un des hommes qui a milité pour le changement de format de la Coupe Davis.

Malgré la rupture de contrat entre l'IITF et le groupe Kosmos, celui qui est également le président de Swiss Tennis ne regrette rien.

"Nous avons organisé 36 rencontres de Coupe Davis le week-end dernier. Je n'ai eu que des retours positifs, se félicite René Stammbach. Sur le plan financier, 6 millions de dollars étaient redistribués aux fédérations et le prize money pour les joueurs s'élevait à 6,8 millions de dollars avant la réforme de 2018. Aujourd'hui, nous versons 10 millions aux fédérations et 16 millions aux joueurs."

Selon René Stammbach, ces montants seront toujours de mise pour 2023 malgré le retrait de Kosmos. "Des assurances ont été finalisées pour couvrir le prize money de 2023, précise-t-il. Quant à celui de 2022, il sera réglé ces prochaines semaines. Les joueurs qui n'ont pas encore touché leur argent vont être indemnisés."

Se "réinventer" en 2024

René Stammbach est toutefois pleinement conscient que la Coupe Davis devra se "réinventer" dès l'année prochaine pour faire face au retrait du groupe Kosmos de Gerard Piqué qui s'était engagé pour un contrat de... 25 ans chiffré à 3 milliards de dollars. "L'ITF se penchera sur cette question au mois de mars. Nous devons chercher des solutions", lâche-t-il.

Le président de Swiss Tennis n'ignore pas que les tournois du Grand Chelem souhaitent redonner à la Coupe Davis son lustre d'antan. "J'ai pris connaissance des critiques émises par Gilles Moretton, le président de la Fédération française. Mais quelles sont les propositions avancées par les tournois du Grand Chelem ? Je ne vois rien venir !"

L'engouement suscité par les "qualifiers" du week-end dernier - on a notamment joué à guichets fermés à Trèves pour la rencontre Allemagne-Suisse - a rappelé combien le public pouvait apprécier ces rencontres à domicile qui ont toujours fait beaucoup pour la promotion du tennis.

"L'idéal serait de jouer les huitièmes et les quarts de finale sur un match +sec+ comme on le faisait jusqu'en 2018 et d'organiser ensuite un Final 4", plaide pour sa part Marc Rosset. Finaliste de la Coupe Davis en 1992 lors d'une campagne mémorable, le Genevois veut croire que l'épreuve qu'il chérit a encore un avenir.

Victime du Big Three

"La Coupe Davis a été en quelque sorte la victime des fabuleux succès du Big Three. Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic l'ont jouée au début de leur carrière avant de courir derrière le record des titres du Grand Chelem", note Marc Rosset.

"On peut comprendre que la Coupe Davis, qu'ils ont tous les trois gagnée, n'était plus un objectif premier pour eux. Mais aujourd'hui, nous n'avons plus de joueurs capables de remporter 20 titres du Grand Chelem. Pour un Stefanos Tstsipas, un Carlos Alcaraz, un Alexander Zverev, un Roger Auger-Aliassime, un Jannik Sinner, la Coupe Davis est un must. J'en suis persuadé", glisse-t-il.

A Trèves en sa qualité de consultant pour la RTS, le Genevois a pu constater que la magie de la Coupe Davis opère toujours pour l'équipe de Suisse. A 37 ans bien passés, Stan Wawrinka s'est battu comme un lion pour lui donner le point de la victoire. Transcendé par l'événement, Marc-Andrea Hüsler a sorti le match de sa vie pour battre Alexander Zverev. Quant à Dominic Stricker, il avait des étoiles plein les yeux après son double avec Stan Wawrinka malgré l'amertume de la défaite.

"Croyez-moi, jouer une rencontre de Coupe Davis dans un stade à guichets fermés au côté d'un triple vainqueur en Grand Chelem fut une expérience extraordinaire. J'en redemande", lançait le Bernois. René Stammbach a sans doute reçu le message de celui qui est aujourd'hui le plus grand espoir de sa fédération. Il n'a franchement pas le droit de le décevoir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Ski alpin

Mondiaux : première médaille suisse grâce à Wendy Holdener

Publié

le

Wendy Holdener, dossard n°7, fête sa médaille d'argent avec sa famille, ses amis et une partie de la délégation suisse (KEYSTONE/AP Photo/Marco Trovati).

Wendy Holdener remporte la médaille d'argent lors du super-combiné des championnats du Monde à Meribel grâce à une excellente manche de slalom. La Schwytzoise termine 2e à 1''62 de l'Italienne Fedrica Brignone qui monte sur la plus haute marche du podium. Michelle Gisin a, pour sa part, dû se contenter de la 6e place.

Première course et première médaille pour l’Equipe de Suisse aux Championnats du monde. Wendy Holdener a remporté l’argent cet lundi à Méribel lors du combiné. Quinzième après le super-G lors de la première manche, la Schwytzoise a réalisé la meilleure performance chronométrique lors du slalom, malgré cela, elle échoue à une seconde et soixante-deux centièmes de la couronne planétaire décrochée par l’Italienne Federica Brignone. L’Autrichienne Ricarda Haaser complète le podium.
Le travail paie pour Wendy Holdener qui s’est entraînée spécifiquement pour cette discipline. Tout à sa joie d’ouvrir le compteur de médailles suisses, elle a confié ses impressions à Marceline Michon, notre envoyée spéciale à Meribel après la course.

Wendy Holdener2e du combiné - Championnats du Monde

 

Après la cérémonie protocolaire, Wendy Holdener a eu tout loisir d'admirer la médaille d'argent qu'elle venait de décrocher quelques heures plus tôt en plus du trophée de l'épreuve (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

 

Michelle Gisin : une 6e place décevante

Autre Suissesse en lice dans ce combiné, Michelle Gisin a terminé sixième. Extrêmement déçue, elle a même refusé de parler à la presse. Une attitude vraiment inhabituelle de la part de l'Obwaldienne, d'ordinaire très souriante et affable.

Marceline MichonEnvoyée spéciale aux Mondiaux RFJ

 

Michelle Gisin s'est refusée à toute déclaration après sa sixième place lors du combiné lundi (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

 

Priska Nufer a, de son côté pris la douzième place ; quant à Lara Gut Behrami – deuxième après le super-G – elle a renoncé à s’aligner lors de la seconde manche, à savoir le slalom.

 

Mikaela Shiffrin éliminée

Et si les Championnats du monde ressemblaient aux Jeux olympiques de Pékin pour Mikaela Shiffrin ? Actuelle leader du classement générale de la Coupe du monde, elle a manqué lundi son entrée en lice à Méribel lors du combiné. La skieuse américaine est sortie à quelques portes de l’arrivée lors du slalom lors de la seconde manche. Ce sont peut-être les vieux démons qui ressurgissent : elle n’avait remporté aucune médaille aux derniers Jeux Olympiques d'Hiver à Pékin l'année passée. La réaction de l’Américaine, favorite de ce combiné, était contrastée après son élimination. Elle s'est confiée au micro de notre consœur d'RFJ...

Mikaela ShiffrinEliminée lors du combiné - Championnats du Monde

 

Une image rare: Mikaela Shiffrin rate une porte dans sa discipline de prédilection. La slalomeuse américaine est éliminée alors que la victoire lui tendait les bras... (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Tobias Stephan arrêtera en fin de saison

Publié

le

Tobias Stephan arrêtera sa carrière en fin de saison (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Tobias Stephan mettra fin à sa carrière à l'issue de la saison 2022/23, annonce le Lausanne HC dans un communiqué.

Le gardien, qui a fêté ses 39 ans le 21 janvier, évolue depuis l'été 2019 à Malley. Il avait auparavant défendu les couleurs de Kloten, Genève-Servette et Zoug en National League.

"Je me suis toujours dit que le jour où je ne serais plus au top dans un des trois domaines que sont la forme physique, la forme mentale et la performance sportive, alors le moment serait venu d’arrêter", souligne dans ce communiqué le Zurichois, qui avait tenté sa chance en Amérique du Nord entre 2006 et 2009 (11 matches disputés en NHL avec Dallas).

"Mon corps ne me permet plus d’être à 100% au service de mon équipe. Ma décision est donc logique et réaliste, même si j’éprouve toujours autant de plaisir à venir à l’entraînement", poursuit l'ancien international, qui a participé à trois Jeux olympiques et à cinq championnats du monde sous le maillot de l'équipe de Suisse (70 sélections au total).

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 2019 avec Zoug, Tobias Stephan n'a jamais été sacré en championnat: il a perdu les trois finales qu'il a disputées, en 2010 avec Genève-Servette puis en 2017 et en 2019 avec Zoug, à chaque fois face à Berne. Il n'a disputé que sept matches de National League dans ce championnat 2022/23 en raison d'une blessure au bas du corps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Genève-Servette s'incline 5-3 face à un Fribourg-Gottéron volontaire

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

C'est en tant que première qualifiée mathématiquement pour les séries éliminatoires que Genève-Servette accueillait Fribourg-Gottéron dimanche soir aux Vernets. Victorieux 5-3, les Fribourgeois mettent fin à la série de 7 victoires consécutives du GSHC.

C'est samedi soir, sans jouer, que les Grenat ont officiellement validé leur ticket pour les playoffs 2023 grâce à la défaite de Zoug face à Rapperswil. Sans avoir fini la saison régulière, les Genevois sont donc d'ores et déjà assurés de "faire mieux" que la saison dernière (défaite en pré-playoffs) et retrouveront la joie des séries devant une patinoire sans aucune restriction sanitaire, ce qui n'était plus arrivé depuis 2019.

Mais avant de penser quart de finale, la saison régulière n'est pas encore terminée, la qualification pour la Champions Hockey League n'est pas encore acquise de même que la première place. Face aux Genevois dimanche, Fribourg-Gottéron pouvait de son coté prendre une belle option sur la qualification directe pour les playoffs.

Rod et Karrer touchés

Dans le camp servettien, l'absence de Valtteri Filppula en attaque mais surtout celle d'Arnaud Jacquemet en défense (tous deux annoncés malades) ont forcé le coaching staff grenat a n'habiller que 6 défenseurs pour cette rencontre. Et c'est Friboug qui démarra cette rencontre pied au plancher. Sans être flamboyant mais avec juste davantage de volonté, les Fribourgeois menait 2-0 après 6'20'' de jeu. L'espoir vint de la canne de Vincent Praplan pour le 2-1, avant que les Fribourgeois ne reprennent le large 3 minutes plus tard.

Peu concentrés et peu appliqués en défense, les Genevois n'arrivèrent pas à retrouver leur verve, même en deuxième période avec deux supériorité numérique galvaudée par les Servettiens. Pire, les Grenat durent évoluer sans leur capitaine Noah Rod dès le début de la 2e période, absent du banc genevois pour un motif inconnu.

Le troisième tiers vit tout d'abord la blessure de Roger Karrer, "taclé" de manière totalement involontaire par un joueur fribourgeois, le défenseur ne put quitter la glace tout seul, touché visiblement au pied ou à la jambe. Un coup dur pour celui qui est, toujours au moment d'écrire ces lignes, censé représenté la Suisse lors de la pause internationale.

Fin de match chaotique

Une sortie sur blessure qui contraint les Genevois à évoluer avec 5 défenseurs sur la fin de la rencontre. Mais quelques secondes plus tard, les Genevois revinrent au score grâce à Marco Miranda, incisif comme il le fallait devant le but défendu par le gardien Reto Berra.

Mais malheureusement les Grenat se coulèrent un peu tout seul. Coupables d'un surnombre, les hommes de Jan Cadieux encaissèrent le 4 à 2 sur la supériorité numérique, sur une nouvelle réussite de Victor Rask, le Fribourgeois de la soirée impliqué sur les 4 goals. Mais aussitôt l'espoir parti, aussitôt l'espoir revint grâce à Henrik Tömmernes, auteur du 4-3. A préciser qu'avec seulement 5 défenseurs en l'état, c'est le Canadien Daniel Winnik qui joua les défenseurs de secours le temps d'un soir.

L'égalisation tomba à quelques minutes de la fin du temps réglementaire mais fut annuler par des arbitres ayant sifflé avant pour une faute...d'un Fribourgeois. C'est finalement dans la cage vide que Gottéron scella le score dans la cage vide. Un fin de match dans le chaos suite à la frustration générale dans le camp genevois.

Le GSHC paie son mauvais début de match et ne parvint jamais à revenir au score. Face à des Fribourgeois plus entreprenants, les Grenat se sont battus tout seul. Place maintenant à la pause de l'équipe nationale, bienvenue pour des Genevois qui devraient récupérer du monde pour le 14 février face à Davos.

 

Continuer la lecture