Rejoignez-nous

Sport

L'essor des paris sur les sports électroniques en Suisse

Publié

,

le

Vu les lourds changements qu’a entraîné la maladie à coronavirus à travers le monde, on assiste à l’expansion de nouvelles catégories de paris sportifs parmi lesquels les paris sur l’E-Sport.

Encore méconnu de la scène internationale quelques années auparavant, il a fallu l’arrivée de la COVID-19 pour donner une sonnette d’alarme aux bookmakers qui ne voyaient pas encore de possibilités de paris sur l’E-Sport. En effet, confinements, mesures barrières et couvre-feux ont empêché de grandes compétitions sportives d’avoir lieu. Ce qui n’est pas nécessairement le cas de l’E-Sport où des parties de jeu peuvent se dérouler chaque joueur chez soi.
Les pays comme la Chine étaient déjà suffisamment imprégnés dans les sports électroniques. Par contre, les pays d’Europe comme la Suisse commencent tout récemment à s’y intéresser sérieusement ainsi que les bookmakers qui proposent chaque jour de nouvelles possibilités de paris.

E-Sport : Définition

Parler d’E-Sport revient à parler tout simplement de jeux vidéo. En effet, le terme E-Sport est juste une forme contractée de « Electronic Sport » qui signifie sport électronique en français. Mais cela n’est plus à l’échelle de votre petit cocon familial mais s’étend à l’international.
Les compétitions d’E-Sport sont très organisées avec équipes, coaches, préparateurs psychologiques et médecins pour certains. Ce sont des compétitions qui brassent tellement d’argent car beaucoup de sponsors y trouvent de nombreuses opportunités d’y placer des produits.
La Chine et les USA sont reconnus pour abriter de grandes compétitions de sports électroniques. C’est un peu le contraire avec la Suisse qui ne considère pas encore cette discipline sportive à part entière comme les autres sports traditionnels. Mais l’intérêt est naissant déjà, dans la mesure où les mesures barrières face à la COVID-19 sont encore d’actualité.

L’intérêt naissant des bookmakers suisses sur l’E-Sport

Varieur Montague, l’auteur invité pour cet aspect est un expert en ce qui concerne les paris sportifs et les bookmakers. Il nous donne son avis sur la montée de l’E-Sport dans les paris sportif suisse. Découvrez son profil ici.
Les pays européens sont en train de donner peu à peu de la place à l’E-Sport. Dommage qu’il ait fallu une grosse pandémie pour donner cette place. De nombreux bookmakers à travers le monde lancent déjà des paris sur les compétitions de E-Sport, pour ainsi dire que cette nouvelle façon de faire le sport conquiert déjà le monde.

Parmi ces bookmakers nous avons par exemple :

  • 22 Bet : un tout nouveau bookmaker très actif dans le domaine de l’E-Sport ;
  • Interwetten : un bookmaker reconnu depuis 2018 en Suisse ;
  • Bwin : le bookmaker mythique et leader dans l’industrie des paris sportifs dans toute l’Europe.

En plus des compétitions E-Sportives qui se multiplient, il faut dire que même les équipes foisonnent aussi à travers le monde. Il existe de nombreuses équipes professionnelles de E-Sport qui vont de compétitions en compétitions chaque jour. C’est le cas de Arctic Gaming, DeadPixels, Maaischguet et mYinsanity.

Une variété de championnats et compétitions d’E-Sport

En Suisse, les bookmakers offrent de nombreuses occasions de paris sur des compétitions nationales comme internationales. Ces compétitions sont organisées par de nombreux organismes qui désirent mettre face à face des E-Sportifs professionnels. Parmi les compétitons les plus appréciées on a :

  • La League of Legends World Championship : C’est tout simplement « la » compétition la plus attendue chaque année par les fans du jeu vidéo League of Legends. Cette compétition a été initiée depuis 2011 et a lieu chaque année. Elle est organisée par la maison Riot Games. En 2018, on a estimé les spectateurs de la phase finale à environ 100 millions.
  • L’E-Sport World Convention : Cette compétition initiée en 2003 en France met face à face tous les E-Sportifs professionnels du monde.
  • La Swiss Made Games League : Il s’agit ici d’une compétition nationale suisse. La Fédération Suisse de l’E-Sport a souhaité lancer ce championnat pour donner un peu plus de visibilité à la filière E-Sport dans le pays.

Comment parier sur l’E-Sport en Suisse ?

Cette filière est très prometteuse en Suisse. C’est pour cette raison qu’il faut dès maintenant en maîtriser les ficelles pour très vite se spécialiser. Pour parier sur l’E-Sport, il est important que vous sachiez les points suivants :

  • Faites les bonnes mises sur les bons joueurs : Les carrières dans l’E-Sport sont souvent courtes. De ce fait, celui qui maîtrisait le Game hier n’est pas nécessairement le même aujourd’hui. Il faut donc suffisamment être informé. La petite astuce est de miser sur les équipes en pleine évolution par rapport à celles qui ont mis du temps dans le système.
  • Evitez de disperser vos énergies : Pour cela, il faut que vous vous spécialisiez dans un E-Sport ou alors une compétition bien précise voire 2 au grand maximum.
  • Adoptez une fréquence de jeu raisonnable : Les paris deviennent très vite addictifs. Il faut donc que vous vous organisiez pour ne pas dépasser certaines limites lorsque vous faites vos mises. Il n’y a très souvent pas de retour en arrière possible.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Pascal Besnard va quitter la Présidence du Servette Football Club

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Pascal Besnard quitte la présidence de Servette, après deux ans et demi à ce poste. Le responsable de la Fondation 1890 Didier Fischer reprendra ses fonctions par intérim à partir du 1er juillet.

C'était une annonce pour le moins inattendue. Dans un communiqué Pascal Besnard a indiqué quitter la présidence de Servette. "Je ne souhaite pas poursuivre mon activité à la tête du club et ne briguerai donc pas un nouveau mandat au-delà du 30 juin 2022", annonce-t-il dans un communiqué publié mardi par le club. Une annonce qui a été une véritable surprise pour Thomas Zinguinian, président de Ge-sport.

Thomas ZinguinianPrésident de Ge-sport

L'ancien joueur professionnel ne donne pas les raisons de son départ mais relève que "le Servette FC 1890 SA est aujourd'hui dans une situation qui lui permet de poursuivre ses activités en toute sérénité et avec ambition". Et de poursuivre: "Avec un des plus petits budgets de la ligue, le club a réussi (...) à dépasser les objectifs fixés." Ce départ est-il inquiétant pour le futur du club à court terme? la réponse de Thomas Zinguinian.

Thomas ZinguinianPrésident de Ge-sport

L'équipe a terminé le Championnat de Super League au 6e rang. Dix jeunes de moins de 21 ans ont pu jouer au plus haut niveau ces deux dernières saisons.

Le vice-président Felipe Ortiz-Patino s'en va également. Didier Fischer, patron de la Fondation 1890 qui chapeaute le football, le hockey sur glace et le rugby sous la même bannière, est nommé administrateur du club et reprendra la présidence par intérim. Il était déjà président avant l'arrivée de M. Besnard.

Avec Keystone-ATS

 

Continuer la lecture

Football

La Suisse avec Bottani et Amdouni

Publié

le

Murat Yakin: 4 matches avec l'équipe de Suisse au mois de juin. (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Mattia Bottani est le seul néophyte appelé par Murat Yakin pour les rencontres de la Ligue des Nations que la Suisse disputera le mois prochain. Ce choix était attendu.

"Il suit la ligne que nous tenons. Les performances du moment demeurent notre premier critère", souligne le sélectionneur. Victorieux de la Coupe de Suisse ce printemps, le demi luganais est appelé le jour de ses 31 ans. "Je l'ai vu forcer la décision dans les matches. Il est rapide. Il possède une très grande intelligence de jeu, poursuit Murat Yakin. Le momentum parle pour lui."

Un second néophyte devrait enrichir cette sélection qui comprend 26 joueurs. Murat Yakin a, en effet, annoncé la venue pour les deux derniers matches de Zeki Amdouni. L'attaquant du Lausanne-Sport a décidé de jouer pour la Suisse. "Il avait la possibilité d'évoluer avec la Tunisie, la Turquie et la Suisse. Son choix s'est porté pour la Suisse, se félicite Murat Yakin. Il va livrer deux matches avec l'équipe des M21 contre la Bulgarie et en Moldavie avant de nous rejoindre pour les deux rencontres à Genève."

A la Praille, la Suisse affrontera l'Espagne le 9 juin et le Portugal le 12 juin. Auparavant, elle sera opposée à la République tchèque le 2 juin à Prague et une première fois au Portugal le 5 juin à Lisbonne. Ces quatre rencontres de la Ligue des Nations commandent une obligation des résultats.

"Le premier but est de conserver notre place en 1ère division, annonce Murat Yakin. Mais à mes yeux, il n'y a pas de débat à avoir. Nous irons à Prague pour cueillir les trois points de la victoire. Disputer quatre matches en dix jours face à de tels adversaires représente un beau défi à relever. Il conviendra de bien gérer les temps de jeu des joueurs."

A commencer par celui de Haris Seferovic. Le Lucernois fait son grand retour en sélection après une saison bien compliquée à Benfica en raison d'une succession de blessures et d'une concurrence accrue. Yvon Mvogo, à nouveau titulaire au PSV Eindhoven, a également été rappelé. Le Fribourgeois est l'un des quatre gardiens retenus avec Yann Sommer, Jonas Omlin et Gregor Kobel. Enfin à noter que Denis Zakaria, blessé, et que Christian Fassnacht, jugé encore trop "juste" malgré son retour sur les terrains, ne figurent pas dans la liste de Murat Yakin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Débordements en marge du match Sion-Servette

Publié

le

(©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON))

Quelques véhicules endommagés et des vitrines brisées: des débordements ont eu lieu dimanche après le match Sion-Servette. La police valaisanne, qui avait prévu un dispositif important, parle d'"un cas particulier". Aucun blessé n'est à déplorer.

Quelque 11'000 spectateurs ont assisté à la rencontre entre le FC Sion et le FC Servette au stade de Tourbillon dans la capitale valaisanne. Le match nul (3-3) décroché au bout du suspense a permis aux Valaisans de se maintenir en Super League. Il n'y avait aucun enjeu pour le Servette FC.

Pas contents de l'issue du match, des "supporters" genevois se sont néanmoins vengés sur le chemin du retour qui mène du stade à la gare. "Quelques véhicules stationnés ont été endommagés et des vitrines brisées", indique lundi à Keystone-ATS la police cantonale valaisanne, revenant sur une information diffusée sur les ondes de Rhône FM.

"Eviter les blessés"

"Le match était classé à très haut risque. Nous avions engagé beaucoup de moyens pour déployer un gros dispositif sur place", souligne Stève Léger, porte-parole des forces de l'ordre. "Fait rare", les agents ont dû user de balles en caoutchouc et de manoeuvres pour que le cortège prenne la direction voulue. Les fans étaient très excités et l'ambiance électrique, raconte-t-il.

La police cantonale était épaulée par les polices régionale et des transports. "Notre mission est de faire en sorte que les fans ne se croisent pas afin de garantir la sécurité publique et éviter les blessés". Stève Léger note aussi que les commerçants et les personnes qui stationnent sur cette rue sont prévenus à l'avance que les supporters passent par là.

Les forces de l'ordre ont tout mis en oeuvre pour identifier les casseurs. "Ces éléments serviront à boucler les enquêtes, une fois que les personnes lésées auront porté plainte pour dommages à la propriété privée", explique Stève Léger. Elles ont aussi interpellé plusieurs autres personnes qui détenaient des objets pyrotechniques.

Les matchs ne se terminent pas toujours ainsi, souligne-t-il. Cette fois, la rencontre était particulière: il s'agissait du dernier match et le derby du Rhône est toujours "très électrique".

Continuer la lecture

Actualité

Lausanne-Sport: Ludovic Magnin à la barre

Publié

le

Ludovic Magnin heureux de revenir en Suisse (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ludovic Magnin (43 ans) est de retour en Suisse. Le Vaudois a été nommé entraîneur du Lausanne-Sport, fraîchement relégué en Challenge League.

Ancien international (62 sélections, 3 buts), Magnin a dirigé le FC Zurich de 2018 à 2020, remportant la Coupe de Suisse en 2018. Limogé après trois journées en 2020/21, il a ensuite été depuis janvier 2022 en Autriche où il a réussi à sauver Altach de la relégation, une mission qui était loin d'être évidente.

Volonté de fer

Sa mission au LS sera de ramener le club en Super League. Ses qualités reconnues de meneur d'hommes seront sans doute très utiles au club de la Tuilière. Magnin dispose aussi d’une connaissance pointue du football suisse, allant de la formation au domaine professionnel. Il est également connu pour avoir un mental d’acier et une volonté de fer.

"Je suis extrêmement heureux de rejoindre le LS et une mission à laquelle je crois fermement. Je remercie Leen Heemskerk qui a trouvé les solutions pour que je vienne ici. Le LS est le club de mon enfance, mon club de coeur. J'ai toujours rêvé d'y jouer, mais je n'ai jamais pu le faire. C'est une cicatrice pour moi. Donc revenir à Lausanne aujourd'hui en tant qu'entraîneur, c'est une fierté et une très grande source de motivation", a déclaré Ludovic Magnin.

Deux promus en tout cas

En raison de l'augmentation du nombre d'équipes dans l'élite dès la saison 2023/24, les deux premiers de Challenge League seront promus au terme du prochain exercice. Le troisième aura aussi sa chance dans un barrage promotion-relégation contre le 10e de Super League.

Ludovic Magnin a derrière lui une belle carrière de joueur. L'ancien latéral gauche a notamment évolué de 2001 à 2009 en Allemagne. Il a gagné deux titres de champion en 2004 avec Werder Brême et 2007 avec le VfB Stuttgart.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le projet pour le renouvelable ne va pas assez loin

Publié

le

Tous les partis sont d'accord sur le principe d'accélérer la procédure pour les grands projets éoliens (photo d'illustration). (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/PATRICK PLEUL)

La révision de la loi sur l'énergie mise en consultation ne va pas assez loin, aux yeux de la majorité des partis et organisations qui se sont prononcés. L'accélération des procédures d'autorisation devrait être élargie au photovoltaïque.

Sur le fond, les acteurs concernés sont d'accord avec le Conseil fédéral: les procédures d'autorisation pour la construction d'installations de production d'énergie renouvelable sont trop longues. A droite comme à gauche, on salue, dans la procédure de consultation qui s'est terminée lundi, la volonté du gouvernement d'aller plus vite, au moins concernant les grandes centrales hydro-électriques et les éoliennes.

Mais le fait que ces efforts soient limités à certaines technologies suscite de nombreuses critiques. Les Verts, les Vert'Libéraux et le PS souhaiteraient par exemple que les grandes centrales solaires puissent aussi bénéficier de démarches facilitées, de même que la géothermie.

Patrimoine suisse estime que la limitation des mesures à un petit nombre de projets éoliens et hydrauliques restreint fortement les effets du projet de loi. Celui-ci devrait être étendu, notamment en tenant compte du photovoltaïque sur de grandes surfaces en altitude.

L’Association des entreprises électriques suisses (AES) salue l’orientation de la modification, mais considère qu’il faut étendre la révision à tous les projets d'énergie renouvelable.

"Minimaliste"

Le PLR et l'UDC réclament de leur côté une accélération des procédures pour toutes les sources d'énergie. Eu égard aux problèmes d'approvisionnement et à la pénurie d'électricité qui menace, l'UDC juge que le projet du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) est "minimaliste" et "terne".

Les deux partis conservateurs en profitent pour critiquer la sortie du nucléaire, consécutive à l'approbation par le peuple de la stratégie énergétique 2050. Leur avis n'est pas partagé par le spectre politique allant du centre à la gauche.

Les modalités de facilitation des procédures provoquent aussi des divergences. Le DETEC propose une procédure concentrée d'approbation des plans, au plan cantonal. Elle concernerait les autorisations de construire mais aussi la déforestation, la protection des eaux et l'expropriation. L'idée est d'empêcher que chaque autorisation puisse être contestée séparément jusqu'au Tribunal fédéral, ce qui peut entraîner d'importants retards.

Divergences sur les recours

Pour le PLR, ce modèle va à l'encontre de l'intérêt des communes, qui y perdraient leur droit de recours direct. Même son de cloche au Centre qui ne soutiendra la révision que si les compétences des cantons et des communes ne sont pas réduites.

Le PLR et l'UDC déplorent en outre que le projet ne fasse pas la part des choses entre la production d'énergie d'un côté et les intérêts en termes de protection du paysage et de biodiversité, de l'autre. Les deux partis de droite voudraient que la réglementation puisse empêcher les organisations écologistes de retarder ou de torpiller des projets électriques par des recours.

A l'inverse, ce droit d'opposition est salué par lesdites organisations et par la gauche. Pour le PS, il est important que "le développement des énergies renouvelables n'amoindrisse pas le droit de recours dont bénéficient les organisations".

Le principe général de promotion de l'énergie solaire est très largement salué. Le projet prévoit ainsi que les investissements pour le photovoltaïque sur les toits et les façades des bâtiments soient déductibles des impôts à l'avenir, non seulement lors d'assainissements mais aussi pour les nouvelles constructions. L'idée de faciliter les installations solaires sur les façades rencontre aussi un bon écho.

Les Verts soutiennent les mesures prévues pour encourager le solaire, mais déplorent que le projet n'aille pas assez loin. Ils appellent à la tenue d'une table ronde sur le Photovoltaïque à l'image de ce qui s'est fait pour l'énergie hydraulique, qui a débouché sur un accord de principe pour 15 projets.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture