Rejoignez-nous

Sport

Arnaud Psarofaghis et le mythe du Bol d’Or

Publié

,

le

Arnaud Psarofaghis aura 30 ans en septembre mais s'élancera samedi dans son 17e Bol d'Or, qu'il a déjà remporté 3 fois. Le Genevois d'Alinghi évoque LA course mythique de la voile lémanique.

Arnaud Psarofaghis, comment se sent-on alors qu'approche le Bol d'Or?

"On est toujours un peu pendu car il s'agit d'un moment important de la saison. Mais c'est une course qu'il faut aborder calmement. Il faut commencer fort mais rester calme et patient. Maintenir au maximum le contact avec les autres et saisir la bonne opportunité."

Et qui est, sur le bateau, le chef en saisie de bonne opportunité?

"C'est une décision qui se prend en équipe. On essaie d'atteindre une majorité d'avis favorables avant de choisir une option. Mais on est aussi toujours à l'écoute d'une bonne idée."

En quoi le jeune Arnaud, qui a fait ses débuts sur la course en 2000, diffère-t-il de l'Arnaud actuel?

"En 2000, je faisais les sandwiches et dormais la nuit pendant que mon oncle barrait. Là, je ne fais plus les sandwiches et je ne dors plus..."

Vous rendiez-vous compte, à l'époque, de ce à quoi vous vous attaquiez?

"Oui, mais c'est en faisant le Bol d'Or qu'on se rend compte que le lac est grand. On voit les Voirons et on se dit: 'Tiens, c'est bon, c'est le Salève.' Sauf que nous, l'arrivée est encore plus loin."

A quelles conditions vous attendez-vous ce week-end?

"Il faudra être patient (réd: on annonce une faible brise), les conditions seront difficiles dans le Haut-Lac. L'équipe qui sortira avec un vent frais lors des transitions fera la différence. Nous allons nous entraîner encore cet après-midi (réd: jeudi) pour tester quelques trucs en secret."

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voile

La Roesti Sailing Team termine 2e de la Transat Jacques-Vabre

Publié

le

La joie de Simon Koster (à gauche) et Valentin Gautier après leur arrivée à La Martinique © Jean-Louis Carli / Alea

FANTASTIQUE! La Roesti Sailing Team termine deuxième de la 15e édition de la Transat Jacques-Vabre. Le binome composé du Genevois Valentin Gautier et du Zurichois Simon Koster a franchi la ligne ce lundi à 13h38 en Martinique. Après une quatrième place en 2019, ils bouclent donc cette transatlantique à la deuxième place après 21 jours, 23 heures, 37 minutes et 38 secondes de course. 

Quatrième en 2019, le duo suisse s'adjuge cette place de dauphin en ayant parcouru les 4 600 milles (8'519 kilomètres) théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8,68 nœuds (16 kms/h). En réalité, le duo et Banque du Léman ont parcouru 5477,45 milles (10'143 kms) à 10,38 nœuds (19,2 kms/h).

Les premiers mots :

Valentin Gautier
"Redman ils ont été bons et surtout sur le premier tiers de course. Ils ont creusé un écart qu’ils ont ménagé jusqu’à la fin. Ils sont allés tôt dans l’ouest. C’est sûr que les places varient beaucoup derrière. Nous ne sommes pas déçus du tout du classement, nous aurions signé direct au départ pour ça ! Effectivement la flotte est dense, bien préparée et bien entrainée, nous sommes très contents. Nous avons eu une petite frayeur en début de nuit, avec une drisse de spi qui a cassé. Spi dans l’eau avec les mecs au vent qui marchaient à 15-16 noeuds, il fallait réagir vite. Nous avons réussi à tout ramener et au bout de 15 minutes, nous avons eu un spi en l’air à nouveau, c’était efficace !"

Simon Koster
"Sacrée bagarre, jusqu’à la dernière minute c’était tendu. Nous avons passé la nuit à se tirer la bourre. Grosse course ! La flotte était très groupée, c’est revenu complètement par derrière au Cap Vert. Nous étions surpris, nous nous attendions à finir la course avec 5-6 bateaux, mais nous étions 30 bateaux alignés. Dans une course uniquement (ou presque) disputée au portant dans des conditions entre médium et légères il y a très peu de chance pour les bateaux neufs. Nous le voyons bien, il y a des bateaux de génération précédente qui sont plus que dans le match. Nous avons une carène tendue qui marche vraiment bien dans ce temps-là. Nous on avait un bateau plus typé pour la parcours qui allait au Brésil à l’époque. Nous avons aussi cassé la canne à algues, donc nous avons fait une réparation avec ce que nous avions. Il y avait des phases pendant 2-3 heures où nous enlevions les algues dans le safran toutes les 2-3 minutes."

Continuer la lecture

Football

La neige porte bonheur à Servette victorieux à Lausanne

Publié

le

Kastriot Imëri, en grenat, et les Servettiens ont passé l'épaule malgré la résistance de Simone Grippo, en blanc, pour remporter leur première victoire face au Lausanne-Sport depuis plus de deux ans (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI).

Sous la neige, les Servettiens ont battu le Lausanne-Sport (3-0) pour la première fois depuis plus de deux ans dans des circonstances analogues à celles de leur précédent victoire dans la capitale vaudoise.

Deux ans et six mois (03.04.21), voilà le temps que les joueurs d'Alain Geiger ont dû attendre pour remporter une nouvelle victoire aussi importante que la précédente face au Lausanne-Sport (3-0) dans le match de la peur. Un succès acquis grâce à trois buts marqués en seconde mi-temps alors qu’ils évoluaient à onze contre dix. Grejohn Kyei, Kastriot Imëri et le remplaçant Alexis Antunes ont fait trembler les filets «blancs et bleus» pour le gain de ces trois points plus que précieux. Voilà qui réjouit tout particulièrement le gardien genevois Jeremy Frick.

Jeremy FrickGardien du Servette FC

 

Reste à savoir quel point l’expulsion du meneur de jeu lausannois Cameron Puertas a pesé dans la balance.

Jeremy FrickGardien du Servette FC

 

La précédente victoire des Servettiens datait de plus de trente mois et le match s’était également joué sous la neige. De quoi raviver d'excellents et les motiver encore plus.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

La même défense que contre GC

La défense aligné dimanche était exactement la même que contre les Grasshoppers avec notamment Nicolas Vouilloz en défense centrale et Moussa Diallo comme latéral droit. Le but : donner du repos aux titulaires Steve Rouiller et Anthony Sauthier éprouvés par les répétitions des efforts de ces dernières semaines.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Parmi les satisfactions du jour, les excellentes performances des cadres de l'équipe, Kastriot Imëri, auteur du deuxième but de son équipe, et surtout de Miroslav Stevanovic, auteur des trois passes décisives, sans oublier les retours de blessures de Timothé Cognat au milieu et de Dimitri Oberlin en attaque, même s'il n'a joué que quelques minutes.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture

Football

Servette a su profiter de la situation favorable

Publié

le

Le demi servettien Miroslav Stevanovic, au fond, derrière David Douline, qui tacle l'attaquant genevois du Lausanne Zeki Amdouni, en blanc, a fait la passe décisive sur les trois buts de son équipe. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Avec 11 contre 10 durant plus de 45 minutes, Servette a livré le match attendu dimanche à la Tuilière et bat le Lausanne-Sport (3-0) devant plus de 10'000 spectateurs.

"C'est certain que cette victoire fait plaisir, commente le gardien Jérémy Frick. Il y a un petit air de déjà vu avec ce succès sous la neige et nos supporters qui arrivent en retard. C'était le scénario parfait pour eux et pour nous. On a réussi à confirmer ce qu'on avait montré la semaine passée. On a eu du déchet et tout ne fut pas parfait, mais on va retenir qu'on a marqué trois buts et qu'on n'en a pas encaissé."

Mais le dernier rempart des Grenat ne voulait pas dépeindre un tableau trop idyllique sans revenir sur l'expulsion de Puertas juste avant la pause: "On ne va pas se mentir, cela nous a grandement facilité la tâche. Mais ce n'est jamais chose aisée de gagner contre une équipe comme Lausanne qui pouvait tout avoir de l'animal blessé. Il fallait marquer rapidement en deuxième mi-temps et ne pas encaisser. C'est ce qu'on a fait et plutôt bien."

Surfer sur ces deux victoires

Ce deuxième succès de rang ramène un peu de calme dans le vestiaire genevois. "Tout n'est pas parfait, mais effectivement il y a un peu plus de sourires à l'entraînement, confie le gardien. On doit maintenant tout faire pour arrêter avec ces séries de défaites. On rejoue sur un synthétique le week-end prochain contre un grand YB, à nous de faire en sorte d'aller chercher ces trois points."

Et si le portier affichait un beau sourire, c'est aussi parce qu'il a signé un "clean sheet": "Je le cherchais depuis un petit moment comme un attaquant cherche un but quand il ne marque pas. Cela fait du bien et apporte de la sérénité. C'est une préparation optimale avant d'affronter le champion."

Dans le camp des vaincus, les mines étaient forcément basses. Et bien entendu, les Lausannois n'ont pas occulté l'expulsion de leur coéquipier. "Ca tue le match, lance le défenseur Anel Husic. On était bien. On n'était pas meilleur qu'eux, mais c'est dommage de prendre un rouge juste avant la mi-temps. En deuxième, ils sont clairement au-dessus. Ils attaquent et ils marquent. Ensuite on lâche et ils mettent le deuxième. On pousse pour essayer de mettre le 2-1 et on prend le troisième. Maintenant il faut tourner la page."

A la mi-temps, le coach a cherché à motiver ses troupes. "Il nous a dit que même avec un joueur en moins, on pouvait le faire, relève Husic. Malheureusement ça ne l'a pas fait. Si on avait pris le premier but vers la 65e, cela aurait peut-être changé quelque chose."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

 

https://www.radiolac.ch/sport/servette-a-su-profiter-de-la-situation-favorable/

 

https://www.radiolac.ch/sport/la-neige-a-porte-bonheur-a-servette/

Continuer la lecture

Football

Servette domine un LS réduit à dix

Publié

le

Grosse ambiance pour le derby au stade de la Tuilière. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Servette a remporté le derby lémanique de la 15e journée de Super League. A la Tuilière, les Grenat se sont imposés 3-0 face à un LS réduit à dix après l'expulsion de Puertas.

Et voilà Servette qui se donne un peu d'air. Sans être brillants, les joueurs d'Alain Geiger ont su se montrer percutants au moment opportun, c'est-à-dire dès l'instant où ils ont pu évoluer en supériorité numérique.

Car la partie, disputée devant plus de 10'000 spectateurs, a pris une tournure différente à la 45e lorsque Cameron Puertas s'est fait l'auteur d'une faute inutile à mi-terrain. L'arbitre n'a alors pas hésité à sortir un deuxième carton jaune et a renvoyé le meneur de jeu vaudois aux vestiaires. Neuf minutes plus tôt, Puertas avait pris un premier carton largement évitable en zone offensive.

Trois assists pour Stevanovic

Servette n'a pas mis longtemps à profiter de leur avantage numérique. A la 49e, Kyei n'a pas manqué l'ouverture du score seul face au but vide après un excellent service de Stevanovic. Maître à jouer des Genevois, ce dernier s'est encore montré décisif à la 67e.

Une fois de plus décalé sur la droite, Miroslav Stevanovic a vu son puissant centre dévié par le portier Diaw avant d'être victorieusement repris par Imeri. Et c'est encore le Bosnien qui a servi Antunes pour le 3-0 des visiteurs (88e).

Servette grimpe au 6e rang

Dans les rangs lausannois, l'absence de Puertas a coûté cher en deuxième période, alors que la neige s'est mise à tomber plus fort encore. Les Vaudois se sont créé quelques occasions, mettant les réflexes de Frick à l'épreuve sur des frappes prises en dehors de la surface. Les hommes de Borenovic ont semblé jouer de manière plus simple à dix, même si ce ne fut pas fameux.

Lausanne se consolera en se disant que la défaite de Lucerne chez lui contre Bâle laisse au club de Suisse centrale la position peu enviable de lanterne rouge. Les Genevois de leur côté remontent au 6e rang.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

 

 

https://www.radiolac.ch/sport/servette-a-su-profiter-de-la-situation-favorable/

 

 

https://www.radiolac.ch/sport/la-neige-a-porte-bonheur-a-servette/

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Genève-Servette s'impose grâce à son "King Henrik"

Publié

le

En plus de prêter main-forte à son capitaine Noah Rod, n°96, et à son gardien Gauthier Descloux, le défenseur suédois Henrik Tömmernes, de face, a marqué le but décisif pour Genève-Servette (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Genève-Servette a battu Bienne 2-1 après prolongation samedi soir aux Vernets. C'est le Suédois Henrik Tömmernes qui a libéré les siens dans le temps supplémentaire.

Dans cette saison particulière pour les Aigles, il y a un homme qui échappe à toute critique, c'est Henrik Tömmernes. Le défenseur suédois du GSHC est un patron en puissance et il l'assume à chaque sortie. New York avait son "King Henrik" en la personne dui gardien Lundqvist, Genève à son roi et il porte le casque et le maillot de top scorer.

Alors qu'il ne restait plus beaucoup de temps dans la prolongation, le meilleur Grenat a profité d'une passe de Filppula pour expédier le puck hors de portée de Joren van Pottelberghe et donner ce point important pour ses couleurs.

Avant cela c'est Rod qui avait ouvert le score à la 38e en power-play sur un service impeccable de...Tömmernes. Mené 1-0, Bienne a cherché l'égalisation et l'a obtenue à la 45e grâce à Hügli sur un caviar de Gaëtan Haas qui a parfaitement vu le futur lausannois oublié dans le slot. Les Seelandais ont mieux maîtrisé le troisième tiers, mais ce fut insuffisant. Parce qu'ils n'ont pas un roi suédois dans leurs rangs.

Le LHC souffle un peu

Lausanne n'avait pas le droit à l'erreur dans ce back to back contre le CP Berne. Avec quatre revers de rang, les Vaudois étaient sur une pente méchamment glissante. Ils ont un peu relevé la tête en dominant les Ours 3-1 à Malley.

Sans fond de jeu la veille dans la capitale, les Lausannois ont offert une autre partition devant leurs fans. Pas de quoi jubiler à outrance pour les supporters, mais au moins un sentiment de révolte et de concentration.

En agressant les Bernois, les joueurs de John Fust ont fait ce qu'il fallait au niveau du forechecking. Plus en verve qu'en début de championnat, Benjamin Baumgartner a ouvert le score à la 7e dans un angle très fermé. Le 2-0 est tombé à la 38e sur une relance affreuse de Thomas qui a profité à Emmerton. Frolik a validé le succès des siens à la 60e. Dommage pour Boltshauser qu'il ait encaissé un but de Bader à deux secondes de la fin. Le portier des Lions aurait mérité ce premier blanchissage de la saison.

Match fou à Ambri

Le nouveau leader de National League se nomme Zoug. Menés 4-0 à la 8e minute, les joueurs de Dan Tangnes ont réussi l'exploit de s'imposer 6-4 en Léventine.

Pour trouver trace d'un pareil retournement de situation côté zougois, il a fallu remonter au 7 décembre 2003 contre Kloten. Les joueurs de Suisse centrale avaient alors effacé un déficit de quatre goals pour l'emporter 6-5.

L'entrée de Genoni après le 3-0 a certainement redonné de la substance au champion.

A Davos, les Grisons ont pris le meilleur sur les Lions de Zurich (4-1). Tout s'est joué dans un tiers médian où les cinq buts ont été marqués. Toujours sixième mais décevant compte tenu du contingent à disposition, Zurich n'avance pas vite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture