Rejoignez-nous

Genève

Marta Peiro: "J'étais littéralement en train de tuer mon corps"

Publié

,

le

© Marc Delacrétaz / Servette FCCF

Une semaine après l'annonce de sa retraite forcée à cause de l'endométriose, Marta Peiro, 24 ans, ancienne joueuse du Servette FC Chênois féminin, témoigne sur Radio Lac. Elle revient sur sa décision, sa souffrance quotidienne et son avenir après le football.

Version longue de l'interview:

Marta PeiroAncienne joueuse du Servette FC Chênois féminin

 

Pourquoi avez-vous pris cette décision?

Je n'ai pas vraiment pris de décision, je n'avais pas d'autre choix. Et c'est quelque chose que je veux faire comprendre à tout le monde. Je suis récemment allée chez le gynécologue et j'ai vu l'état de mes ovaires et de mon appareil reproducteur. J'ai vu que le traitement ne donnait aucun résultat positif. Nous sommes donc parvenus à la conclusion avec mon gynécologue que j'avais besoin de me reposer, que je ne pouvais pas continuer à mener cette routine de footballeuse professionnelle avec autant d'efforts tous les jours, sans me reposer. Parce que j’étais littéralement en train de tuer mon corps. Ma fertilité s'est réduite, j'ai déjà eu beaucoup de problèmes et donc la meilleure chose à faire maintenant est de prendre soin de moi et d'essayer de retrouver un peu de qualité de vie. Chose que je n'ai pas eu l'année dernière parce que cette année n'a été que douleurs, douleurs et encore plus de douleurs.

 

"Je n’avais pas d’autres choix que de prendre cette décision"

 

A quoi ressemble le quotidien d’une athlète professionnelle qui souffre d’endométriose?

C'est une routine très difficile et je n'ai pas la même capacité de récupération que les autres joueuses. C'est la routine que j'ai suivie toute ma vie, mais j'ai toujours eu beaucoup de problèmes et je ne savais pas pourquoi. Maintenant, j'ai la réponse. Et évidemment, je voulais suivre ce traitement parce que j’aimerais être mère dans le futur.

J'ai fait des efforts, mais ces derniers mois j'avais peur de m'entraîner, peur de sortir et de ne pas pouvoir marcher correctement, de ne pas bien dormir, d'avoir beaucoup de douleurs, d'avoir des infections, des saignements, comme j’en ai eu ces derniers mois. J'ai perdu tellement de qualité de vie que, mentalement, cela m'a beaucoup affecté et je le vivais vraiment mal. Et je le redis : je n’avais pas d’autres choix que de prendre cette décision si je voulais vivre un peu en paix.

 

On imagine la difficulté de prendre cette décision. Est-ce que vous sentez quand même une forme de soulagement?

C'est au-delà de toute difficulté. Parce que je vais avoir 25 ans, que ça fait 20 ans que je joue, dont neuf en tant que professionnelle. Comment dire au revoir à ce qui a été votre passion, votre vie, ce pour quoi vous avez tout quitté? Comment dire au revoir à ça? Au début, je ne l'ai pas bien accepté et je le prenais assez mal. Je pleurais tout le temps, je n'étais pas prête. Je voulais me battre davantage. J'allais à l'entraînement, frustrée, je disais que ça allait mais je repartais avec des douleurs, des douleurs et des douleurs...

Puis, lorsque vous dépassez toutes les limites possibles, vous prenez la décision à tête reposée. Parce que tu dis vraiment : "Marta, tu veux vivre correctement, n'est-ce pas? Tu n'y arriveras jamais comme ça". 

Donc, d'un côté, c'était très difficile parce que renoncer à toute sa vie n'est jamais facile et c'est une étape qui a été très belle pour moi. Mais d'un autre côté, le fait de n'avoir aucune autre option et de renoncer aussi à la douleur et à la souffrance que je porte en moi est un soulagement. 

 

"C'est une maladie qui va être là pour toujours"

 

Au final, vous avez priorisé la santé par-dessus tout?

Bien sûr! C'est ce que je dis à tout le monde à propos de cette maladie: il n'y a pas de remède. Il n'y a pas encore assez de recherches pour trouver un remède définitif. Donc, si le seul traitement que l'on me propose c’est de m’enlever tout mon système reproductif, c'est-à-dire de me vider complètement, de renoncer à être mère, et bien sûr d'avoir de nombreuses conséquences physiques et psychologiques, alors non ce n’est pas un traitement. C'est une maladie qui va être là pour toujours. Aujourd’hui je fais mes adieux à l'âge de 24 ans, mais si c’était à 30, 31 ou 32 ans, à un âge où j'aimerais être mère, j'aurais encore plus subi les conséquences. Il y a aussi beaucoup d'autres conséquences. Je ne peux donc pas détruire mon corps à 24 ans et souffrir davantage plus tard. Je n'avais donc pas vraiment le choix.

 

L’endométriose est un thème un peu tabou dans le monde du sport. Est-ce que c’était nécessaire d’en parler?

Oui, bien sûr. Et pas seulement l'endométriose. Je pense aussi que les règles sont encore un peu tabou et ça l’est d’ailleurs de moins en moins parce que des femmes comme moi donnent un peu de visibilité, simplement pour que les gens soient conscients de ce qui se passe.

Donc, si j'ai l'occasion de donner mon avis et de sensibiliser les gens à ce qui se passe, alors bien sûr je donnerai de la visibilité. Parce que dans le monde du sport, je ne connais pas beaucoup de personnes atteintes d'endométriose, surtout au niveau professionnel.

Je ne connais que l'entraîneuse de Chelsea qui, malheureusement, a subi une opération d'urgence et est maintenant absente. Mais c'est une maladie très difficile à combiner avec le métier de footballeuse professionnelle. J'ai essayé et parfois ça marche bien et parfois pas. Dans mon cas, ça n'a pas marché et vous ne pouvez rien faire de plus.

 

"Mon idée c'est de rester à Genève, je suis tombé amoureuse de la ville"

 

C’est quoi la suite pour vous?

Je suis très reconnaissante envers la vie, envers le club et auprès de tellement de personnes. Mon idée c'est de rester à Genève pendant un certain temps, car je suis tombée amoureuse de la ville. Je me sens vraiment chez moi ici. Et je sens aussi que j'ai commencé quelque chose avec l'équipe que je veux terminer cette année. Je veux aussi apprendre correctement le français et je vais continuer à faire mon master en ligne. Donc je ne vais pas partir de zéro. Je me lance aussi gentiment dans le monde du travail, des études, de la formation et de l'apprentissage des langues. L’idée, c’est d'être plus liée au football, même si c'est d'une manière différente.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Début des travaux de sécurisation de la piscine intérieure de Varembé

Publié

le

Photo illustration (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le chantier de sécurisation dans la piscine intérieure de Varembé a débuté aujourd’hui. Il va se prolonger pendant 6 mois.

Le bassin avait été fermé en urgence en juillet dernier en raison de problèmes au niveau des tiges de fixation du faux plafond qui surplombe les bassins couverts. Après des investigations sur l’ensemble de la structure du bâtiment, c’est finalement un long chantier qui s’est ouvert aujourd’hui.

Il faudra notamment déposer et remplacer tous les faux-plafonds, renforcer les colonnes et les poutres, changer aussi les vitrages, des fixations et autres éléments de serrureries et enfin mettre aux normes les installations électriques. Au total, 6 mois de chantier  pour une réouverture à l’été 2023.

Des travaux qui vont aussi impacter l’accès au bassin extérieur qui n’ouvrira au public qu’à la fin des travaux. En attendant, les nageurs peuvent toujours se reporter sur la piscine des Vernets dont les horaires ont été élargis depuis cet été. 

Continuer la lecture

Genève

L'OSR va jouer du Led Zeppelin

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Martial Trezzini)
L'Orchestre de la Suisse romande (OSR) s'en va explorer de nouvelles terres musicales. Dans le cadre du festival Antigel, la formation symphonique revisitera les titres phares du groupe de rock Led Zeppelin. Le concert aura lieu, à Genève, le 23 février, au Victoria Hall.

L'OSR jouera sous la direction du Bastien Stil, un chef d'orchestre issu du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, régulièrement invité par les plus grandes formations, dans un répertoire allant des classiques à l'avant-garde actuelle, indique lundi l'OSR dans un communiqué.

Le concert a été arrangé par l'auteur-compositeur et producteur néo-zélandais Jaz Coleman, chanteur au sein du groupe britannique Killing Joke. Le musicien a déjà sorti trois albums de rock symphonique, consacrés respectivement à morceaux de Pink Floyd, des Doors et de Led Zeppelin.

Continuer la lecture

Genève

Geneva Lux: En avant la lumière!

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le festival Geneva Lux illumine de nouveau la Rade depuis vendredi. Pour cette 9ème édition, 23 œuvres lumineuses sont exposées en ville de Genève.

Les œuvres sont principalement installées autour de la rade. Elles sont allumées entre 18h et 22h. Contexte d'économie d'énergie oblige, les puissances électriques des œuvres sont affichées et il faut pédaler pour que certaines créations s'illuminent. Certaines œuvres sont aussi alimentées par le soleil, le vent ou la puissance de l'eau.

Sur les 23 œuvres de cette édition, douze sont nouvelles. Yann Rossier est allé en découvrir quelques-unes. Son reportage:

Yann RossierReportage Geneva Lux

Vous pourrez admirer ces différentes œuvres jusqu'au 5 février prochain. Le site Internet de la manifestation propose plusieurs parcours thématiques. Des visites guidées payantes sont aussi organisées.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Une vidéo pour expliquer le métier d’influenceur

Publié

le

KEYSTONE Byline CHRISTOF SCHUERPF

“Plus tard, je veux être influenceur”

Si vous êtes parents, vous avez peut-être déjà entendu cette phrase.

Car c’est un fait, les nouvelles générations peuvent rêver de gagner leur vie en faisant ce nouveau métier.

Pour les informer, la Fondation Action Innocence et l’association CIAO publient une nouvelle vidéo d’animation qui explique ce métier et son modèle économique. Elle est accessible à tous et explique les termes essentiels à comprendre comme "placements de produits", "produits dérivés", ou "annonces publicitaires".

Autre objectif de la vidéo, rassurez les parents mais pas seulement.

Tiziana Bellucci, directrice générale d’Action Innocence.

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

Justement, la vidéo rappelle l’engagement et le travail nécessaires pour réussir dans ce domaine: 

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

Précisons que la vidéo est purement informative sur le métier d’influenceur, elle n’aborde pas les dérives ou les risques. 

La vidéo est diffusée sur les plateformes et les réseaux sociaux d’Action Innocence et de CIAO.  A retrouver ici.

Pour en savoir plus, retrouvez l'interview de Tiziana Bellucci ci-dessous:

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

 

Continuer la lecture

Culture

Un film serbe récompensé au festival Black Movie

Publié

le

Le festival Black Movie dirigé par Maria Watzlawick a attiré plusieurs milliers de spectateurs supplémentaires cette année à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le film serbe "Have You Seen This Woman ?" de Matija Glu¨čević et Du¨an Zorić remporte le Prix de la critique de Black Movie à Genève. La 24e édition du festival international de films indépendants a attiré près de 30'000 personnes, environ 5000 de plus sur un an.

La manifestation "a pu savourer le retour à la normalité post-pandémie", ont dit dimanche les organisateurs. Mais le coronavirus a élargi l'approche du festival. Près de la moitié des films étaient aussi montrés en ligne.

Pendant dix jours, le public a pu apprécier 91 productions de plus de 50 pays. Outre les films, des discussions, ateliers ou concerts ont agrémenté la rencontre genevoise.

Les organisateurs relèvent l'attrait "persistant" pour les oeuvres sud-coréennes. Les cinéastes iraniennes et iraniens invités ont attiré un large public. Autre succès selon les organisateurs, le Petit Black Movie a plu aux grands comme aux petits.

Le Prix de la critique, doté de 5000 francs, a été remis à Matija Glu¨čević et Du¨an Zorić. Leur film met à l'honneur une femme "marginalisée dans notre société", dit le jury. Une mention spéciale a été attribuée au film rwandais "Father’s Day" de Kivu Ruhorahoza.

Le Prix des jeunes de 1000 francs a récompensé le film vietnamien "Children of the Mist" de Hà Lệ Diễm. Celui du Petit Black Movie, doté du même montant, a été attribué au court métrage "Ice Merchants" du Portugais João Gonzalez. Une mention spéciale a honoré le film "A White-White Day" de Vasily Tchirkov. De son côté, le Prix des enfants a salué le court métrage chinois d'animation "Beyond the Fog" de Xue Feng et Han Xu. La prochaine édition aura lieu du 19 au 28 janvier 2024, selon les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture