Rejoignez-nous

Actualité

Police genevoise: nombreux cas de harcèlement sexuel

Publié

,

le

Sur l'ensemble de leur carrière à la police genevoise, près d'une femme sur deux (43%) et un homme sur cinq (23%) se sont sentis harcelés ou ont été gênés par un comportement inopportun (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un sondage montre l'ampleur du harcèlement sexuel au sein de la police genevoise, même si les cas graves restent rares. Sur l'ensemble de leur carrière, 43% des femmes interrogées et 23% des hommes se sont sentis harcelés ou gênés par un comportement inopportun.

Sur la seule année 2021, les chiffres sont un peu inférieurs (36% pour les femmes, 18% pour les hommes), indique jeudi la police cantonale genevoise dans son communiqué.

Le sondage rapporte majoritairement des cas qualifiés de "plus légers". Les commentaires désobligeants ou dégradants sont ainsi les types de comportements subis le plus fréquemment cités. Ils se situent sur une fourchette d'apparition comprise entre 21% à 48%.

Suivent (entre 8 et 15% des cas) les histoires indésirables à contenu sexuel, le fait de se faire siffler ou dévisager, l'exposition à des images pornographiques, ainsi que les appels téléphoniques, lettres ou messages électroniques indésirables ou obscènes.

Aucun abus ou viol

Les comportements qualifiés de "plus grave" sont plus rarement mentionnés, apparus entre 0,7% et 6% du temps dans le sondage. Ils regroupent les contacts corporels ou invitations sexuelles indésirables, le chantage sexuel, les attouchements ou encore les baisers. A noter qu'aucun abus sexuel ou viol n'a été signalé.

Le sondage montre que les comportements déplacés sont initiés à près de 70% par des personnes sans lien de subordination particulier. Les supérieurs hiérarchiques sont présents dans 23% des cas.

Le communiqué de la police signale encore "un résultat intéressant", à savoir le ratio entre les comportements vécus et observés. Il révèle que les personnes observent trois fois plus de comportements inopportuns qu'elles n'en subissent.

Peu de plainte

Au total, 790 personnes ont répondu au sondage, 66% d’hommes et 34% de femmes. Parmi ces personnes, 68% sont des policières et des policiers, 23% sont du personnel administratif et 9% des assistantes et assistants de sécurité publique (ASP). L'échantillon est jugé représentatif du personnel de la police genevoise, qui emploie 2200 personnes.

Interrogées sur leur réaction après une situation de harcèlement, les victimes répondent surtout, dans 20 à 25% des cas, avoir réagi "avec humour" et s'être défendues verbalement. Elles en ont parlé avec des collègues ou leur entourage dans environ 15% des cas.

En revanche, les réactions par voies de communications officielles ou le fait de porter plainte ont rarement été mentionnés, ne dépassant par la fourchette des 0,2% à 1,3% de cas.

Formation et ateliers

La police genevoise annonce, pour l'an prochain, une campagne d'affichage pour sensibiliser "sur les comportements trop fréquemment présents." Cette thématique sera également abordée dans le cadre de la formation, mais aussi via des plateformes d'échanges.

Des ateliers de mise en situation au moyen de la réalité virtuelle seront également au programme.

La police genevoise affirme "une tolérance zéro face à toutes formes de harcèlement".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

Lumières éteintes pour le climat samedi à 20h30

Publié

le

De nombreux monuments de Suisse, comme ici le château de Chillon, ont éteint leurs lumières pour le climat ces dernières années (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une vingtaine de localités de Suisse s'associeront samedi à l'initiative "Earth Hour" qui consiste à éteindre toutes les lumières pendant une heure à 20h30. Il s'agit de "donner un signal clair en faveur de la protection de notre Terre", indique le WWF.

Cette action est lancée à l'échelle mondiale. Pendant cette "heure de la terre", des monuments célèbres comme l'Empire State Building à New York ou le Taj Mahal en Inde resteront plongés dans l'obscurité. En Suisse, le Jet d'eau de Genève, la tour des sorciers à Sion et d'autres monuments de Fribourg, Sierre, Delémont, Montreux, Vevey ou Yverdon, notamment, s'associeront à l'opération.

St-Gall va plus loin, en organisant un week-end complet sur le thème d’Earth Hour, avec notamment une promenade sur le thème de la biodiversité.

"Le fait qu'autant de villes et de personnes participent à Earth Hour montre à quel point le public tient à protéger la nature", se félicite le directeur général du WWF Suisse Thomas Vellacott, cité dans un communiqué. "Avec Earth Hour, nous signalons aux décideurs et décideuses de Suisse et du monde entier qu'il est grand temps de reconnaître les conclusions du GIEC et d'agir en conséquence."

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié lundi son 6e rapport de synthèse qui "montre clairement l'urgence de la situation: nous devons agir sans plus attendre pour combattre la crise climatique et arrêter la perte de biodiversité", rappelle le WWF, qui appelle à voter oui à la loi sur le climat soumise en votation le 18 juin prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'OTAN tempère les attentes suisses pour des exercices militaires

Publié

le

La ministre suisse de la défense Viola Amherd a rencontré mercredi le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg à Bruxelles (archives). (© KEYSTONE/EPA/Jonas Ekstromer)

L'OTAN a mis un bémol mercredi au souhait de la Suisse de participer davantage aux exercices de l'alliance militaire, indique son secrétaire général. "Plusieurs alliés ont des réserves parce que la Suisse ne leur a pas permis de transmettre des munitions à l'Ukraine".

En raison de cette interdiction, certains Etats membres ont du mal à envisager des exercices avec la Suisse, précise Jens Stoltenberg dans un entretien publié jeudi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

La ministre suisse de la défense Viola Amherd a rencontré mercredi le secrétaire général de l'OTAN. Elle lui a notamment présenté ses souhaits concrets de renforcer la collaboration entre la Suisse et l'alliance atlantique.

Concrètement, la Suisse souhaite participer davantage aux exercices de l'OTAN, développer l'interopérabilité entre l'armée suisse et l'alliance, renforcer sa participation aux centres de compétences certifiés par l'alliance atlantique, ainsi que collaborer plus étroitement dans les domaines de l'informatique, de la résilience et de l'innovation.

"Problème" de la position suisse

M. Stoltenberg s'est montré ouvert à un tel renforcement de la collaboration, avait souligné la cheffe du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) après la rencontre. Dans l'interview, le Norvégien confirme la position d'ouverture de l'alliance.

Mais il évoque aussi le "problème" de la position suisse sur la réexportation de matériel militaire. Il appelle Berne à autoriser la livraison d'armes suisses à l'Ukraine par d'autres pays.

"Ce n'est pas une question de neutralité. Il s'agit du droit international et du droit à l'autodéfense tel qu'il est ancré dans la charte de l'ONU", déclare M. Stoltenberg. L'Ukraine, ajoute-t-il, défend des valeurs chères à la Suisse comme le droit à l'indépendance et à la souveraineté.

Politique de sécurité 2021

Le renforcement de la coopération souhaité par la Suisse avec l'OTAN est notamment une conséquence de la guerre en Ukraine. La Confédération a publié en septembre un document complémentaire au rapport sur la politique de sécurité de 2021, dans lequel cet objectif est mentionné.

L'OTAN dispose pour cela du programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP). Des discussions sont actuellement en cours entre Berne et l'alliance militaire à ce sujet.

Toutes les parties ont approuvé l'idée de conclure un tel IPCP avec la Suisse. La Confédération a l'intention d'élaborer d'ici à l'été un règlement qui contiendra tous les projets qu'elle souhaite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Zoug et Zurich se rapprochent des demi-finales

Publié

le

Dario Simion est félicité par ses coéquipiers après avoir inscrit le 2-0 (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Zoug et Zurich ne sont plus qu'à une victoire des demi-finales des play-off de National League. Le double champion en titre a battu Rapperswil 3-0, alors que le Z a dominé Davos 3-2 ap.

Une réussite de Grégory Hofmann à la 19e, une autre de Dario Simion à la 52e, un gros match de Leonardo Genoni et voilà Zoug aux portes du dernier carré.

On ne sait pas si Dan Tangnes a retrouvé la formule de la potion magique, mais il est clair que son EVZ ressemble à nouveau à un vrai candidat au titre. Cela fait même depuis un mois que l'on sent l'équipe de Suisse centrale dans une tendance haussière.

Mais lorsque le coach norvégien décide de remettre Hofmann avec Kovar et Simion, on sent qu'il a très envie de recréer la magie d'un trio qui lui a beaucoup apporté et même s'il avait séparé les trois hommes l'an dernier face à Zurich en finale.

Cette victoire se veut pourtant collective avec une défense sereine et un Genoni qui a même réussi à ne pas encaisser de but lorsque deux Saint-Gallois se sont présentés devant lui. C'est finalement Abdelkader qui a pu inscrire le but de la sécurité dans la cage vide à la 57e.

Zoug va maintenant tenter de clore l'affaire à l'extérieur vendredi lors de l'acte V.

Match haletant à Davos

Quel match! Il a fallu 85 minutes de jeu pour avoir un vainqueur. C'est finalement Zurich qui s'est imposé 3-2 ap sur un but de Sven Andrighetto. L'attaquant a nettoyé la lucarne de Sandro Aeschlimann pour permettre à Zurich d'avoir trois pucks de demi-finales.

Avant cela, Zurich avait pris par deux fois les devants. Tout d'abord à la 12e grâce à Willy Riedi, puis à la 47e grâce à son jeune attaquant Nicolas Baechler. Ce but du puissant ailier de 19 ans aurait dû permettre aux Zurichois de repartir avec le point de la victoire. Enfin ça c'est si Alexandre Texier n'avait pas vilipendé une chance en or à la 59e. Alors que Davos avait sorti son gardien, le Français a foncé récupérer le puck en évitant le dégagement interdit. Il s'est ensuite retrouvé en excellente position face au but délaissé par le gardien grison, mais Dominik Egli a pu dévier l'envoi avec sa jambe.

Et derrière, c'est Leon Bristedt qui a pu égaliser à 55 secondes de la fin du troisième tiers pour envoyer tout le monde en prolongation. Mais tout cela n'aura finalement servi à rien pour les Grisons. Et Texier dormira beaucoup mieux cette nuit.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage samedi, 2 millions de francs seront en jeu. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 11, 16, 20, 27, 35 et 42. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 4 et le Joker le 064438.

Lors du prochain tirage samedi, 2 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Parc solaire: Anniviers présente son projet à 20-25 millions

Publié

le

Le site permettrait de produire de 10 à 12 GGw d'électricité par année, dont la moitié d'octobre à mars. Il ne perturberait nullement les activités déjà présentes (image d'illustration). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

La commune d'Anniviers (VS) a choisi un secteur situé près du télésiège des Grands Plans à Grimentz pour son projet de parc solaire. Situé à 2450 m d'altitude, le périmètre jouit d'un ensoleillement favorable.

"La commune souhaite participer à l'approvisionnement en électricité du pays en s'associant aux mesures urgentes de la nouvelle loi sur l'énergie", écrit-elle mercredi, en marge d'une séance d'information à la population sur son projet de parc solaire.

Le territoire communal, gorgé de soleil en altitude, est "particulièrement propice à la production d'électricité photovoltaïque", relèvent les autorités.

Compatible avec le ski et le bétail

Après avoir évalué dix sites potentiellement intéressants, le Conseil municipal - en collaboration avec le comité du consortage, les remontées mécaniques de Grimentz-Zinal et les entreprises Oiken et Alpiq - a porté son choix sur un secteur situé sur les terres de l'alpage du Marais.

Ce site d'environ 130'000 mètres carrés est situé en dehors des zones protégées et bénéficie d'un excellent ensoleillement. L'installation ne perturberait nullement les activités déjà présentes dans la zone, à savoir les exploitations de l'alpage et du domaine skiable, précise la commune.

Le site permettrait de produire de 10 à 12 GWh d'électricité par année, dont la moitié d'octobre à mars. Les panneaux seraient montés sur des cadres, portés par des mâts à deux mètres du sol, de quoi permettre au bétail de continuer à paître.

L'installation serait démantelée à la fin de sa durée de vie (30 ou 60 ans), et le sol remis dans son état originel.

20 à 25 millions

Le projet est devisé entre 20 et 25 millions de francs, dont le 60% serait couvert par les subventions fédérales. Il est porté par différents partenaires locaux. L'actionnariat sera à 60% en mains valaisannes par le biais de la commune, d'Oiken et des remontées mécaniques de Grimentz-Zinal. Le solde sera détenu par Alpiq.

Pour finaliser le dossier, le comité de pilotage doit encore procéder à plusieurs études complémentaires, notamment.

Si le consortage et l'Assemblée primaire donnent leur feu vert, la mise en service pourra être faite en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture