Rejoignez-nous

Santé

La grippe aviaire menace la Suisse, les autorités rassurent.

Publié

,

le

Image d'archive. La rade de Genève lundi 27 fevrier 2006. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

En pleine crise du Coronavirus, un autre virus est suivi attentivement par la Confédération. Le risque que la grippe aviaire atteigne la Suisse est important. L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) recommande de prendre des mesures pour protéger les cheptels. A ce stade, aucun canton suisse n'est directement menacé. Les produits importés en provenance d'Europe centrale et d'Europe de l'Est sont étudiés.

Des cas de grippes aviaires H5N8 ont été confirmés dès fin 2019 en Pologne, indique jeudi l'OSAV. Actuellement, une petite vingtaine d'exploitations amatrices ou commerciales de dindes, poules, canards, oies et pintades sont touchées. Elles se situent dans l'est, le centre et l'ouest du pays.

Plusieurs cas ont également été annoncés en Hongrie, Slovaquie, Roumanie, République tchèque, Ukraine dans des élevages commerciaux ou amateurs, ainsi que dans un zoo. Chez les oiseaux sauvages, un faucon polonais et une mouette allemande ont été signalés.

Le virus actuel H5N8 est un virus réassorti. Il provient d'Afrique et plusieurs souches étaient présentes ces dernières années chez des oiseaux sauvages en Russie.

La météo trop douce responsable

La propagation de l'épizootie à la Suisse dépendra du comportement des oiseaux sauvages, précise l'OSAV, qui souligne que le risque est accru. En raison d'une météorologie clémente en novembre et décembre 2019, certaines espèces n'ont pas migré vers le sud.

Si le temps devait rester ainsi, les oiseaux migrateurs pourraient se rediriger vers le nord-est, réduisant ainsi les risques. A l'inverse, si une vague de froid devait survenir, les espèces pourraient arriver jusqu'aux lacs suisses.

L'épizootie pourrait également se propager à travers les échanges commerciaux intensifs entre les pays. Mais l'OSAV informe que les Etats concernés ont pris les mesures nécessaires, dont l'arrêt des ventes issues des régions touchées.

Détection précoce importante

Afin de protéger les populations de volailles de rente, l’OSAV recommande aux aviculteurs de vérifier les mesures d’hygiène et de biosécurité dans leurs exploitations et de les améliorer si nécessaire.

En cas de suspicions, des examens d'exclusion doivent être réalisés. Il faut notamment être vigilant en cas de symptômes respiratoires, baisse des performances de ponte, mortalité élevée ou encore diminution de la consommation d'aliments et d'eau.

La détection précoce des cas est centrale, souligne l'OSAV. Il prie par ailleurs la population d'être vigilante et d'annoncer les oiseaux sauvages trouvés morts ou malades.

Depuis la mi-décembre 2019, des examens ont été réalisés sur six oiseaux d'eau, principalement des cygnes tuberculés, découverts morts sur les rives des lacs Léman, de Bienne et Wohlen. Tous les résultats étaient négatifs.

Dernier cas en décembre 2017

Lors du dernier épisode de grippe aviaire, la Confédération avait mis en place des mesures de prévention de novembre 2016 à mars 2017. Au total, 121 cas avaient été confirmés. Mais aucun n'avait concerné la volaille domestique.

Le dernier cas de grippe aviaire a été découvert fin décembre 2017 sur les rives du lac de Bienne. Il s'agissait d'un cygne.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Levée du port du masque aux Hôpitaux universitaires de Genève

Publié

le

(image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)
Le port du masque n'est désormais plus obligatoire pour les visiteurs et le personnel des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La mesure avait été mise en place pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Depuis le début du mois de janvier, la circulation du SARS-CoV2 est faible dans le canton de Genève et les hospitalisations dues au Covid-19 diminuent, relèvent les HUG lundi dans un communiqué. Les infections causées par la grippe sont aussi en forte baisse. Cette évolution permet un assouplissement des mesures de protection.

Le port du masque pourra néanmoins être exigé dans certaines unités de soins et certains services pour protéger les patients et les patientes hospitalisés. Les précautions d'usage de lutte contre les maladies transmissibles, comme l'hygiène des mains, l'aération des espaces, restent en vigueur dans les bâtiments des HUG.

Continuer la lecture

Santé

Nouvelle formule pour le Nutriscore en 2023

Publié

le

Credit KEYSTONE Source DPA-Zentralbild Byline PATRICK PLEUL

Le Nutriscore, présent depuis 2020 en Suisse sur certains produits alimentaires, devrait évoluer cette année. 

Pour rappel, il s’agit d’un outil qui note les produits de A à E, avec des couleurs qui vont de vert à rouge. Un algorithme donne la note finale, en prenant en compte plusieurs critères en lien avec leurs effets sur la santé. En clair, plus le produit a des ingrédients sains type fruits ou légumes, mieux il est noté. A l'inverse, les produits gras et sucrés sont moins bien notés. Pour autant, ce Nutriscore est souvent critiqué, par exemple par les producteurs de fromage.

En fait, tout est question d'équilibre selon Tania Lehmann, coordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Il faut savoir lire entre les lignes:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Quels seront les prochains changements pour le Nutriscore en 2023? Tania Lehmann:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Le Nutriscore reste un outil qui peut aussi aider certaines personnes:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Enfin, cette notation a permis de faire bouger les lignes, notamment dans le secteur agro-alimentaire:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Le mieux, on le rappelle, reste de lire les étiquettes.

Moins il y a d’ingrédients dans un produit, mieux c’est.

Attention aussi aux additifs.

 

Continuer la lecture

Genève

Quand la réalité virtuelle vient en aide aux patients

Publié

le

 Les HUG disposent désormais d’un Centre de médecine virtuelle. Il devrait permettre à terme d’intégrer les nouvelles technologies dans le traitement quotidien des patients. 

Comment intégrer la réalité virtuelle dans les soins aux patients? C’est tout l’enjeu du nouveau Centre de médecine virtuelle des HUG.  Les objectifs sont nombreux : faciliter la collaboration entre les chercheurs et les médecins, améliorer l’enseignement, offrir le support nécessaire pour que la réalité virtuelle puisse être intégrée dans les soins au quotidien et proposer des projets de recherche centrés sur la réalité virtuelle.  Le Docteur Oliver Kannape est responsable de ce nouveau Centre de médecine virtuelle.

Docteur Olivier KannapeResponsable du nouveau centre de médecine virtuelle aux HUG

Le Centre est ouvert au développement d'applications dans tous les domaines médicaux: en chirurgie, en médecine interne, en neurologie et en psychiatrie, en soins intensifs, en anesthésiologie, en orthopédie, en médecine de réadaptation, en gériatrie ou encore en soins palliatifs.

Plusieurs projets de recherche sont déjà en cours. Parmi eux, une étude sur l'utilisation de la réalité virtuelle durant une IRM. Exemple avec Marco Solca, chef de clinique scientifique au Département de psychiatrie des HUG. 

Docteur Marco SolcaChef de clinique scientifique au Département de psychiatrie

Une autre étude a également été réalisée durant la première vague de covid pour des personnes souffrant de dyspnée.

Docteur Marco SolcaChef de clinique scientifique au Département de psychiatrie

Ce Centre est le résultat d'un partenariat entre l’EPFL, l’Université de Genève et les HUG avec trois départements qui participent: le département de neurosciences cliniques, de médecine et de diagnostic. 

 

 

Continuer la lecture

Santé

Maigres résultats pour les fitness

Publié

le

(KEYSTONE/Ennio Leanza)

Cette année, le pic d'inscription que l'on attend début janvier dans les fitness n'a pas lieu. Au contraire, les abonnés sont en recul par rapport à la période avant Covid.

La nouvelle année est synonyme de bonnes résolutions. Certains veulent changer leurs mauvaises habitudes comme fumer ou manger trop gras ou trop sucré, mais d'autres décident de se remettre en forme. On attend donc traditionnellement une petite ruée d'abonnés dans les fitness. Est-ce que c'est le cas cette année? Alain Amherd, responsable suisse romand de la fédération Suisse des centres de fitness:

Alain AmherdResponsable suisse romand de la fédération suisse des centres de fitness

Finalement c'est depuis la crise sanitaire du Covid que les chiffres sont en chute dans les fitness. Alain Amherd:

Alain AmherdResponsable suisse romand de la fédération suisse des centres de fitness

Le nombre d’abonnés a baissé d’un quart par rapport à 2019. 

Continuer la lecture

Genève

Comment éviter les intoxications alimentaires pendant les fêtes?

Publié

le

Source KEYSTONE Byline PETER SCHNEIDER

Le chimiste cantonal genevois nous donne de bons conseils pour éviter les intoxications alimentaires pendant les fêtes de fin d’année.

Pour que les fêtes de fin d’années soient belles, soyez irréprochables sur l'hygiène!

Car s’il on se fait plaisir avec de bons plats, une intoxication alimentaire est vite arrivée.

Certains produits sont fragiles. Le détail avec Patrick Edder, chimiste cantonal genevois:

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Pendant cette période, un plat est particulièrement apprécié: la fondue chinoise. Mais attention.

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Pareil pour d’autres produits à risque comme les coquillages, à commencer par les huîtres, Patrick Edder:

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Souvent après ces repas de fêtes, il y a des restes.  Des restes à consommer rapidement. Mais que veut dire “rapidement”?

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Et puis bien sûr, on nettoie son réfrigérateur régulièrement et on vérifie que la fermeture se fasse bien.

Enfin rappelons, qu’une intoxication alimentaire, au delà du moment désagréable, peut être très dangereuse pour les personnes fragiles.

Continuer la lecture