Rejoignez-nous

Santé

Coronavirus: pénurie mondiale de masques sauf en Suisse

Publié

,

le

Le monde fait face à une pénurie de masques et autres équipements de protection contre le nouveau coronavirus, a alerté vendredi le chef de l'Organisation mondiale de la santé.

"Le monde fait face à un manque chronique d'équipements de protection individuelle", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une réunion du comité exécutif de l'OMS à Genève.

Tedros Adhanom Ghebreyesus,Directeur General de l'OMS (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Il a ajouté qu'il allait parler à des responsables de la chaîne d'approvisionnement pour tenter de résoudre les "goulots d'étranglement" dans la production.

Le gouvernement chinois a reconnu en début de semaine avoir besoin d'urgence de masques de protection pour faire face à l'épidémie de pneumonie virale, qui a contaminé 31.161 personnes en Chine continentale dont 636 mortellement, selon un dernier bilan officiel.

Dans le reste du monde, 240 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont deux mortels, à Hong Kong et aux Philippines.

L'OMS a déjà annoncé cette semaine qu'elle allait envoyer des masques, des gants, des vêtements de protection, des appareils respiratoires ou encore des kits pour dépister le virus aux pays qui demandent de l'aide.

Les hôpitaux helvétiques à l'abri de la pénurie

Alors que les officines destinées au grand public peinent à faire face à l'explosion de la demande en masques depuis l'apparition du nouveau coronavirus en provenance de Chine, l'approvisionnement des hôpitaux et cabinets helvétiques en matériel de protection ne suscite guère d'inquiétude.

Les personnels soignants exposés à des cas suspects sont pourtant les seuls, avec lesdits cas suspects, pour lesquels l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande le port d'un masque - mais de qualité professionnelle - en plus de lunettes, gants et blouses de protection. Ces masques, dits FFP, constituent en effet selon les autorités sanitaires un rempart efficace contre les virus, à l'inverse des simples masques d'hygiène.

Les masques grand public ne couvrent pas de manière optimale l'accès aux voies respirations. L'adoption d'un simple masque d'hygiène par les patients potentiellement atteints par le nouveau virus permet néanmoins de limiter le risque de transmission du virus, pour autant qu'il soit ajusté correctement.

"Les masques hygiéniques sont en rupture de stock, mais l'approvisionnement en matériel professionnel ne suscite pas d'inquiétude", explique à AWP Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles auprès de l'OFSP. La Confédération dispose par ailleurs de stocks obligatoires pour ce type de dispositifs, il est vrai souvent manufacturé en Asie, poursuit M. Koch.

L'Office fédéral de l'approvisionnement économique du pays (OFAE) recense 170'000 masques FFP en réserve. La production locale de produits désinfectants est suffisamment conséquente pour faire l'impasse sur des stocks obligatoires.

Les centres de soins non plus ne s'alarment pas outre-mesure de l'explosion de la demande du grand public en matériel de protection. Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) "ont défini des seuils de réapprovisionnement qui leur permettent d'être réactifs et de faire face notamment à l'augmentation de consommation en regard de la grippe saisonnière à influenza", étaie un porte-parole.

La constitution de stocks intègre de surcroît des réserves additionnelles dans l'éventualité du déclenchement du plan pandémique.

Pharmacies démunies

Sur le front des équipements grand public, le grossiste en produits thérapeutiques et exploitant de chaînes de pharmacies Galenica reconnaît que son grossiste Galexis n'est pas en mesure de faire face à une demande qui "dépasse de loin la demande annuelle normale".

Le fournisseur schaffhousois de consommables médicaux professionnels IVF Hartmann indique de son côté écouler également ses produits auprès de particuliers, mais se refuse de livrer des détails sur la disponibilité ou l'évolution de la demande.

Les "petites livraisons sporadiques" que reçoit Galexis de ses fournisseurs helvétiques sont directement acheminées vers les clients et Galenica n'était pas en mesure de dire quand ces fournisseurs pourront à nouveau répondre à la forte demande. "Actuellement, aucun masque n'est disponible" poursuit Galenica, qui enjoint la population à ne pas céder à la panique.

L'épidémie de coronavirus - provisoirement baptisé 2019-nCOV - se concentre actuellement autour d'un épicentre localisé dans la province chinoise de Hubei, malgré l'apparition de cas isolés en dehors de ce périmètre, souligne l'OFSP. Malgré plusieurs cas suspects, les autorités n'ont encore recensé aucune infection au coronavirus en Suisse.

Précisant que toute directive peut être amenée à évoluer, l'office doute de la faisabilité d'une recommandation du port de masques de qualité professionnelle étendue au grand public.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Mathis

    28 mars 2020 à 13 h 30 min

    Infirmière dans un Ems de Genève, nous ne disposons plus de masque ffp2 depuis une semaine. Nous avons droit à un masque chirurgicale par jour pour 8 h de travail avec des résidents positif au covid19. Pénurie de surblouse aussi qu il lave a 30 degré.on nous envoie au casse pipe sans protection, et on nous dit que les protocoles ont changés,plus besoin de ffp2.nous sommes démoralisés, allons travailler la peur au ventre,n embrassons plus nos enfants,ne dormons plus avec nos maris et pour qu'elle résultat? Entendre des douaniers qui nous disent que c est de notre faute, les français, si le covid19 est a Genève.de quoi être écoeuré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La thérapie sportive d’Yves Auberson, atteint de Parkinson

Publié

le

Un film poignant à ne pas manquer mercredi à Genève.

Son nom: “Ma Vie est un Défi”. Il raconte le défi complètement fou d’Yves Auberson.

Ce Genevois de naissance a fait le tour des Alpes suisses en parcourant plus de 1000 km. Une aventure déjà exceptionnelle pour un sportif valide, sauf qu’Yves Auberson lui est atteint de la maladie de Parkinson depuis l'âge de 35 ans. Aujourd’hui il en a 53, et il est fortement handicapé par la dyskinésie, ce sont des spams musculaires involontaires. Mais il en faut plus pour arrêter cet ancien golfeur professionnel.

Stephan Rytz est le réalisateur nyonnais de “Ma Vie est un Défi”. A t-il eu des moments d'inquiétude pendant le tournage?

Stephan RytzRéalisateur nyonnais de “Ma Vie est un Défi”

A travers ce film, Yves Auberson montre que le sport agit sur lui comme un médicament. Il veut aussi changer le regard des autres sur les personnes atteintes de Parkinson. D’ailleurs Stephan Rytz, le réalisateur raconte une anecdote qui s’est passée avant le tournage:

Stephan RytzRéalisateur nyonnais de “Ma Vie est un Défi”

“Ma Vie est un Défi” sort demain dans 10 salles romandes pour le moment. Rdv à 19h00 au Cinélux à Genève.

L'interview en intégralité de Stephan Rytz est à retrouver ci-dessous:

Stephan RytzRéalisateur de “Ma Vie est un Défi”

Continuer la lecture

Genève

Une nouvelle arme contre les bactéries antibiorésistantes

Publié

le

Photo pretexte (© KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN CHARISIUS)
Une équipe genevoise a découvert qu’un médicament contre l’herpès permet de lutter contre une bactérie résistante à la plupart des antibiotiques. Cette molécule fragilise la surface protective de la bactérie et la rend plus facile à éliminer par les cellules immunitaires, selon ces résultats publiés dans la revue PLOS ONE.

Klebsiella pneumoniae est à l’origine de nombreuses infections respiratoires, intestinales et urinaires. Du fait de sa résistance à la plupart des antibiotiques courants et de sa très grande virulence, certaines de ses souches peuvent être mortelles pour 40% à 50% des personnes infectées, a indiqué vendredi l'Université de Genève (UNIGE) dans un communiqué.,

L'équipe de Pierre Cosson, professeur au Département de physiologie cellulaire et métabolisme de l’UNIGE, a utilisé comme modèle expérimental l’amibe Dictyostelium. Cet organisme unicellulaire a la particularité de se nourrir de bactéries en les capturant et en les ingérant. Des mécanismes que les cellules immunitaires utilisent également pour tuer les pathogènes.

"Nous avons modifié génétiquement cette amibe afin qu’elle nous indique si les bactéries qu’elle rencontrait étaient virulentes ou non. Ce système très simple nous a ensuite permis de tester des milliers de molécules et d’identifier celles qui diminuaient la virulence bactérienne", détaille Pierre Cosson, cité dans le communiqué.

Affaiblir la bactérie sans la tuer

Les scientifiques ont ainsi évalué l’effet sur Klebsiella pneumoniae de centaines de composés disponibles sur le marché, aux indications thérapeutiques les plus diverses. Un médicament contre l’herpès, l’edoxudine, découvert dans les années 1960, s’est révélé particulièrement prometteur.

En altérant la couche de surface qui protège la bactérie de son environnement, ce composé la rend vulnérable. Le système immunitaire de l’hôte peut alors l’éliminer sans grande difficulté.

"Contrairement à un antibiotique, l’edoxudine ne tue pas la bactérie, ce qui limite de fait le risque d’apparition de résistance, un atout majeur d’une telle stratégie anti-virulence", conclut le chercheur. L’efficacité du traitement chez l’être humain doit encore être confirmée.

Continuer la lecture

Genève

Après avoir vaincu le cancer, des ados partent courir à New-York

Publié

le

Credit KEYSTONE Source EPA Byline PETER FOLEY

Une association genevoise va emmener des ados en rémission de cancer à New-York pour le Marathon ce week-end.

Ils sont six à partir avec l’association genevoise "Courir Ensemble". Alors non, ces jeunes ne vont pas courir les 42 kilomètres, ils vont participer à la course de 5 kilomètres qui se termine sur la ligne d’arrivée du marathon à Central Park, la veille de la course mythique, le samedi.

Parmi eux, Louis 16 ans en rémission depuis un an et demi après une leucémie. Il nous parle de l’importance de ce projet:

LouisUn jeune genevois qui part à NYC pour courir 5 km

Pour Carole Lauk, la présidente de l’association “Courir ensemble”, c’est un beau message d’espoir pour les jeunes malades:

Carole LaukPrésidente de l’association “Courir ensemble

Le dimanche, l’association Courir ensemble emmènera leur "capitaine" Raphaël, 20 ans, dans un fauteuil adapté sur le marathon.

Sachez que "Courir Ensemble" est une association à but non lucratif qui améliore le quotidien et le cadre de vie des enfants atteints de cancer de l’unité d’onco-hématologie pédiatrique de l’Hôpital des Enfants de Genève. Vous pouvez les aider en faisant des dons.

Rdv ici.

Continuer la lecture

Genève

Dédramatiser les troubles du développement et des apprentissages

Publié

le

Le défi des troubles du développement et des apprentissages scolaires
CONFÉRENCE SUR LES TROUBLES DU DÉVELOPPEMENT ET DES APPRENTISSAGES: UN DÉFI POUR TOUS. Crédit Stephen Andrews.

Comment détecter un trouble du développement ou de l'apprentissage chez un enfant ? Comment en parler aux parents, à son pédiatre ou au cercle enseignant ? Une conférence se tient mardi 18 octobre à ce sujet à l'Hôpital des enfants des HUG et en ligne. 

"Les trouble du développement ou des apprentissages scolaires sont un défi pour tous : pour les parents, l'école et les professionnels de santé" expliquent la Dre Russia Ha-Vinh Leuchter, pédiatre du développement aux HUG et le Dr Joël Fluss, neuropédiatre aux HUG. "Il faut les dédramatiser pour pouvoir en parler, sans stigmatiser, sans montrer du doigt, et rappeler que l'on ne peut pas attendre de tous les enfants la même chose."

A la veille de la conférence organisée par la Fondation Prim'Enfance aux HUG et retransmise en ligne, les professionnels de santé rappellent l'importance pour chaque partie prenante d'oser parler et poser des questions pour détecter s'il y a trouble ou non.

"L'objectif du diagnostique est d'aider à mettre en place des outils pour faciliter la vie de l'enfant au quotidien" rappelle la Dre Russia Ha-Vinh Leuchter. "Notre travail et notre défi à tous est bien de faire en sorte que l'enfant puisse continuer à apprendre, à son rythme et selon sa singularité, afin qu'il trouve toute sa place dans notre société. Il en va de son bien-être, ainsi que de celui de la famille".

Afin de pouvoir parler au plus grand nombre, cette conférence est organisée en présentiel aux HUG, à l'Auditoire Bamatter de l'Hôpital des enfants, et en ligne.

 

Benjamin Smadja et Elsa Duperray ont invité la Dre Russia Ha-Vinh Leuchter et le Dr Joël Fluss à leur en dire un peu plus.

 

"CONFÉRENCE SUR LES TROUBLES DU DÉVELOPPEMENT ET DES APPRENTISSAGES : UN DÉFI POUR TOUS", Mardi 18 octobre 2022 à 18h30.

En présentiel
HUG, Hôpital des enfants, Auditoire Bamatter, Av. de la Roseraie 45
Inscription à l'adresse : contact@primenfance.ch - 022 372 43 52

En ligne
Lien Zoom : https://unige.zoom.us/j/61647902455

Continuer la lecture

Genève

“Action Margaux” fait le lien entre le cancer et le monde du travail

Publié

le

KEYSTONE Byline CHRISTIAN BEUTLER

Comment concilier travail et cancer? Pour aider les personnes malades et les employeurs, l’association Action Margaux donne des conseils.

Briser le tabou du cancer dans l’entreprise.

C’est l’un des objectifs de l'association genevoise “Action Margaux” créée en 2019. 

Elle aide les personnes confrontées à la maladie à maintenir ou à retrouver une activité professionnelle. Et elle accompagne les employeurs dans la gestion de ces cas. 

Entre pudeur, crainte ou rejet, parler du cancer n’est pas simple dans la vie de manière générale et encore moins en entreprise. 

De quelle manière l’association aide-t-elle les malades?

Eléments de réponse avec Grégoire Mottier, le président d’“Action Margaux”: 

Grégoire MottierPrésident d’Action Margaux

Pourquoi le cancer est-il encore si tabou dans le monde du travail? Grégoire Mottier:

Grégoire MottierPrésident d’Action Margaux

“Action Margaux” organise sa première soirée de soutien ce jeudi soir à Bernex.

L’un des buts sera de récolter des fonds. 

Si vous voulez en savoir plus sur l’association, rdv ici

Continuer la lecture