Rejoignez-nous

Genève

Une astronome genevoise récompensée pour les galaxies petits pois

Publié

,

le

L'astronome Anne Verhamme est la lauréate du Prix Marie Heim-Vögtlin 2019. (©FNS/Cornelia Vinzens)

Les galaxies primordiales sont vraisemblablement à l’origine de l’événement appelé « réionisation cosmique ». C’est ce qu’a montré l’astronome genevoise Anne Verhamme en étudiant les galaxies dites « petits pois ». Elle recevra le Prix Marie Heim-Vögtlin le 16 septembre.

Après le Big Bang qui a eu lieu il y a 14 milliards d’années, l’univers s’est lentement refroidi, ce qui a permis aux électrons et aux protons de se combiner pour former des atomes d’hydrogène. L’univers entre alors dans l’ère de l’âge sombre, jusqu’à ce que les premières générations d’étoiles s’allument.

Ces étoiles primordiales ont dû émettre beaucoup de rayons ultraviolets capables d’ioniser les atomes d’hydrogène, car un milliard d’années après le Big Bang, les astronomes observent que les électrons et les protons se séparent à nouveau. C’est la réionisation cosmique.

Nouvelle méthode de mesure

Pendant longtemps, l’astronomie ne pouvait pas expliquer d’où provenait le fort rayonnement ultraviolet nécessaire à cette réionisation. La grande majorité des galaxies observées n’émettent pas de photons ionisants, et les quelques exceptions connues n’en émettent pas suffisamment pour maintenir l’univers ionisé, a indiqué mercredi le Fonds national suisse (FNS) dans un communiqué.

Professeure d’astronomie à l’Université de Genève, Anne Verhamme a prédit qu’une classe de petites galaxies découvertes il y a dix ans, les galaxies petits pois, devait émettre beaucoup de photons ionisants – à cause des propriétés très particulières d’une raie d’émission de l’atome d’hydrogène dans ces galaxies, la raie Lyman-alpha.

Les astronomes pensent que ces galaxies petits pois ressemblent aux galaxies primordiales, car elles sont extrêmement compactes, en train de former leurs premières générations d’étoiles, et encore très riches en gaz.

Grâce aux données collectées par le télescope spatial Hubble, Anne Verhamme et une équipe internationale ont pu démontrer dans la revue Astronomy & Astrophysics que les galaxies petits pois émettent effectivement d’énormes quantités de photons ionisants. Il est donc très probable que les galaxies soient à l’origine de la réionisation de l’univers il y a plus de 13 milliards d’années.

Concilier carrière et famille

Mère de trois enfants, Anne Verhamme a mené ces travaux grâce à un subside Marie Heim-Vögtlin du FNS, destiné à permettre de concilier carrière scientifique et obligations familiales. En 2018, elle a décroché un poste de professeure grâce aux subsides Professeurs boursiers FNS et un subside du Conseil européen de la recherche, un ERC Starting Grant.

Doté de 25’000 francs, le Prix Marie Heim-Vögtlin lui sera décerné le 16 septembre à Genève lors de la séance d’accueil des nouveaux étudiants de la Faculté des Sciences.

Le FNS a attribué pendant 25 ans des bourses Marie Heim-Vögtlin à des chercheuses hautement qualifiées. Le prix distingue chaque année le travail de l’une des boursières. Depuis l’automne 2017, ces subsides ont été remplacés par le nouvel instrument d’encouragement PRIMA.

Marie Heim-Vögtlin est la première Suissesse à avoir été admise comme étudiante en faculté de médecine à l’Université de Zurich en 1868. Elle fait figure de pionnière de la lutte pour l’accès des femmes aux études supérieures.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le Grand Conseil Genevois décrète l’urgence climatique

Publié

le

La quasi unanimité des députés a accepté une motion qui vise à donner une réponse politique à l’appel des jeunes pour sauver le climat.

Le texte déposé par les Verts en échos à la mobilisation des jeunes a été accepté par 60 voix contre 1 et quatre abstentions. Cette motion vise notamment à adapter le Plan climat cantonal, à assurer une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone et à associer les jeunes à la mise en œuvre du Plan climat.

Le gouvernement a six mois pour répondre à ces demandes. « Il est temps de passer de la parole aux actes », a relevé le député d’Ensemble à Gauche Jean Burgermeister. Selon le Vert Jean Rossiaud, premier signataire de la motion, le gouvernement doit prendre au sérieux ces revendications. L’écologiste plaide pour un « green new deal », soit une transition écologique créatrice d’emplois.

L’UDC et le MCG partagent le constat de l’urgence climatique mais misent sur d’autres solutions pour l’appréhender: soit diminuer l’immigration et agir au niveau planétaire. Les débats se sont échauffés avant que la députée PDC Claude Bocquet ne rappelle l’unanimité qui avait prévalu en commission pour agir immédiatement.

Depuis février dernier, de nombreuses villes et cantons, tels que Bâle, Berne, Lausanne, Lucerne, Thoune, Vaud ont proclamé un « état d’urgence climatique » en réaction aux mobilisations dans la rue. Reste désormais aux politiques à prendre des mesures concrètes.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève : jour pluvieux jour heureux

Publié

le

Source : Keystone ATS

Au programme aujourd’hui, des nuages et de la pluie. Il fera 17° au plus fort de la journée. 

Demain : encore un temps maussade avec de la pluie et des nuages. 14°, ce seront les maximales.

Dimanche : retour des éclaircies, malgré quelques averses passagères et des nuages. Il fera 16° au plus fort de la journée. 

Lundi : de la pluie dans la nuit, qui sera vite remplacée par les nuages. Le temps sera sec. Toujours 16° pour les maximales.

Mardi : retour du soleil avec tout de même un peu de stratus. 15° ce seront les maximales.

La pluie et le vin

Le millésime vaudois 2019 s’annonce de bonne qualité et bien équilibré à l’issu des vendanges. Côté production, elle s’avère par contre inférieure aux prévisions. 27 millions de litres, soit 10% de moins que l’an dernier. Le bilan promet de très beaux arômes, ainsi qu’un bel équilibre entre sucre et acidité. La période des vendanges a été favorable avec des nuits fraîches et des jours chauds. 

Alors tous à vos verres ! Mais avec modération..

Continuer la lecture

Emissions

Votre week-end à Genève

Publié

le

(KEYSTONE)

Sorties entre amis, festivals, concerts ou expositions, retrouvez notre sélection des événements du week-end à Genève.

Oktoberfest à l’Industrie

L’événement très attendu par tous les amateurs de bières de ce mois-ci, c’est bien-sûr l’Oktoberfest. Fête de la bière originaire de Munich en Allemagne, elle est traditionnellement célébrée dès le premier samedi de la deuxième quinzaine d’octobre. Cette année, c’est donc le 19 octobre que les genevois pourront se retrouver à l’Industrie pour fêter comme il se doit cet hommage à la célèbre boisson houblonnée.

Au programme de cette soirée, des bières pressions pour tous les goûts, des brasseries artisanales, food-trucks, cocktails et bien-sûr, de la musique et des DJ’s pour accompagner le tout.

L’entrée en prévente coûte 10 francs, avec une bière offerte dans le prix du billet. Toutes les informations et billets sur la page Facebook de l’événement.

Samedi 19 octobre 2019, dès 20h à l’Industrie (Chemin de Pré-fleuri 14, 1228 Plan-Les-Ouates)

Festival Globale Locale

Comme son nom l’indique, le festival Globale Locale réuni des acteurs de la scène musicale genevoise et locale pour deux jours de concerts dans une multitude de lieux. Entre vendredi 19 et samedi 20 octobre, tous les styles de musiques seront représentés par les musiciens suisses, en passant du rock psyché à l’afrobeat, du hip-hop à la hardtek, de la techno à la chanson française.

17 clubs, bars, salles de concerts et cafés se sont réunis pour les accueillir comme il se doit. Voici une mince sélection des concerts que vous pourrez retrouver dans le cadre du festival Globale Locale:

Au terreau: Vendredi 18 octobre 2019, Red Alibi, en mode Soul sera suivi du groupe The Veras et les jolies voix de leur duo de chanteuses. Plus tard dans la soirée, DJ set avec Paltine Collective

Au Motel Campo: Samedi 19 octobre, une grande soirée vous attends avec Pom Pom, Othium District et Pornopolis.

Et si vous ne connaissez pas ces artistes, c’est l’occasion de les découvrir grâce au festival Globale Locale, avec des scènes locales et variées.

Le site du festival pour retrouver la programmation et les infos.

La Fabrique des contes au MEG

Cette exposition est en place depuis le 17 mai au MEG, mais ce dimanche 20 octobre, un rendez-vous spécial a été donné aux familles. En compagnie de Christine Métrailler dans le rôle de la conteuse, plongez et replongez dans le monde fabuleux et intriguant des contes, qui, bien qu’ils semblent faire partie de notre enfance, sont un folklore et une identité culturelle forte dans tous les pays.

L’occasion pour les petits d’écouter une histoire de sorcière, et pour les grand de découvrir l’exposition au musée d’ethnographie de Genève. Trois rendez-vous sont possibles, entre 11h15 et 12h, entre 14h et 14h45, et enfin entre 15h30 et 16h15.

Musée d’ethnographie de Genève (Boulevard Carl-Vogt 65, 1205 Genève)

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève : les éclaircies se feront rares

Publié

le

Source : BR

Le temps sera nuageux et quelques éclaircies passagères ponctueront quelque peu votre journée. Pas de pluie avant ce soir. Les températures atteindront les 18°.

Demain : les nuages et les faibles pluies feront baisser les températures. Il fera 12° en matinée et 17° dans l’après-midi.

Samedi : sortez les capuches et les parapluies ! La pluie sera continue. Il fera 14° à la mi-journée. 

Dimanche : les éclaircies se feront rares. Toujours un timide 14° pour les maximales.

Lundi : la pluie perdra en intensité dans la matinée. Avant de laisser place aux nuages. Et 14°, encore et toujours.

Mardi : le soleil sera de retour malgré la présence de nuages parfois denses. 15°, ce seront les maximales pour votre début de semaine.

Pluies automnales : pourquoi sont-elles bénéfiques ? 

Les pluies automnales sont nécessaires pour recharger les nappes phréatiques après la saison estivale. Cette année l’été était très sec et les orages d’été n’étaient pas suffisants pour combler le manque d’eau. En automne et en hiver la chaleur disparaît, la végétation se fait plus rare et l’évapotranspiration cesse. 

En automne la végétation est encore présente, un moyen pour les pluies de s’infiltrer dans les sols et nourrir les nappes phréatiques. À l’inverse des courtes et soudaines pluies estivales, les pluies automnales sont bénéfiques de part leur durabilité. Elles permettent une « recharge hydrique utile ».

En somme, mieux vaut une sécheresse estivale qu’une sécheresse automnale ou hivernale.

Continuer la lecture

Actualité

Les glaces de Suisse fondent

Publié

le

Source : Keystone ATS

En Suisse, les glaciers ont diminué de 10% en cinq ans. Une perte jamais observée d’après la SCNAT, l’Académie suisse des sciences naturelles.

En avril et mai, 20 à 40% de neige supplémentaire ont été observés par rapport aux conditions habituelles. Mais malgré les importantes chutes de neige de l’hiver dernier, les deux vagues de chaleur de fin juin et fin juillet ont eu raison de l’état des glaciers. Les scientifiques sont inquiets, même si les années peuvent se suivre sans se ressembler.

Matthias Huss, glaciologue de l’Université de Fribourg

Propos recueillis par Jérôme Favre

Des chiffres alarmants

En 15 jours, des masses de neige et de glace équivalentes à la consommation nationale annuelle d’eau potable ont fondu sur les glaciers suisses. Douze mois ont suffit pour qu’environ 2% du volume des glaciers suisses soient perdus. En cent ans selon les séries de données, une telle perte n’a jamais été observée.

Une tendance qui diffère selon les régions

Une tendance qui diffère selon les régions. À l’est et au nord des Alpes, les pertes ont été plus importantes que la moyenne de la dernière décennie. Une réduction d’un ou deux mètres de l’épaisseur moyenne de glace a également été mesurée. Tandis que dans le sud du Gothard par exemple, les glaciers ont mieux résisté à la chaleur.

L’Académie des sciences naturelles rappelle que plus de 500 glaciers ont disparu depuis 1900, dont, cette année, celui du Pizol, l’un des premiers à avoir fait l’objet de mesures.

 

Continuer la lecture