Rejoignez-nous

L'invité de Radio Lac Matin

« Une discussion sociétale sur le besoin de voyages d’agrément est nécessaire »

Publié

,

le

André Schneider est le directeur de Genève Aéroport depuis 2016. (Crédit: DR)

Le trafic passagers a augmenté de près de 2% l’an dernier à l’aéroport de Genève, selon un communiqué diffusé ce lundi matin. C’est moins qu’en 2017 puisque ce chiffre se montait à 4,95%. Sur l’ensemble de l’année 2018, Genève Aéroport a accueilli 17,6 millions de passagers.

En outre, les compagnies optent toujours plus pour les gros porteurs. Par conséquent, les mouvements d’aéronefs sont en baisse de 1,9% en 2018 contre une hausse de 0,49% en 2017. Au niveau des parts de marché, easyJet continue de se tailler la part du lion avec 45%, loin devant Swiss (11,9%). Enfin, l’activité du fret aérien a subi une hausse de 7% l’an passé pour s’établir à 95 270 tonnes.

Le directeur de Genève Aéroport, André Schneider, était l’invité de Raphaël Leroy ce matin.

André Schneider Directeur de Genève Aéroport

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

René Schwok: “il y aura encore beaucoup d’autres sanctions de l’UE”

Publié

le

Mardi, la Commission européenne a annoncé qu’elle n’accorderait pas l’équivalence boursière à la Suisse qui devait être renouvelée à fin juin. Une sanction face aux tergiversations de la Suisse à ratifier l’accord institutionnel avec l’Union européenne. Rarement relations Suisse-Europe ne furent aussi tendues.

“C’est en effet une très mauvaise période qui commence, constate René Schwok, directeur du Global Studies Institute de l’Université de Genève et spécialiste des relations Suisse-UE. Ce qui est bizarre c’est que personne ne veut prendre cela au sérieux alors qu’on va au devant de problèmes sans fin. On assiste aux premières sanctions. Il y en aura beaucoup d’autres. Je ne vois aucune solution avant pas mal de temps puisque les positions de la Suisse et de l’UE sont totalement différentes.”

René Schwok estime qu’il y a un problème de compréhension d’un processus en négociation depuis des années: “Le Ba ba de l’accord cadre, c’est la reprise dynamique par la Suisse de l’évolution du droit de l’Union européenne. Et là, on voit des acteurs qui récusent des principes auxquels ils étaient totalement favorables il y a quelques années. » Chacun veut des exceptions dans son domaine.

Le spécialiste peine à évaluer l’importance de la non attribution de l’équivalence boursière, les banquiers eux-mêmes estimant qu’il y aurait des moyens de composer sous ce nouveau régime. “Ce qui me tracasse beaucoup plus, ce sont les autres sanctions qui nous pendent au nez et qui ont été annoncées par l’UE comme la non participation de la Suisse aux programmes de recherche de l’UE et, plus grave encore, les obstacles techniques au commerce qui contraignent à vérifier à chaque échange la conformité d’un produit suisse à l’exportation dans l’UE.”

Il est vrai reconnaît René Schwok que l’état d’esprit en Suisse a changé face à l’UE: “la plupart des Suisses n’ont plus peur de l’UE. Ils sont sûrs d’eux-mêmes. Et je pense que c’est une totale erreur. Ils n’ont aucun sens des rapports de force. Ils font la même erreur que les Britanniques qui pensaient que les rapports de force leur étaient favorables. Et on voit aujourd’hui qu’ils ne savent plus comment s’en sortir.”

Interrogé sur les perspectives d’avenir, le professeur de l’Université de Genève reste prudent tout en affirmant être optimiste à long terme. Connaissant l’histoire de la Suisse, cette dernière s’est toujours rangée aux rapports de force. Au bout du compte, je pense que le pragmatisme suisse va prévaloir.”

Continuer la lecture

Actualité

Vanessa Horowitz: “on a monté une méga superstructure au coeur de la Fête de la musique”

Publié

le

529 événements, 32 scènes. La Fête de la musique est le plus gros événement culturel organisé par la Ville de Genève. Vanessa Horowitz, programmatrice des groupes, explique comment elle et ses collègues ont mis en musique cette nouvelle édition de la Fête géante qui démarre ce vendredi pour un week-end endiablé. Elle décrit aussi la nouvelle méga-structure montée sur la Place Neuve qui servira de porte d’entrée et de point de ralliement de l’événement. Jazz, classique, rap, rock, électro, percussions, il y en aura pour tous les goûts avec un point commun: la quasi totalité des musiciens et performers sont genevois.

 

Continuer la lecture

Actualité

Plage des Eaux-Vives: le patron de Genève Plage met en garde

Publié

le

Christian Marchi, directeur de Genève Plage, ne craint pas la concurrence de la nouvelle place des Eaux-Vives qui sera inaugurée samedi. Et il précise bien que ce n’est pas lui qui gérera ce très bel aménagement au bord de l’eau.

Mais il met aussi en garde contre les incivilités qui devront être gérées alors qu’aucun gardien de plage n’ est prévu et que les interdits sont nombreux. Christian Marquis ne cache pas une certaine inquiétude sur la base de son expérience dans son propre établissement qui utilise près dune quinzaine de surveillants. Musique, chaleur, eau et alcool peuvent constituer un redoutable cocktail comme l’explique Christian Marchi.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Valérie Buchs n’exclut pas une nouvelle grève. L’année prochaine

Publié

le

Pour Valérie Buchs, secrétaire syndicale du Syndicat interprofessionnel des travailleurs et des travailleurs (sit), la grève de ce jour n’est qu’un début. Est-ce qu’il y en aura une autre dans dix ans ?

Elle ne l’espère pas mais peut-être, pourquoi pas ? L’année prochaine déjà. Une façon de dire que les inégalités particulièrement en matière salariales sont profondes et promettent d’être encore tenaces. En moyenne, les différences de salaires hommes/femmes s’élèvent à 20%, selon les chiffres cités par le syndicat. Selon une récente étude de l’Université de Lausanne, elle ne serait en fait de 4 à 5% si on fait le comparatif à travail égal. Il n’en reste pas moins que les métiers pratiqués principalement par les femmes sont dévalorisés, souligne la syndicaliste. Et c’est cela aussi qu’il faut corriger.

Avant même les défilés de ce jour, Valérie Buchs estime que cette grève et sa préparation ont permis de redonner la parole aux femmes. Mais qu’il reste un long chemin à parcourir. Et qu’il faut le faire vite.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Rodolphe Gautier : Le Bol d’Or Mirabaud promet d’être palpitant

Publié

le

Pour cette cuvée 2019 du Bol d’Or Mirabaud, Rodolphe Gautier aussi skipper du catamaran Safram (M1), ne se hasarde pas au petit jeu des pronostics. Surtout que la météo risque d’être plutôt instable et changeante. A partir de là, tout est possible et c’est bien cela aussi qui fait le charme de cette régate avec des équipages professionnels et amateurs, tous de haut niveau.

Course palpitante garantie. Rodolphe Gautier nous donne aussi les meilleurs spots pour suivre cette course qui offre chaque année un fabuleux spectacle lacustre. Départ samedi à 10h devant Port Noir et fête ouverte au public à la Nautique.

Grève des femmes oblige, l’invité de la Matinale Rodolphe Gautier, patron du Bol d’Or Mirabaud, le reconnaît: peu de femmes skippent des bateaux inscrits au Bol d’Or Mirabaud même si l’immense majorité des voiliers comprend des femmes dans ses équipages.

Ce qui n’a pas empêché, en 1944 déjà, Riquette Thévand d’inscrire son nom dans l’histoire du Bol en étant la première femme à remporter la prestigieuse régate, la plus grande d’Europe en bassin fermé, à la barre de Vega. Elle a ouvert la voie à des femmes comme Dona Bertarelli qui a remporté le Bol d’Or en 2010 avec un équipage exclusivement féminin sur son D35 Ladycat à la barbe des plus virils stars du lac.

 

 

Continuer la lecture