Rejoignez-nous

Emissions

Oui à l’urgence climatique

Publié

,

le

Les mobilisations des jeunes en faveur de l'environnement ont incité les vert'libéraux vaudois à déposer une résolution au Grand Conseil déclarant l'urgence climatique. Le texte a trouvé un large soutien (archives), (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

C’est à une très large majorité que le Parlement vaudois a déclaré mardi l’urgence climatique. Au micro, seules quelques voix UDC se sont montrées dubitatives.

Déposée par le vert’libéral Laurent Miéville, la résolution veut répondre aux mobilisations des jeunes et demande que l’atténuation du changement climatique figure parmi les tâches prioritaires du Grand Conseil. Le texte invite également le Conseil d’Etat à contribuer à informer la population sur le sujet.

Si finalement peu de monde était opposé à cette proposition non contraignante, elle a néanmoins provoqué de nombreuses prises de paroles. Plusieurs élus se sont succédé au micro pour énumérer les engagements de leur formation respective en faveur du climat et ce, depuis plusieurs années.

Depuis longtemps

Grégory Devaud a ainsi estimé que « l’on doit être attentif à ce qui est en train de se dérouler » dans la rue et l’a salué. Mais d’ajouter que son groupe, le PLR, « n’a pas attendu que tout d’un coup, une jeune Suédoise se mette en avant ou soit mise en avant » pour se pencher sur cette thématique.

Et d’égrener les « actions concrètes » du PLR dans la gestion de la forêt, dans le développement de concepts de mobilité dans des entreprises ou encore dans des communes.

Une attitude qui n’a pas manqué de faire réagir les Verts. « C’est drôle, tout le monde se préoccupe de l’environnement depuis longtemps », a souri Yves Ferrari. S’adressant aux libéraux-radicaux, il a reconnu que ceux-ci font « un certain nombre de choses mais peut-être qu’il faut en faire plus et surtout plus rapidement ».

Reste qu’à ses yeux, cette résolution est nécessaire. « Il faut avoir une vision holistique qui comprend l’ensemble des politiques publiques », a-t-il argué.

Echelle parfaite

Pour Circé Fuchs (Alliance du centre), le texte permet d’intervenir à une échelle « parfaite pour agir concrètement », celle du canton. Quant à la socialiste Valérie Induni, elle a exprimé un large soutien à la résolution, et bien plus puisqu’elle a soutenu les amendements proposés par Décroissance-Alternatives visant à la rendre plus « ferme et déterminée ».

C’est du côté de l’UDC que la plupart des doutes et questions ont été formulés. A l’image de Jean-Luc Chollet qui, à titre personnel, a dit avoir de la peine à participer « à cette thérapie de groupe ».

Evoquant l’état d’urgence, il a tenu à mettre en garde contre « le poids des mots ». « C’est un choix redoutable aux conséquences sociales potentiellement aussi lourdes que celles du réchauffement actuel », a-t-il poursuivi. Se disant confiant envers la capacité de la nature et de l’humanité à s’adapter, l’élu a ajouté qu’il pensait s’abstenir.

A l’heure du vote, les amendements ont été écartés, mais la résolution a rencontré un franc succès: 110 oui, 10 non et 13 abstentions. En Suisse, d’autres cantons ont adopté des textes de ce type, à l’image de Bâle-Ville et Fribourg.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emissions

Parlons formation continue avec « Virgile Formation »

Publié

le

De

La formation continue est aujourd’hui incontournable pour rester compétitif sur le marché du travail.

–       Employabilité
–       Equilibre entre la formation et la vie privée
–       Spécialisation ou reconversion professionnelle
–       Subventionnements
–       Offres BtoB

Quels sont les nouveaux challenges pour conserver son employabilité ?
Comment rester compétitif sur le marché du travail ?
Pourquoi est-il nécessaire de se former pendant sa carrière professionnelle ?
Comment concilier formation et vie privée ?

La semaine prochaine, du 24 au 28 juin 2019, à 09h45, Monsieur Samir Chercher, directeur de Virgile Formation, répondra à toutes vos questions.

Vous pouvez dès maintenant poser vos questions au spécialiste via le formulaire ci-dessous :

Le spécialiste Radio Lac : Parlons formation continue

 

Le spécialiste à 12h45 sur Radio Lac avec Samir Chercher, directeur de Virgile Formation.

Continuer la lecture

Actualité

Management en Suisse : au top de l’internationalisation

Publié

le

Les études se succèdent et se ressemblent sur le profil des managers en Suisse. Elles font toutes ressortir la proportion très élevée de dirigeants étrangers.

Oui, le profil des managers dans le monde est régulièrement scruté de près par toutes sortes d’agences, avec des comparaisons pays par pays. Et il y a un critère important sur lequel la Suisse revient toujours en tête : c’est la proportion de dirigeants d’entreprises venus de l’étranger. Ils sont même devenus majoritaires l’an dernier dans les entreprises exportatrices ou multinationales.

Ils l’étaient déjà depuis longtemps dans les grandes sociétés cotées.

Oui, là ce sont les trois quarts des présidents exécutifs qui ont grandi et se sont formés en dehors de Suisse. Alors qu’il n’y a à ma connaissance aucun dirigeant non français dans les quarante plus grandes entreprises cotées à Paris par exemple.

En Suisse, il y a même quelques personnalités hautement symboliques.

Oui, Tidjane Thiam au hasard. Basé à Zurich et numéro un de Credit Suisse. Un franco-ivoirien venu de Londres il y a quatre ans pour relancer le groupe bancaire dans le monde. Il y a aussi Vasant Narasimhan à la tête de Novartis à Bâle, leader mondial de l’industrie pharmaceutique. Un New Yorkais dont les parents avaient immigré d’Inde dans les années 1970.

Et comment explique-t-on cette place accordée aux dirigeants étrangers dans les entreprises suisses ?

Eh bien c’est assez simple. La Suisse a une industrie très sur-proportionnée par rapport à son bassin de population. Et très active à l’échelle mondiale. La Suisse est la septième économie exportatrice du monde. L’économie ne trouverait pas sur place les compétences de management nécessaires. Elle est en quelque sorte obligée de les importer.

Et ces dirigeants contribuent ensuite à accentuer l’internationalisation des entreprises.

Exactement. Il y a par exemple une bonne vingtaine d’entreprises suisses qui sont leaders mondiales dans leur domaine. Comme Givaudan à Genève, dans les arômes et parfums. Dirigée par un Français. Ou SGS dans la certification, dirigée par un Britannique d’origine chinoise et naturalisé suisse. Sans parler des innombrables petites entreprises en tête dans des niches. Technologiques le plus souvent. Les nationalités les plus représentées à la tête des directions d’entreprise sont sans surprise les Allemands et les Français. Par effet de proximité.

Cette internationalisation des dirigeants remonte à quelle période au juste ?

La tendance s’observe depuis plusieurs décennies. L’événement déclencheur a été la nomination en 1981 d’un allemand à la tête du puissant groupe Nestlé à Vevey. Une décision assez controversée à l’époque. Par la suite, Nestlé est devenu le confortable numéro un mondial de l’alimentaire. Les dirigeants qui s’y sont succédé ont été autrichien, belge néerlandophone et de nouveau allemand.

L’internationalisation des dirigeants d’entreprise en Suisse n’a cessé de s’accentuer depuis les années 1990. Et ils sont aussi devenus depuis les années 2000 les mieux payés du monde.

 

Continuer la lecture

Actualité

Plage des Eaux-Vives: le patron de Genève Plage met en garde

Publié

le

Christian Marchi, directeur de Genève Plage, ne craint pas la concurrence de la nouvelle place des Eaux-Vives qui sera inaugurée samedi. Et il précise bien que ce n’est pas lui qui gérera ce très bel aménagement au bord de l’eau.

Mais il met aussi en garde contre les incivilités qui devront être gérées alors qu’aucun gardien de plage n’ est prévu et que les interdits sont nombreux. Christian Marquis ne cache pas une certaine inquiétude sur la base de son expérience dans son propre établissement qui utilise près dune quinzaine de surveillants. Musique, chaleur, eau et alcool peuvent constituer un redoutable cocktail comme l’explique Christian Marchi.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries: dégâts dans le vignoble genevois

Publié

le

Les agriculteurs constatent, à leurs tours, les dégâts de l’orage de samedi soir. Des grêlons de plus de 3 cm ont sévèrement frappé les parcelles. Les pieds des vignes, en pleine croissance, ont par endroit été bombardés par cette glace tombée du ciel sans compter les rafales de vent à plus de 80 km/h.

S’il est encore trop tôt pour faire un bilan complet, des pertes semblent inévitables selon Rudi Berli, Co-directeur d’Uniterre et maraîcher à Genève :

Rudi Berli Co-directeur d'Uniterre et maraîcher à Genève

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries : les impressionnantes vidéos des Genevois

Publié

le

Merci aux auditeurs de Radio Lac pour avoir partagé leurs images de l’orage de samedi soir.

Continuer la lecture