Rejoignez-nous

Culture

Un statut unique pour le personnel du Grand Théâtre

Publié

,

le

Le personnel du Grand Théâtre est désormais, intégralement, sous contrat avec la Fondation du Grand Théâtre.

Le Conseil municipal de la Ville de Genève a accepté, ce mercredi soir, le statut unique pour tout le personnel du Grand Théâtre. 190 personnes, actuellement sous contrat avec la Ville, vont être transférées vers la Fondation du Grand Théâtre. Une décision qu'elles contestaient. Elles s'étaient mises en grève, jeudi dernier, perturbant la représentation d'Idoménée.

Il aura donc fallu deux séances du Conseil municipal pour faire adopter le statut unique du personnel du Grand Théâtre. Il a été approuvé, à une large majorité, ce mercredi soir. Un vote large, symbole de la quasi unanimité du Délibératif en faveur de cette réforme.

"Ce transfert est indispensable, fondamental pour l’avenir du Grand Théâtre"

(Jean-Luc Von Arx - Le Centre)

Les représentants des différents partis étaient largement revenus, en amont de ce vote, sur les raisons de ce changement. Le Centre, à travers le Conseiller municipal, Jean-Luc Von Arx, a insisté sur la volonté du "Conseil municipal de maintenir des conditions de travail les plus optimales. Le Conseil municipal  va perdre la main” sur le Grand Théâtre. Mais il faut trouver la solution la plus simple pour tous les acteurs qui travaillent ensemble. Ce transfert est indispensable, fondamental pour l’avenir du Grand Théâtre. Un suivi sera fait après cette réforme qui permettra d’unifier les conditions de travail de tout le personnel et de renforcer la gouvernance de la Fondation du Grand Théâtre": 

"Le Grand Théâtre a une vocation européenne et il est trop grand pour être géré, seul, par la Ville"

(Matthias Erhardt - Les Verts)

Même son de cloche, du côté des Verts, avec Matthias Erhardt, qui a également insisté sur l'entrée du Canton dans la gouvernance du Grand Théâtre, passée cette réforme:

"Nous sommes satisfaits de cette réforme qui vise à faire entrer le Canton dans la gouvernance et le financement du Grand Théâtre. Le Grand Théâtre a une vocation européenne et il est trop grand pour être géré seul, par la Ville. Il est hors de question qu’il y ait un financement privé. Le projet est bon et équilibré!”

"Voter ce serait signer un chèque en blanc à ce Conseil municipal"

(Brigitte Studer - EAG)

Opposé à ce statut unique, Ensemble à Gauche a rappelé les préoccupations du personnel. "Un personnel qui ne se sent pas entendu d’où la grève de jeudi passé" a expliqué Brigitte Studer. "Cette grève n'était pas une surprise. Depuis une année le personnel exprime ses inquiétudes. Le changement de statut n'est pas un problème mais il y une préoccupation sur la pérennité du nombre de postes. Voter ce serait signer un chèque en blanc à ce Conseil municipal avec l’espoir que tout se passera au mieux. Il faut des garanties financières!”

"Une grève, n'est jamais bon signe. Cela montre qu’il y a une divergence importante" 

(Sami Kanaan - Conseiller administratif chargé de la culture)

Ce vote avait été précédé des explications de Sami Kanaan, sur la genèse de la grève du 29 février. Sami Kanaan a rappelé qu' "une grève, n'est jamais bon signe. Cela montre qu’il y a une divergence importante (...) Le Conseil administratif ne s’y attendait pas. Nous avons su le mardi soir, qu’il y aurait une grève, le jeudi soir.  C’est une action très forte ; une grève d’un jour est rarissime (...) Comme expliqué, le personnel voulait négocier mais pas entrer en matière sur le changement de statut. Sur tous les points soulevés, le Conseil administratif partage les préoccupations du personnel et nous les aborderons, une fois le vote fait".

Le Conseil municipal a donc donné son feu vert, ce mercredi soir, à ce changement. A la plus grande satisfaction du Conseil administratif, qui réagit, via un communiqué de presse:  "Cette réforme de la gouvernance du Grand Théâtre et le régime d’employeur unique constituent une étape indispensable pour pouvoir concrétiser les accords passés avec le Canton dans le cadre de la nouvelle Loi pour la Promotion de la culture et de la création artistique. Elle ouvre la voie à une nouvelle assise pour cette institution culturelle majeure et permet de mettre fin à l’anomalie historique voyant la Ville de Genève porter seule une institution au rayonnement international et dont moins de 40% du public régulier réside sur son territoire".

Matthias Erhardt, membre de la commission des finances du Conseil municipal, était invité de Béatrice Rul, jeudi matin, à 7h30, pour expliquer ce changement de statut.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le Conseil fédéral veut abaisser la redevance à 300 francs

Publié

le

Le ministre des télécommunications Albert Rösti veut abaisser la redevance radio-TV (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La redevance radio-TV doit passer à 300 francs d'ici 2029, contre 335 actuellement. Le Conseil fédéral a rejeté mercredi en parallèle l'initiative "200 francs, ça suffit". La concession actuelle de la SSR est prolongée jusqu'à fin 2028.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Conseil fédéral veut abaisser la redevance à 300 francs

Publié

le

Le ministre des télécommunications Albert Rösti veut abaisser la redevance radio-TV (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La redevance radio-TV doit passer à 300 francs d'ici 2029, contre 335 actuellement. Le Conseil fédéral a rejeté mercredi en parallèle l'initiative "200 francs, ça suffit". La concession actuelle de la SSR est prolongée jusqu'à fin 2028.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Kunsthaus: accord avec les héritiers d'un collectionneur juif

Publié

le

Le tableau "L'Homme à l'ombrelle" avait été vendu au Kunsthaus de Zurich en 1939. (© Kunsthaus Zürich)

Le Kunsthaus de Zurich va vendre un tableau de Claude Monet. Il a trouvé un accord en ce sens avec les héritiers d'un collectionneur juif, qui avait dû monnayer l'oeuvre en fuyant le régime nazi.

L'industriel et collectionneur d'art juif Carl Sachs s'était réfugié en Suisse avec sa femme en 1939. Quelques semaines plus tard, il vendait "L'homme à l'ombrelle" de Monet au Kunsthaus, de manière contrainte, en raison des persécutions subies. "Une vente à court terme était nécessaire pour assurer l'existence du couple Sachs", relève le rapport accompagnant la recherche de provenance du tableau.

Sur la base de ces faits et de la situation historique, la Société zurichoise des beaux-arts, responsable et propriétaire du Kunsthaus, a cherché le dialogue avec la famille de Carl Sachs, décédé en 1943. Le 5 juin, une solution "juste et équitable" a pu être trouvée, peut-on lire dans le communiqué publié mercredi.

Le Kunsthaus va désormais vendre le tableau réalisé entre 1865 et 1867. Conformément à cet accord à l'amiable, le Kunsthaus recevra une part du produit de la vente, qui sera versée au fonds de la collection.

Le président de la Société zurichoise des beaux-arts Philipp Hildebrand dit regretter que ce "magnifique tableau" quitte le Kunsthaus après la vente. Cette décision montre toutefois que la stratégie de provenance, présentée en 2023, est mise en oeuvre avec sérieux. Selon lui, le Kunsthaus traite de manière transparente les oeuvres pour lesquelles il existe des indications d'une situation de contrainte liée aux persécutions nazies.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Prix Suisse décerné à Büne Huber de Patent Ochsner

Publié

le

Le chanteur bernois Büne Huber va recevoir le Prix Suisse 2024. Avec son groupe Patent Ochsner, il interprète des titres comme "W. Nuss vo Bümpliz" ou "Bälpmoos" (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Prix Suisse, lancé il y a quatre ans, va être décerné pour la première fois à un artiste. Le conseiller fédéral Beat Jans le remettra le 9 novembre à Büne Huber, le leader du groupe de rock bernois Patent Ochsner.

Le chanteur bernois de 62 ans, originaire de Bümpliz, a marqué la scène musicale suisse, écrit Initiative Suisse, à l'origine de ce prix, dans un communiqué publié mercredi. Même s'il chante en dialecte bernois, Patent Ochsner est l'un des rares groupes qui a franchi le Roestigraben.

"W. Nuss vo Bümpliz" ou "Bälpmoos" sont des hits en Suisse alémanique. Patent Ochsner propose du rock comme du folk en passant par des sons expérimentaux et recourt à divers instruments comme des mandolines, un accordéon ou une fanfare.

Patent Ochsner a été le premier groupe de Suisse à participer à un MTV-Unplugged il y a quatre ans. Des musiciens les rejoignent régulièrement sur scène comme Sophie Hunger ou Andreas Schaerer. Le groupe bernois a également été récompensé sept fois par un Swiss Music Award dans différentes catégories.

Le Prix suisse a été remis pour la première fois à l'entrepreneur Peter Spuhler. La médecin et scientifique Martine Clozel lui a succédé l'année suivante, suivi du skieur Marco Odermatt.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Los Angeles compte interdire l'usage des smartphones à l'école

Publié

le

Les smartphones seront bannis des écoles à Los Angeles. (© KEYSTONE/AP/KIICHIRO SATO)

Le district scolaire de Los Angeles s'est prononcé mardi en faveur d'une interdiction totale de l'usage des smartphones dans les écoles publiques de la ville.

Une décision annoncée au moment où le gouverneur de Californie, Etat le plus peuplé des Etats-Unis, veut lui bannir l'usage de ces appareils à l'école, pour limiter leur impact sur la santé mentale des élèves.

A Los Angeles, qui gère le deuxième plus grand district scolaire du pays, l'administration va devoir élaborer un plan pour empêcher l'usage des téléphones portables et des réseaux sociaux tout au long de la journée.

"Les écoles qui ont déjà mis en place une journée sans téléphone font état de résultats incroyables: les enfants sont plus heureux, ils se parlent, leurs résultats scolaires sont meilleurs", a expliqué Nick Melvoin, membre du conseil d'administration du district, qui a proposé l'interdiction. "Je pense donc qu'il s'agit d'une idée dont le temps est venu", a-t-il ajouté.

Sa résolution mentionnait des recherches selon lesquelles l'utilisation excessive du téléphone portable est associée à une augmentation du stress, de l'anxiété, de la dépression, des problèmes de sommeil, des sentiments d'agression et des pensées suicidaires chez les adolescents.

Les études ont également démontré une amélioration des résultats scolaires pour ceux qui n'utilisent pas de smartphone. Berceaux des réseaux sociaux, les Etats-Unis sont de plus en plus inquiets quant à leur impact sur la vie des jeunes Américains.

Lundi, le médecin-chef du pays, Vivek Murthy, a signé une tribune dans le New York Times pour réclamer des messages de prévention, comme sur les paquets de cigarette.

Il réclame que les plateformes publient des avertissements clairs "pour alerter des dangers importants qu'ils représentent pour la santé mentale des adolescents".

Passer plus de trois heures par jour sur les réseaux sociaux double le risque de provoquer des symptômes liés à la dépression et à l'anxiété chez les adolescents, rappelle le docteur. A l'été 2023, écrit ce responsable, les jeunes passaient environ 5 heures par jour sur ces applications.

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a invoqué cette tribune mardi pour annoncer vouloir interdire l'utilisation des smartphones à l'école dans l'ensemble du "Golden State". Un projet qui devra d'abord être approuvé par les parlementaires locaux de cet Etat démocrate.

Dans une Amérique de plus en plus polarisée, il s'agit d'un des rares consensus transpartisans. La Floride, dirigée par la bête noire de M. Newsom, le républicain Ron DeSantis, a par exemple interdit l'usage du smartphone à l'école l'an dernier. Des projets similaires sont en cours en Oklahoma, au Kansas, au Vermont, en Ohio, en Louisiane et en Pennsylvanie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture