Rejoignez-nous

Coronavirus

#cookingwithmika : Cuisinez en musique avec Mika !

Publié

,

le

Le chanteur Mika invite ses abonnés sur Instagram à partager avec lui une session cuisine en live !

Pour notre rendez-vous Réseaux Sociaux du jour, Roxane vous partage une initiative gourmande et musicale lancée par le chanteur Mika sur son compte Instagram @mikainstagram.

La fièvre des réseaux sociaux #cookingwithmika

Impacté lui aussi par les mesures de distanciation sociale et de confinement prises par les différents pays d’Europe, le chanteur de Relax a créé jeudi dernier, le 16 mars, un rendez-vous culinaire en live sur le réseau social Instagram pour ses fans confinés partout en Europe.

Dans un post du mercredi 15 mars, Mika explique que pour lui, rester à la maison a toujours été synonyme de deux activités : cuisiner et écouter de la musique. Cependant, ce sont aussi des activités qu’il aime partager avec les autres et en étant confiné, ce n’est pas si facile. C’est pour cette raison qu’il a décidé de proposer à ses followers un live depuis la cuisine de son appartement à Athènes en Grèce sous le #cookingwithmika. Au menu : une recette réalisée en direct, une playlist musicale choisie par le chanteur, des échanges avec les abonnés et surtout un beau moment de partage.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Staying home for me, has always been about cooking and listening to music. However both of those things are always best shared with others. SO! Join me tomorrow evening (7pm France/Italy time) live from my kitchen, where I will be listening to music, preparing dinner, talking about everything and nothing. We might not be able to hang out together in person but we can do so in other ways. See you tomorrow everyone! What will I be cooking for this first episode?? Obviously the one dish I can not live without, and that I’ve been making since I was 7 years old….. Tune in to find out! Restare a casa per me ha sempre significato cucinare e ascoltare musica. Però queste cose vengono meglio se le si condivide con gli altri. Quindi unitevi a me domani sera (alle 19.00 ore italiana), live dalla mia cucina, dove mi troverete mentre ascolto musica, preparo la cena, parlando di tutto e di niente. Non possiamo stare fisicamente insieme, ma possiamo rimediare in questo modo. Ci vediamo tutti domani! Cosa cucinerò per questo primo appuntamento? Ovviamente il piatto senza il quale non potrei vivere, e che cucino dall’età di 7 anni. Collegatevi per scoprirlo! Rester à la maison a toujours été pour moi synonyme de cuisine et d’écoute musicale. Cependant, les deux se sont toujours fait en compagnie d’autres personnes. Je vous propose donc de me retrouver demain soir (19:00 heure France/ Italie) pour un live depuis ma cuisine où j’écouterai de la musique en préparant le repas du soir et en discutant de tout et de rien. Nous n’avons pas la possibilité d’être ensemble physiquement, mais nous pouvons le faire autrement. Je vous dis donc à demain ! Que vais-je cuisiner pour ce premier live ? Bien évidement le plat que je préfère et que je prépare depuis mes 7 ans… connectez-vous pour le découvrir ! #mika #instagramlive #cookingwithmika

Une publication partagée par MIKA (@mikainstagram) le

Le premier rendez-vous a rencontré un réel succès sur la plateforme, si bien que le chanteur a décidé de réitérer avec un second live lundi dernier.

Si vous les avez ratés, pas de panique ! Un troisième rendez-vous a été annoncé hier sur le compte de Mika pour ce soir à 19h. Cette fois, la liste des ingrédients nécessaire a été partagée sur son post afin que chacun puisse suivre la recette avec lui.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

See you tomorrow eve (Thursday at 7pm France/Italy time 6pm UK time) for another session of #cookingwithmika This time however I am announcing the ingredients for one of the dishes we are going to make so that you can join in in real time at home. This dish is an homage to my Lebanese roots. Its super simple and has not tooo many ingredients. I just hope you have these ingredients at home or are able to go out and buy them although it is still recommended to stay home as much as possible. If you can’t find tahini during this tricky time, don’t worry. You can always watch and take note for when it will be possible to go out shopping. There will be a lot more music and talking than cooking anyway! I will be joined by a couple friends including the Michelin starred chef Viviana Varese in Milan. She inspired me to do this in the first place! @viviana_varese #iocucinoacasa #vivavivianavarese INGREDIENTS BELOW! 3 large aubergines 50 gr or 4 teaspoons of tahini 3 garlic cloves 1 lemon Extra virgin olive oil A few mint leaves To decorate – some sesame seeds, pomegranate seeds if you can find them and mint Ci vediamo domani sera, Giovedì alle 19.00 per un altro appuntamento di #cookingwithmika. Però questa volta vi dirò in anticipo gli ingredienti di uno dei piatti che cucineremo, così potete cucinare da casa anche voi. E’ una ricetta tributo alle mie radici libanesi. E’ super semplice e ha pochi ingredienti. I spero solo che li abbiate a casa o che possiate procurarveli, anche se resta sempre raccomandato di rimanere a casa il più possibile. e non trovate la tahini in questi tempi complicati, non preoccupatevi. Potete sempre prendere nota per quando sarà possibile uscire. Comunque ci saranno molta più musica e molte più chiacchiere che cucina! Si collegheranno anche un paio di miei amici, compresa la chef stellata Michelin Viviana Varese di Milano. MI ha dato lei l’idea di fare questo! ED ECCO GLI INGREDIENTI 3 grandi melanzane 50 gr o 4 cucchiaini di tahini 3 spicchi d’aglio 1 limone Olio extra vergine do oliva qualche foglia di menta Per decorare: semi di sesamo o melograno, se li trovate

Une publication partagée par MIKA (@mikainstagram) le

Une belle idée de Mika pour partager avec ses followers ses recettes coup de coeur, simples et savoureuses et leur permettre de varier les plaisirs en cuisine ! On aime voir le chanteur proposer ce type de contenu alliant cuisine et musique dans un moment de partage fun et naturel .

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Un cas de Covid-19 dans une discothèque genevoise: des centaines de personnes en quarantaine ?

Publié

le

Une personnes a été testée positive au Covid-19 dans une boite de nuit à Genève. Plusieurs centaines de personnes pourraient être placées en quarantaine. 

Grosse inquiétude à Genève. Un cas de Covid-19 a été détecté dans une discothèque de la Ville. Selon nos informations, les autorités sont actuellement en train de contacter toutes les personnes présentes dans l’établissement, le week-end dernier, pour les informer et les inviter à se mettre en quarantaine en cas de symptômes. Plusieurs centaines de personnes seraient concernées selon la médecin cantonale.  Aglaé Tardin qui précise que le traçage des contacts a bien été effectué, ce qui a permis de retrouver, facilement, les personnes.  Rappelons que les boîtes de nuit ont pu rouvrir, depuis le 6 juin. Mais dès le 21 juin, 300 fêtards avaient dû être placés en quarantaine, à Zurich. Les cantons de Zurich et Berne ont depuis décidé de renforcer les contrôles dans les bars et les discothèques.  

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Forte augmentation des contaminations au Covid-19 en 24 heures

Publié

le

La pandémie de coronavirus reprend de l’ampleur en Suisse.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé mercredi 137 nouvelles infections au Covid-19 lors des dernières 24 heures.

Le nombre de nouvelles infections a plus que doublé par rapport à mardi, où la Suisse avait enregistré 62 nouveaux cas, contre 35 lundi et 62 dimanche. Le nombre total de cas de Covid-19 confirmés en laboratoire s’élève à 31’851.

L’OFSP a décompté 437 nouvelles infections sur les sept derniers jours. L’incidence se monte à 371,1 cas pour 100’000 habitants.

Un nouveau décès a été annoncé mercredi, ce qui porte le total à 1685. Les hospitalisations sont au nombre de 4042, soit six de plus que la veille.

Quant aux tests, 583’928 ont été effectués depuis le début de la pandémie, dont 6,5% étaient positifs. En 24 heures, le personnel soignant a effectué 11’264 tests et 53’214 ces sept derniers jours.

Avec ATS.

Continuer la lecture

Coronavirus

Le monde de demain: Des ascenseurs sans contact

Publié

le

Photo: Schindler

Des ascenseurs connectés pour mieux respecter les mesures de distanciation sociale, c’est le monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Si vous avez pris récemment un ascenseur, vous avez mesuré toute la difficulté de respecter la distance recommandée d’un mètre cinquante au moins entre les personnes amassées dans ces petites cages. Certains ascenseurs, notamment dans les gares du Léman Express, affichent pourtant des consignes demandant aux usagers de ne prendre l’ascenseur qu’un par un, sauf qu’avec l’affluence matinale, la consigne termine au rang des belles intentions non respectées. Et c’est là que la technologie peut venir en aide. Illustration chez Schindler, le fabricant suisse qui a lancé une nouvelle gamme de services pour améliorer l’hygiène et la sécurité dans ses ascenseurs. Avec notamment un nouveau dispositif de contrôle à distance. Une nouvelle solution permet, par exemple, de définir et de limiter le nombre maximum de passagers autorisés dans un ascenseur pour respecter les mesures de distanciation sociale. Il est également possible de prolonger le temps d’ouverture des portes entre 2 arrêts pour aérer plus longtemps la cabine entre chaque utilisation.

Dans les cages d’ascenseurs, il y a aussi le problème des boutons que l’on touche sans cesse… Ca peut poser des problèmes d’hygiène. 

Oui chez Schindler il y a justement l’appli mobile Schindler Elevate Me qui vient d’être développée pour IOs et Android: elle permet d’utiliser un ascenseur sans devoir appuyer sur les boutons. Encore faut-il que l’ascenseur soit compatible avec la nouvelle technologie mise en place et qu’il soit relié à un réseau mobile 4G, mais dans l’absolu il suffit de scanner un QR code placé sur les cadres de porte ou autour des boutons pour appeler l’ascenseur, sélectionner l’étage souhaité et déverrouiller les portes.

Continuer la lecture

Coronavirus

UNIGE: deux failles potentielles dans la cuirasse du SARS-Cov-2

Publié

le

EPA/NIAID- RML

Des scientifiques genevois ont identifié les parties de l’enveloppe du SARS-Cov-2 qui sont les plus fréquemment visées par les anticorps. Elles représentent une cible potentielle pour le développement d’un vaccin.

« Le corps humain produit sans arrêt, de manière aléatoire, des anticorps d’une très grande diversité. Il y en a des milliers de milliards, tous différents, et ils attendent un éventuel envahisseur pour s’y attacher et le désigner au système immunitaire comme une cible à détruire », explique Nicolas Winssinger, professeur au Département de chimie organique de l’Université de Genève (UNIGE), cité jeudi dans un communiqué de cette dernière.

« Quand survient un agent pathogène nouveau, comme le SARS-Cov-2, quelques-uns de ces anticorps ont la capacité de s’amarrer à lui et de déclencher une réponse efficace du système immunitaire. Mais tout le monde ne sélectionne pas les mêmes anticorps ni, par conséquent, ne développe la même réponse immunitaire », ajoute le chercheur.

L’épidémie actuelle de Covid-19 se distingue en effet par la grande diversité de réponses au coronavirus. Certaines personnes ne se rendent simplement pas compte qu’elles sont infectées, d’autres sont affreusement malades, voire en meurent.

Point d’amarrage

Afin de mieux comprendre cette diversité, les équipes de Nicolas Winssinger et de Nicolas Vuilleumier, professeur au Département de médecine de l’UNIGE et médecin chef du Service de médecine de laboratoire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont tenté de savoir quels anticorps sont préférentiellement sélectionnés chez les personnes ayant eu le COVID-19 et surtout à quels endroits précis de l’agent infectieux ils s’amarrent.

Douze patients ont participé à l’étude et les résultats confirment que les réponses ne sont de loin pas uniformes. Le seul point commun entre tous les anticorps générés par les participants, c’est qu’ils visent les « clous » qui couvrent la surface des coronavirus et auxquels ils doivent leur nom. Mais ils s’amarrent à des endroits très différents de ces grandes protéines.

Les scientifiques ont néanmoins identifié trois zones les plus fréquemment sélectionnées. Et deux d’entre elles correspondent à des points d’accroche indispensables à des protéines spéciales (protéases) qui permettent au coronavirus de fusionner avec la membrane cellulaire et de relâcher son matériel génétique à l’intérieur de sa proie.

Tête ou base du clou?

« Nous avons été surpris par ce résultat », précise Nicolas Winssinger. « Jusqu’à présent, la plupart des efforts dans ce domaine se sont concentrés sur la partie supérieure du clou, celle dont on sait qu’elle permet au coronavirus de s’attacher à la cellule-cible. La fusion du virus avec la cellule n’en représente que la deuxième étape mais elle est en réalité plus décisive ».

En effet, le fait de s’accrocher à une cellule n’assure pas encore au virus de pouvoir fusionner avec elle. De plus, le problème avec la partie supérieure du clou, c’est qu’elle ne représente pas forcément une cible idéale pour un médicament ou un vaccin. Elle peut même s’avérer dangereuse.

Des études effectuées sur des singes infectés par le SARS-Cov1, le coronavirus responsable de l’épidémie de 2003, ont montré que des anticorps s’attachant à cet endroit non seulement n’empêchent pas toujours les virus de s’attacher à leurs cellules-cibles mais, en plus, les redirigent vers d’autres types de cellules, provoquant ainsi l’apparition de maladies secondaires.

Les deux zones identifiées par les auteurs genevois, quant à elles, sont impliquées dans un processus très différent. Elles pourraient donc offrir une alternative plus prometteuse – et moins risquée – dans la recherche d’un nouveau traitement ou vaccin. Mais avant cela, il faudrait d’abord évaluer le pouvoir neutralisant des anticorps correspondants, conclut l’UNIGE.

Ces travaux ont été déposés sur MedRxiv, une archive de prépublications consacrée à la recherche médicale.

Continuer la lecture

Coronavirus

Genève: pas d’obligation de porter le masque pour l’instant

Publié

le

A Genève, la décision du Conseil d’Etat sur le port du masque dans les Transports publics était attendue. Il a finalement décidé de ne pas légiférer sur ce point. Un projet de loi aurait dû être soumis au Grand Conseil lors de sa séance de jeudi. Le gouvernement observe l’évolution de la situation. 

Les Conseillers d’Etat ont préféré s’abstenir. Lors de son point presse ce mercredi après-midi, le président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers a pourtant regretté le manque d’autodiscipline des Genevois dans les transports publics. «Le virus n’est pas derrière nous» a rappelé son collègue Mauro Poggia, chargé de la santé. Lui et ses collègues disent observer la situation.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

A voir si le parlement décidera de rendre obligatoire le port du masque dans les endroits où la distance sociale ne peut être maintenue ou si le Conseil d’Etat le fait par arrêté. Mais avec l’arrivée des vacances, le gouvernement espère que les Transports publics genevois seront moins remplis.

Dépistage gratuit

Le Conseil d’Etat genevois s’est également réjoui de l’annonce faite par Conseil fédéral ce mercredi. Les tests de dépistage et sérologique sont désormais gratuits, ils sont financés par la Confédération. Une mesure indispensable pour Mauro Poggia.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Le Conseiller d’Etat conseille le dépistage en cas de symptômes même légers comme un nez qui coule ou un léger mal de gorge.

Une dizaine de cas par semaine

Et où en est l’épidémie actuellement à Genève ? Il y a en moyenne 3 à 4 cas de Covid-19 par jour. Il y avait une dizaine de cas positif la semaine passée. Et 7 dans les trois derniers jours. En revanche, il y a une augmentation très significative des quarantaines, selon la direction de la santé. Elle appelle les personnes à s’annoncer lorsqu’elles vont en boîte de nuit, dans les bars ou dans les fêtes privées. Le traçage est difficile et il est nécessaire d’être discipliné, selon Adrien Bron, le directeur général de la santé.

Adrien Bron Directeur général de la santé

Traçage limité

Le dispositif actuel peu assumer une vingtaine de cas par jour. Au-delà le Contact Tracing n’a plus de sens. Pour les enquêteurs, même avec une limite de 20 personnes, il n’est pas évident de remonter la chaîne de contamination pour mettre en quarantaine. Il y a une limite qui ne peut être dépassée au niveau de la prise de contacts ou des listes. Adrien Bron.

Adrien Bron Directeur général de la santé

Mise en veille du plan ORCA

Autre annonce cet après-midi, la mise en veille du plan ORCA.Le plan d’action en cas de catastrophe qui réunit pompiers, protection civile, police, armée et professionnels de la santé qui s’est mis en action le 13 mars. Il se met en veille mais son comité de pilotage reste mobilisé et peut se réactiver à tout moment. Les autorités se tiennent prêtes à faire face à tout nouveau foyer d’infection…comme on l’a vu en Allemagne où 600’000 personnes viennent d’être reconfinées.

 

 

Continuer la lecture