Rejoignez-nous

Suisse

Le réchauffement actuel dépasse les pics du Moyen-Age (étude)

Publié

,

le

L'étude des écorces des arbres (dendrosciences) permet de conclure au caractère unique du réchauffement actuel (étude/photo d'illustration). (© Keystone/GAETAN BALLY)

Le réchauffement actuel est sans précédent au cours du dernier millénaire, selon l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Il se situe "probablement au-delà des variations naturelles des températures des 1200 dernières années".

La nouvelle étude du WSL, dévoilée cette semaine et parue dans la revue Nature, relativise l'importance de la période la plus chaude du Moyen-Age, pas aussi caniculaire qu'on l'estimait jusqu'à présent. Et elle montre "au contraire que le réchauffement actuel est sans précédent", du moins dans la zone étudiée: la Scandinavie et la Finlande.

Cette découverte souligne le rôle que jouent les émissions de gaz à effet de serre dans les variations de température, relèvent les chercheurs.

Plus chaud que jamais au Nord

Les scientifiques, s'appuyant sur les dendrosciences, ont mesuré les parois de 50 millions de cellules de bois provenant de 188 pins sylvestres vivants et morts de Scandinavie et de Finlande. L'ensemble des cernes observés couvre une période de 1170 ans.

Le Moyen Âge et les siècles qui ont suivi ont été tumultueux: ils ont connu non seulement une phase froide, le petit âge glaciaire, mais aussi son opposé, "l'optimum climatique médiéval", une période pendant laquelle on suppose qu'il a fait anormalement chaud, rappellent les chercheurs. A ce jour, la physique n'a pas fourni d'explication pour les périodes médiévales de chaleur exceptionnelle.

Cependant, la nouvelle méthode de recherche, optimisée au WSL de l'EPFZ, permet de conclure qu'il fait aujourd'hui plus chaud en Scandinavie et en Finlande que durant les pics moyenâgeux.

Milliers de cellules par cerne

La technique employée a consisté à mesurer l'épaisseur des parois des cellules du bois dans les cernes. "Chaque cellule dans chaque cerne enregistre le climat dans lequel elle s'est formée. En analysant des centaines, voire des milliers de cellules par cerne, nous obtenons des informations climatiques d'une précision exceptionnelle", explique Jesper Björklund, premier auteur de l'étude et chercheur au WSL.

Les scientifiques ont ainsi reconstruit les températures estivales dans les régions considérées et les ont comparées aussi bien avec des simulations de modèles du climat régional qu'avec des reconstructions antérieures basées sur la densité des cernes.

Les résultats tranchent avec les reconstructions antérieures qui faisaient figure de référence jusqu'à aujourd'hui. L'application des anciens modèles revenait à "minimiser considérablement l'influence humaine sur le réchauffement climatique actuel", estime Georg von Arx, du WSL.

Les analyses antérieures se basaient sur la largeur ou la densité des cernes, qui dépendent certes très fortement des températures, mais sont aussi souvent influencées par d'autres facteurs. En affinant le modèle, les chercheurs du WSL ont obtenu des résultats qualifiés de "sans équivoque" sur le caractère unique du réchauffement actuel.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Tirs près du CICR à Gaza: 22 morts et 45 blessés

Publié

le

Des tirs mortels ont été effectués près du CICR à Gaza. (© KEYSTONE/AP/Abdel Kareem Hana)

Des "tirs de gros calibre" ont endommagé le bureau du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Gaza, qui est entouré de centaines de personnes déplacées, faisant 22 morts et 45 blessés, a indiqué l'organisation sur le réseau social X.

"Cet incident a provoqué un afflux massif de victimes vers l'hôpital de campagne de la Croix-Rouge, situé à proximité" qui "a reçu 22 morts et 45 blessés", écrit le CICR, qui dénonce les "nombreux graves incidents" de ces derniers jours "qui mettent en danger la vie des humanitaires et des civils".

L'armée israélienne a intensifié vendredi ses frappes sur la bande de Gaza dans lesquelles au moins 30 Palestiniens ont été tués selon des médecins, et a échangé de nouveaux tirs transfrontaliers avec le Hezbollah libanais.

Le ministère de la Santé du gouvernement de la bande de Gaza, territoire dirigé par le mouvement islamiste palestinien Hamas, a lui fait état de 25 morts et 50 blessés, accusant les Israéliens d'avoir "ciblé les tentes des civils déplacés à Al-Mawasi", zone dans le sud de la bande de Gaza, proche de Rafah.

De son côté, un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP qu'"une première enquête menée suggère que rien n'indique qu'une frappe ait été effectuée par l'IDF (armée israélienne, NDLR) dans la zone humanitaire d'Al-Mawasi". "L'incident est en cours d'examen", a ajouté le porte-parole.

Selon le CICR, les tirs de "gros calibre ont atterri à quelques mètres du bureaux et des résidences du Comité international de la Croix-Rouge vendredi après-midi".

"C'est l'un des nombreux graves incidents de sécurité qui se sont produits ces derniers jours. Des balles perdues ont déjà atteint des structures du CICR", indique l'organisation.

"Tirer si dangereusement près des structures humanitaires, dont les parties au conflit connaissent l'emplacement et qui sont clairement marquées de l'emblème de la Croix-Rouge, met en danger la vie des civils et du personnel de la Croix-Rouge", souligne-t-elle également.

L'organisation rappelle qu'en vertu du droit international humanitaire, les parties au conflit ont l'obligation de prendre "toutes les précautions possibles" pour éviter des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles ou des dommages aux biens de caractère civil, y compris les installations humanitaires.

La guerre à Gaza, déclenchée par une attaque sanglante du Hamas le 7 octobre contre le sol israélien, a entraîné la mort de 1194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées ce jour-là, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

L'offensive israélienne qui a suivi dans la bande de Gaza a fait jusqu'à présent 37'431 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 3, 4, 7, 11 et 17 ainsi que les étoiles 3 et 12.

Lors du prochain tirage mardi, 204 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande. Cette loterie transnationale est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse et le Liechtenstein.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

ONU: une experte veut bannir la prostitution et vise la Suisse

Publié

le

La rapporteuse spéciale de l'ONU sur la violence contre les femmes Reem Alsalem dénonce les avantages que l'Etat obtient de la prostitution en Suisse et demande de mettre un terme à l'achat d'actes sexuels (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Une rapporteuse spéciale de l'ONU demande aux Etats de criminaliser l'achat d'actes sexuels. Vendredi au Conseil des droits de l'homme à Genève, elle a souhaité que les consommateurs soient considérés comme délinquants. Dans un rapport, elle cible notamment la Suisse.

"La prostitution ne peut être considérée comme un travail", a affirmé la rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, Reem Alsalem, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU. Or, en Suisse comme dans d'autres pays, "l'Etat légalise, organise et réglemente l'activité et tire profit de la prostitution d'autrui ainsi que tous les établissements sexuels commerciaux", dit son rapport.

Le texte relève que "la dépénalisation du commerce sexuel a empêché d'identifier et de poursuivre les trafiquants aussi activement qu'il l'aurait fallu".

La rapporteuse veut un cadre légal abolitionniste. De la protection des victimes à la décriminalisation des prostituées en passant par la criminalisation d'achat d'actes sexuels et du proxénétisme et par une campagne d'explications auprès des consommateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Une commission ne veut pas du Pacte mondial de l'ONU sur les migrations

Publié

le

L'adhésion de la Suisse au Pacte mondial de l'ONU sur les migrations a fait polémique en Suisse. Une pétition pour son rejet a même été déposée (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse ne doit pas ratifier le Pacte mondial de l'ONU sur les migrations. La commission de politique extérieure du Conseil des Etats a repris le traitement de ce dossier, après que le Parlement l'a suspendu en 2021.

Ce Pacte, adopté par l'Assemblée générale de l'ONU en décembre 2018, est un cadre d'action global destiné à améliorer la coopération internationale dans le domaine des migrations transnationales. Selon la commission, la Suisse ne retirerait pas d'avantages concrets en le ratifiant, indiquent vendredi les services du Parlement.

De plus, les intérêts de la Suisse en matière de politique migratoire sont mieux servis si elle continue à s'abstenir aux votes concernant le pacte. Les risques liés à l'adhésion au pacte, notamment concernant les implications légales, l'emportent sur les éventuels avantages.

La commission exprime toutefois son soutien pour la coopération internationale en matière de migration. Une minorité rejette l'adhésion au pacte sans réserve. Une autre plaide en sa faveur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Réseaux de soins toujours refusés par la commission du National

Publié

le

La mesure phare du deuxième paquet de mesures à freiner la hausse des coûts de la santé ne convainc toujours pas la commission du National (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les réseaux de soins coordonnés ne doivent pas être admis comme nouveaux fournisseurs de soins. Malgré le "oui" du Conseil des Etats la semaine passée, la commission compétente du National réitère son refus.

Bien qu'elle reconnaisse que les traitements sont de meilleure qualité et plus efficaces lorsque les fournisseurs de prestations se coordonnent entre eux, la commission de la santé publique du National ne voit toujours pas de valeur ajoutée à l'introduction d'un nouveau fournisseur de soins. Par 14 voix contre 10, elle maintient sa décision de biffer ce point essentiel du deuxième paquet de mesures visant à freiner la hausse des coûts de la santé.

A ses yeux, il existe déjà des offres attrayantes et fonctionnelles. La commission doute que le potentiel d'économies escompté puisse être atteint, indiquent vendredi les services du Parlement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture