Rejoignez-nous

Genève

UNIGE: une paire de gènes pourrait prédire l'évolution du cancer

Publié

,

le

(Photo d'illustration). (© KEYSTONE/DPA/FELIX HÖRHAGER)
Une équipe de l’Université de Genève (UNIGE) a identifié deux gènes clés dont l’expression influence la progression du cancer. Ces "résultats prometteurs" sont à découvrir dans la revue Science.

L’écosystème au sein duquel une tumeur se développe est appelé "microenvironnement tumoral". Composé de vaisseaux sanguins, de cellules immunitaires et d’autres cellules apparemment normales, il interagit en permanence avec les cellules tumorales.

Ces composants, qui diffèrent d’un patient à l’autre, ont une influence cruciale sur l’évolution de la maladie: ils peuvent en accélérer, ou au contraire, en freiner la progression, relève l'UNIGE jeudi dans un communiqué.

Les mécanismes qui régissent leurs variations et leurs interactions demeurent cependant mal compris. "Les manifestations très différentes d’un cancer d’un patient à l’autre constituent souvent une difficulté majeure dans la recherche sur la maladie.

Ici, au contraire, nous avons pu profiter de ces variations entre patients pour mettre en évidence les règles qui régissent l’évolution de la maladie", explique Mikaël Pittet, professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l’UNIGE et directeur du Centre de recherche translationnelle en onco-hématologie.

Jusqu’à présent, la plupart des études portaient sur des populations de cellules provenant d’écosystèmes tumoraux de différents patients, regroupées et observées indistinctement. Une méthode qui permet de classer les microenvironnements tumoraux sur la base de critères généraux, mais pas d’analyser leurs variations d’un individu à l’autre, poursuit celui qui est aussi membre du Ludwig Institute for Cancer Research à Lausanne et titulaire de la chaire ISREC en immuno-oncologie.

52 tumeurs sous la loupe

Pour y remédier, son équipe a examiné isolément 52 tumeurs de la tête et du cou prélevées chez autant de patients. Elle est ainsi parvenue à les comparer et à identifier un paramètre clé régissant les tumeurs: l’expression des gènes CXCL9 et SPP1 par des cellules immunitaires appelées "macrophages".

"Au sein des microenvironnements tumoraux, ces deux gènes sont exprimés de manière antagoniste par ce type particulier de cellules", expliquent Ruben Bill, postdoctorant, et Pratyaksha Wirapati, bioinformaticien. Tous deux sont co-premiers auteurs de l’étude et membres du groupe de Mikaël Pittet.

"Nous avons ainsi découvert que les patients présentant une expression élevée de CXCL9 par rapport à SPP1, dans les macrophages, ont de meilleurs résultats cliniques que ceux présentant la proportion inverse." Les macrophages exprimant davantage le premier gène sont impliqués dans des attaques contre les cellules cancéreuses, tandis que ceux qui expriment davantage le second participent à leur croissance.

Les macrophages tumoraux sont capables d’engager l’un ou l’autre de ces programmes, en fonction des gènes CXCL9 et SPP1 qu’ils expriment. On parle alors de "polarité" des macrophages.

Implications plus vastes

À leur surprise, les scientifiques ont découvert que cette polarité est liée à tous les composants de l’écosystème tumoral. Ainsi, lorsque le rapport de CXCL9 à SPP1 est élevé dans les macrophages, les activités des autres cellules du microenvironnement tumoral prennent également une orientation antitumorale, et inversement lorsque ce rapport est inversé.

"La simple observation du ratio de cette paire de gènes dans les macrophages permet donc de déduire l’activité globale des cellules qui composent le microenvironnement tumoral. En d’autres termes, les microenvironnements tumoraux semblent être régis par des règles internes cohérentes et relativement simples. Cette étude nous a permis de décrire l’une d’entre elles", se réjouit Mikaël Pittet.

Pour les scientifiques, les prochaines étapes consisteront à déterminer comment interférer thérapeutiquement avec ces réseaux, et comment personnaliser au mieux les traitements en fonction des caractéristiques tumorales de chaque patient.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Plan-les-Ouates: la première pierre de l’école du Rolliet a été posée

Publié

le

La première pierre de l’école du Rolliet a été posée ce lundi à Plan-les-Ouates.

La première pierre de l’école du Rolliet a été posée ce lundi à Plan-les-Ouates. Il s’agit du premier bâtiment à voir le jour dans ce quartier en pleine évolution

C’est un nouveau quartier qui est en train de sortir de terre à Plan-les-Ouates.

Et comme un symbole, le premier bâtiment à voir le jour est une école, celle du Rolliet dont la première pierre a été posée ce lundi. Une étape importante dans l’urbanisation des Cherpines. Car le quartier du Rolliet accueillera dans les prochaines années environ 2 500 nouveaux résidents. Et ce sont 320 enfants qui devraient être scolarisés dans cette nouvelle école, répartis dans 16 classes. L'établissement va abriter aussi un secteur parascolaire, un restaurant scolaire ou encore une salle polyvalente.

Le détail avec Xavier Magnin, Maire de Plan-les-Ouates:

Xavier MagninMaire de Plan-les-Ouates

Olivier Cochard, architecte et responsable du bureau technique associé au concepteur Brauen & Wälchli:

Olivier CochardArchitecte et responsable du bureau technique associé au concepteur Brauen & Wälchli

Les travaux doivent s’achever au printemps 2026, permettant ainsi l’ouverture des locaux pour l’année scolaire 2026-2027.

Continuer la lecture

Genève

Une pétition pour un congé prénatal de 4 semaines

Publié

le

1’800 signatures pour un congé prénatal à Genève. Les syndicats et le Collectif de la grève féministe ont déposé, lundi matin, une pétition demandant un congé prénatal de 4 semaines au minimum dans les secteurs publiques et subventionnés. Il s'ajouterait au congé maternité de 20 semaines.

Actuellement il n’existe pas de congé prénatal, à Genève et au niveau fédéral. Les travailleuses enceintes sont mises en arrêt maladie. Ce qui pose problème, selon les syndicats,  la grossesse n'étant pas une maladie, rappelle Aline Zuber, secrétaire syndicale au SSP.

Aline ZuberSecrétaire syndicale au SSP

Le droit au salaire en cas de maladie n’est également pas illimité et est fortement restreint pour les travailleurs dans leur première année de service. Les précisions de Geneviève Preti, présidente du cartel intersyndical.

Geneviève PretiPrésidente du Cartel intersyndical

Le texte s’adresse au Conseil d’Etat et au Grand Conseil. le congé prénatal se calquerait sur le modèle du congé maternité.

Aline ZuberSecrétaire syndicale au SSP

Le congé prénatal serait bénéfique pour les futures mamans et leurs bébés explique Sandra Froidevaux, secrétaire syndicale au SIT.

Sandra Froidevaux Secrétaire syndicale au SIT

Ce droit à un congé prénatal figure également dans le cahier de revendications déposé lors de la grève féministe 2023. Aucune discussion n'ayant débouché sur un accord depuis, les syndicats et organisations féministes réitèrent donc leur revendication.

S’ils ont du mal à articuler un chiffre, les pétitionnaires estiment que l'instauration de ce congé serait financièrement réalisable, la majorité des employés à l’Etat ayant 50 ans et plus.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Maria Mettral arrête la météo, après avoir fait la pluie et le beau temps pendant 35 ans

Publié

le

Maria Mettral a présenté dimanche sa dernière météo, après 35 ans à l'antenne © RTS/Philippe Christin

Maria Mettral a présenté dimanche son dernier bulletin météo sur la RTS. 

La comédienne et présentatrice genevoise a fait ses adieux dimanche soir aux téléspectateurs de la RTS, après 35 ans d'antenne.

Elle avait fait ses premiers pas à la télévision romande en avril 1989 en présentant son premier bulletin. Elle avait même été étonnée d'avoir été retenue pour le poste, concédant avoir fait "l'andouille" lors des sélections.

35 ans plus tard, le sourire toujours bien accroché au visage, Maria Mettral assure qu'il n'y a aucune nostalgie.

Maria MettralPrésentatrice et comédienne

A 64 ans, elle va continuer à donner des cours de pose de voix aux collaborateurs de la RTS. Elle va aussi poursuivre sa carrière au théâtre. Alors ne lui parlez surtout pas de retraite!

Maria MettralPrésentatrice et comédienne

Propos recueillis par Benoît Rouchaleau de Radio Lac. En mai dernier, elle était sur scène à Chêne-Bourg dans "L’Autre", une pièce de l’écrivaine genevoise Mélanie Chappuis.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Procès Hinduja: peines de 4 ans et demi à 5 ans et demi requises

Publié

le

Quatre membres de la famille Hinduja sont poursuivis pour traite d'êtres humains et usure par métier (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Ministère public a requis lundi devant le Tribunal correctionnel de Genève des peines allant de 4 ans et demi à 5 ans et demi à l'encontre de quatre membres de la famille Hinduja. Ces derniers sont poursuivis pour traite d'êtres humains et usure par métier.

Le premier procureur Yves Bertossa a débuté son réquisitoire par une comparaison: selon le budget de la famille, qui vit dans une villa à Cologny (GE), le montant dépensé pour les animaux de compagnie en 2014 était de 8584 francs alors que le salaire du personnel domestique se situait entre 220 et 400 francs par mois. "Dans cette famille, on dépense davantage pour le chien que pour les employés domestiques".

"Ils ont fait tout ça pour économiser du fric", s'est indigné le premier procureur. Selon le Ministère public, ce procès est celui d'une famille multimilliardaire qui recrute du personnel en Inde pour le payer au lance-pierre. Et ces prévenus, "qui n'assument rien", ont tout fait pour échapper à ce procès, a-t-il souligné.

Au terme d'un réquisitoire sévère, il a requis une peine privative de liberté de 5 ans et demi à l'encontre du père, Prakash Hinduja (78 ans) et de son épouse Kamal (75 ans), tous deux absents depuis le début de ce procès sous haute tension, et de quatre ans et demi à l'encontre de leur fils Ajay (56 ans) et de leur belle-fille Namrata (50 ans).

Le premier procureur a aussi demandé de prononcer une créance compensatrice de 3,5 millions de francs en faveur de l'Etat de Genève. Il justifie cette requête par le fait que l'accord conclu jeudi entre les parties ne dit pas un mot des salaires qui n'ont pas été payés. Il a aussi demandé de mettre les frais de procédure, soit un million de francs, à la charge des prévenus.

Le procès se poursuit avec les plaidoiries de la défense.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les HUG enseignent les gestes qui sauvent aux futurs et jeunes parents

Publié

le

Les mises en situation s'effectuent dans la salle de formation par simulation, sur des mannequins de bébés

Depuis un mois, les HUG proposent des cours de premiers secours aux jeunes ou futurs parents. 

C’est nouveau aux Hôpitaux Universitaires de Genève: Depuis mi-mai, l'hôpital cantonal propose des cours de premiers secours aux futurs et jeunes parents de nourrissons et d'enfants de moins de 18 mois.

Que faire en cas d'étouffement ou de perte de connaissance? Comment pratiquer un massage cardiaque? Quand faut-il appeler les secours? C’est l’occasion de connaître les dernières recommandations en matière de prévention et surtout de s'entraîner aux gestes qui sauvent, en cas de situation critique, avec des spécialistes en réanimation pédiatrique.

Benoît Rouchaleau a assisté à l'un de ces ateliers, qui mêlent un peu de théorie et beaucoup de pratique.

Benoît RouchaleauReportage premiers secours aux HUG

Les HUG proposent ces cours une fois par mois, les lundis de 15h30 à 17h30, jusqu’en 2025. La formation coûte 50 francs par personne ou par couple.

Continuer la lecture