Rejoignez-nous

Actualité

Pistes cyclables: la pression monte à Genève

Publié

,

le

Boulevard Georges Favon à Genève, le 22 mai 2020

Deux semaines après l'apparition de pistes cyclables pour encourager les pendulaires et les Genevois à se tourner vers la mobilité douce, la colère des automobilistes et des entrepreneurs se poursuit. Une lettre du Groupement Transport et Economie, signé par de nombreux acteurs économiques du canton a été adressée à Serge Dal Busco. Par média interposé, ce dernier a tenté de dépassionner le débat. Aujourd'hui, automobilistes et chefs d'entreprise exigent une réponse adaptée, ils demandent que le plan soit revu et corrigé.

L'entrepreneur Arnaud de Jamblinne, CEO de La Foncière, ne mâche pas ses mots. Il voit dans ce plan d'urgence une intention persistante de décourager les automobilistes qui circulent en ville. Ce dernier s'en est expliqué sur Radio Lac

Arnaud de JamblinneCEO de La Foncière

"Si l'intention est de bloquer les 7 kilomètres d'axes de pénétrantes dans la ville, on peut imaginer qu'il y a une autre motivation derrière de la part du Conseil d'Etat. Il serait tout à fait possible de constituer un réseau accessible aux vélos par des voies parallèles secondaires pour éviter les ralentissements considérables sur les grands axes de Genève. Monsieur Dal Busco a essayé, il a le droit de faire des erreurs mais maintenant cela doit être rectifié."

Radio Lac a également recueilli le sentiment des automobilistes vers 8 heures du matin sur le quai Gustave Ador. Même si le ton reste pondéré, l'agacement est partagé par de nombreux Genevois et pendulaires.

Micro-trottoir d'automobilistes Quai Gustave Ador - Mai 2020

4 Commentaires

4 Comments

  1. p.arpidone

    25 mai 2020 à 11 h 46 min

    certains hommes politique veulent l'asphyxie de la ville et de ses commerces, il faut lutter contre tous ces irresponsables

  2. Rosemary Hill

    25 mai 2020 à 14 h 34 min

    En tant que piétonne, je soutiens le développement des pistes cyclables en ville. Mais maintenant qu'il y en a plus qu'avant, j'aimerais supplier ceux qui font du vélo de les utiliser. Pour éviter dans la mesure du possible de prendre les transports en commun, je fais plus de marche que d'habitude. Malheureusement, ça devient de plus en plus dangereux à cause d'une minorité de cyclistes qui persistent à utiliser le trottoir. Je ne peux pas me promener dans les pistes cyclables, et je ne peux pas me balader parmi les voitures non plus. Alors, si les vélos, les scooters et les planches à roulette s'approprient le trottoir et je veux marcher sans risquer ma tête, je vais où, moi?

  3. Juan

    25 mai 2020 à 15 h 27 min

    Bonjour, pourquoi ne pas faire un micro trottoir des cyclistes et piétons, pour leur demander ce qu'ils en pensent? Leurs déplacements se sont considérablement améliorés, et leur sécurité également, ouvrant la voie à de nouveaux cyclistes sur les pistes, peut-être anciens automobilistes...
    Cordialement,
    Juan Sanchez

  4. Cattaneo pascal

    27 mai 2020 à 19 h 01 min

    Bonjour
    Ce qu il faut bien savoir , ça fait plus d une année que SDB BLOQUÉ VOLONTAIREMENT le traffic en ville en faisant arrêter les automobilistes à chaque feux pour les décourager de prendre leurs voitures mais sans oser l’avouer et en prétendant que Geneve est engorger , il trame cette idée depuis bien longtemps et aujourd’hui il a passé à l acte en cachette certes mais au moins son objectif est claire mais dans son discours les mensonges persistent car il continue de prétendre qu il ne peut pas faire autrement
    Alors qu avec les modèles à disposition qu on a aujourd’hui il serait très facile de rendre la circulation fluide à genève avec les feux intelligents
    Bonne soirée
    Pascal cattaneo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Pas de hausses de salaires astronomiques, dit l'union patronale

Publié

le

Valentin Vogt estime que les demandes des syndicats ne sont que de la "poudre aux yeux" (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le président de l'Union patronale suisse (UPS) Valentin Vogt juge irréalistes les demandes de hausses de salaires de syndicats. "Il n'y aura certainement pas cette année un gel des salaires, mais il n'y aura pas non plus des augmentations astronomiques".

"Lorsque les syndicats attisent l'attente que chacun obtienne 5 à 6% d'augmentation, c'est de la poudre aux yeux", déclare Valentin Vogt dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag. Après la pandémie de Covid-19, de nombreuses entreprises n'ont pas les capacités financières pour des hausses généralisées, souligne-t-il. "Les augmentations de salaire se feront avant tout individuellement".

Le président de l'UPS rejette l'idée qu'il pourrait y avoir des troubles politiques et sociaux si les revendications salariales n'étaient pas satisfaites. Cela n'a "rien à voir avec la réalité", assure-t-il.

M. Vogt constate cependant un rapport de forces favorable aux travailleurs. Les entreprises doivent s'en accommoder, ajoute-t-il. "Celui qui veut garder ses collaborateurs doit leur offrir un bon paquet global".

Le responsable considère en outre que les effets de la guerre en Ukraine vont se faire sentir encore longtemps. "L'idée que la normalité reviendra une fois celle-ci sera terminée est irréaliste", estime-t-il, s'attendant à un ralentissement économique. "Un mélange toxique de facteurs d'incertitude est en train de couver".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le président des Vert'libéraux veut un siège au Conseil fédéral

Publié

le

Jürg Grossen se montre ambitieux pour les élections législatives fédérales de 2023 (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

A un peu plus d'une année des élections législatives fédérales, le président des Vert'libéraux, Jürg Grossen, affiche les ambitions de sa formation. Si celle-ci obtient 10% des suffrages en 2023, "nous revendiquerons un siège au Conseil fédéral", déclare-t-il.

"Le PVL a sa place au Conseil fédéral", estime M. Grossen dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag. Il applique le même raisonnement pour les Verts, s'ils peuvent maintenir leur score de 2019 de 13,2%. "Il y a de la place pour un conseiller fédéral vert et un conseiller fédéral vert libéral".

Le président des Vert'libéraux rejette l'idée d'avoir un ministre écologiste commun pour les Verts et le PVL. "Personne n'exige du PS et des Verts d'avoir un 'conseiller fédéral syndical' ou du PLR et de l'UDC d'avoir un 'conseiller fédéral automobiliste'". Vert'libéraux et Verts sont des alliés pour la politique énergétique et environnementale, selon lui. "C'est tout".

Le PVL vise un siège du PLR, précise M. Grossen. Ce parti "est surreprésenté depuis longtemps" au Conseil fédéral. Le conseiller national bernois appelle à revoir complètement la formule dite magique de l'exécutif fédéral. Seule l'UDC devrait avoir deux sièges et cinq autres partis (PS, PLR, Centre, Verts et PVL) un ministre, explique-t-il. "Ce serait mathématiquement la bonne chose à faire".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Un récital du FC St. Gall

Publié

le

La joie d'Emmanuel Latte Lath après l'ouverture du score. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Troisième match à domicile et troisième victoire pour le FG St. Gall. Après Winterthour et Zurich, Lucerne n'a rien pu faire face à la formation de Peter Zeidler.

Les Saint-Gallois se sont imposés 4-1 pour partager avec les Grasshoppers la tête du classement avant le choc entre les Young Boys et le Servette FC dimanche au Wankdorf. St. Gall avait déjà pris les devants à la 2e minute grâce à Emmanuel Latte Lahn pour offrir un très beau récital aux 16'609 spectateurs présents. Avec un autogoal de Denis Simani et des réussites de Lukas Görtler et de Chadrac Akolo, les joueurs de Peter Zeidler ont su exploiter les largesses défensives adverses pour donner plus d'ampleur à leur succès.

Il reste aux Saint-Gallois à trouver une plus grande rigueur à l'extérieur pour s'immiscer vraiment dans la lutte pour le titre. Battu à Genève et à Zurich par les Grasshoppers, ils tenteront de signer un résultat le 28 août à Lugano avant de recevoir les... Young Boys.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Une expulsion qui a tout changé

Publié

le

Dimitri Cavaré voit rouge et la tournure du match va changer. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Sion séduit encore mais ne parvient toujours pas à s'imposer à Tourbillon. Après la défaite contre YB et le nul face au Servette FC, les Sédunois ont partagé l'enjeu devant les Grasshoppers (2-2).

Après une première période parfaitement maîtrisée avec un but de Filip Stojilkovic sur un centre de Musa Araz, les Sédunois ont perdu le fil du match à la 54e minute avec l'expulsion de Dimitri Cavaré pour une faute de dernier recours. A dix contre onze, ils concédaient très vite deux buts de Tomas Ribeiro (56e) et du joker Renat Dadashov (62e). Mais cette saison, le FC Sion témoigne d'une force de caractère qu'il n'affichait pas la saison dernière. Et ce n'est que justice si Denis-Will Poha pouvait exploiter une relance catastrophique de Noah Loosli pour égaliser à la 67e.

On devait en rester là et ce résultat doit convenir aux deux formations. Le FC Sion a cueilli un point qui semblait bien lointain à 2-1 pour l'adversaire et en infériorité numérique. Quant aux Grasshoppers, ils demeurent invaincus après cinq rencontres pour s'emparer provisoirement la première place du classement.

A noter que la dernière victoire à domicile du FC Sion en championnat remonte à un succès 1-0 contre Lausanne le 2 mars dernier. Il reste désormais sur neuf rencontres sans la moindre victoire. Jamais encore, le FC Sion n'avait accusé une telle série en Super League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a empoché le jackpot samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 7, 15, 18, 23, 32 et 41 . Le numéro chance était le 3, le rePLAY le 5 et le Joker le 017860.

Lors du prochain tirage samedi, 13,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture