Rejoignez-nous

Actualité

Pistes cyclables: la pression monte à Genève

Publié

,

le

Boulevard Georges Favon à Genève, le 22 mai 2020

Deux semaines après l'apparition de pistes cyclables pour encourager les pendulaires et les Genevois à se tourner vers la mobilité douce, la colère des automobilistes et des entrepreneurs se poursuit. Une lettre du Groupement Transport et Economie, signé par de nombreux acteurs économiques du canton a été adressée à Serge Dal Busco. Par média interposé, ce dernier a tenté de dépassionner le débat. Aujourd'hui, automobilistes et chefs d'entreprise exigent une réponse adaptée, ils demandent que le plan soit revu et corrigé.

L'entrepreneur Arnaud de Jamblinne, CEO de La Foncière, ne mâche pas ses mots. Il voit dans ce plan d'urgence une intention persistante de décourager les automobilistes qui circulent en ville. Ce dernier s'en est expliqué sur Radio Lac

Arnaud de JamblinneCEO de La Foncière

"Si l'intention est de bloquer les 7 kilomètres d'axes de pénétrantes dans la ville, on peut imaginer qu'il y a une autre motivation derrière de la part du Conseil d'Etat. Il serait tout à fait possible de constituer un réseau accessible aux vélos par des voies parallèles secondaires pour éviter les ralentissements considérables sur les grands axes de Genève. Monsieur Dal Busco a essayé, il a le droit de faire des erreurs mais maintenant cela doit être rectifié."

Radio Lac a également recueilli le sentiment des automobilistes vers 8 heures du matin sur le quai Gustave Ador. Même si le ton reste pondéré, l'agacement est partagé par de nombreux Genevois et pendulaires.

Micro-trottoir d'automobilistes Quai Gustave Ador - Mai 2020

4 Commentaires

4 Comments

  1. p.arpidone

    25 mai 2020 à 11 h 46 min

    certains hommes politique veulent l'asphyxie de la ville et de ses commerces, il faut lutter contre tous ces irresponsables

  2. Rosemary Hill

    25 mai 2020 à 14 h 34 min

    En tant que piétonne, je soutiens le développement des pistes cyclables en ville. Mais maintenant qu'il y en a plus qu'avant, j'aimerais supplier ceux qui font du vélo de les utiliser. Pour éviter dans la mesure du possible de prendre les transports en commun, je fais plus de marche que d'habitude. Malheureusement, ça devient de plus en plus dangereux à cause d'une minorité de cyclistes qui persistent à utiliser le trottoir. Je ne peux pas me promener dans les pistes cyclables, et je ne peux pas me balader parmi les voitures non plus. Alors, si les vélos, les scooters et les planches à roulette s'approprient le trottoir et je veux marcher sans risquer ma tête, je vais où, moi?

  3. Juan

    25 mai 2020 à 15 h 27 min

    Bonjour, pourquoi ne pas faire un micro trottoir des cyclistes et piétons, pour leur demander ce qu'ils en pensent? Leurs déplacements se sont considérablement améliorés, et leur sécurité également, ouvrant la voie à de nouveaux cyclistes sur les pistes, peut-être anciens automobilistes...
    Cordialement,
    Juan Sanchez

  4. Cattaneo pascal

    27 mai 2020 à 19 h 01 min

    Bonjour
    Ce qu il faut bien savoir , ça fait plus d une année que SDB BLOQUÉ VOLONTAIREMENT le traffic en ville en faisant arrêter les automobilistes à chaque feux pour les décourager de prendre leurs voitures mais sans oser l’avouer et en prétendant que Geneve est engorger , il trame cette idée depuis bien longtemps et aujourd’hui il a passé à l acte en cachette certes mais au moins son objectif est claire mais dans son discours les mensonges persistent car il continue de prétendre qu il ne peut pas faire autrement
    Alors qu avec les modèles à disposition qu on a aujourd’hui il serait très facile de rendre la circulation fluide à genève avec les feux intelligents
    Bonne soirée
    Pascal cattaneo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Alain Berset est élu président de la Confédération

Publié

le

Alain Berset, doyen de fonction après la démission d'Ueli Maurer et de Simonetta Sommaruga, dirigera la Confédération l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Alain Berset présidera la Confédération helvétique pour la deuxième fois en 2023. L'Assemblée fédérale l'a élu mercredi par 140 voix sur 181 bulletins valables. Le socialiste fribourgeois de 50 ans succède à Ignazio Cassis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Budget 2023: rallonge pour l'hébergement d'urgence et les précaires

Publié

le

Un collectif a manifesté mardi soir devant le Conseil communal de Lausanne pour rappeler que la rue tue, peu avant que ce dernier n'accepte une augmentation du budget octroyé à l'hébergement d'urgence. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil communal de Lausanne a accepté mardi soir d'octroyer une rallonge de 200'000 francs pour "renforcer et développer les capacités d'accueil dans l'hébergement d'urgence" dans le cadre de l'examen du budget 2023. Il a aussi dit oui à un amendement augmentant de 150'000 francs la subvention à la centrale alimentaire.

Les 200'000 francs du premier amendement signé du PS et des Verts visent à faire un pas supplémentaire vers une augmentation du nombre de places et une ouverture des structures d'hébergement d'urgence toute l'année. Ils s'ajoutent aux 11,5 millions du budget alloué aux subventions aux institutions et aides individuelles.

Son objectif est également de renforcer les conditions d'hébergement pour les hivers 2022-2023 et 2023-2024. Le Conseil communal l'a accepté par 61 oui, 19 non et 5 abstentions. Une proposition d'Ensemble à gauche (EAG) demandant l'annualisation de 200 places d'hébergement n'a en revanche pas passé la rampe.

Emilie Moeschler, municipale en charge de la cohésion sociale, a rappelé la volonté de la ville de sortir de la logique saisonnière, mais aussi celle de développer des dispositifs pour sortir de l'urgence. Parmi eux, le nouveau projet de logements à Renens dévoilé en début de semaine. Il offrira prochainement 35 places à des personnes en emploi et vulnérables.

Pue avant le début du Conseil communal, un rassemblement organisé par le collectif "Personne à la rue" demandait à la Ville de prendre ses responsabilités en matière de sans-abrisme. A la fin de l'hiver dernier, la fermeture de certains hébergements d'urgence en été avait été dénoncée, notamment par des professionnels du terrain et le collectif 43m2. Celui-ci avait installé des campements sauvages à Beaulieu puis dans les jardins de la Haute école de travail social.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Roche relève les salaires en Suisse de 2,3% en 2023

Publié

le

La masse salariale augmentera pour ses quelque 14'200 employés dans le pays de 2,3% au 1er avril 2023. (Photo: Keystone/Alexandra Wey) (© KEYSTONE/AP/Alexandra Wey)

Le géant pharmaceutique Roche va davantage payer ses salariés en Suisse l'an prochain. La masse salariale augmentera pour ses quelque 14'200 employés dans le pays de 2,3% au 1er avril 2023.

Ce relèvement "servira de base de calcul pour déterminer la somme dont les supérieurs hiérarchiques disposeront pour ajuster les salaires au 1er avril 2023 en fonction des performances de chacun", a fait savoir le groupe mercredi.

Les salaires ont fait l'objet, au cours des dernières semaines, de négociations avec l'association représentant les employés de Roche en Suisse (AVR) et la commission du personnel de Roche Bâle (AKR).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Elisabeth Baume-Schneider élue au 3e tour

Publié

le

KEYSTONE/Peter Schneider

Elisabeth Baume-Schneider remplacera Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral.

L'Assemblée fédérale a élu mercredi au 3e tour la sénatrice jurassienne par 123 voix sur 245 bulletins valables. Les Latins obtiennent ainsi la majorité au gouvernement.

Eva Herzog, pourtant favorite tout au long de la course au Conseil fédéral, a obtenu 116 voix. Six voix sont encore allées à Daniel Jositsch.

Animée d'une fibre militante, Elisabeth Baume-Schneider s'engage pour une société plus juste et fait de la défense des personnes les plus vulnérables sa priorité. La Jurassienne de bientôt 59 ans, à l'aise avec son profil plus rural que citadin, se présente comme une femme de terrain et de dossiers pour défendre les valeurs qui lui sont chères.

Elisabeth Baume-Schneider peut se prévaloir d'une solide expérience politique: elle a été députée au Parlement jurassien de 1995 à 2002, puis ministre du Département de la formation, de la culture et des sports de 2003 à 2015 jusqu'au terme de ses trois mandats.

Durant sa présidence du Parlement en 2000, elle a réussi à concilier vie politique et vie familiale avec la naissance de son deuxième enfant. Entre deux débats, Elisabeth Baume-Schneider avait pris l'habitude d'allaiter son bébé.

Bilingue, elle occupe depuis 2019 un siège au Conseil des Etats. Présidente de la commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie, la Jurassienne devrait assumer la présidence de la Chambre des cantons en 2024.

Avant d'accéder au Conseil des Etats, Elisabeth Baume-Schneider a fait une pause avec la politique en travaillant comme directrice de la Haute Ecole de travail social et de la santé à Lausanne. Elle est aussi vice-présidente du Parti socialiste suisse (PSS).

Région rurale ouverte sur l'extérieur

La politicienne à la culture romande, encore méconnue en Suisse alémanique, vient des Franches-Montagnes. Une région rurale qui est, aux yeux de la socialiste, progressiste sur les questions sociales, connue pour sa créativité culturelle et ouverte sur l'extérieur.

Fille de paysans parlant le dialecte bernois à la maison, la sénatrice est fière de se définir comme représentante des régions périphériques.

Durant ses mandats politiques dans le canton du Jura, cette ancienne assistance sociale née le 24 décembre 1963 à Saint-Imier (BE) s'est toujours préoccupée de la défense des plus faibles et des gens vivant dans la précarité.

Pendant ses études à La Chaux-de-Fonds (NE) de 1979 à 1983, elle a milité avec des idées de la Ligue marxiste révolutionnaire (LMR) - mouvement devenu en 1980 Parti socialiste ouvrier -, avant de rejoindre le Parti socialiste jurassien.

Combattante ouverte au compromis

La citoyenne des Breuleux, village de quelque 1500 habitants perché à 1100 mètres d'altitude, a toujours voulu incarner la diversité qui constitue à ses yeux un atout. Avec son origine alémanique, elle estime représenter un pont entre les régions linguistiques.

Femme de combat, considérée comme ancrée à l'aile gauche du PSS, la Franc-Montagnarde sait faire des compromis, chercher des alliances et travailler dans un esprit de collégialité, constat émanant aussi bien de ses sympathisants que de ses adversaires politiques.

Cette mère de deux enfants aujourd'hui adultes a toujours témoigné un intérêt pour la justice sociale et défendu une économie à taille humaine. Elle manifeste aussi un intérêt marqué pour les enjeux de politique environnementale et climatique.

Continuer la lecture

Genève

La voirie de la Ville active son dispositif neige et verglas

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

La neige et les basses températures incitent les autorités municipales à activer le dispositif hivernal jusqu'à la fin mars. Une centaine de collaborateurs et collaboratrices sont mobilisables 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. 

La voirie de la Ville de Genève active son dispositif hivernal jusqu’au printemps. Les basses températures qui s’annoncent et la possible survenue de la neige en fin de semaine motivent les autorités municipales à activer leur dispositif. Un dispositif qui s’étend sur les 220 km de routes et les 440 km de trottoirs et de chemins piétonniers. Une centaine de collaborateurs et de collaboratrices sont mobilisables 7 jours sur 7 et 24h sur 24 jusqu’à la fin mars.

Moyens d’intervention

Au niveau des moyens d’intervention : une quarantaine de véhicules dont une trentaine de petits engins destiné aux arrêts TPG et aux trottoirs son mobilisables. A cela s’ajoutent une dizaine de poids lourds équipés de lames et de saleuses pour traiter les grands axes et les voies des transports publics genevois. Les camions sont équipés de sondes thermiques qui permettent d’optimiser l’épandage, ce qui permet de limiter le coût et l’impact environnemental.

Permanence météo

Les relevés des stations de contrôle climatologiques réparties sur le territoire de la Ville et les bulletins météorologiques sont consultés en permanence pour prévoir gel et épisodes neigeux. Le responsable peut déclencher l’alerte très rapidement en coordination avec les acteurs privés et cantonaux.

Citoyens appelés à collaborer

Au surplus, la Ville de Genève compte aussi sur la collaboration des concierges d’immeubles et des locataires d’arcades qui sont invités à déblayer la neige devant les immeubles. Les citoyens sont priés eux de s’équiper de pneus d’hiver afin d’éviter de paralyser le trafic en cas de fortes chutes de neige. Autre recommandation, se parquer correctement pour faciliter le passage des lames à neige. Idem pour les deux roues qui ne doivent pas se parquer sur la chaussée, pour les mêmes raisons.

Continuer la lecture