Rejoignez-nous

Actualité

NL: Genève tombe avec les honneurs

Publié

,

le

Robert Mayer battu après 118 minutes de jeu (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève-Servette est en vacances après s’être incliné 3-2 après trois prolongations lors du 6e acte des quarts de finale des play-off. Un match débloqué par Mark Arcobello au terme de 117’44 de jeu.

Mark Arcobello a soulagé son club, sa ville et presque tous les spectateurs présents aux Vernets. Le but de la délivrance est tombé en toute fin de troisième prolongation, à la 118e minute, un record dans l’histoire du hockey suisse. Il a fallu un goal consécutif à un lob d’un défenseur bernois mal négocié par la défense genevoise pour qu’Arcobello ajuste la lucarne de Mayer et délivre tout le monde. Tout le monde car même le public grenat devait être content de rentrer à la maison juste avant une heure du matin.

« On a des regrets mais beaucoup de fierté, a lâché Goran Bezina au micro de la RTS. Tout se joue sur un lob et un mauvais rebond dans notre zone. On s’est ajusté tactiquement et on leur a posé des problèmes. On a tout donné. On a fait preuve de courage et d’énergie. Au final, ça s’est joué sur des détails. »

Avant ces trois périodes de prolongation, Genève-Servette avait réussi un nouveau miracle. Imaginez une formation, privée de son meilleur défenseur et menée de deux buts à une minute de la fin du troisième tiers, qui revient au score en seize (!) secondes après avoir rappelé Robert Mayer sur le banc au profit d’un sixième joueur de champ. Imaginez aussi que c’est la quatrième fois en six parties de play-off face à Berne que Genève parvient à le faire. On appelle cela la force de caractère. En parvenant à arracher la huitième place et une participation aux play-off lors d’une dernière semaine de saison régulière complètement folle, les Aigles ont jeté les fondations d’un groupe qui repousse les limites du courage.

Les deux buts en toute fin de troisième tiers sont venus de la crosse des étrangers Wingels et Winnik, suspendus à l’occasion du cinquième acte. Et ces goals étaient parfaitement mérités parce que le GSHC a ennuyé les Ours en mitraillant la cage de Genoni. Et aussi en muselant les meilleurs artificiers adverses.

Que celui qui pense que Chris McSorley n’a pas une touche magique se lève? Il ne devrait pas y avoir énormément de monde debout. On sait que l’Ontarien est un motivateur hors pair, il l’a encore prouvé avec un morceau de bravoure exceptionnel livré par une équipe qui a arraché la page du dictionnaire où l’on trouve le verbe abandonner.

Mais il se peut que le Canadien ne soit plus sur le banc la saison prochaine. Et ça ce serait un sacré vide pour Genève, mais aussi pour le hockey suisse.

Berne de son côté attend son adversaire pour le début des demi-finales mardi. Si Lausanne gagne samedi, les Ours affronteront Bienne. Si c’est Langnau qui s’impose, le SCB se frottera aux Tigres dans un nouveau « Tatzenderby » nettement plus animé que celui du Stade de Suisse début janvier.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Première réunion du nouveau comité de pilotage pour la patinoire

Publié

le

La fin du GSHC aux Vernets se rapproche lentement mais surement

Le projet de nouvelle patinoire a connu une petite avancée la semaine dernière avec une réunion du Comité de pilotage (CoPil) du projet.

Forcé de repartir de zéro suite à la nouvelle répartition des département, le CoPil a émis le préavis de ne se concentrer que sur l’emplacement de Trèfle-Blanc. En résumé, sous réserve d’un total renversement de situation venant du Conseil d’Etat, tout autre projet (emplacement de la voirie, parking des Vernets etc.) serait laissé tomber. Les explications du Conseil d’Etat à la tête du Département de la cohésion sociale Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

Le dernier projet en date est celui proposé par Olivier Plan, un projet 100% privé. Pour autant, le CoPil n’a pas encore retenu de modèle économique qui sera proposé au gouvernement genevois

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

« Il y aura un appel d’offres »

Cette première réunion du CoPil constitue donc une avancée dans ce dossier tortueux. Une avancée qui permet de formaliser: même si le projet d’Olivier Plan est actuellement le seul publiquement connu, un appel d’offres aura lieu pour cette nouvelle patinoire.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Affaire à suivre…

 

 

Propos recueillis par Marie Prieur

Texte web: Sébastien Telley

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon du Livre vous embarque dans son tram littéraire

Publié

le

C’est une nouveauté de l’édition 2019 du Salon du Livre.

Le vendredi 3 mai entre 18h et 19h, un apéritif sera servi dans l’un de ces anciens trams que vous avez probablement déjà vu passer si vous êtes un habitué du centre-ville genevois.

In vino veritas

Des vins de la région et des auteurs exclusivement suisses seront présentés. L’occasion de découvrir de la bonne littérature dans un environnement original. C’est en effet l’un des objectifs du Salon cette année : faire dialogue les lettres avec toutes les autres formes d’art, et sortir de la simple enceinte de Palexpo. Les places sont évidemment limitées, donc il faudra se dépêcher pour profiter de cette belle promenade.

Pour réserver vos places, c’est par ici.

Continuer la lecture

Actualité

Deuxième pique-nique géant pour le climat à Lausanne

Publié

le

Une nouvelle manifestation écologiste a eu lieu ce vendredi à Lausanne. Les militants d’Extinction Rebellion ont bloqué le Grand-Pont cette fois-ci, entre 12h15 et 13h15, pour un pique-nique géant. 350 personnes rassemblées, selon les manifestants, 250 selon la police.

Quoiqu’il en soit, cette deuxième action de la semaine dans la capitale vaudoise a davantage mobilisé que la première, lundi, sur le Pont Chauderon. Une manifestation dans le même esprit que la première : désobéissance oui, mais dans le calme.

Réactions sur le Grand-Pont

Continuer la lecture

Actualité

Ma vie courbettes : le dernier spectacle de Laurent Deshusses

Publié

le

Laurent Deshusses présente son nouveau spectacle au Théâtre Casino de Genève du 2 au 17 février : Ma vie de courbettes. Le jeu de mot est un hommage au film célèbre de Claude Barras. Laurent Deshusses a plus de 30 années de création et réalisation à son actif. En 1995, il écrit et joue la série « Les Gros Cons » qui totalise plus de 14 millions de vues sur les réseaux sociaux. En 2009, il crée et joue dans « Photo sévices », qui obtient le meilleur audimat pour les séries produites par la RTS.

Pour ce One Man Show, il s’est associé à Pierre Naftule, son partenaire de longue date.
Les représentations auront lieu mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi, samedi et dimanche à 19h.
Pour la billetterie, c’est ici.

Il était présent dans les studios de Radio Lac pour un entretien avec Benjamin Smadja :

Continuer la lecture

Actualité

Pâques : les coulisses de la chocolaterie Cailler

Publié

le

Nous sommes à la veille du week-end de Pâques !

Avec Noël, Pâques est la période du chocolat. Depuis deux mois, les oeufs et les lapins sont présents dans les magasins et chez les artisans. Le lapin est un peu plus difficile à confectionner qu’un oeuf et la main de l’homme reste nécessaire pour qu’un lapin ressemble à un lapin. A la maison Cailler de Broc en Gruyère, Marie Prieur est allée demander les secrets maison aux chocolatiers.

Les chocolatiers Cailler Les secrets de confection des lapins de Pâques

Le monsieur lapin porte des petits gants et ce qui est le plus fou pour les amoureux de chocolats, c’est le robinet !
Il y a un robinet avec du chocolat qui coule en continu.

Et puis Pâques, ce sont aussi les cloches

Et les cloches sont plus nombreuses en Suisse au cou des vaches que dans les clochers des églises mais quelque soit l’usage, le procédé de fabrication reste le même et c’est une tradition qui se perd.
Les fondeurs de cloches suisses se comptent sur les doigts des mains. En Valais par exemple, il n’en reste qu’un à Champéry, son père lui a enseigné le métier. Il s’appelle Hugues Perrin, il va lui aussi nous révéler ses secrets de fabrications.

Hugues Perrin Fondeur de cloches

Ce qui est fou c’est que les éleveurs de vaches ne représentent que 10% de sa clientèle. Ce sont avant tout des cadeaux, on s’achète une cloche pour se faire plaisir ou on en offre une. Parmi les clients réputés, le champion de rallye français Sébastien Loeb qui s’installe bientôt au bord du lac et l’ancien ministre Yohan Schneider-Amman.

Continuer la lecture