Rejoignez-nous

Actualité

Ouverture virtuelle du salon horloger Watches and Wonders

Publié

,

le

Photo illustration KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le salon horloger Watches and Wonders Geneva débute ce mercredi sous forme virtuelle dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus. Quelque 38 marques horlogères, actives surtout dans le haut de gamme, présenteront du 7 au 13 avril leurs nouveautés.

Réunissant nombre de maisons horlogères prestigieuses telles que Rolex, Patek Philippe, Cartier et Tag Heuer, le salon représente pour le moment l’événement principal du secteur en 2021, faute de concurrent de taille.

HourUniverse, l’ex-Baselworld, prévoit une manifestation physique cet été. Mais peu d’informations sont encore disponibles sur la foire qui pourrait rassembler les autres marques horlogères. Les trois horlogers suisses Hublot, Bulgari et Zenith du groupe français LVMH ont pour leur part organisé la LVMH watch week en janvier, mais prendront également part au salon genevois.

Watches and Wonders Geneva se tiendra dans un contexte de reprise, le secteur horloger ayant énormément souffert de la crise sanitaire l’année dernière. Outre la fermeture des manufactures au plus fort de la pandémie, les marques ont dû faire face au quasi-arrêt de leur réseau de distribution et à l’absence de touristes, un moteur-clé de l’industrie du luxe en général.

En 2020, les exportations horlogères, un indicateur important de la santé du secteur, ont chuté de 21,8% à 16,98 milliards de francs, une contraction comparable à celle observée lors de la crise financière en 2009.

La banque Vontobel prévoit pour 2021 une progression de 18% des envois à l’étrangers du secteur horloger, mais les analystes de l’établissement zurichois pensent que les niveaux d’avant-crise ne seront pas atteints avant 2023.

Rolex, après avoir accusé un repli des ventes moins important que nombre de marques horlogères helvétiques, a renforcé ses parts de marché l’année dernière à 25%, détrônant ainsi le groupe Swatch qui détient 22% des parts, selon les estimations de Vontobel.

Le genevois Richemont, dont toutes les marques participent au Watches and Wonders, compte pour 17% des parts de marché et LVMH pour 7%, tandis que le reste de la branche se partage les 29% restants.

La Chine continentale pour sa part est devenue pour la première fois le marché d’exportation le plus important, passant devant Hong Kong qui détenait cette place depuis 2008.

Front uni

Les 23’000 visiteurs virtuels attendus ces dix prochains jours, constitués de détaillants, journalistes et clients finaux, pourront participer à environ 500 conférences de presse, 400 présentations de produits et de nombreux échanges sur les thèmes qui préoccupent la branche.

Les discussions sur le format que prendra l’édition Watches and Wonders Geneva de l’année prochaine, et les exposants qui peuvent ou veulent y participer, sont déjà en cours.

« Elle devrait être hybride, donc physique et en ligne », confie à AWP Julien Tornare, le directeur général de la marque locloise Zenith. Le dirigeant espère qu’un grand nombre de marques pourront y prendre part.

« Pour l’intérêt de l’industrie horlogère suisse, nous avons besoin d’une grande manifestation à Genève, notamment pour faire face à la concurrence. Et pour y arriver il faut mettre de côté les intérêts de chaque marque et nous montrer uni », poursuit-il.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto, le jackpot sera de 4,7 millions de francs (image d'illustration). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n’a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 7, 9, 18, 36, 40 et 41. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 4 et le Joker le 599159.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 4,7 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La fête fédérale de hornuss n’aura pas lieu

Publié

le

La fête fédérale de hornuss aurait dû se tenir fin août dans le canton de Berne (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

La 39e fête fédérale de hornuss n’aura pas lieu. Les risques financiers et les obligations vis-à-vis des partenaires, des sponsors et des bénévoles ne pouvaient plus être calculés, ont annoncé samedi le comité d’organisation et la fédération suisse de hornuss.

La manifestation aurait dû avoir lieu du 20 au 29 août à Thörigen/Bleienbach (BE). Même en réduisant la voilure et en se limitant strictement au programme sportif, il fallait compter avec un millier de personnes par jour, mais on ignore quand le Conseil fédéral autorisera une telle ouverture, ont précisé les organisateurs.

La fête fédérale a lieu tous les trois ans. La prochaine édition est prévue en 2024 à Höchstetten (BE).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Retard de livraison de vaccins: Berne tire sur l’OFSP

Publié

le

Le canton de Berne veut que la responsabilité des livraisons de vaccin soit retirée à l'OFSP et confiée à des professionnels de l'économie. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Le conseiller d’Etat bernois Pierre Alain Schnegg est fâché: il dénonce un nouveau retard de livraison de vaccins de Moderna. « Le Conseil fédéral doit retirer ce dossier à l’OFSP pour le confier à des pros de l’industrie ». Pour l’OFSP, des solutions existent.

Dans un tweet publié samedi, M. Schnegg rappelle que la Confédération a demandé jeudi aux 26 cantons d’augmenter la cadence de la vaccination. « Et vendredi on les informe que la livraison ne se fait pas ».

Selon le communiqué de la direction de la santé du canton de Berne de samedi, la Confédération a informé vendredi soir que seule une petite partie de l’importante livraison de vaccins Moderna lui était parvenue. Et d’ajouter: « le canton de Berne est très déçu que la promesse de livraison n’ait pas été tenue ».

Centaines de milliers de doses

Interrogé par Keystone-ATS, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) confirme que la Suisse n’a reçu que 70’000 doses de vaccin, les 280’000 doses restantes devant lui parvenir la semaine prochaine. Il reconnaît que ce nouveau retard est « agaçant » et qu’il affecte la stratégie de la vaccination de la Confédération.

L’OFSP assure être immédiatement intervenu auprès de Moderna pour qu’au moins une partie de la livraison lui parvienne. Il cherche avec les cantons des solutions pour éviter que les rendez-vous fixés ne doivent être reportés.

L’office fédéral souligne que des centaines de milliers de doses non utilisées se trouvent encore en Suisse et que le canton de Berne a lui aussi des réserves. En outre, selon les recommandations de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV), la seconde dose peut être administrée jusqu’à huit semaines après la première.

L’important, c’est que les doses soient rapidement administrées, souligne-t-il. Et d’avertir qu’il faudra encore compter avec de telles fluctuations à l’avenir, tout en précisant que les délais de livraison exacts sont indépendants de sa volonté.

Calendrier à adapter

Le canton de Berne demande à la Confédération de réorganiser ses ressources en personnel et de transférer aux spécialistes des milieux économiques la responsabilité du programme de livraison afin d’en garantir une gestion professionnelle à la place de l’OFSP.

Ce retard intervient un jour après une rencontre des directeurs cantonaux de la santé avec le conseiller fédéral Alain Berset et l’OFSP. A cette occasion, il avait été instamment demandé aux cantons de ne plus garder la seconde dose en réserve, écrit le canton dans son communiqué.

Et de poursuivre: le canton de Berne sera néanmoins en mesure de respecter la semaine prochaine tous les rendez-vous de vaccination prévus. Il continuera de développer ses capacités de vaccination, mais adaptera son calendrier à partir du 26 avril aux nouvelles circonstances.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les CFF biffent 130 à 150 emplois temporaires

Publié

le

Les CFF veulent confier les travaux de nettoyage au personnel maison dans les gares les plus fréquentées (archives). (© KEYSTONE/Ti-Press/PABLO GIANINAZZI)

Les CFF vont supprimer 130 à 150 emplois temporaires de nettoyage. Ils vont créer dans ce secteur 30 à 50 postes pour leurs employés. Ils entendent utiliser leur propre personnel dans les gares les plus fréquentées.

Le projet de réorganisation en cours doit être réalisé entre mi-2022 et fin 2023, a indiqué samedi un porte-parole des CFF à Keystone-ATS, confirmant une information de la Schweiz am Wochende. Tous les employés internes conservent leurs places et aucun emploi n’est supprimé.

Le personnel des CFF s’occupera des travaux de nettoyage dans les gares fréquentées par plus de 80% des voyageurs. Les gares à plus faible fréquentation et autres installations seront prises en charge par du personnel externe.

Mais les CFF auront alors besoin de moins de personnel externe. Tous les employés temporaires recevront une offre pour un emploi fixe, selon le porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les animaux sauvages doivent être interdits dans les cirques

Publié

le

Les animaux sauvages souffrent de conditions d'hébergement et de soins inadéquats, ainsi que des transports constants. (© KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/STR)

A l’occasion de la Journée mondiale du cirque, les organisations de protection des animaux « Quatre pattes », Pro Tier et Tier im Recht demandent que les animaux sauvages y soient interdits en Suisse. Les conditions au quotidien y sont en effet inadaptées pour eux.

Bien que la Suisse soit considérée comme un pays progressiste en matière de bien-être animal, il n’y existe aucune réglementation légale interdisant les animaux sauvages dans les cirques, relève samedi un communiqué des trois organisations de protection des animaux.

Selon ce communiqué, 31 pays européens appliquent déjà des interdictions ou des restrictions de grande ampleur. En Suisse, en l’absence de réglementation légale, il revient aux sociétés de cirque de décider si des animaux sauvages doivent se produire dans leurs spectacles.

Selon la biologiste Gabriela Gschwend, de la Fondation pour les animaux dans le droit, plus de 1000 cirques sillonnent l’Europe, dont beaucoup encore avec des animaux sauvages.

Or ces derniers souffrent de conditions d’hébergement et de soins inadéquats, ainsi que des transports constants, constate la biologiste. En particulier, les animaux manquent de possibilités de retraite et d’occupation dans des véhicules de transport exigus. Ils manquent également d’espace pour assouvir leurs besoins naturels.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture