Rejoignez-nous

Actualité

Le cancer de l’ovaire : ses symptômes et traitements

Publié

,

le

Le cancer de l’ovaire, une maladie qui, comme son nom l’appelle, se développe au niveau de l’ovaire au niveau des trompes, plus précisément. C’est une maladie qui est très mal connue, alors que c’est, parmi les cancers gynécologiques la première cause de mortalité chez la femme, car le problème c’est que c’est un cancer qu’on découvre souvent très tard.

Il n’y a pas de dépistage ?

Il n’existe pas de dépistage fiable à l’heure actuelle, il faut donc faire attention aux symptômes.

Les symptômes qui sont des douleurs abdominales.

Exactement, tout le monde a mal au ventre de temps en temps mais là si la douleur persiste plus de trois semaines ce n’est pas normal, il faut consulter son médecin. Souvent c’est une maladie qui survient après la ménopause et qui touche les femmes autour de 60, 70 ans. Il existe tout de même des moyens de la prévenir.

Il y a aussi des facteurs protecteurs qu’il est important de connaître. Par exemple, la pilule contraceptive permettrait aussi de diminuer le risque de cancer de l’ovaire.

Le problème également c’est qu’actuellement le cancer de l’ovaire n’est pas une maladie qui est prioritaire dans le domaine de la recherche. à investir dans la recherche pour permettre de guérir de cette maladie. Ce serait trouver un marqueur ou un examen qui permette de détecter la maladie à un stade précoce.

C’est vrai que l’on parle beaucoup du cancer du sein mais moins du cancer de l’ovaire !

Non c’est vrai qu’on en parle moins. Après les célébrités peuvent jouer un rôle, on l’a vu avec Angelina Jolie en ce qui concerne le cancer du sein. Il y a eu toute une émulsion suite à sa déclaration, ensuite les gens se sont penchés sur cette maladie, ont investi dans la recherche ce qui fait qu’aujourd’hui on ne meure presque plus d’un cancer du sein..

Angelina Jolie qui a aussi parlé du cancer de l’ovaire tout comme l’ancien président américain Barack Obama qui l’a mentionné plusieurs fois dans la présentation de son plan de réforme de la santé. Puisque sa mère en est décédée à 52 ans.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Défaite amère pour Lausanne, Bâle se réveille

Publié

le

Le Luganais Mijat Maric (à l'arrière plan) vient de marquer le 1-0. Son coéquipier Joaquin Ardaiz exulte. (© Keystone/KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

Lausanne est rentré bredouille de son déplacement à Lugano (0-1) en Super League. Lucerne a fait les frais du réveil du FC Bâle, vainqueur 4-3 en Suisse centrale au terme d'un match échevelé.

Malgré une large domination en deuxième mi-temps, Lausanne-Sport s'est incliné 1-0 sur la pelouse de Lugano. Un but de Mijat Maric suite à un corner en 1re mi-temps a suffi au bonheur des Tessinois.

Fort de ce succès, Lugano occupe la deuxième place du classement et ne peut être dépassé que par Servette, qui se déplace dimanche à Zurich.

Fidèle à leur habitude, les hommes de l'entraîneur Mauricio Jacobacci ont fait le plus dur avec l'ouverture du score. Le défenseur Maric a su tendre son pied pour détourner un corner de Reto Ziegler dans la cage de Diaw (18e).

Ensuite, les Tessinois se sont recroquevillés en défense où Sébastian Osingwe, appelé de dernière minute pour suppléer Baumann, a réussi quelques parades décisives. Sur une tête de Jonathan Bolingi, le portier luganais a plongé pour détourner la balle sur son poteau (78e). Mais la meilleure opportunité vaudoise fut l'oeuvre de... Mory Diaw. Le gardien lausannois est monté dans les arrêts de jeu et sur corner il a repris la balle de la tête qui est juste passée au-dessus de la transversale.

Cette dernière occasion illustrait le manque d'adresse à la finition des joueurs de Giorgio Contini, qui ont plutôt fait un bon match en deuxième mi-temps.

Lugano a le vent en poupe. Au soir de la 24e journée, les Tessinois occupaient la 8e place. Au cours des quatre matches suivants, ils ont accumulé dix points pour se retrouver deuxièmes au moins pour une nuit. Un style pas toujours chatoyant mais diablement efficace.

Une tornade de 8 minutes

Longtemps, le FC Bâle a semblé pouvoir dominer Lucerne pour la deuxième fois en quatre matches. Un coup de tornade de huit minutes où les Rhénans ont inscrit trois buts par Males et Zhegrova deux fois entre les 14e et 22e minutes leur a permis de mener 3-1. Mais les Bâlois n'ont pas encore gommé tous leurs défauts moins d'une semaine après le départ de l'entraîneur Ciriaco Sforza.

Les Lucernois sont parvenus à revenir grâce à Ndiaye (64e) alors que le capitaine Pascal Schürf avait vu son penalty retenu par Lindner à la 51e. Après un poteau de l'ancien Servettien Varol Tasar (73e), l'arbitre accordait un nouveau penalty aux hommes de Fabio Celestini pour une faute de main de Kasami, contrôlé avec la VAR. Cette fois-ci, l'Autrichien Louis Schaub ne manquait pas la cible pour un doublé puisqu'il avait déjà ouvert le score dès la 3e minute.

La fin de la partie était complètement folle. Les deux équipes ont cherché le k.-o. C'est finalement Arthur Cabral qui a trouvé la faille à la 93e minute sur une passe de Petretta.

Le nouvel entraîneur Patrick Rahmen a donc fêté ses débuts par un succès qui empêchera les Young Boys d'être sacrés ce week-end.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Olympic bat enfin les Lions

Publié

le

Sean Barnette (3) et Olympic ont battu Genève samedi (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Olympic a enfin battu Genève cette saison.

Les Fribourgeois sont allés s'imposer 82-75 au Pommier samedi, infligeant aux Lions leur deuxième défaite dans ce championnat 2020/21 de LNA. Les deux équipes se retrouveront en finale de la Patrick Baumann Swiss Cup, le 8 mai à Fribourg.

Battu par ses grands rivaux lors des trois premiers duels livrés cette saison (deux fois en championnat puis en demi-finale de la SBL Cup), Olympic a forcé la décision à l'entame du troisième quart. Un partiel de 12-3 a permis aux hommes de l'entraîneur Petar Aleksic de prendre 19 longueurs d'avance à la 23e (47-28).

Les Lions du coach Andrej Stimac, dont la seule défaite de la saison avait été subie le 9 décembre à Massagno, ont accusé jusqu'à 21 points de retard (54-33 à la 26e) avant de réagir. Ils ont pu revenir à 3 points à 1'42'' du "buzzer" (75-78) après un panier primé de Timothy Derksen, mais n'ont pas pu renverser la vapeur.

Deuxième du classement, Massagno est revenu à deux longueurs des Lions grâce à son succès obtenu à Nyon (82-63). Dusan Mladjan et ses équipiers conservent une marge de six unités sur Olympic (3e), qu'ils accueilleront samedi prochain. Le dernier match de la soirée a vu Lugano dominer les Starwings 95-86.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto ce samedi (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 6, 7, 8, 12, 32 et 38. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 6 et le Joker 148614.

Lors du prochain tirage samedi, 3,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La police disperse un rassemblement à Altdorf (UR)

Publié

le

La police a fait face samedi après-midi à plusieurs centaines de manifestants opposés aux mesures anti-Covid à Altdorf (UR). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La police a dispersé samedi après-midi à Altdorf un rassemblement non autorisé de plusieurs centaines d'opposants aux mesures anti-Covid. La situation s'est quelque peu tendue avec un groupe de sonneurs de cloches près du monument de Guillaume Tell.

Les manifestants s'étaient retrouvés peu avant midi dans le chef-lieu uranais. Certains portaient de petites pancartes, la plupart se tenant autour du monument. Les forces de police, venues de plusieurs cantons et préparées à une intervention, leur ont demandé à plusieurs reprises de quitter les lieux et ont annoncé des contrôles d'identité.

Les manifestants - au nombre de 500, selon la police - ont quitté la place après quelques huées puis sont revenus peu après. Vers 14h00, une colonne de manifestants masqués et habillés de noir est apparue. "Nous pleurons la liberté", pouvait-on lire sur un panneau. Un haut-parleur diffusait le Requiem de Mozart.

Ultimatum

La police a alors lancé un ultimatum, exigeant la dispersion du rassemblement dans les deux minutes. La plupart ont obtempéré, mais un petit groupe est resté sur place et s'est fait contrôler par la police.

La manifestation n'en était pas pour autant finie: un groupe de sonneurs de cloches s'est réuni autour du monument de Tell sous les applaudissements de la foule. Les forces de l'ordre ont alors fait usage de gaz lacrymogène et l'ambiance s'est tendue.

Les protestataires se sont ensuite rendus dans une ferme à l'extérieur de la localité, où les organisateurs avaient à l'origine prévu un rassemblement.

Personne n'a été arrêté, a indiqué la police uranaise en tirant son bilan. Des mesures d'éloignement notamment ont été prises contre quelque 180 personnes. Deux personnes qui n'ont pas respecté ces mesures ont été dénoncées. Il n'y a pas eu de dégâts.

Accès à la ville contrôlés

Les opposants aux mesures anti-Covid avaient lancé des appels à une grande manifestation samedi à Altdorf. Ils espéraient 10'000 personnes. Mais les autorités uranaises n'ont pas autorisé le rassemblement, car l'obligation à porter le masque est difficile à faire respecter dans ce genre d'occasion.

En dépit de l'interdiction, il y a eu des appels à manifester. La police a donc procédé à des contrôles sur les routes d'accès à Altdorf ainsi que dans les transports publics. Une centaine d'expulsions ont été prononcées.

Le canton d'Uri connaît en ce moment un taux d'infection au Covid-19 très élevé. Le gouvernement cantonal avait qualifié vendredi la situation épidémiologique de "préoccupante".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes

Publié

le

Le président de la Conférence des directeurs de justice et police Fredy Fässler (SG) est d'avis qu'il faut impliquer mieux les jeunes dans les décisions sur le Covid (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes, estime le président de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP). Ils ont leur mot à dire dans la crise du Covid.

"On n'a jusqu'à présent pas parlé avec les jeunes", a reconnu Fredy Fässler, conseiller d'Etat saint-gallois (PS) en charge de la police, dans une interview à l'émission "Samstagrundschau" de la radio SRF. Il est d'avis qu'ils devraient être à l'avenir davantage impliqués dans la recherche de solutions.

Les affrontements à St-Gall durant le week-end pascal ont marqué les esprits. La police n'a pas pour tâche de régler les problèmes sociétaux; elle est là pour assurer la paix et l'ordre, a souligné le responsable. Pour lui, il faut étudier avec les jeunes comment il est possible de surmonter les deux-trois mois à venir pour maintenir le taux d'infection sous contrôle.

Règles spéciales?

Quant à savoir comment, la question est ouverte. Il n'exclut pas des règles spéciales pour les jeunes dans le respect des prescriptions en vigueur. "Les jeunes ont des envies différentes des personnes de 50 ans, ils veulent se rencontrer et s'amuser", note M. Fässler.

Il s'agit pour tous ceux qui sont impliqués avec les jeunes de trouver des solutions créatives qui aillent dans le sens de ce qu'ils demandent. Le Conseil fédéral est aussi appelé à agir en conséquence.

Avec tout le monde, selon Karin Keller-Sutter

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a déclaré samedi sur les ondes de la SRF que le gouvernement cherchait le dialogue avec tout le monde, y compris les jeunes. "C'est important", selon elle.

Fredy Fässler a lui souligné l'importance de consulter les cantons, comme la loi sur les épidémies le prévoit en cas de situation particulière. L'avis de ceux-ci n'a pas toujours été écouté, estime-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture