Rejoignez-nous

Actualité

La Villa La Grange accueillera les présidents américain et russe

Publié

,

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

La décision officielle est tombée et elle vient de la Chancellerie. Le rencontre entre Biden et Poutine aura bien lieu à la Villa La Grange. La Ville de Genève se dit honorée. L'interview de Sami Kanaan.

C'est désormais officiel, la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine aura bien lieu à la Villa La Grange le 16 juin. Une nouvelle qui n'est pas franchement une surprise au vu des préparatifs de ces derniers jours et compte tenu de la décision de bloquer tout le périmètre de la rade prise par le Conseil d'Etat mercredi. La Villa La Grange est la propriété de la Ville de Genève, elle ferait l'objet d'un gros coup de nettoyage depuis quelques jours et elle a été vidée de tous ses meubles. C'est confirmé: en vue du sommet du 16 juin.

Pour Serge Dal Busco, accueillir ce sommet est source de joie pour Genève. Ecoutez le président du Conseil d'Etat genevois.

Serge Dal BuscoPrésident du Conseil d'Etat genevois

Réaction de Sami Kanaan

De son côté, la Ville de Genève, propriétaire des lieux, a réagi dans un communiqué. Elle se dit honorée de ce choix. Le Conseil administratif espère que les échanges entre Vladimir Poutine et Joe Biden seront "fructueux et constructifs". L'interview de Sami Kanaan, le Conseiller administratif chargé des relations internationales en Ville de Genève.

Sami KanaanConseiller administratif chargé des relations internationales et de la culture

Pas moins de 13 services municipaux ont travaillé d'arrache-pied pour offrir les meilleures conditions d'accueil aux deux délégations. Le Conseil administratif regrette en revanche les désagréments que "ces travaux peuvent engendrer et remercie la population de sa compréhension".

Longue tradition d'accueil pour la Villa

L’histoire du domaine de La Grange, donné à la Ville de Genève en 1917 par son dernier propriétaire, William Favre, se confond avec l’histoire de Genève depuis le 18e siècle. La Villa fut habitée par des familles patriciennes qui n’ont cessé de l’embellir au cours du temps. Elle servit d’écrin discret à nombre d’invités prestigieux qui ont forgé le destin international de Genève et ont fait d’elle un symbole d’hospitalité et d’accueil.

Lieu d’exception situé au milieu du parc, la Villa La Grange abritera le mercredi 16 juin 2021 la rencontre entre les présidents américain et russe, 36 ans après une autre rencontre historique à Genève, celle entre le président américain Ronald Reagan et l'ancien chef de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev à Genève. Cette rencontre avait eu lieu à Versoix, dans une autre maison de maître, vendue depuis.

Trente ans plus tôt, en 1955, Genève avait déjà été le lieu d’une réunion historique, celle dite des « Quatre Grands ». Pour la première fois depuis 1945, les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale – les Etats-Unis, l’URSS, la France et la Grande-Bretagne – acceptaient de se réunir à Genève, sous l’égide des Nations Unies, pour évoquer la paix et la sécurité.

 

 

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. PL

    10 juin 2021 à 9 h 31 min

    C'est n'importe quoi ! Nous avons un palais des Nations qui est équipé et protégé ! Pourquoi, nous encrasser la vie en bloquant les accès à la ville et notamment les Eaux-Vives qui fait partie de NOTRE patrimoine. Nous perdons déjà bien assez avec les économies d'impôts que font les fonctionnaires liés au Corps Diplomatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une centaine d'Ukrainiens ont vécu leur première rentrée à l'UNIGE

Publié

le

Assiia Bala, étudiante à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE. Ⓒ Miguel Hernandez

À l’Université de Genève, 110 étudiants ukrainiens ont vécu leur première rentrée académique. Un moment partagé entre enthousiasme et incertitudes.

À Genève, voilà une semaine que les étudiants de l’UNIGE ont repris le chemin des cours. Une rentrée particulière pour les 110 étudiants ukrainiens qui ont rejoint les bancs de l'Université genevoise. Dix d'entre-eux sont des étudiants réguliers, les 100 autres sont inscrits au programme d'intégration Horizon académique. Proposé par l'Université depuis 2016 pour les étudiants extra-européens, il a été mis en place avec le concours du Bureau de l’intégration des étrangers du Canton. Un programme qui a beaucoup aidé Assiia Bala, étudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Assiia Bala, 19 ans, était inscrite à l'Université de Kiev, mais a dû fuir le pays en raison du conflit. Arrivée à Genève le 28 février dernier, son intégration s'est bien passée.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

À lire aussi: L'Université accueille les premiers étudiants ukrainiens

Incertitudes

Passionnée de langues, Assiia parle français, russe, anglais et ukrainien. Si elle est contente de débuter son cursus universitaire, quelques incertitudes demeurent. Notamment en ce qui concerne son avenir.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Continuer la lecture

Suisse

Près de trois quarts des Suisses en faveur d'une nouvelle "expo"

Publié

le

Le monolithe de l'Arteplage de Morat avait été l'une des attractions phares d'Expo.02. Un sondage indique que 79% de la population suisse souhaite qu'une partie des projets de la future exposition nationale reste en place après la fin de la manifestation. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Quelque 74% des Suisses sont favorables à une nouvelle exposition nationale. C'est ce qu'indique lundi un "sondage représentatif" mené auprès de 1027 personnes de 15 à 79 ans, par l'institut intervista, sur mandat de "Nexpo - la nouvelle expo".

Près de deux tiers des sondés (62%) souhaitent que la manifestation "contribue à améliorer la cohésion entre les Suisses" et 61% qu'elle "favorise la découverte de régions suisses encore méconnues", précise Nexpo dans un communiqué. En revanche, la promotion de l'image du pays n'est importante que pour 33% de l'échantillon.

Parmi les personnes en faveur de la manifestation, 79% souhaitent que "la population soit impliquée dans son organisation". Une même proportion des sondés aimerait qu'une partie des projets reste en place après la fin de la manifestation, tandis que 83% d'entre eux se disent en faveur d'une expo "climatiquement neutre".

Les sondés souhaitent également que la prochaine exposition revienne moins cher qu'Expo.02, qui avait coûté 1,58 milliard de francs. Un cinquième d'entre eux souhaite même qu'elle n'engendre "pas de coûts du tout".

"Ce sondage nous permet d'affiner notre concept", a déclaré Christina Hanke, directrice commerciale de Nexpo, qui prépare actuellement son dossier de candidature. Plusieurs projets ont actuellement pour objectif d'organiser une exposition nationale en 2027 ou dans les années suivantes. "Nexpo - la nouvelle Expo" est l'initiative des dix plus grandes villes de Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Zurich Insurance projette de s'implanter sur le marché indien

Publié

le

Le groupe Zurich Insurance, dirigé par Mario Greco, a des ambitions en Inde (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le groupe Zurich Insurance veut étendre au marché indien sa présence dans l'assurance dommages.

Dans le cadre d'une procédure de faillite, l'entreprise a fait une offre conjointe avec Primal Group pour reprendre l'indien Reliance General Insurance, a rapporté "The Economics Times" dans son édition dominicale.

Selon le journal économique indien, les deux partenaires se seraient portés acquéreurs chacun de la moitié de la société. Le délai pour la remise d'offres fermes pour la filiale financière du plus gros conglomérat industriel privé indien court encore jusqu'au 30 octobre.

L'assureur zurichois a confirmé lundi à AWP avoir déposé une offre en vue de l'acquisition d'une participation, précisant cependant que les conditions d'une éventuelle transaction faisaient encore l'objet de négociations et qu'il n'y avait aucune garantie que celle-ci aboutisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les maçons vont faire grève en novembre à Genève

Publié

le

Les maçons genevois avaient déjà fait grève en octobre 2018. Ils feront à nouveau grève les 7 et 8 novembre prochain pour protester contre le démantèlement de leurs conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les relations sociales se durcissent dans le secteur de la construction. Les maçons ont voté deux jours de grève sur les chantiers, les 7 et 8 novembre prochains, annoncent lundi les syndicats. Ils exigent de meilleures conditions de travail.

Les maçons genevois s'opposent au nouveau modèle d'organisation du travail voulu par la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Selon les syndicats, cette flexibilisation du temps de travail constituerait "un recul social" et une "atteinte grave à la santé et la sécurité des travailleurs".

Pour la SSE, ce modèle permettrait au contraire un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les négociations menées jusqu'à présent en vue d'une nouvelle convention nationale (CN) n'ont pas permis de rapprocher les points de vue. Les syndicats revendiquent aussi une hausse des salaires.

A l'initiative des trois syndicats Sit, Syna et Unia, un vote a été organisé sur les lieux de travail pour décider des mesures de lutte à venir. Sur 2632 votants, 2105 ont opté pour deux jours de grève, soit 82%, précisent les syndicats dans un communiqué. Suite à ce résultat net, ils appellent à une grève générale sur les chantiers les 7 et 8 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Adecco regroupe deux divisions sous la bannière LHH en Suisse

Publié

le

Adecco intègre deux divisions sous la bannière LHH en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Adecco intègre deux divisions, Badenoch + Clark et Spring Professional, sous la marque LHH Recruitment Solutions, un changement opéré en Suisse et dans le reste du monde.

"Cette consolidation intervient en réponse à l'évolution encore difficile du contexte suisse, où les entreprises sont confrontées à des changements toujours plus nombreux de postes de travail", souligne lundi le spécialiste de l'emploi temporaire, citant par exemple "un nombre élevé de postes vacants dans presque toutes les catégories professionnelles".

LHH est décrit par Adecco comme une plateforme disposant de services de ressources humaines "entièrement intégrés", réunissant les offres Solutions de recrutement, Transition de carrière et mobilité, Apprentissage et développement.

Badenoch + Clark et Spring Professional existent depuis 1978 et sont présentes dans 12 pays d'Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture