Rejoignez-nous

Actualité

Jacqueline de Quattro: sa photo fait débat

Publié

,

le

C'est cette photo qui figure en couverture du livre de Fabien Dunand (archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Aucune conciliation n’a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L’ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l’Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d’Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé « Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça ». La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu’elle est l’auteure ou qu’elle cautionne ce brûlot.

Mercredi durant l’audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d’entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l’avocat de Jacqueline de Quattro, François Roux.

Selon lui, outre le risque de confusion, l’utilisation sans autorisation de cette photo constitue une atteinte au droit à l’image. « On n’agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n’est pas de la censure », a affirmé Me Roux.

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est « strictement publique ». Il a relevé que ce cliché avait été utilisé à d’autres fins, notamment pour des articles de presse. « Cela fait 21 jours que ce livre est censuré. C’est un cas unique en Suisse », a-t-il insisté, dénonçant une attaque contre la liberté d’expression.

Pas un pamphlet

Interrogé sur ses intentions, Fabien Dunand a assuré que son livre n’était « en aucun cas un pamphlet ». Il a dit avoir conçu cet ouvrage « comme un documentaire » en accumulant les faits sur les onze ans passés par Jacqueline de Quattro au Conseil d’Etat. « C’est de l’information commentée », a-t-il jugé, faisant référence à son passé de journaliste, lui qui a été rédacteur en chef de 24 heures.

Me Roux a rétorqué que ce livre ne pouvait pas être assimilé à un article de presse, sachant notamment qu’il vise à être commercialisé. Selon l’avocat, la liberté d’expression n’est aucunement mise en cause. « Il suffit de changer la fourre du livre et il n’y a plus de procès », a-t-il martelé.

Pour Me Elkaim, il y a « une forme d’hypocrisie » à s’attaquer à la couverture alors que, selon lui, c’est le contenu du livre que vise à interdire Jacqueline de Quattro. Il en a profité pour dénoncer le climat actuel « inquiétant » qui règne entre le monde politique et les médias.

Les politiques semblent « soudainement frappés d’hypersensibilité à la critique », a estimé l’avocat, relevant que certains avaient désormais « la gâchette judiciaire facile. » Il faisait notamment référence aux autres actions actuellement en cours entre des médias et des conseillers d’Etat comme Pierre Maudet et Pascal Broulis.

Dans l’attente du jugement

A l’issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu « dans les meilleurs délais. » Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l’objet d’un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

Environ 400 exemplaires d' »Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça » ont été commandés par les différents points de vente, pour un premier tirage total de 600 à 700 livres, a précisé Emmanuel Vandelle, directeur des éditions neuchâteloises Attinger, présent à l’audience. Celui-ci a affirmé qu’il n’avait jamais dû solliciter une autorisation pour une photo d’un livre traitant de l’action d’un politicien.

Pour mémoire, la cheffe du Département de l’environnement et du territoire (DTE) et Fabien Dunand sont déjà en conflit dans le cadre du feuilleton opposant le promoteur immobilier Bernard Nicod au groupe Orllati. L’ancien journaliste, qui a accusé la ministre de conflits d’intérêt dans cette affaire, est poursuivi pour diffamation et calomnie.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Apprendre à se servir des outils numériques aux Automnales

Publié

le

Parmi les nombreux stands aux Automnales 2019 à Palexpo, l’Etat de Genève a le sien. Baptisé « E-démarches », le Canton y va au contact de la population et prodigue des conseils pour l’utilisation des différents outils numériques pour les démarches administratives. 

Un triporteur. C’est par ce moyen que l’Etat va au-devant des gens pour les aider. Il s’agit d’un vélo à trois roues, qui permet de porter différents objets. En l’occurence, deux ordinateurs et un scanner, ce dernier servant à vérifier – par exemple – les cartes d’identité.

Démarches nombreuses

Si la Suisse n’est pas en avance dans son développement numérique, les « e-démarches » gagnent tout de même du terrain. Il est désormais possible d’effectuer quantité de démarches, notamment sa déclaration d’impôt. Cette liste s’agrandit « régulièrement » d’après le site internet de l’Etat. Hugues Richard, de la coordination et la promotion des « E-démarches » pour le Département des finances, estime qu’il s’agit là d’un véritable « guichet universel » qui simplifie la vie pour effectuer ses démarches administratives:

Hugues Richard  Coordination et promotion des E-démarches, Département des finances

Kiosk numérique 

L’exemple en matière d’outils numérique est l’Estonie. Dans ce pays, il est possible d’effectuer la grande majorité de ses démarches en ligne. Hugues Richard reconnait que ces dix dernières années, Genève a pris du retard. Pourtant, il estime qu’un virage pourrait être pris et ainsi donner un coup d’accélérateur au développement des démarches administratives en ligne.

Hugues Richard  Coordination et promotion des E-démarches, Département des finances

Formations 

A ce stand de l’Etat de Genève aux Automnales, deux jeunes sont également présents. Salma (16 ans) et Alexis (17ans) sont tous les deux étudiants en deuxième année à l’école de commerce. Dans le cadre de leur formation, ils passent un semestre au contact du monde professionnel. Il s’agit de l’Espace Entreprise, un centre de formation rattaché au Département de l’instruction publique. Une formation « professionnalisante » qui plait à Alexis, lui qui aime le contact humain. Il nous explique aussi ce qu’il fait – concrètement – à ces Automnales :

Alexis  Etudiant en école de commerce, Espace entreprise

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site internet de l’Etat de Genève.

 

Continuer la lecture

Actualité

Procédures liées aux animaux en hausse

Publié

le

La majorité des procédures pénales concernent des animaux de compagnie. (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Après une diminution en 2017, le nombre de procédures pénales liées à la protection des animaux repart à la hausse. En 2018, 1760 cas ont été recensés par la fondation alémanique Tier im Recht, contre 1704 l’année précédente.

La fondation souligne que la baisse constatée en 2017 s’expliquait surtout par l’abrogation de l’obligation pour les détenteurs de chiens d’obtenir une attestation de compétences. Mais la tendance est à l’augmentation du nombre de procédures depuis quinze ans.

Cette progression réjouit Tier im Recht, car cela signifie que le droit pénal en matière de protection des animaux est mieux appliqué. Néanmoins, la fondation a estimé jeudi lors d’une conférence de presse à Zurich qu’il restait « encore beaucoup à faire ». Selon elle, « les infractions restent fréquemment minimisées par les autorités pénales ».

La palme au canton de Glaris

D’autant que ramenée à la taille de la population, la proportion de procédures pénales a diminué l’an dernier. La moyenne suisse est de 2,02 procédures pour 10’000 habitants, contre 2,18 en 2017. Le canton de Glaris a le taux le plus élevé (6,93), suivi de Lucerne (3,74), Berne (3,27) et Soleure (3,26).

En chiffres absolus, c’est le canton de Berne qui compte le plus de poursuites pénales avec 338 cas, suivi de Zurich avec 281 cas. Côté romand, Vaud compte 134 cas (1,68 pour 10’000 habitants) contre 86 en 2017, Genève 45 (0,90) contre 43, le Valais 35 (1,02) contre 35, Fribourg 31 (0,97) contre 28, Neuchâtel 30 (1,70) contre 29 et le Jura 3 (0,41) contre 6.

Chiens très exposés

La majorité (50,4%) des infractions a concerné des animaux de compagnie, principalement des chiens. Un tiers (33,3%) a eu trait à des animaux de ferme et un dixième (9,8%) à des animaux sauvages.

Tier im Recht déplore que les punitions infligées sont faibles au regard de ce que prévoit la loi. Ainsi, l’amende moyenne pour des infractions aux dispositions concernant la détention ou l’élevage était de 492 francs en 2018 (432 en 2017), alors qu’elle peut atteindre 20’000 francs. La fondation estime que les sanctions ne sont pas proportionnelles aux souffrances infligées aux animaux.

Mesures prônées

Diverses mesures sont préconisées pour faire évoluer la situation. Les cantons sont invités à mettre en place des structures spécifiques (services, policiers et procureurs spécialisés, par exemple), comme cela existe déjà dans les cantons les mieux évalués par Tier im Recht, c’est-à-dire qui figurent en haut du classement du nombre de procédures.

Suite au scandale des animaux maltraités dans une exploitation d’Hefenhofen (TG), révélé en 2017 et qui a fait grand bruit, de plus en plus de cantons prévoient l’introduction de telles structures, selon l’organisation. Il faudra attendre le prochain rapport annuel pour en connaître les effets.

Mieux représenter les animaux

De plus, il est jugé important que les intérêts des animaux puissent être représentés dans les procédures pénales par des autorités ou des organisations privées. Dans les cantons de Berne, Zurich ou St-Gall, les vétérinaires cantonaux disposent de telles prérogatives.

Pour améliorer la sensibilisation des policiers, la fondation mettra prochainement en ligne une plateforme de formation continue sur la protection des animaux à leur intention. L’objectif est d’être dans l’échange, et pas uniquement dans la critique.

Continuer la lecture

A la une

Un rassemblement pour les cinq ans de l’incendie du foyer des Tattes

Publié

le

Keystone

Un rassemblement pour commémorer les cinq ans de l’incendie des Tattes aura lieu samedi à Genève. La nuit du 16 novembre 2014, une aile du foyer pour requérants d’asile, situé à Vernier, prenait feu. Il provoquait un mort et 40 blessés, dont un grave.

Cinq ans plus tard l’affaire est toujours en main de la justice et aucune décision n’est tombée. Le Ministère public n’a pas non plus répondu au courrier de Solidarité Tattes, envoyé en recommandé. Le collectif réclame que les responsabilités soient établies et qu’un jugement soit rendu. Viviane Luisier.

Vivianne Luisier membre de Solidarité Tattes

Sur les 40 blessés, seuls quinze ont été retrouvés. Viviane Luisier.

Vivianne Luisier membre de Solidarité Tattes

Solidarité Tattes réclame également que des permis de séjour soient accordés aux victimes. Comme à Steve, qui bloqué par l’incendie, a dû sauter par la fenêtre et s’est retrouvé dans une chaise roulante. Nicole Andretta. Aumônière auprès des requérants.

Nicole Audetta Aumonière oecuménique auprès des requérants d'asile

Contacté, le Ministère public indique qu’il est à bout touchant et qu’un avis de prochaine clôture de l’instruction sera rendu avant la fin de l’année.

Samedi, une plaque commémorative sera posée à 10 heures au foyer des Tattes et le rassemblement aura lieu à 15 h à la place de la Navigation aux Pâquis.

 

Continuer la lecture

Actualité

Le diabète, fléau du 21e siècle

Publié

le

En cette journée mondiale du diabète, petit tour d’horizon de cette maladie qui touche près de 500’000 personnes en Suisse. 

Près de 10% des Helvètes sont diabétiques ou pré-diabétiques. Mais ce pourcentage risque de prendre l’ascenseur, alors que les pronostics de la Fédération internationale du diabète table sur une augmentation de 26% en 28 ans ! Ramenés à l’échelle suisse, en 2045, plus d’un million de suisses (sur une population de près de 10’500’000) seraient concernés. Dans le canton de Genève plus précisément, le diabète de type 2 touche actuellement 6,1% de la population genevoise âgée de 35 à 74 ans. A l’échelle mondiale, en 2019, on compte plus de 420 millions de diabétiques adultes, contre 108 millions en 1980, selon l’OMS.

Il existe justement deux types de diabète, tout simplement catégorisés comme « diabète de type 1 » et « diabète de type 2 ». Comment les différencier ?

Odile Rossetti Diététicienne - Diabète Genève

Si donc le diabète de type 1 est d’origine immunologique alors que le type 2 est fortement lié au mode de vie, il existe des symptômes qui peuvent nous mettre sur la piste :

Odile Rossetti Diététicienne - Diabète Genève

Les deux types de diabètes peuvent avoir de lourdes conséquences sur notre santé, sur certains organes en particuliers.

Odile Rossetti Diététicienne - Diabète Genève

Il existe pourtant des gestes simples pour faire attention à son taux de sucre, que nous soyons déjà touchés par le diabète ou pour prendre des précautions.

Odile Rossetti Diététicienne - Diabète Genève

Si des doutes sont présents, il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous chez son médecin pour faire des contrôles. Une détection précoce pourrait en effet éviter certaines complications. Par ailleurs, l’OMS a annoncé ce mercredi qu’elle allait examiner la possibilité d’inclure l’insuline humaine sur sa liste des médicaments préqualifiés et ainsi élargir l’accès à ce traitement.

Continuer la lecture

A la une

Une étude montre les avantages d’investir dans les TPG

Publié

le

Investir dans les TPG serait bénéfique, économiquement, mais également pour la population. Selon une étude, un investissement d’1 million de francs permettrait des retombées économiques d’1,18 million pour le canton de Genève.

Investir davantage dans les TPG aurait des retombées positives sur la santé publique, les dépenses des ménages et même la valeur foncière. C’est ce qui ressort d’une étude du bureau Mobil’homme, lié à l’EPFL, commanditée par les TPG. Et les chiffres sont précis: un investissement d’1 million de francs permettrait des retombées économiques d’1,18 million pour le canton de Genève.

Les TPG ont notamment un meilleur impact sur l’environnement mais pas seulement. L’étude met en évidence des avantages tels qu’une baisse des dépenses des ménages, un gain de temps et une augmentation des valeurs foncières et immobilières. Les précisions d’Emmanuel Ravalet, socio-économiste au bureau d’études Mobil’homme.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

L’étude a également démontré une amélioration de la sécurité. Emmanuel Ravalet.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

Ces résultats sont donc favorables aux TPG, qui pourraient faire valoir ces conclusions pour demander davantage d’investissements de la part de l’Etat. Emmanuel Ravalet souligne que le bureau Mobil’homme est indépendant et que l’étude est parfaitement objective.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

En 2018, les TPG ont transporté 215,4 millions de passagers, soit une hausse de 10% depuis 2013. La marge de progression est toutefois grande puisque les transports publics représentent seulement 15% de l’ensemble des trajets effectués à Genève.

 

Continuer la lecture