Rejoignez-nous

Genève

L'édition 2021 du Salon de l'Auto est annulée

Publié

,

le

L'édition 2021 du Salon de l'auto de Genève a été annulée en raison des conséquences financières de la pandémie, ont annoncé ses organisateurs. Le prêt de 16,8 millions de francs de l'Etat de Genève est refusé. Une vente du salon à Palexpo est la solution privilégiée.

Dans un communiqué, le Comité et le Conseil de Fondation du Salon International de l'Automobile indiquent lundi avoir "renoncé à organiser une manifestation en 2021 pour des raisons évidentes: suite à un sondage, la majorité des exposants a indiqué qu'elle ne participerait probablement pas à une édition 2021 et qu'elle favorisait une prochaine édition en 2022".

Le secteur automobile étant actuellement confronté à une crise majeure, les exposants ont besoin de temps avant de pouvoir investir dans un salon. En outre, il n'est pas certain que la situation sanitaire permette l’organisation d’un événement regroupant plus de 600'000 visiteurs et 10'000 journalistes au printemps prochain.

Prêt refusé

La Fondation avait demandé au canton de Genève un soutien financier pour couvrir les pertes causées par l'annulation de l'édition 2020, estimées à 11 millions de francs, et préparer une nouvelle édition. Début juin, le Grand Conseil de Genève a approuvé un prêt de 16,8 millions de francs suisses pour la Fondation.

Tout en remerciant les autorités cantonales, la Fondation ne considère pas les termes de ce prêt comme une garantie de stabilité financière à long terme. En effet, la Fondation devrait dès juin 2021 rembourser un million de francs sans avoir bénéficié d’une entrée d’argent au préalable, l’édition 2021 ne pouvant avoir lieu.

Ce prêt étant également soumis à la condition qu'un événement soit organisé en 2021, la Fondation se voit dans l’obligation de refuser la proposition du canton.

Vente à Palexpo

La Fondation a décidé de privilégier la vente du salon à Palexpo SA, l’objectif étant de trouver une solution permettant l’organisation régulière d’un salon automobile international à Genève. L'achat des actifs transférerait tous les droits de l'organisation à Palexpo.

Le salon de l'auto est la plus grande manifestation publique de Suisse, rappellent les organisateurs. Ses retombées économiques pour le canton de Genève sont estimées à quelque 200 millions de francs par an.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La magie des illuminations de Noël à la force des mollets

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Les illuminations de fin d’année débutent ce jeudi à Genève. Certaines installations seront allumées grâce à l'énergie produite par des vélos.

Il faudra pédaler pour voir certaines illuminations de Noël. C’est le concept proposé cette année par la Ville de Genève, alors que les décorations débutent ce jeudi.

Sur la place du Rhône deux arbres décorés s'allument grâce à des vélos reliés aux installations. La population est donc invitée à pédaler pour que les arbres s'illuminent. Et en quelques coups de pédales la magie opère...

Marie Barbey-ChappuisMaire de Genève

Une façon de répondre au contexte de sobriété énergétique ?

Marie Barbey-ChappuisMaire de Genève

Le sapin de Noël de la place du Molard est lui aussi partiellement alimenté par la population. Il vous suffira de monter sur une marche pour l'allumer.

Coup total de l'installation : 26'000 francs.

Continuer la lecture

Elections cantonales 2023

L'extrême gauche genevoise lance une Liste d'Union populaire

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Après Ensemble à Gauche en septembre, la Liste d'Union populaire a lancé mercredi sa campagne en vue des élections cantonales de Genève du printemps. Cette nouvelle formation souhaite présenter une liste unique de la gauche radicale afin de ne pas être exclue du Grand Conseil.

Paritaire, la Liste d'Union populaire (LUP) comprend 53 noms de personnes issues de la gauche politique, des syndicats et du monde associatif. Parmi elles figurent sept des neuf députés d'Ensemble à Gauche. Formée par le Parti du Travail, Solidarités et Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du travail (DAL), cette coalition a été déchirée par différents courants et des conflits de personnes.

Les dissidents ont fondé la LUP en octobre. Pour le député Pablo Cruchon, ex-secrétaire général de Solidarités, cette liste inaugure une nouvelle dynamique dans le canton et un changement dans la lutte politique à la gauche de la gauche. "Elle réunit des gens qui résistent et qui veulent se mettre d'accord sur des dix revendications concrètes et immédiates", a-t-il expliqué.

La LUP veut notamment indexer les salaires à la hausse des prix, offrir une place de crèche gratuite à chaque enfant et affecter tous les terrains publics pour créer des logements à loyers abordables. Des mesures financées par une imposition des privilégiés selon leurs moyens, ont indiqué le député Jean Burgermeister et la conseillère nationale Stefanie Prezioso, tous deux candidats à l'élection au Conseil d'Etat.

Quorum en jeu

La liste des candidatures au Grand Conseil est encore ouverte, le dernier délai pour son dépôt étant le 6 février. La LUP a d'ailleurs voté à l'unanimité de maintenir la main tendue à Ensemble à Gauche pour une fusion de leurs listes. L'enjeu est de taille: faute d'atteindre le quorum de 7% des voix, la gauche radicale pourrait disparaître du Parlement genevois à la prochaine législature.

"Une liste unique est une perspective encore possible. Il est de notre responsabilité de représenter une partie de la population au Grand Conseil", a souligné le député Olivier Baud, membre de Solidarités. Partie divisée en 2005 et 2009, l'extrême gauche n'avait pas atteint le quorum.

"Ensemble à Gauche a exclu toute ouverture à d'autres forces. Nous sommes pour que toutes ces forces se rassemblent dans une structure unifiante qui n'est pas faite de partis", a plaidé le député Jean Batou. L'ex-conseiller national Jean Spielmann, du Parti du travail, estime qu'Ensemble à Gauche fait "une erreur politique" en partant seul.

Continuer la lecture

Genève

29 millions de francs pour assainir les Vernets

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

La Ville de Genève va assainir la patinoire des Vernets. Le Conseil municipal a accepté deux crédits de 24,2 et de 4,7 millions pour rénover la production de froid dans les patinoires intérieure et extérieure des Vernets ainsi que pour refaire les vestiaires et la zone VIP. 

Le Conseil municipal a accepté jeudi soir à l’unanimité 29 millions de francs de crédit pour assainir et rénover la patinoire des Vernets. Le premier crédit de 24 millions servira à remplacer le système de froid des deux patinoires, intérieure et extérieure. Le froid est produit grâce à de l’ammoniac et cette substance est dangereuse. L’objectif des travaux de rénovation est de baisser la consommation annuelle d’ammoniac de 7500 kg à 200 kg. Les précisions de la Maire chargée du sport, Marie Barbey-Chappuis.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève

Il s’agit de réduire drastiquement la quantité d’ammoniac pour répondre aux exigences de l’OPAM, l’ordonnance fédérale sur la protection des accidents majeurs. 1500 logements seront construits sur l'ancien site de la caserne.

Le crédit de 4 millions servira, lui, à refaire la structure des gradins VIP mais seulement après le départ du GSHC prévu en 2028.

D’autres travaux de rénovation seront effectués sur les vestiaires de la patinoire intérieure pour se mettre en conformité avec la Fédération suisse du hockey. Les travaux vont débuter en 2023 et devraient durer jusqu’en 2024.

Championnat du GSHC peu affecté

Deux groupes de froid provisoires seront installés pour assurer l’opérabilité des deux patinoires. Tout sera fait pour ne pas trop impacter le championnat du GSHC. Marie Barbey-Chappuis.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève

En 2028, le Genève Servette hockey club devrait patiner au Trèfle Blanc, la nouvelle patinoire construite par le Canton. Mais les patinoires des Vernets resteront très utilisées.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève

Les Vernets sont un des bâtiments les plus énergivores de la ville.

 

 

Continuer la lecture

Economie

Genève a réduit sa consommation de gaz de 39% en deux mois

Publié

le

Le plan d'action du canton de Genève pour réduire sa consommation d'énergie et éviter une pénurie de gaz et d'électricité déploie ses effets. La consommation de gaz a baissé de 39% en deux mois (illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le plan d'action du canton de Genève pour réduire sa consommation d'énergie et éviter une pénurie de gaz et d'électricité déploie ses effets. La consommation de gaz a baissé de 39% en deux mois, tandis que celle d'électricité a diminué de 5% en octobre.

Fin septembre, la task force constituée par le Conseil d'Etat estimait le potentiel d'économie à 20%. Un report du début de la saison de chauffe, une baisse de la température à 20 degrés dans les logements, l'administration et les écoles ou encore l'extinction de l'éclairage intérieur et extérieur des bâtiments publics ou non résidentiels toute la nuit font partie des mesures volontaires.

Il ressort du monitoring confié à l'Université de Genève que la baisse de la consommation de gaz de 39% du 1er octobre au 27 novembre est surtout due à la météo clémente du début de l'automne, a indiqué mercredi le Conseil d'Etat. L'optimisation des courbes de chauffes a toutefois permis des économies de gaz de 7 à 15% ces dernières semaines marquées par l'arrivée du froid.

Toujours en comparant les données des Services industriels de Genève avec celles de l'année 2021, le pointage montre que la consommation d'électricité a diminué de 5% en octobre. Dans le détail, 3% de cette baisse est due aux économies d'énergie et 2% à l'effet météo.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève sévit contre le travail au noir sur les chantiers

Publié

le

(©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le canton veut de nouvelles mesures pour lutter contre le travail au noir sur les chantiers genevois. Le gouvernement soumet au Grand Conseil une modification de la loi sur l'inspection et les relations de travail qui permet la mise à l'arrêt des travaux des entreprises en infraction grave.

Genève serre la vis contre le travail au noir sur les chantiers. Le Conseil d'Etat a adopté une modification de la loi sur l'inspection et les relations du travail. Elle vise à renforcer la surveillance, à lutter contre les abus et à agir vite avec des sanctions dissuasives. Fruit d'un consensus avec les partenaires sociaux et patronaux, elle vise à suspendre plusieurs jours les chantiers, publics ou privés, des entreprises en cas d'infraction grave. Pour Fabienne Fischer, conseillère d'Etat en charge de l'économie, il était temps de siffler la fin de la récrée.

Fabienne FischerConseillère d'Etat en charge du développement économique

Le projet de loi a été élaboré avec les partenaires sociaux et en consultant les milieux professionnels. Ces derniers se réjouissent. Ils sont très impactés par le travail au noir comme le rappelle Nicolas Rufener, Secrétaire général de la Fédération genevoise des métiers du bâtiment.

Nicolas Rufener Secrétaire général de la Fédération genevoise des métiers du bâtiment

Cette modification de la loi a été déposée au Grand Conseil qui devrait se pencher dessus prochainement.

Infractions graves

Les chantiers seront donc suspendus lorsqu'une infraction grave sera constatée. Thierry Horner, secrétaire syndical au SIT, détaille les cas concernés.

Thierry HornerSecrétaire syndical au SIT

L'entreprise contrevenante aura trois jours pour se mettre en conformité et ne pourra reprendre les travaux que si elle est en règle. L'Office cantonal de l'inspection et des relations de travail (OCIRT) pourra prolonger la suspension. La police pourra intervenir si l'entreprise refuse d'arrêter les travaux.

"Pour le département, la lutte contre le travail au noir est une priorité. La construction est un secteur-clé", a relevé Mme Fischer, qui indique que cette base légale est une première en Suisse.

MH avec Keystone-ATS

Continuer la lecture