Rejoignez-nous

Genève

"La Banquise" est de retour aux Eaux-vives, son lancer de haches aussi

Publié

,

le

La Banquise, lieu de détente hivernal au bord du lac, ouvrira ses portes mercredi prochain à Genève. Il proposera cette année trois saunas contre deux en 2023 (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Après avoir connu un "immense succès" l’hiver dernier, "La Banquise" est de retour au bord du lac à Genève. Dès mercredi et jusqu’au 31 mars, elle offrira au public une zone de détente au pied du Jet d’eau. Les amateurs pourront également s’initier au lancer de haches.

"Dans l’attente des futurs bains publics attendus cet été au même endroit, la Banquise propose une animation de qualité qui permet de faire vivre la Rade même en hiver", déclare la conseillère administrative de la Ville de Genève, Marie Barbey-Chappuis, citée jeudi dans un communiqué.

La magistrate en charge des sports et de la sécurité se réjouit de ce que ce projet lancé en 2023 puisse être reconduit en 2024. "Pour répondre à la demande, nous avons augmenté le nombre de saunas disponibles", poursuit-elle.

Marie Barbey-ChappuisConseillère administrative en charge du Département de la sécurité et des sports à la Ville de Genève

L'espace ludique et sportif hivernal est proposé sur le quai marchand des Eaux-Vives, à proximité de la jetée du Jet d’eau. Outre les désormais trois saunas chauffés au feu de bois, le site comporte une yourte de repos, des douches alimentées par l'eau du lac ainsi que des cabines pour se changer.

Côté sport, l'initiation au lancer de hache (avec encadrement) se déroulera lors de sessions de 5 à 10 minutes, selon l’affluence et le temps d’attente. La population pourra également pratiquer le "mattcurling", dérivé du traditionnel curling sur glace qui se joue sur une piste en synthétique.

Il sera également possible, comme l'année passée. de déguster des mets canadiens typiques ainsi que des boissons pour se réchauffer.

Marie Barbey-ChappuisConseillère administrative en charge du Département de la sécurité et des sports à la Ville de Genève

www.geneve.ch/banquise

Laurie Selli avec ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Les TPG veulent engager 200 conducteurs d'ici à fin 2024

Publié

le

Les Transports publics genevois veulent engager 200 conducteurs d'ici à fin 2024. L'augmentation de 15% des effectifs à la conduite doit permettre d'améliorer les conditions de travail et d'assurer la hausse de l'offre de la régie publique d'ici à 2028 (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Transports publics genevois (TPG) veulent engager 200 conducteurs d'ici à fin 2024. L'augmentation de 15% des effectifs à la conduite doit permettre d'améliorer les conditions de travail et d'assurer la hausse de près de 30% de l'offre de la régie publique d'ici à 2028.

"Ce futur développement, tout comme le fort taux d'absentéisme au sein des TPG, nécessite une amélioration des conditions de travail et l'engagement de personnel. Le but est de renforcer l'entreprise aujourd'hui pour qu'elle fonctionne bien demain", explique la nouvelle présidente du conseil d'administration des TPG, Stéphanie Lammar, dans un entretien à la Tribune de Genève publié jeudi.

Les TPG ont assoupli les conditions d'engagement. Il ne faudra plus être titulaire d'un CFC, la limite d'âge est abolie pour faciliter les reconversions professionnelles après 50 ans et le travail à temps partiel sera possible dès le début, et plus après deux ans dans l'entreprise, notamment pour attirer des femmes qui représentent actuellement 10,9% des conducteurs.

Vision partagée

"Les autorités ont choisi de renforcer l'attractivité des transports publics, c'est une très bonne chose. On passe enfin la deuxième vitesse en matière de transition écologique", salue Stéphanie Lammar au sujet du souhait du Conseil d'Etat de rendre les transports publics gratuits pour les moins de 25 ans.

Le projet de loi ad hoc du gouvernement prévoit aussi de rendre la compétence de la fixation des tarifs au Conseil d'Etat - au lieu du Grand Conseil - sur proposition des TPG. Contre l'avis de son parti, la socialiste estime qu'il est "important que les TPG puissent fixer les tarifs avec le canton sans passer par la lourde procédure d'un changement de loi."

Mme Lammar indique partager la même vision de la mobilité que le magistrat de tutelle des TPG Pierre Maudet. Le contrat de prestation 2024-2028 avec le canton doit être finalisé. En parallèle, le recrutement du successeur du directeur général, Denis Berdoz, va être lancé. "Le conseil d'administration sera extrêmement attentif à ce que les compétences priment", souligne-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le Genevois Stoneweg reprend les affaires européennes de Cromwell

Publié

le

La société genevoise d'investissement dans l'immobilier Stoneweg reprend Cromwell Europe Limited, la plateforme européenne de son concurrent Cromwell Property Group. L'acquisition se monte à 280 millions d'euros (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La société genevoise d'investissement dans l'immobilier Stoneweg reprend Cromwell Europe Limited, la plateforme européenne de son concurrent Cromwell Property Group. L'acquisition, qui comprend la gestion de fonds en Europe et des participations dans divers fonds, se monte à 280 millions d'euros (274,8 millions de francs).

Les actifs immobiliers repris affichent une valeur totale de 3,9 milliards d'euros et permettent à Stoneweg de doubler ses avoirs sous gestion, qui s'élèvent à environ 8 milliards d'euros, a indiqué la société jeudi dans un communiqué. Cromwell Europe Limited, dont Stoneweg acquiert l'intégralité des parts, comprend plus de 160 actifs et recense 1600 locataires. La société dispose de quatorze succursales reparties dans douze pays européens.

Dans le cadre de la transaction, Stoneweg a également acquis une participation de 27,8% dans Cromwell European REIT (CEREIT), une société d'investissements immobiliers cotée à Singapour, laquelle dispose d'un portefeuille d'une valeur de 2,2 milliards d'euros et de 100% du gestionnaire de CEREIT, également basé dans le cité-Etat asiatique. L'opération comprend en outre une participation de 50% dans le fonds Cromwell Urban Italy Logistics Fund.

Stoneweg investit dans des actions et des titres de créance en Europe dans les secteurs de l'immobilier résidentiel, de l'industrie légère, de la logistique, de l'hôtellerie, des bureaux, la culture et des loisirs. Forte de cette acquisition, la société emploiera plus de 300 professionnels dans 25 bureaux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Journée Suisse du Sommeil: comment soigner les cauchemars?

Publié

le

image prétexte

Insomnie, apnée du sommeil. Près d'un tiers de la population souffre de troubles du sommeil en Suisse. Chiffre qui sera rappelé, jeudi, à l'occasion de la 8e édition de la journée suisse du sommeil. L'événement est organisé par le Centre de médecine du sommeil Cenas et a pour but de sensibiliser les professionnels de santé à l’importance d’un sommeil de qualité.

Au cœur de cette édition: le sommeil paradoxal, un stade du sommeil caractérisé par une activité cérébrale intense des rêves vifs et pour certains par des cauchemars pouvant gâcher leur sommeil et leur quotidien. Les précisions du docteur Lampros Perogamvros, médecin psychiatre aux HUG et professeur à l’Université de Genève.

 

A quel moment cauchemarder devient-il pathologique? Réponse du docteur Lampros Perogamvros, médecin psychiatre aux HUG et professeur à l’Université de Genève.

 

Le Docteur Perogamvros présentera d’ailleurs avec son équipe une nouvelle thérapie permettant de réduire significativement le nombre de cauchemars chez les participants. Elle combine l’IRT, une thérapie cognitive qui consiste à imaginer des scénarios positifs pour remplacer les cauchemars, à la technique de réactivation de
mémoire ciblée.

Continuer la lecture

Genève

Un octogénaire meurt après être tombé d'un bateau vers Corsier

Publié

le

Un homme né en 1942 est décédé dans la nuit de mardi à mercredi aux Hôpitaux universitaires de Genève, après être tombé d'un voilier au large de Corsier (illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un homme né en 1942 est décédé dans la nuit de mardi à mercredi aux Hôpitaux universitaires de Genève, après être tombé d'un voilier au large de Corsier (GE). L'accident s'est produit vers 19h00. Les secours ont tenté de le réanimer sur le port, en vain.

Le Ministère public a ouvert une enquête, a indiqué mercredi à Keystone-ATS Henny Martinoni, porte-parole de la police genevoise, confirmant une information de 20 Minutes et de la Tribune de Genève. L'accident a mobilisé la police, le Service d'incendie et de secours, le SMUR, des ambulanciers et des bénévoles de la Société internationale de sauvetage du Léman.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Il écope de 19 ans et demi de prison pour assassinat

Publié

le

Le Tribunal criminel de Genève a estimé que l'homme reconnu coupable d'assassinat avait agi avec une immense brutalité (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un homme de 35 ans, d'origine somalienne, a été condamné mercredi à 19 ans et demi de prison par le Tribunal criminel de Genève. Il a été reconnu coupable d'avoir poignardé à mort le nouveau compagnon de son ex-épouse en janvier 2021, dans le quartier de Châtelaine.

La Cour a aussi reconnu le prévenu coupable de tentative d'assassinat sur son ex-femme, dont il était séparé depuis un an et avec qui il a eu trois enfants, tous scolarisés à Genève. L'homme, une fois sa peine de prison purgée, sera expulsé de Suisse.

L'intérêt public l'emporte sur l'intérêt du prévenu d'être proche de ses enfants, a relevé le tribunal pour justifier l'expulsion. L'avocate de l'accusé, Anna Sergueeva, n'a pas exclu recourir contre la mesure, estimant que son client courrait un danger s'il retournait en Somalie en raison de la loi des clans qui y règne.

Le Tribunal criminel a estimé que l'accusé, en assénant 19 coups de couteau au nouveau compagnon de son ex-épouse, a agi avec une immense brutalité. Il n'a pas accepté l'idée que la mère de ses enfants puisse refaire sa vie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture