Rejoignez-nous

Genève

Genève impose un quota de 40% de femmes dans des entités étatiques

Publié

,

le

Archive (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Genève impose un taux de représentation d'au moins 40% de femmes au sein des 112 commissions officielles et des 23 conseils d'administration des institutions de droit public. L'objectif de cette modification de loi adoptée jeudi par le Grand Conseil est de viser la parité.

"Les débats en commission ont principalement sur la manière de parvenir concrètement à la parité", a relevé la députée PLR Céline Zuber-Roy. Au final, l'entier du mécanisme relativement complexe est fixé dans la loi qui a été acceptée par 60 voix contre 19 (MCG et UDC).

"Aujourd'hui, on constate que dans les différents conseils d'administration et commissions officielles, les femmes sont très largement sous-représentées", a relevé la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, à l'origine de ce texte. Le Conseil d'administration de l'aéroport compte 19 hommes pour 4 femmes, a-t-elle ainsi relevé.

Sur 112 commissions officielles, 34% des membres sont des femmes. Et onze commissions ne comptent aucune femme parmi leurs membres. Entre 2008 et 2018, la part des femmes au sein de ces instances n'a progressé que de deux petits points, passant de 14% à 16%. "Il est donc nécessaire de faciliter l'accès des femmes à certains postes", a ajouté la magistrate PLR.

Au moins cent ans

La modification de loi impose un taux de 40% pour le sexe sous-représenté. Cette proportion qui ne correspond pas à la parité été critiquée par la gauche. "Mais actuellement c'est 40% ou rien", a relevé la Verte Dilara Bayrak. La députée espère qu'à terme la société évoluera et que ces quotas ne seront plus nécessaires.

Le PLR, généralement plutôt réticent aux quotas, a aussi approuvé ce projet de loi. Selon le député PLR Alexis Barbey, il faudrait attendre au moins cent ans pour atteindre la parité: donc dans ce cas, il faut l'imposer, a-t-il relevé.

"Absurdité"

Pierre Vanek d'Ensemble à Gauche s'est insurgé contre le taux de 40%: "une absurdité", selon lui. La parité est par définition 50-50, a-t-il relevé. "On ne peut pas se ridiculiser en affirmant dans une loi que la parité est atteinte avec un rapport de 40-60", a insisté le député.

La parité est légitime, mais imposer des critères aux partis est contestable, a relevé l'UDC André Pfeffer qui s'en est pris à une méthodologie complexe et difficile à appliquer. Le MCG était sur la même ligne, tentant en vain de renvoyer le projet en commission.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le feu ravage un appartement dans le quartier des Pâquis

Publié

le

Le Service d'incendie et de secours (SIS) est intervenu avec 10 véhicules pour maîtriser ce feu d'appartement aux Pâquis (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un incendie s'est déclaré vendredi, en fin d'après-midi, dans un appartement du quartier des Pâquis, à Genève. Le feu s'est propagé aux combles de l'immeuble. Les trois occupants du logement, incommodés par les fumées, ont été emmenés à l'hôpital.

Les locataires de l'appartement en feu, deux adultes et un enfant, se sont réfugiés sur le toit de l'immeuble. Ils ont été secourus et évacués grâce à une grande échelle, a indiqué le porte-parole du Service incendie et secours (SIS) de Genève, le lieutenant Nicolas Millot, confirmant une information de la Tribune de Genève.

Les pompiers sont intervenus avec 10 véhicules et 40 hommes. Outre les 3 occupants de l'appartement détruit par les flammes, les secours ont pris soin de 7 personnes, qui ont été contrôlées au nid de blessés qui avait été aménagé par le SIS. Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les causes de l'incendie.

En début de soirée, vendredi, l'incendie était sous contrôle. Les pompiers ont démonté le toit du bâtiment pour dénicher d'éventuels foyers cachés qui auraient permis au feu de redémarrer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un feu impressionnant dans un immeuble aux Pâquis

Publié

le

Un important feu d'appartement s'est déclaré ce vendredi après-midi aux Pâquis. 

Un feu d’appartement à Genève.

Les flammes sont parties au 4e étage d’un immeuble aux Pâquis, rue du Docteur Alfred Vincent, 21. L’alerte a été donnée vers 16h. Les pompiers ont été confrontés à un important dégagement de fumée à leur arrivée. Sept personnes ont été impliquées, trois qui se trouvaient sur le toit ont été évacuées par les soldats du feu. Il s’agit de deux adultes et d’un enfant. Ils ont été transportés aux HUG, aucun pronostic vital n’est engagé. 

Trois ambulances, 40 pompiers, 10 véhicules et deux lances incendies sont mobilisés. Le feu n’est toujours pas maîtrisé.

Développement suit.

Continuer la lecture

Genève

Le patinage artistique à roulettes à l'honneur à Genève

Publié

le

Le Trophée du Léman se déroule ce week-end à la Queue d'Arve.

C’est un sport peu connu en Suisse: le patinage artistique à roulettes. Une compétition est organisée ce dimanche à Genève.  

Connaissez-vous le patinage artistique à roulettes?

Si ce n’est pas le cas, vous pourrez le découvrir ce dimanche lors de la deuxième édition du Trophée du Léman. Un événement qui va regrouper une centaine de jeunes de 5 à 20 ans venant de toute la suisse, et d’un club italien. 21 patineurs issus du Geneva Roller Skating, le club organisateur y participeront. Chaque danseur doit présenter une chorégraphie individuelle entre une et trois minutes suivant les catégories.

Reportage lors d'un entraînement:

Et dimanche 21 avril marquera un jour historique pour les sports à roulettes, car il y a 100 ans naissait à Montreux la Fédération Internationale de Patinage à Roulettes (FIPR).

Le Trophée du Léman se déroule ce week-end à la Queue d'Arve.

Continuer la lecture

Genève

Le nouveau concept de la fête des mères à l’école de Lully fait des vagues

Publié

le

Photo d'illustration (KEYSTONE/Martial Trezzini)

A Bernex, la fête des mères à l’école de Lully tourne à la polémique suite à l’annonce d’un nouveau concept mis en place par le personnel de l’établissement scolaire. 

 Le pot de fleurs en poterie ou la carte dessinée que les écoliers réalisent habituellement en classe pour la fête des mères tournent à la polémique politicienne à Bernex. En cause : un nouveau concept de la fête des mères souhaité par le directeur de l’école primaire de Lully.

Dans un courrier adressé jeudi aux parents d’élèves, le chef d’établissement explique que dans un souci d’inclusion et d’égalité homme-femme, le concept de fêtes mères va changer cette année. Ainsi, les enfants prépareront désormais des cadeaux pour les “gens qu’ils aiment” et non plus spécifiquement pour leurs parents. Avec une date fixée au 24 mai.

L'équipe enseignante de l'école de Lully précise dans la lettre avoir pris la décision, "au vu de la mouvance actuelle traitant de l'inclusion des genres et de l'égalité femme/homme, de ne plus fêter exclusivement les mamans durant le mois de mai, mais, de manière plus globale, les gens qu'on aime."

Il n’en fallait pas plus pour que l’UDC Genève ne dénonce aussitôt “la nouvelle mission woke du DIP”, assurant même que la conseillère d’Etat Anne Hiltpold avait déclaré la guerre avec les parents. Inquiétude aussi dans les rangs du MCG qui a déposé une question écrite au Grand Conseil.

Sauf que la conseillère d’Etat en charge du DIP parle, elle, d’une  erreur de la part de la direction de l’école et lui demande de revenir sur sa décision.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Restrictions sur les parcours et les horaires des manifestations

Publié

le

Photo d'archives (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
A Genève, le Conseil d'Etat a décidé d'agir face à la multiplication des manifestations à caractère politique au centre-ville. Une hausse qui provoque l'exaspération des commerçants. Désormais, il ne sera plus possible de défiler quand on veut et où on veut.

Ces restrictions concernant les parcours et les horaires ont été annoncées par la conseillère d'Etat Carole-Anne Kast sur les ondes de la télévision locale Léman Bleu. L'idée est de faire une pesée entre trois libertés: la liberté d'expression, la liberté de manifester et la liberté de commercer.

Ce changement de cap prendra un peu de temps avant de se concrétiser. Les autorisations déjà délivrées ne sont pas remises en cause. Seules les nouvelles demandes seront soumises au nouveau régime. La manifestation pour Gaza samedi aura ainsi lieu comme prévu, selon le parcours qui a été validé.

Depuis le début de l'année, il existe une hausse importante des demandes des organisateurs de manifestation de faire passer leur cortège d'une rive à l'autre, relève vendredi le porte-parole du département des Institutions et du numérique (DIN) Laurent Paoliello. Les défilés sont presque devenus hebdomadaires.

Ces manifestations génèrent des coûts collatéraux, souligne encore M. Paoliello. Elles bloquent par exemple les transports publics. De leur côté, les commerces du centre-ville se plaignent d'un manque à gagner, surtout lorsque les manifestations ont lieu le samedi, jour de grande affluence pour eux.

Projet de loi

Cette question n'a pas échappé au monde politique. Le PLR Genève a ainsi déposé un projet de loi pour que "les manifestations n'entravent pas les principaux axes de circulation et ne péjorent pas les commerçants". Le parti veut empêcher les défilés d'emprunter les tracés dévolus aux trams et le périmètre du "U Lacustre".

Interrogée par la Tribune de Genève, Clémence Jung, une juriste travaillant pour la campagne de boycott contre Israël BDS dit craindre une violation des libertés d'expression et de manifestation. "Si des refus par principe devaient être signifiés, la justice serait saisie", avertit-elle.

Continuer la lecture