Rejoignez-nous

Expositions et spectacles

Genève rend hommage aux démineurs

Publié

,

le

Une exposition qui tire le portrait de professionnels du déminage, photographiés par Alexandre Streuli. C'est ce qu'a mis en place la Fondation suisse de déminage (FSD) au café Foound, à deux pas de la gare Cornavin à Genève. 

Une vingtaine de photographies constituent cette exposition. Elles représentent des démineuses et des démineurs, mais également des populations directement touchées par les mines, qui font des milliers de victimes chaque année. Il s'agit de clichés - à taille réelle - prises par le photographe Alexandre Streuli, qui parcourt les zones de conflit depuis plusieurs années. Ici, il s'est limité à trois pays: l'Irak, l'Afghanistan et l'Ukraine.

Au café Foound, l'exposition est divisée en trois parties. La première est consacrée aux professionnels du déminage, des hommes et des femmes protégés par une tenue spéciale. Une seconde partie présente plusieurs victimes des mines. Enfin, un espace est dédié à la prévention et à la sensibilisation aux différents dangers, notamment pour les enfants.

Changement

Depuis des décennies, le travail de déminage n'a que peu changé. Sur un terrain miné, le démineur progresse lentement, parfois centimètre par centimètre pour désamorcer les explosifs. Pourtant, de nouvelles techniques se développent, notamment en terme d'évaluation de la topographie. C'est ce qu'explique le directeur de la Fondation suisse de déminage, Hansjoerg Eberle.

Hansjoerg Eberle Directeur de la FSD

Enjeux

A l’occasion du vernissage au café Foound, les curieux ont droit à une démonstration de déminage, faite par un démineur professionnel qui connaît bien le terrain. Présent également sur place, le photographe qui a réalisé les clichés, Alexandre Streuli. Cela fait plusieurs années qu'il voyage en Irak, en Afghanistan et en Ukraine pour observer au plus près le travail des démineurs. Pour lui, il s'agit de "véritables héros".

Alexandre Streuli Photographe

Du côté de la Fondation suisse de déminage, on estime également qu'un important travail reste à faire. Son directeur Hansjoerg Eberle explique les enjeux de demain pour le déminage.

Hansjoerg Eberle Directeur de la FSD

Groupes armés 

Si par le passé les mines ont largement été utilisées par des Etats, aujourd'hui ce sont plutôt des groupes armés qui s’en servent. Un véritable changement de paradigme pour Hansjoerg Eberle.

Hansjoerg Eberle Directeur de la FSD

Davantage d'informations sur cette expositions^ gratuite sur le site de la FSD.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Expositions et spectacles

Répétition générale : quand les coulisses de l'OSR bruissent

Publié

le

OSR

A quelques heures de la représentation de "Philosophie musicale" de l'OSR, sous la direction de Jonathan Nott, les coulissent bruissent de violons accordés et de belles notes envolées. Petit tour dans les coulisses pour prendre la température. 

OSR Jonhathan Nott

Jonathan Nott et les musiciens de l'OSR, lors de la répétition générale de Philosophie musicale, le lundi 07 novembre. Crédit Photo OSR.

"Lorsque l'on joue des morceaux connus, il faut chercher du côté de la magie et de ce que chacun a en soi, explique le maestro des lieux Jonathan Nott. Ce soir, nous allons déconstruire ce que les gens connaissent, casser les codes." Il existe toujours une part d'imprévu dans les concerts du directeur musical et artistique. Si les partitions sont répétées et cadrées, "Jonathan nous laisse toujours donner quelque chose en plus au public" confie Gabrielle Doret, seconde violoniste et 31 années passées à l'OSR. De l'improvisation, de l'amour, de la puissance, cet espace d'improvisation est propre à chacun des 112 musiciens de l'Orchestre de la Suisse Romande.

A quelques heures de la représentation, dans une ambiance étonnamment légère, Benjamin Smadja et Elsa Duperray sont allés à la rencontre du maestro et de ses musiciens, dans les coulisses du Victoria Hall. Des violons se rangent dans leurs étuis, l'orgue résonne, les noms s'affichent sur les loges... Rencontre Jonathan Nott, maestro, Gabrielle Doret, seconde violoniste et Bogdan Zvoristeanou, violoniste soliste.

 

Une philosophie musicale, sous la baguette de Johnattan NOTT, Lundi 07 novembre, à l’OSR, 19h30.

Continuer la lecture

Expositions et spectacles

Jérémy Vaillot : "il faut se sentir libre de pouvoir tout dire"

Publié

le

L'humoriste Jérémy Vaillot remonte (enfin) sur scène, dans le cadre du Swiss Comedy Club & Friends. Celui qui "presse l'info" tous les matins à 8h55 sur Radio Lac ne s'impose aucune barrière quand il s'agit d'écrire ses sketches.

"Je ne m'interdit aucun sujet, détaille Jérémy Vaillot au micro de Benjamin Smadja et Elsa Duperray. On peut rire de tout, tout est une question de savoir comment on aborde le sujet." Comédien - l'humoriste a étudié au Cours Florent, Jérémy Vaillot retrouve avec plaisir les planches. Une façon pour lui de pouvoir faire passer des messages et de permettre la réflexion.

 

Rendez-vous au MAD de Lausanne le vendredi 28 octobre à 20h.

Continuer la lecture

Arts

Le Grand Théâtre lève le voile sur ses coulisses

Publié

le

Archives du Grand théâtre lors de sa réouverture post-covid (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Ce dimanche 11 septembre, les Genevois.es sont invités à découvrir les coulisses du Grand Théâtre à l’occasion de sa Journée Portes Ouvertes.

L’occasion de monter sur la scène mythique, de partir sur les traces des secrets du grand foyer et d’assister à une répétition du Ballet, puis à un concert du mythique Chœur du Grand Théâtre, que nous envie le monde entier. 

Visite guidée avec Benjamin Smadja et Elsa Duperray qui ont poussé pour vous les portes des couloirs feutrés de la célèbre institution genevoise, bien loin d’être poussiéreuse…

Pour démarrer, il faut passer par l'entrée

Ce n'est qu'ensuite que la sublime salle de 1500 places se dévoile

Le Grand Théâtre de Genève, ce sont aussi des hommes et des femmes

Au programme du dimanche 11 septembre:

  • 11h-18h Atelier maquillage pour enfants, visites, quiz, borne à selfies
  • 14h Répétition du Ballet du GTG
  • 15h30 Concert du Chœur du GTG

Version longue de la balade:

Continuer la lecture

Culture

Revue genevoise: une cuvée 2022 plus politique et sociétale

Publié

le

Frederic Hohl, droite, producteur de La Revue, accompagne des comediens, co-auteurs et co-metteurs en scene de La Revue, Claude-Inga Barbey, gauche, et Laurent Deshusses, centre, s'exprime lors de la conference de presse de presentation de La Revue 2022, ce mercredi 31 aout 2022 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La Revue Genevoise revient au Casino Théâtre dès le 13 octobre. Une édition qui fera la part belle à la politique et aux enjeux sociétaux. 80 représentations sont prévues sur quatre mois. 

La Revue 2022 c'est déjà parti. Le spectacle satirique genevois revient le 13 octobre prochain au Casino Théâtre. Avec à la baguette: Claude Inga-Barbey et Laurent Deshusses comme metteurs en scène. 80 représentations sont prévues sur quatre mois.

Une édition 2022 qui, de l'avis des auteurs, sera plus politique et sociétale que l'année dernière. Parmi les personnalités épinglées cette année, Frédérique Perler, Serge Dal Busco ou encore Marie Barbey-Chappuis. Reste la question récurrente, peut-on rire de tout? Y'a-t-il eu de l'auto-censure dans l'écriture des sketchs? La réponse de Frédéric Hohl, producteur de la Revue.

Frédéric HohlProducteur de la Revue

L'édition 2022 fera donc plus de place à la politique et aux enjeux de société que l'année dernière. Explications avec Claude Inga Barbey, autrice et metteuse en scène de la Revue. 

Claude Inga-BarbeyAutrice et metteuse en scène de la Revue

La billetterie ouvrira ses portes dès demain midi.

La Revue genevoise a attiré 21’000 spectateurs en 2021. Un résultat en retrait par rapport aux affluences des dix dernières années, mais satisfaisant compte tenu des restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

Continuer la lecture

Concours et agenda

Gagnez vos billets pour le Printemps carougeois

Publié

le

A l'occasion de la 57e édition du Printemps carougeois qui se déroulera du 30 septembre au 10 octobre, la Ville de Carouge offre des billets pour les spectacles Looking for Paradise (Théâtre) et la Gâchette (Concert).

 

Looking for Paradise

Nicolas Chapoulier et les 3 Points de suspension

Samedi 2 octobre, 17h et 20h

Dimanche 3 octobre, 17h et 20h

Depuis l’aube de l’humanité, l’homme n’a cessé d’inventer des mythes et des récits, de façonner des croyances et des certitudes pour faire face au vertige de son ignorance. C’est dans les interstices de cette nécessité que naît Looking for Paradise, dans l’art de bricoler mentalement le vide laissé par nos questions sans réponse. Dans cette chasse au trésor imaginée à l’échelle d’une ville, des événements impromptus transforment l’espace urbain en scène de théâtre, en indices et en expériences pour amener les participants à atteindre l’état d’esprit Paradise.

Looking for Paradise propose de faire un pas de côté pour visiter les façons dont nous percevons, rétrécissons, construisons nos réalités. Bienvenue dans cette vaste interrogation sur nos modes d’existence, plongeons ensemble dans la plus palpitante des mythologies de notre Histoire: «nous».

Se jouant des grandes questions métaphysiques pour offrir une ode à la joie, Looking for Paradise libère les flots de nos inconscients collectifs et propose de surfer ensemble afin de transformer, pour toujours, cette quête absurde qu’est la vie en une croisière merveilleuse.

 

 

La Gâchette

Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois

Mercredi 6 octobre, 20h30

Lieu: Le Chat Noir

Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois nous présentent leur nouveau répertoire, pour adultes cette fois-ci. Cette quatrième production a entrepris de réanimer l’art de la gaudriole et de la chanson polissonne, quelque peu moribonde, ces derniers temps. Toujours sur le fil du rasoir, le résultat est plutôt élégant. On effleure la chose, on l’effeuille, on danse en compagnie de nos fantasmes et de nos tabous sans jamais tomber dans la vulgarité. Un petit brin de poésie plus coquine que cochonne, une ode à l’esprit mal tourné, une célébration du désir, de l’envie et de l’amour. Bref, dans un monde qui, chaque jour, se durcit, il s’agit bien là d’une forme de résistance qui, par l’absurde, la douceur et le plaisir à l’ouvrage, vient nous caresser dans le sens du poil, exactement là où ça fait du bien.

 

Ecoutez Sophie & Fabien toute la semaine dans Radio Lac Matin pour tenter de remporter vos places !

Continuer la lecture