Rejoignez-nous

Actualité

Covid-19: Donald Trump admis à l'hôpital

Publié

,

le

Déclaré positif, Donald Trump dit avoir toujours son masque sur lui, mais ne le porter que quand il le juge nécessaire. (©KEYSTONE/AP/Julio Cortez)

Coup de tonnerre aux Etats-Unis: Donald Trump, testé positif au Covid-19, a été admis vendredi soir dans un hôpital militaire. Il a assuré, dans un bref message vidéo, aller "très bien".

A un mois de l'élection, le président de la première puissance mondiale a quitté la Maison Blanche sans un mot, en portant en masque, pour rejoindre en hélicoptère l'hôpital de Walter Reed, dans la banlieue de Washington.

"Je veux remercier tout le monde pour l'incroyable soutien (...) Je pense que je vais très bien, mais nous allons nous assurer que les choses se passent bien", a-t-il déclaré dans un message vidéo publié sur Twitter peu après son départ.

Selon sa porte-parole, Kayleigh McEnany, cette hospitalisation, qui devrait durer "quelques jours", a été décidée "dans un souci d'extrême prudence" et sur recommandation d'experts médicaux. Donald Trump y travaillera "depuis les bureaux présidentiels", a-t-elle précisé.

Cocktail expérimental

Le 45e président des Etats-Unis "continue à souffrir de fatigue mais a le moral", a déclaré vendredi après-midi son médecin Sean Conley dans un nouveau bulletin de santé au ton moins serein que dans la nuit, lorsqu'il avait assuré que son patient allait "bien".

Les médecins lui ont injecté une dose du cocktail expérimental d'anticorps de synthèse développé par la société Regeneron. Des experts soulignaient le danger d'injecter dans l'homme le plus puissant du monde un médicament certes prometteur mais encore si peu testé, en raison des possibles effets secondaires.

Le président américain, qui n'a cessé de minimiser la pandémie et a multiplié les rassemblements souvent au mépris des règles sanitaires, avait lui-même annoncé ce rebondissement dans une campagne tendue à l'extrême.

"La Première dame et moi-même avons été testés positifs au Covid-19", a écrit dans la nuit de jeudi à vendredi le milliardaire républicain, 74 ans, dans un tweet qui a rapidement battu des records de "likes". Il a expliqué que Melania Trump et lui entraient en "quarantaine".

Les responsables de la Maison Blanche, tout en évoquant des "symptômes légers", se sont voulus rassurants sur son "rétablissement rapide", martelant qu'il restait bien aux commandes du pays.

"Porter un masque"

Concrètement, sa campagne est stoppée net. L'équipe du président, qui se vante régulièrement d'avoir une santé de fer, a annoncé que "tous les événements" prévus deviendraient "virtuels" ou seraient "reportés".

Le candidat républicain doit ainsi renoncer aux meetings qu'il affectionne - et sur lesquels il semblait compter pour rattraper son retard persistant dans les sondages en vue de l'élection du 3 novembre.

Donald Trump est très critiqué pour sa gestion de l'épidémie, ce qui pèse sur ses chances de réélection. Il est accusé d'avoir manqué de compassion face aux victimes du virus et d'avoir envoyé des signaux contradictoires sur sa gravité, sur les traitements potentiels et sur le port du masque, qu'il n'endosse que rarement après s'y être longtemps refusé.

Après avoir souhaité un "prompt rétablissement" à Donald et Melania Trump, Joe Biden, qui a lui été testé négatif vendredi matin, a enfoncé le clou. "Il ne s'agit pas de jouer au dur. Il s'agit de jouer son rôle. Porter un masque ne vous protègera pas seulement vous mais aussi ceux qui sont autour de vous", a-t-il lancé dans le Michigan.

Biden continue sa campagne

Le candidat démocrate, 77 ans, a maintenu ce déplacement trois jours seulement après avoir partagé la scène du premier débat présidentiel avec son adversaire républicain. L'incertitude pèse désormais sur le prochain duel, prévu le 15 octobre.

Mais Joe Biden, souvent raillé par le président sortant pour sa campagne en retrait au nom du principe de précaution, semble déterminé à continuer de parcourir les Etats les plus disputés pendant que Donald Trump est confiné à la Maison Blanche.

Au-delà de la campagne, certains observateurs s'interrogent déjà sur les conséquences institutionnelles d'un hypothétique empêchement du président: le vice-président Mike Pence prendrait les rênes à la fois du pays et de la campagne républicaine.

Voeux de rétablissement

Dans l'immédiat, Mike Pence, testé négatif vendredi matin, va lui poursuivre ses déplacements électoraux. Mais l'inquiétude gagnait le camp républicain, dont plusieurs personnalités ont été testées positives ces derniers jours. La première alerte était venue jeudi soir du test positif de Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump qui a voyagé avec lui mardi et mercredi.

La Maison Blanche a depuis commencé à tracer les cas contacts de ceux qui ont approché l'ex-magnat de l'immobilier, sachant qu'une personne contaminée commence généralement à être contagieuse deux jours avant l'apparition des symptômes. Elle n'a toutefois pas expliqué comment l'un des hommes les plus protégés de la planète avait contracté le virus.

"Bien que nous soyons au milieu d'un grand combat politique, et nous prenons cela très au sérieux, nous voulons aussi adresser nos meilleurs voeux au président des Etats-Unis (et à) la Première dame", a déclaré son prédecesseur démocrate Barack Obama.

De nombreux dirigeants mondiaux ont aussi exprimé leurs voeux de "prompt rétablissement" à Donald Trump et son épouse. Parmi eux, le Premier ministre britannique Boris Johnson, lui-même atteint de façon grave il y a quelques mois.

"Je suis convaincu que votre vitalité naturelle, votre vigueur d'âme et votre optimisme vous aideront à vaincre ce dangereux virus", lui a écrit, plus emphatique, son homologue russe Vladimir Poutine.

Enfin le patron de l'Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, accusé par Washington d'avoir mal géré la pandémie, lui a adressé ses "meilleurs voeux de complet et prompt rétablissement".

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto, 2,5 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 8, 29, 35, 36 et 42. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 7 et le Joker le 274964.

Lors du prochain tirage samedi, 2,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Sven Bärtschi à Las Vegas

Publié

le

Sven Bärtschi, en bleu, s'en va à Las Vegas (© KEYSTONE/AP The Canadian Press/DARRYL DYCK)

L'ouverture du marché des agents libres en NHL a vu plusieurs joueurs changer d'équipe. Dont Sven Bärtschi qui quitte l'organisation des Vancouver Canucks pour rejoindre les Vegas Golden Knights.

Le Bernois de 29 ans a signé une entente d'une saison avec la franchise américaine. Il s'agit d'un pacte à deux volets d'une valeur de 750'000 dollars.

Choix de première ronde (13e choix) lors de la draft 2011, Bärtschi va connaître sa troisième organisation de NHL après les Calgary Flames et les Vancouver Canucks. Le Bernois ne s'est jamais véritablement imposé en Colombie britannique et il a surtout joué en AHL à Utica lors des deux dernières saisons.

Il a inscrit 14 points (5 buts) en 24 matches lors du dernier exercice.

A noter que l'ex-attaquant de Lausanne, Charles Hudon, a retrouvé de l'embauche outre-Atlantique. Il a signé un contrat à deux volets d'un an avec Tampa Bay, double champion en titre. Ce bail va lui rapporter 750'000 dollars s'il joue en NHL. 350'000 dollars sont garantis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

L'offre de vaccination sans rendez-vous étendue à Genève

Publié

le

© KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

L’offre de vaccination contre le Covid-19 sans rendez-vous va être encore étendue à Genève. Dès ce samedi 31 juillet le centre M3 sanitrade des Eaux-Vives accueillera les candidats dès 12 ans et sans inscription. Jusqu’à présent, seules les personnes majeures y avaient droit dans les deux autres sites des centres commerciaux de la Praille et de Balexert. Le dispositif sans inscription facilite l'accès à la vaccination des personnes qui trouvent l'inscription contraignante pendant la période estivale. L’offre est renforcée «à la lumière des résultats positifs» depuis sa mise en place, le 10 juillet, indique le Département genevois de la santé sur son site. En effet, la pharmacie de la Praille avait été prise d’assaut lors de l’ouverture du dispositif.

Continuer la lecture

Actualité

L'OFSP veut des tests obligatoires pour le personnel soignant

Publié

le

La Confédération propose aux cantons d'introduire des tests obligatoires pour le personnel soignant non vaccin (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le personnel soignant non vacciné contre le Covid-19 devrait se soumettre à un test obligatoire au travail. La Confédération propose aussi aux cantons d'introduire une obligation de certificat lors des visites en hôpital, dans les homes ou les maisons d'accueil.

Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé, après un téléphone avec plusieurs directeurs cantonaux de la santé, que la Confédération voulait renoncer à de nouvelles mesures. La situation en Suisse est bonne, mais il y a une dynamique négative et le retour des vacanciers amène une incertitude, a indiqué le ministre de la santé sur Twitter.

Tests obligatoires

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a transmis mercredi plusieurs propositions pour faire face à la propagation du virus aux cantons, indique-t-il sur sa page internet. La Confédération souhaite que les cantons prennent des mesures dans divers domaines afin de protéger les enfants, les jeunes et les personnes à risque.

Les cantons devraient notamment faire progresser la campagne de vaccination, intensifier les contrôles du respect de l'obligation de certificat et imposer des tests dans les écoles. La Confédération conseille vivement aux cantons de rendre obligatoire les tests répétitifs pour le personnel soignant non vacciné ou ayant contracté le coronavirus.

Les personnes asymptomatiques contribuent grandement à propager le virus, écrit l'OFSP. Les tests sont donc un complément nécessaire à la vaccination et au concept de protection.

Par ailleurs, une visite dans un hôpital, un home ou autre ne devrait être autorisé qu'avec un certificat. Les autorités veulent ainsi éviter que le virus ne se propage dans les établissements de santé.

Renoncer aux mesures

Malgré le nombre d'infections en hausse, la Confédération veut renoncer à un durcissement des mesures. Mais un assouplissement n'est pas non plus en vue. La situation actuelle est loin des critères de durcissement établis par le Conseil fédéral. Par ailleurs, la hausse des cas a ralenti ces derniers jours.

La situation doit toutefois être observée. En cause, les infections avec le variant Delta, les revirements dans le nombre d'hospitalisations ou encore l'incertitude liée au retour des vacanciers. Le Conseil fédéral se penchera sur la situation lors de sa première séance après la pause estivale le 11 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Info ou Infox - La pleine lune empêche-t-elle de dormir?

Publié

le

Francesco Ungaro

Chaque jour une idée reçue est passée au crible de radio Lac. Aujourd'hui on récupère après une nuit blanche.

Est-ce que la pleine lune nous empêche de dormir? 

Info, c’est vrai la pleine lune agit négativement sur le sommeil, on a plusieurs études scientifiques qui se sont penchées sur le sujet. Des chercheurs bâlois l'ont prouvé il y a quelques années, d’ailleurs. 

Les scientifiques ont pris une trentaine de volontaires. Ces personnes sont restées deux mois à dormir dans une chambre isolée, sans avoir de contact avec l'extérieur et sans lumière. Les chercheurs ont ensuite comparé la qualité de leur sommeil avec les cycles lunaires et ils ont pu démontrer que les participants mettaient cinq minutes de plus à s'endormir les soirs où la lune est ronde. Et lors des soirs de pleine lune, leur temps total de sommeil était réduit de vingt minutes !

Baisse de mélatonine 

Ce phénomène s'explique par la diminution du niveau de mélatonine endogène, la fameuse hormone du sommeil,  qui régule notre rythme chronobiologique, notamment les cycles du sommeil et de veille.

Mais pourquoi ce taux de mélatonine est plus bas les soirs de pleine lune? Bonne question, les chercheurs n’ont pas pu l’expliquer.  Ils avancent tout de même une hypothèse, nous serions peut-être dotés d'une horloge interne lunaire" ! Mais d’autres études seraient nécessaires car, on le rappelle, pour cette recherche les participants  n’étaient qu’une trentaine.

Il y a aussi une part psychologique, c’est dans notre tête?

Le coupable pourrait bien être la mémoire sélective. On a du mal à dormir, on cherche un responsable. 

Et si vous dormez moins bien, c'est aussi que vous vous conditionnez selon votre croyance. De la même façon, les admissions à la maternité sont plus nombreuses les soirs de pleine lune car certaines femmes se persuadent qu'elles vont accoucher.

 

Continuer la lecture