Rejoignez-nous

Actualité

Covid-19: Plus de la moitié des Suisses se feraient vacciner

Publié

,

le

Selon un sondage Tamedia, 54% Suisses seraient prêts à se faire vacciner contre le Covid-19, 41% refuseraient et 5% sont indécis (image d'illustration). (©KEYSTONE/AP/Ted S. Warren)

Un peu plus de la moitié des Suisses (54%) se feraient vacciner volontairement contre le Covid-19, selon un sondage Tamedia publié dans le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Une obligation de vaccination ne convainc en revanche qu'une personne sur trois (32%).

Les personnes âgées de 65 ans et plus sont le groupe d'âge qui se montre le plus volontaire (68%), les 18-34 ans le moins (45%). Parmi les 35-49 ans, 48% seraient prêts à se faire vacciner. Ce taux est de 55% chez les 50-65 ans.

Les femmes se montrent plus réticentes face à la vaccination que les hommes: 48% d'entre elles s'y soumettraient contre 61% des hommes.

Si une majorité de Suisses sont prêts à se faire vacciner sur une base volontaire, ils rejettent en revanche l'idée d'une vaccination obligatoire. Près de deux sondés sur trois (64%) s'y opposent.

Les chiffres helvétiques sont bas en comparaison internationale, relève le Matin Dimanche, qui rappelle que, selon un sondage effectué cet été dans 27 pays, trois personnes sur quatre seraient prêtes à se faire vacciner.

Ces chiffres sont trop faibles pour atteindre une immunité de groupe et stopper l'épidémie, souligne dans la SonntagsZeitung Manuel Battegay, infectiologue et membre de la taksforce de la Confédération. Il plaide pour une campagne de sensibilisation car il est "convaincu que nous pouvons augmenter la volonté de se faire vacciner en fournissant des informations transparentes".

Le sondage a été réalisé du 24 au 27 septembre sur les plateformes numériques des titres de Tamedia. 15'342 personnes de toute la Suisse, dont 4043 Romands, y ont pris part. La marge d'erreur est de plus ou moins 1,4%.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Homophobie: plusieurs plaintes déposées pour discrimination

Publié

le

Plusieurs plaintes ont déjà été déposées sur la base de la nouvelle norme pénale contre l'homophobie. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plusieurs plaintes pour discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ont été déposées récemment: pour des textes publiés, des vidéos sur le Web ou dans le cadre de la campagne pour le mariage pour tous.

Plusieurs lesbiennes et gays de la région de Delémont ont reçu des lettres anonymes ou ont trouvé des feuillets avec des insultes à caractère homophobe dans leur boîte aux lettres, indique Juragai, l'association LGBTQ+ jurassienne dans son dernier bulletin. Au moins deux ont porté plainte.

L'un d'eux a également dénoncé à la police une violation de propriété et un vol. Lui et son compagnon se sont en effet fait dérober le drapeau "oui, je le veux", qu'ils ont aussitôt remplacé. Et dans leur boîte aux lettres ce feuillet: "Non à ces débiles de pédés et a ces folles de lesbiennes".

Le même document, avec la même faute d'orthographe, a été envoyé par la poste à une femme habitant dans un village avoisinant qui a également porté plainte, précise à Keystone-ATS Nicole Béguin, membre du comité de Juragai. Et un autre membre du comité a trouvé plusieurs flyers portant la même inscription par terre dans la rue à Delémont.

Homos comparés à la mafia

Deux autres plaintes ont été déposées directement par la faîtière suisse des hommes homo et bisexuels Pink Cross. L'une vise le rédacteur en chef du magazine bimestriel catholique THEOLOGISCHES et de son site Internet. Elle a été déposée au Tessin, son domicile.

Dans les numéros de janvier/février et mars/avril 2021 de cette revue et sur le site, un article intitulé "Über die Notwendigkeit homosexuelle Cliquen in der Kirche zu begrenzen ("De la nécessité d'endiguer les cliques homosexuelles dans l'Eglise") a été publié. Dans ces textes, les homosexuels sont comparés sans demi-mesure à la mafia, et accusés d'être des parasites.

Dans ces textes dont des extraits sont mentionnés dans la plainte, transmise à Keystone-ATS, il leur est attribué des liens avec des organisations mafieuses existantes. On prétend même qu'ils n'hésiteraient pas à recourir au meurtre.

Soral

Pink Cross et son homologue LOS, faîtière des lesbiennes, ont déposé vendredi une autre plainte, déjà annoncée le mois dernier, contre Alain Soral. L'idéologue franco-suisse d'extrême droite, installé à Lausanne, a tenu des propos virulents contre la communauté LGBTQ+ et contre une journaliste romande qui avait écrit un texte sur la diffusion en Suisse des idées de l'essayiste.

La journaliste a également porté plainte. Le Ministère public vaudois a confirmé avoir ouvert une enquête, comme l'annonçe le Matin Dimanche.

Les propos d'Alain Soral, ainsi que toutes sortes de commentaires haineux de tiers, ont été diffusés dans des vidéos sur le Web et les réseaux sociaux. "On ne peut pas tolérer dans nos démocraties que l'on répande la haine et que l'on discrimine certaines parties de la société", expliquait alors Muriel Waeger, la directrice romande de Pink Cross.

Nouvelle norme pénale

Les plaignants s'appuient sur la nouvelle norme pénale contre l'homophobie, acceptée à plus de 63% par le peuple l'an dernier et entrée en vigueur en juillet 2020. L'article 261bis du Code pénal punit désormais aussi les discriminations et l'incitation à la haine fondées sur l'orientation sexuelle.

Il est encore trop tôt pour disposer d'une statistique nationale des plaintes déposées. La Conférence des procureurs de Suisse ne tient pas ses propres statistiques dans le domaine des poursuites pénales. Contacté par Keystone-ATS, son secrétaire précise que "nous n'avons pas connaissance de problèmes liés à l'application de la nouvelle norme".

Un avis que ne partagent pas vraiment les organisations LGBTQ+. Inquiètes de constater que les mesures d'accompagnement nécessaires pour que cette loi ait un effet concret font "jusqu'à présent totalement défaut", elles sont intervenues, de concert avec des députés, dans 16 cantons sous la forme d'interpellations.

"Le Conseil fédéral a manqué plusieurs occasions d'agir", soulignaient en mai dernier les organisations faîtières, pour qui le gouvernement "fait en sorte que la Suisse reste à la traîne en matière de protection et d'égalité des personnes LGBTQ+ par rapport aux autres pays européens". Elles placent ainsi leurs espoirs dans les cantons.

Elles précisaient alors que la plupart des agressions sont des injures et insultes. Quelque 18% des cas recensés en Suisse en 2020 concernaient des violences physiques, ce qui représente une baisse par rapport à 2019 quand elles constituaient un tiers des 66 agressions rapportées. Cette baisse s'explique probablement par les mesures de prévention du coronavirus. A peine 20% de ces agressions font l'objet d'une plainte, selon ce rapport.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

YB arrache un point à la dernière minute

Publié

le

YB a souffert face à Lucerne après l'expulsion de Martins (© KEYSTONE/THOMAS HODEL)

Lucerne a manqué de peu l'exploit samedi en ouverture de la 10e journée de Super League.

Les hommes de Fabio Celestini ont concédé l'égalisation à la 94e minute au Wankdorf face à Young Boys (1-1), qui pensait certainement cueillir aisément une cinquième victoire d'affilée en championnat.

C'est Nicolas Ngalameu qui a offert un point mérité à YB, reprenant sur la ligne un centre-tir de Meschack Elia au bout des arrêts de jeu. Le quadruple champion de Suisse en titre a survolé les débats (28 tirs à 7), même en s'étant retrouvé en infériorité numérique dès la 39e à la suite de l'expulsion de Christopher Martins.

Toujours en quête d'un premier succès dans ce championnat 2021/22, Lucerne avait ouvert la marque à la 30e. Marvin Schulz a alors transformé un penalty obtenu pour une faute de Martins, averti une première fois sur cette action. Les Lucernois n'avaient jusque-là pas adressé le moindre tir en direction de la cage bernoise...

Le FCL a ensuite fait le dos rond, résistant tant bien que mal à des assauts bernois parfois désordonnés. Poussé par plus de 20'000 supporters, YB a toutefois obtenu la récompense de ses efforts dans le temps additionnel, évitant une défaite qui aurait fait tache à quatre jours de la réception de Villarreal en Ligue des champions.

Zurich reprend les commandes

Zurich a pleinement profité de la contre-performance des Bernois, s'imposant 1-0 devant Lugano pour reprendre provisoirement la tête du classement. Une réussite d'Assan Ceesay (77e), idéalement servi par Marchesano, a permis aux FCZ de battre les "bianconeri" pour la cinquième fois consécutive.

Faciles vainqueurs de Sion avant la trêve internationale (6-2), les hommes d'Andre Breitenreiter fêtent surtout un deuxième succès d'affilée en championnat après avoir enchaîné quatre matches sans victoire. Ils comptent une longueur d'avance sur Bâle, qui ira défier le FC Sion de Paolo Tramezzani dimanche après-midi, et deux sur YB qui a un match en retard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de nouveau millionnaire samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 10, 11, 13, 28 et 32. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 5 et le Joker le 108143.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 2,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dortmund leader provisoire

Publié

le

Haaland a signé un doublé samedi (© KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH)

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence.

Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence. Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Mönchengladbach et sa colonie helvétique ont par ailleurs dû se contenter d'un nul (1-1) face à Stuttgart. La troupe d'Adi Hütter - lequel avait titularisé Sommer, Elvedi, Zakaria et Embolo - reste ainsi engluée dans le ventre mou, à 7 points de Dortmund.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture