Rejoignez-nous

Techno

En Chine, on peut payer avec son visage

Publié

,

le

benoit rouchaleau
Le monde de demain
benoit rouchaleauLe monde de demain

Le monde de demain : On connaissait la formule, « souriez-vous êtes filmé », en Chine c’est « souriez pour payer… »

Plus besoin de carte bancaire, de liquide, de QR Code ou même de smartphone, les consommateurs chinois peuvent désormais payer leurs achats, simplement en scannant leur visage. Plusieurs géants du paiement mobile se sont déjà engouffrés dans la brèche : Alipay, notamment, le leader chinois du e-commerce, a déjà installé des machines dans 100 villes du pays. Et l’entreprise prévoit même d’investir plus de 400 millions de francs sur 3 ans pour améliorer sa technologie baptisée « Smile-to-Pay » (« Souriez-pour-payer »).

Comment est-ce que cela fonctionne ?

Au préalable, les consommateurs doivent d’abord lier une photo de leur visage à leur compte bancaire ou à un système de paiement mobile. Et une fois dans le magasin, ils n’ont ensuite plus qu’à se faire scanner la tête par le terminal au moment de régler leurs achats Et leur compte bancaire est immédiatement débité. Et la technologie est déjà en service : Par exemple, la chaîne chinoise de boulangeries Wedome utilise des terminaux de reconnaissance faciale dans plus de 300 points de vente. 400 autres sont attendues rapidement…

Vous imaginez que la pratique fait débat, entre ceux qui craignent pour la protection des données et ceux qui y voient une avancée confortable… Les chinois eux restent imperturbables : seul bémol, un récent sondage a montré que 60% des consommateurs se trouvent « laid » lorsque leur visage apparaît sur l’écran du terminal de paiement. Pas de problème, Alipay a promis d’ajouter des filtres qui embellissent…

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des exercices de rééducation en réalité virtuelle

Publié

le

Du nouveau pour la rééducation des patients handicapés à Genève.

Un jeune entrepreneur est en train de développer son concept nommé Exium: une solution complète de réadaptation, au travers d’exercices en réalité virtuelle. 

Présentation du concept avec Benoît Rouchaleau. 

Stephen Coutant
Créateur d'Exium
Stephen CoutantCréateur d'Exium

Et signe d’un engouement réel, Exium a récemment reçu le prix Genilem, l’association romande d’aide à la création d’entreprises innovantes.

 

Continuer la lecture

Actualité

UNIGE: des livres tactiles adaptés aux enfants aveugles

Publié

le

© UNIGE Dannyelle Valente

De nouvelles perspectives de lecture pour les enfants aveugles.

Des chercheurs de l’université de Genève et de Lyon ont mis au point des illustrations pour des livres tactiles, qui sont adaptées aux besoins des lecteurs non-voyants.

L’éclairage de Benoît Rouchaleau. 

Edouard Gentaz
Professeur de psychologie du développement à l’UNIGE
Edouard GentazProfesseur de psychologie du développement à l’UNIGE

Continuer la lecture

Actualité

Des consultations vétérinaires à distance

Publié

le

Crédit photo MyStétho

Les vétérinaires font eux aussi leur révolution technologique.

A Genève, un cabinet propose des consultations vétérinaires à distance, directement depuis son smartphone, via l'application MyStétho Veterinary.

Une idée qui peut être pratique en cette période de limitation des contacts et des déplacements.

Présentation du concept avec Benoît Rouchaleau. 

Daniel Pereira et Pierre Starkov
Co-fondateurs de MyStetho Veterinary
Daniel Pereira et Pierre StarkovCo-fondateurs de MyStetho Veterinary

Continuer la lecture

Economie

Une solution genevoise pour des investissements durables personnalisés

Publié

le

Photo Norsia

Ils veulent faire rimer investissements financiers et valeurs personnelles…

Deux genevois sont en train de créer la société “Norsia” qui vise à promouvoir une finance plus durable.

Présentation du projet avec Benoît Rouchaleau.

Patrick Schirmann
Co-fondateur Norsia
Patrick SchirmannCo-fondateur Norsia

Continuer la lecture

Actualité

Un stéthoscope intelligent qui reconnait le bruit de la Covid

Publié

le

Photo d'illustration KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

C'est le "Shazam" des maladies pulmonaires

A Genève, les HUG sont en train de développer un stéthoscope électronique intelligent qui est capable de reconnaître le bruit de la Covid-19.

Benoît Rouchaleau nous présente le prototype développé avec l’HEPIA et l’EPFL.

Professeur Alain Gervaix
Médecin Chef du Service d'Accueil et d'Urgences Pédiatriques
Professeur Alain GervaixMédecin Chef du Service d'Accueil et d'Urgences Pédiatriques

 

Continuer la lecture