Rejoignez-nous

Genève

Wanders perd sa couronne, Kibiwott lui ravit le record

Publié

,

le

Triple vainqueur, Julien Wanders a dû, cette fois-ci, se contenter de la 4e place. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Kényan Boniface Kibiwott, partenaire d'entraînement de Julien Wanders, a survolé la 43e Course de l'Escalade en établissant un nouveau record. Wanders termine au pied du podium (4e).

Bon perdant, Wanders, triple tenant du titre, préférait souligner les qualités du vainqueur: "Il a tout pour réussir, pour devenir un grand. Il a la rage et se montre très discipliné à l'entraînement", a relevé le Genevois.

Julien Wanders, recordman d'Europe du 10 km sur route et du semi-marathon, n'était pas mécontent de sa course. Il revient d'une saison marquée par divers ennuis de santé, dont une blessure aux ischio-jambiers qui a pourri ses JO à Tokyo. "Je n'ai pas encore les capacités pour résister à des départs très rapides comme aujourd'hui", a-t-il expliqué, après avoir échoué pour 2 secondes à accrocher le podium.

Aérien

Chaussures roses au pied, le même modèle que Wanders, Kibiwott a été en démonstration du début à la fin, saluant déjà le public plusieurs centaines de mètres avant l'arrivée, la victoire assurée. Celui qui a éclaté sur piste cet été, avec un chrono de 13''06 sur 5000 m, a fini avec 30 secondes d'avance sur son compatriote Mark Kangogo. Il a avalé les 7,32 km en 20''34, battant d'une poignée de secondes le record de Wanders malgré la chaussée glissante.

Le Français Mehdi Belhadj a fini 3e, tandis que le Genevois Morgan Le Guen, 6e à 12'' seulement de Wanders, confirmait ses progrès à même de le hisser bientôt à un bon niveau international.

Jepkosgei inaugure son palmarès

La Kényane Feliciana Jepkosgei a dominé la course femmes en 23''39, emmenant un quadruplé kényan. Cette athlète au gabarit de poche, 20 ans seulement, ouvre son palmarès, quasi vierge de tout résultat jusqu'à présent.

Elle a devancé des athlètes de niveau mondial, comme l'Ethiopienne Helen Bekele Tola, quadruple lauréate à Genève, classée cinquième, et la Zurichoise Fabienne Schlumpf (6e), double médaillée aux Championnats d'Europe. "Je viens de reprendre l'entraînement, je ne pouvais pas espérer mieux", a déclaré la recordwoman de Suisse du marathon.

Quelque 23'000 coureurs étaient inscrits - et un peu moins de 20'000 présents au départ - sur les deux jours de compétition, la moitié moins qu'en 2019, en raison du Covid-19. L'ambiance au bord du parcours n'a pas souffert du contexte difficile, au contraire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le GSHC gagne le derby lémanique

Publié

le

Winnik (tout à gauche) inscrit le but de la victoire pour le GSHC (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève a signé mardi une 9e victoire dans ses dix derniers matches de National League.

Les Aigles ont battu Lausanne 4-3 après prolongation sur une réussite de Winnik après 16 secondes de jeu supplémentaire.

Dominés par les Vaudois le 8 janvier dernier dans la capitale olympique, les hommes de Jan Cadieux ont donc pris leur revanche. Mais il a fallu utiliser le temps réglementaire pour que les Grenat cueillent un deuxième point. Parce que les Genevois, devant par trois fois, ne sont pas parvenus à faire la différence dans les soixante premières minutes.

Dans une rencontre assez brouillonne, les locaux ont pris le match à leur compte mais sans jamais se détacher. Les Lions pensaient bien avoir ouvert le score, mais les officiels en ont décidé autrement. A la suite d'une scène litigieuse où le puck a terminé au fond des filets, Lausanne a même déposé protêt. Selon John Fust, les arbitres seraient allés voir la vidéo pour vérifier si le but avait été marqué de la main, avant de l'annuler pour une crosse haute.

Hughes pas toujours à son affaire

Prêté par Fribourg mais avec l'interdiction de jouer contre son club, Connor Hughes a été préféré à Dominic Nyffeler parce que Genève accueille Gottéron mercredi soir et qu'en outre les Aigles jouent six matches en huit jours. Le portier n'a pas connu un début de rencontre inoubliable.

Après avoir failli coûter l'ouverture du score sur la scène précitée, l'Ontarien à licence suisse n'a pas été plus en réussite à l'occasion de l'égalisation lausannoise à la 11e. Alors que l'indispensable Tömmernes venait d'inscrire son 9e but de la saison et de lancer Genève sur les bons rails, Hughes a laissé passer un tir ras glace de Fuchs 32 secondes plus tard.

Excellent en 2022, Tobias Stephan a lui livré sa meilleure imitation de Dominik Hasek à la 35e face à Marco Miranda. Pour éviter le 3-1, le dernier rempart des Vaudois a lancé ses bottines au bon moment. Arrêt-clé qui plus est puisque moins de deux minutes après, Joël Genazzi a pu servir idéalement Frolik pour l'égalisation. Le Tchèque a su se rendre utile. L'ancien gardien de Zoug et Genève n'a en revanche pas été très heureux sur le 2-1 de Vermin à la 15e.

0,014 point d'écart

Le dernier tiers a vu Genève prendre une fois de plus la main grâce à Vouillamoz (42e). Mais les Vaudois ont pu niveler la marque via Sekac, très opportuniste sur une déviation d'un lancer de Fuchs. Au final, le LHC peut s'estimer heureux de repartir des Vernets avec quelque chose. Au classement, le GSHC passe devant Lausanne avec 0,014 point de bonus. Oui, c'est à ça que cela se joue désormais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Premier label de responsabilité numérique au monde lancé en Suisse

Publié

le

Le label lancé en Suisse doit aboutir à un nouveau mouvement mondial sur la responsabilité numérique (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les algorithmes et technologies inquiètent les utilisateurs pour la protection des données, alors que la pandémie a montré leur importance. La Swiss Digital Initiative (SDI) a lancé mardi à Genève le premier label de responsabilité numérique des entreprises au monde.

"Nous voulons ramener la confiance dans les technologies", dit la Fondation lancée en 2020. Le label doit oeuvrer comme point de départ à un mouvement mondial vers la responsabilité numérique.

Avec la pandémie, le télétravail, les applications de réunion en ligne ou encore la santé en ligne se sont multipliés. La confiance dans les prestations numériques, mais aussi dans les institutions qui étaient considérées comme fiables jusqu'à présent, "doit être abordée", a estimé la présidente de la SDI, l'ex-présidente de la Confédération Doris Leuthard. Et Genève était le meilleur site pour lancer une telle action, a-t-elle encore affirmé à la presse.

L'objectif du label, valide pour trois ans, est de rendre les clients d'entreprises sûrs dans l'utilisation du numérique. De leur côté, les acteurs privés qui offrent des applications peuvent montrer la crédibilité de leur engagement sur ces questions, ajoute la SDI. Elles doivent honorer une sorte de nouvelles règles de droit non contraignantes.

Une dizaine d'entreprises suisses ont déjà obtenu ou sont en cours de demande de leur labellisation. Mais celle-ci peut être demandée pour "n'importe quelle prestation partout dans le monde" par des sociétés d'autres pays, estime Mme Leuthard. Les grands groupes technologiques "ont une responsabilité grandissante" et la volonté est de les attirer vers ce nouvel instrument, insiste-t-elle.

Santé, éducation ou encore finance

Au total, 35 critères portent sur quatre composantes, celles de la sécurité, de la protection des données, de la confiance et d'un lien équitable avec l'utilisateur. Des évaluations indépendantes sont menées. "L'importance de la confiance numérique ne fait qu'augmenter", affirme encore la fondation. Des scandales liés à certaines entreprises ont diminué cette confiance, alors que la demande de prestations s'étend.

Pour le moment, le label n'associe pas d'acteurs publics. Mais Mme Leuthard, qui avait fait partie d'un panel de haut niveau de l'ONU sur cette question, "soutiendrait toute initiative" qui renforcerait l'action des Etats, notamment depuis l'Europe.

"Les gouvernements doivent étendre leur intérêt pour la responsabilité numérique", selon elle. Et d'ajouter que la Chine cherche plutôt à contrôler, là où les Etats-Unis sont plutôt actifs sur les avancées technologiques. "L'Europe a les valeurs et les règles", dit-elle.

Le label est notamment significatif là où les données sont importantes, où les conséquences de l'utilisation du numérique sont élevées, où ces prestations en ligne n'ont pas d'alternative et où celles-ci sont exploitées à un rythme rapide et sur de nombreux territoires. Notamment dans la santé, l'éducation ou la finance.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Aux HUG, même les soignants positifs sont les bienvenus en renfort

Publié

le

Christine Robin, infirmière responsable d'équipe aux HUG / Miguel Hernandez

Ces dernières semaines des volontaires ont rejoint les soignants pour face à la cinquième vague de Covid. Certains d'entre eux ont même travaillé en étant positifs. Témoignage d'une infirmière appelée en renfort.

Des retraités et des volontaires aux secours des HUG. Pour faire face à la cinquième vague de Covid, les Hôpitaux Universitaires de Genève ont fait appel ces dernières semaines à des renforts. Sous certaines conditions, des volontaires ont pu profiter d’un allègement des mesures d’isolement pour venir travailler, même s’ils étaient positifs au coronavirus. C'est notamment le cas de Christine Robin, infirmière responsable d'équipe aux HUG.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

Concrètement, le fait d'être positive au coronavirus a-t-il changé quelque chose dans sa manière de travailler? La réponse de Christine Robin.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

Aider les autres, un leitmotiv

Revenir aider les soignants semblait tout naturel pour l'infirmière. Surtout face aux nombreuses absences en lien avec le variant Omicron. Christine Robin explique ce qui l'a motivé à reprendre le travail.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

À noter que depuis début janvier, 97 collaborateurs des HUG on bénéficié d'un allégement de leur isolement pour pouvoir venir travailler tout en étant positifs.

Continuer la lecture

Economie

Les travaux écologiques considérés comme des frais d'entretien

Publié

le

A Genève, les travaux à caractère écologique sont désormais considérés comme des frais d'entretien et n'augmentent plus la valeur fiscale d'un bien (illustration). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

A Genève, la valeur fiscale d'un logement n'augmentera plus à cause de travaux à caractère écologique. L'administration fiscale cantonale considère désormais ces dépenses comme des frais d'entretien. La nouvelle pratique s'applique à toutes les taxations en cours.

L'administration fiscale cantonale favorise ainsi les dépenses visant à économiser l'énergie pour les contribuables propriétaires de leur logement, a indiqué mardi le Département des finances (DF). Jusqu'à présent, ces dépenses étaient qualifiées d'office d'investissements, avec pour effet d'augmenter la valeur fiscale du bien et donc l'impôt sur la fortune.

A présent, certains travaux, comme le remplacement d'une chaudière à énergie fossile par une pompe à chaleur ou la rénovation de fenêtres munies d'un simple vitrage par un verre isolant double ou triple, sont considérés comme des frais d'entretien. L'administration fiscale procédera à un examen de toutes les taxations encore en cours, quelle que soit la période fiscale concernée, précise le DF.

Cette nouvelle pratique s'inscrit dans le sillage de l'adoption, par le Conseil d'Etat, du plan directeur de l'énergie 2020-2030, qui prévoit de sortir Genève de l'énergie fossile. D'autres adaptations fiscales du même type devraient voir le jour très prochainement, espère la grande argentière Nathalie Fontanet.

A noter que cette mesure n'a aucune incidence sur l'impôt sur le revenu. Conformément à la loi, les dépenses à caractère écologique continueront à pouvoir être déduites du revenu imposable et à pouvoir bénéficier d'une déductibilité étalée dans le temps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Des pros de l'improvisation jouent leur première pièce écrite

Publié

le

A Genève, une pièce de théâtre parle des rêves que l'on poursuit dans la vie. Une succession de tableaux écrits par des champions de l'improvisation. Elle se joue dès ce mardi au théâtre de la Madeleine. 

Au théâtre de la Madeleine, à Genève, les spectacles se succèdent en ce moment. La pandémie a causé du retard dans les programmations. Ce mardi 18 janvier débute une pièce au titre accrocheur qui promet de briser la morosité ambiante. «Des trucs qui font rêver, merde ! » a été écrite par trois acteurs, des cracks de l’improvisation. Judith Monfrini s’est rendue à leur répétition.

La mise en scène est signée Dardan Shabani. Le spectacle débute ce soir et se joue jusqu’à  jeudi.

Retrouvez toutes les infos sur le site www.alliance-créative.ch

Continuer la lecture