Rejoignez-nous

International

US Open: Un spectateur expulsé après avoir crié l'hymne nazi

Publié

,

le

Alexander Zverev a entendu un fan chanter l'hymne nazi pendant son match contre Jannik Sinner (© KEYSTONE/EPA/WILL OLIVER)

Un spectateur a été expulsé de l'US Open pendant le match d'Alexander Zverev contre Jannik Sinner. Ceci après avoir crié depuis les tribunes les paroles de l'hymne de l'Allemagne nazie.

Zverev servait dans le quatrième set en huitième de finale sur le court Arthur Ashe lorsque l'incident s'est produit. L'Allemand, 12e mondial, s'est adressé à l'arbitre de chaise James Keothavong pour se plaindre. "Il vient de dire la phrase d'Hitler la plus célèbre au monde, a déclaré Zverev à l'arbitre. C'est incroyable."

Keothavong a ensuite consulté les responsables de la sécurité pour tenter d'identifier le coupable. Finalement, un homme portant une casquette de baseball bleue a été désigné et a reçu l'ordre de quitter l'enceinte.

 

Zverev a ensuite déclaré aux journalistes qu'il avait entendu le spectateur chanter les premières paroles de l'hymne allemand de l'époque nazie, "Deutschland Uber Alles". "Il a commencé à chanter l'hymne hitlérien de l'époque - Deutschland Uber Alles - c'était un peu trop", a déclaré Zverev.

"Il s'est impliqué dans le match pendant un long moment et cela ne me dérange pas. J'aime quand les fans sont bruyants, j'aime quand les fans sont émotifs, mais je pense qu'en tant qu'Allemand, je ne suis pas vraiment fier de cette histoire, ce n'est pas vraiment une bonne chose à faire", a ajouté le joueur de 26 ans.

"Et lui, assis dans l'un des premiers rangs, beaucoup de gens l'ont entendu. Si je ne réagis pas, je pense que ce n'est pas bien de ma part", a-t-il souligné.

Zverev a cependant déclaré qu'il n'avait pas laissé l'incident l'ébranler, lui qui a finalement remporté une victoire en cinq sets contre le no 6 mondial 6-4 3-6 6-2 4-6 6-3.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Indonésie: le mont Ruang entre en éruption à nouveau

Publié

le

Le volcan s'est à nouveau réveillé, propulsant selon l'Agence de volcanologie de l'archipel son panache de fumée à 400 mètres au-dessus du cratère. (© KEYSTONE/EPA/BASARNAS HANDOUT)

Un volcan du nord de l'Indonésie est à nouveau entré en éruption vendredi, propulsant une colonne de cendres dans le ciel, quelques jours après des éruptions qui ont contraint à l'évacuation de milliers d'habitants d'une île voisine.

Le mont Ruang, dans la région reculée de Sulawesi du Nord, était déjà entré en éruption mardi soir, rejetant dans une lumière incandescente une lave couleur de feu et un nuage de cendres.

Bien que les autorités aient déclaré vendredi matin que le volcan avait commencé à se calmer, elles avaient maintenu le plus haut niveau d'alerte, synonyme de haute activité volcanique, et décrété l'évacuation dans une zone d'exclusion de six kilomètres de rayon.

Mais à 17h06 (11h21 suisses) le volcan s'est à nouveau réveillé, propulsant selon l'Agence de volcanologie de l'archipel son panache de fumée à 400 mètres au-dessus du cratère.

"J'ai été très surpris que le volcan entre à nouveau en éruption. Nous sommes effrayés", a dit Riko, 30 ans, qui habite l'île voisine de Tagulandang, où la population s'était affairée dans la matinée à déblayer avec l'aide de l'armée les débris volcaniques retombés ces derniers jours dans la zone.

Selon l'Agence de volcanologie locale, le nuage de cendres grises craché vendredi par le mont Ruang se déplaçait cette fois vers le sud.

Aéroport fermé

L'Agence de volcanologie avait prévenu du risque persistant de projections rocheuses, de masses d'air chaud et de coulées de lave.

Nombre de maisons étaient vides, et il n'y avait pas d'électricité dans une partie de l'île avant même la nouvelle éruption.

Plus de 6000 habitants avaient été évacués vers le versant opposé de l'île, hébergés pour certain dans des églises ou des écoles, selon Joikon Sakunde, un responsable des services d'urgence.

La fermeture de l'aéroport international de Manado City, à plus de 100 km du volcan, avait également été prolongée jusqu'à vendredi soir.

Les autorités avaient averti y compris sur le risque de tsunami en cas d'effondrement d'un pan entier du volcan dans la mer.

En 2018, une violente éruption de l'Anak Krakatoa, situé entre les îles principales de Java et Sumatra, avait engendré un tsunami responsable de plus de 400 morts et de milliers de blessés.

L'Indonésie, vaste archipel d'Asie du Sud-Est, se trouve sur la "ceinture de feu" du Pacifique, une zone d'importante activité volcanique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trafic d'espèces protégées entre la Guyane et l'Alsace

Publié

le

Plus de 1000 araignées ont été découvertes, avant tout des veuves noires (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ALEX BRANDON)

Un trafic d'espèces protégées entre la Guyane et l'Alsace a été démantelé et plus d'un millier de veuves noires - des araignées venimeuses - et de reptiles ont été saisis, a annoncé vendredi le parquet de Strasbourg.

De nombreuses espèces protégées détenues illégalement, parfois dans des lieux "hébergeant des enfants", ont été découvertes lors de 14 perquisitions menées en différents endroits du territoire français.

Au total 97 mygales, 1000 veuves noires au venin potentiellement mortel, ainsi que des reptiles (5 boas, 4 pythons), 22 scorpions, des tortues et deux grenouilles à flèche empoisonnée.

Les enquêteurs ont découvert que quatre personnes habitant en Alsace se rendaient régulièrement en Guyane ou dans des pays étrangers pour chercher des arachnides et des reptiles afin de les vendre illégalement en France pour un montant total estimé à plusieurs milliers d'euros.

Ces quatre personnes ont été déférées vendredi au parquet de Strasbourg en vue de leur placement sous contrôle judiciaire. Elles seront jugées en septembre et trois autres convocations à la même audience ont été transmises à des acheteurs, a indiqué le parquet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Vaste zone de l'Alaska protégée: limiter l'exploitation pétrolière

Publié

le

La zone en question fait partie de ce qui est appelé la réserve nationale de pétrole, dans le nord-ouest de l'Alaska. La mesure permet d'interdire l'attribution future de nouveau bail d'exploitation sur des millions d'hectares. (© KEYSTONE/AP/David W. Houseknecht)

Le gouvernement de Joe Biden a annoncé vendredi le classement en zone protégée d'une vaste région dans l'ouest de l'Alaska, afin de limiter son utilisation pour l'exploitation pétrolière ou gazière.

"Je suis fier d'annonce que mon administration agit pour préserver plus de 13 millions d'acres (environ 5,3 millions d'hectares ou l'équivalent du territoire de la Bosnie-Herzégovine NDLR) dans l'ouest de l'Arctique", a déclaré dans un communiqué le président américain.

"Mon administration continuera à prendre des mesures ambitieuses pour répondre à l'urgence de la crise climatique, protéger les terres et eaux de l'Amérique, et remplir notre responsabilité vis-à-vis de la prochaine génération d'Américains", a ajouté Joe Biden.

La zone en question fait partie de ce qui est appelé la réserve nationale de pétrole, dans le nord-ouest de l'Alaska. La mesure permet d'interdire l'attribution future de nouveau bail d'exploitation sur des millions d'hectares.

Cette région abrite des ours polaires et grizzlis, des caribous, et des centaines de milliers d'oiseaux migrateurs, a souligné le ministère de l'Intérieur, chargé des terres fédérales aux Etats-Unis. Les populations locales chassent ou pêchent ces ressources pour leur subsistance.

Equilibre entre protection et développement

L'année dernière, le gouvernement Biden avait approuvé un grand projet pétrolier en Alaska, le projet Willow du géant américain ConocoPhillips, déclenchant la colère des défenseurs de l'environnement aux Etats-Unis.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président démocrate, le gouvernement "a maintenu son engagement à restaurer un équilibre approprié entre protection et développement", a déclaré dans un communiqué vendredi sa ministre de l'Intérieur Deb Haaland.

La mesure, qui intervient à quelques jours du Jour de la Terre et en pleine année électorale, pourrait aider le président Joe Biden a mettre en avant son bilan en termes de mesures climatiques, notamment auprès des jeunes.

L'annonce a cette fois immédiatement été applaudie par les organisations environnementales.

"Nous saluons cette avancée nécessaire", a réagi dans un communiqué Mattea Mrkusic, de l'organisation Evergreen, en rappelant que l'Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que le reste de la planète.

"Nous applaudissons cette étape et appelons à des mesures encore plus courageuses pour faire en sorte de tenir l'industrie fossile à l'écart de l'Arctique, pour le bien du climat et des générations futures", a déclaré Jeremy Lieb, avocat pour l'organisation Earthjustice.

Le gouvernement Biden a également annoncé vendredi vouloir bloquer la construction d'une route en Alaska qui permettrait de mener à de nouvelles mines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Otan prête à livrer plus de systèmes de défense antiaérienne à Kiev

Publié

le

Un soldat ukrainien durant sa formation à l'usage du système Patriot. (© KEYSTONE/dpa/Sebastian Gollnow)

Volodymyr Zelensky a demandé vendredi à l'Otan de lui livrer le plus vite possible des armes. Ca "ne peut plus attendre". l'Alliance a déjà annoncé un accord pour des systèmes de défense antiaérienne, à la veille d'un vote crucial aux Etats-Unis.

Le président ukrainien s'est exprimé en visioconférence devant l'Otan à la veille d'un vote clé du Congrès américain sur une aide de 61 milliards de dollars, attendue depuis plusieurs mois par Kiev qui manque d'hommes et de munitions face à des Russes en supériorité sur le front et qui multiplient les frappes.

"Nous ne pouvons plus attendre que des décisions soient prises. Je vous demande de prendre en considération nos demandes le plus rapidement possible", a lancé Volodymyr Zelensky, selon des propos rapportés par ses services.

Sept Patriot

"Cela dépend entièrement de votre choix (...) Le choix de déterminer si nous sommes vraiment alliés", a-t-il poursuivi, réclamant notamment au moins sept systèmes antiaériens Patriot supplémentaires, deux jours après une frappe russe particulièrement meurtrière qui a fait 18 morts mercredi à Tcherniguiv (nord).

Quant à repousser les troupes russes, "tant que la Russie a l'avantage dans les airs et peut s'appuyer sur la terreur menée par les drones et les roquettes, nos capacités au sol sont malheureusement limitées", a reconnu le président ukrainien.

A l'issue de ce conseil entre les ministres de la Défense de l'Otan et M. Zelensky, le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, a annoncé un accord pour livrer à Kiev plus de systèmes antiaériens, sans préciser dans quel délai.

Les ministres des Affaires étrangères des Etats du G7 ont dans le même temps pris vendredi "l'engagement" de "renforcer" les moyens de défense antiaérienne de l'Ukraine, après une réunion en Italie.

L'Ukraine fait face à des pénuries de munitions et est dans l'incapacité de protéger l'ensemble de ses villes et de ses infrastructures énergétiques, régulièrement ciblées par l'armée russe depuis plusieurs semaines.

Kiev n'a de cesse de réclamer à ses partenaires munitions et systèmes antiaériens pour contrer ces frappes russes, mais les divisions en Europe et surtout à Washington ont ralenti les livraisons dans le domaine militaire.

Frappe sur Dnipro

Sur le terrain, des frappes nocturnes russes ont fait au moins 7 morts, dont deux enfants, et 34 blessés dans la région de Dnipropetrovsk (centre-est), selon les secours ukrainiens. Un précèdent bilan, revu depuis à la baisse, faisait état de huit morts.

Le district de Synelnykové, au sud-est de Dnipro, la capitale de la région, a été touché, ainsi qu'un immeuble d'habitation à Dnipro même.

"Des opérations de secours sont en cours pour retrouver des personnes qui pourraient être sous les décombres", ont indiqué dans la soirée les services d'urgence ukrainiens.

La compagnie publique ukrainienne des chemins de fer Ukrzaliznytsia a dénoncé "un bombardement massif" de ses infrastructures à Dnipro et dans sa région, faisant état d'une employée tuée et de sept blessés.

Dans la localité de New York, proche du front dans la région de Donetsk (est), une personne a par ailleurs été tuée et une autre blessée dans un bombardement, a annoncé le gouverneur local.

Volodymyr Zelenski avait annoncé plus tôt dans la journée s'être rendu auprès des soldats dans la région de Donetsk, dans l'est, où l'armée russe accentue sa pression, et avoir inspecté "la construction de fortifications", une des priorités actuelles de l'Ukraine.

Bombardier stratégique "abattu"

Malgré ses difficultés, Kiev a revendiqué vendredi un succès dans son combat contre les bombardements russes.

Le commandant de l'armée de l'air ukrainienne Mykola Olechtchouk a affirmé vendredi que ses forces avaient, "pour la première fois", "détruit un bombardier stratégique de longue portée Tu-22M3, porteur de missiles de croisière X-22".

Selon le renseignement militaire ukrainien (GUR), l'avion avait participé aux bombardements nocturnes et "a été abattu dans une opération spéciale".

Le GUR assure que cet appareil est tombé dans la région de Stavropol, dans le sud-ouest de la Russie.

Le porte-parole de l'armée de l'air ukrainienne, Illia Ievlach, a déclaré à l'AFP qu'il "s'agissait de l'avion qui a bombardé Dnipro et Kryvyï Rig", assurant avoir "vengé nos villes et civils".

Le ministère russe de la Défense n'a pas confirmé que des tirs ukrainiens avaient visé l'un de ses avions militaires mais une source au sein de l'armée a déclaré à l'agence de presse d'Etat TASS qu'un bombardier supersonique Tupolev-22M3 s'était "écrasé dans la région de Stavropol après une mission de combat, en rentrant sur sa base".

Le gouverneur de la région de Stavropol, Vladimir Vladimirov, a pour sa part fait savoir qu'un Tupolev-22M3 s'était écrasé après un incident "technique" et qu'au moins un membre de l'équipage avait perdu la vie.

Deux autres membres de l'équipage de l'appareil, qui se sont ejectés, ont été retrouvés vivants et les secours cherchent toujours le quatrième, a-t-il précisé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Remco Evenepoel "dans les temps" pour le Tour de France

Publié

le

Remco Evenepoel sera prêt pour son premier Tour de France (photo d'archives). (© KEYSTONE/EPA EFE/MANUEL BRUQUE)

Deux semaines après sa lourde chute sur le Tour du Pays basque, Remco Evenepoel va "mieux de jour en jour". Le Belge se dit "dans les temps" pour être performant lors de son premier Tour de France.

"J'ai pas mal souffert, surtout la première semaine, mais je sens que la douleur s'estompe. J'espère reprendre la préparation sur et hors vélo la semaine prochaine", a-t-il déclaré dans une interview sur le site de son équipe Soudal Quick-Step. Le Belge se remet de ses fractures à la clavicule et l'omoplate droites subies lors d'une chute à plus de 80 km/h en compagnie de plusieurs coureurs.

Evenepoel, 24 ans, estime qu'il n'a "pas à se plaindre" comparé notamment au Danois Jonas Vingegaard, le double vainqueur du Tour, victime d'une fracture à la clavicule mais aussi de plusieurs côtes et d'un pneumothorax.

"Ca a été moins grave que pour d'autres et ça aurait pu être bien pire", a commenté le Belge qui s'était retrouvé à côté du Slovène Primoz Roglic, lui aussi impliqué dans la chute, à l'hôpital de Vitoria où les coureurs arrivaient "un par un".

"J'ai hâte que le Tour de France commence. Chaque entraînement depuis cet hiver est en fonction de cet objectif et des Jeux Olympiques derrière. Je suis chanceux au final de m'être blessé et pas dans quelques semaines", a ajouté Evenepoel.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture