Rejoignez-nous

Sport

Pas de nouvel exploit pour Wawrinka

Publié

,

le

Stan Wawrinka a mordu la poussière face à Alexander Zverev en quarts de finale du tournoi de Paris-Bercy (© Keystone/AP Photo/Christophe Ena).

Battu par Alexander Zverev, Stan Wawrinka ne défiera pas Rafael Nadal en demi-finale du Masters 1000 de Paris-Bercy.

Moins de vingt-quatre heures après son succès sur le Russe Andrei Rublev qui restait sur une série de onze victoires, Stan Wawrinka s’est incliné face à Alexander Zverev vainqueur 6-3 7-6 (7/1). Cette quatrième défaite en quatre rencontres face au dernier finaliste de l’US Open n’était pas inéluctable. Le Vaudois n’a-t-il pas mené 5-4 30-15 sur son service au second set avant de perdre quatre points d’affilée pour permettre à l’Allemand de recoller au score ?

Wawrinka émoussé

Sans doute émoussé par les efforts déployés tard mercredi et jeudi devant Tommy Paul et A. Rublev, Stan Wawrinka a sans doute manqué d’un peu de fraîcheur pour stopper un joueur qui avait gagné ses dix derniers matches – il a remporté les deux tournois indoors organisés à Cologne – et qui ne semble pas être perturbé par les récentes révélations sur sa vie privée.

Un bilan mitigé

Ce quart de finale de Paris-Bercy a, ainsi, été le dernier match de Stan Wawrinka qui présente pour cette saison un bilan sur le Circuit de quinze victoires contre huit défaites. Marquée par un premier coup d’éclat avec son quart de finale à Melbourne où il avait déjà été stoppé par Alexander Zverev, cette année si particulière en raison de la pandémie du coronavirus n’a sans doute pas répondu à toutes ses attentes. L’incroyable défaite de Roland-Garros contre le qualifié Hugo Gaston restera comme le gros couac que personne n’avait osé voir venir.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Après Servette – Bâle: la VAR en question

Publié

le

Samedi soir, l'arbitre du match Servette - Bâle Alessandro Dudic, en bleu ciel, a interrompu le jeu durant de longues minutes avant de valider le but marqué par Grejohn Kyei (© KEYSTONE/Martial Trezzini)

L’assistance video suscite toujours bon nombre d’interrogations, voire même la perplexité. Dernier exemple en date, le temps nécessaire pour visionner les images du premier but lors du match Servette – Bâle et s’assurer de la bonne application d’une règle entrée en vigueur récemment.

La vingt-quatrième journée de Super League a permis à Servette de grimper au deuxième rang Super League grâce à sa victoire sur le FC Bâle (2-1) samedi au Stade de la Praille.
Les Servettiens qui ont dû attendre l’heure de jeu pour ouvrir le score par Grejohn Kyei avant que Gaël Ondoua ne double la mise à une vingtaine de minutes de la fin. Et ce premier but avait d’abord été annulé par l’arbitre avant d’être finalement validé par la VAR…
En cause la position de l’attaquant grenat signalé hors-jeu par le juge de touche.
Remise en question, la décision n’a été invalidée qu’après cinq bonnes minutes, le défenseur central visiteur Gonçalo Cardoso semblant avoir effleuré le ballon.
Le temps pour le directeur de jeu de s’entretenir avec les préposés à l’assistance video, puis de visionner longuement des images pas nécessairement très claires.

 

Anciens coéquipiers sous le maillot durant leur carrière de joueurs, les entraineurs Ciriaco Sforza, à gauche, et Alain Geiger ont tous deux fait part de leur perplexité face à l’application de l’assistance video samedi soir (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Geiger perplexe

Tout ça pour s’assurer de la bonne application d’une règle qui a changé récemment. Ce fait de jeu pour le moins singulier a suscité des réactions chez le coach visiteur Ciriaco Sforza, mais aussi chez son homologue servettien Alain Geiger qui n’a pas sa perplexité face aux méandres par lesquels les directeurs de jeu doivent passer pour éviter de commettre la moindre erreur…

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Son homologue rhénan a, pour sa part, exprimé son étonnement qu’un défenseur qui aurait effleuré le ballon « avec quelques mèches de cheveux » remette en jeu un attaquant hors jeu au départ…

 

 

https://www.radiolac.ch/sport/servette-deuxieme-de-super-league/

Continuer la lecture

Football

Servette grimpe au deuxième rang de Super League

Publié

le

Le demi défensif Gaël Ondoua, à gauche, qui freine l'action de Pajtim Kasami, en blanc, a inscrit le second but de son équipe d'une magnifique reprise de volée prise de vingt mètres (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Plus solides, les Servettiens sont venus à bout du FC Bâle (2-1) grâce à des buts magnifiques de Kyei et Ondoua; les neuf points récoltés en l'espace d'une semaine leur permettent de s'emparer de la deuxième place au classement. Les visiteurs ont réduit l'écart sur penalty par Cabral dans les arrêts de jeu...

Alain Geiger l'avait dit le samedi précédent face au FC Zurich (3-1): son équipe allait vivre cinq sur cinq par ses joueurs qui ont répondu présent à 100%. D'abord à Saint-Gall (1-0) mercredi, puis dans une approche différente samedi face aux Bâlois. Cette troisième victoire a mis du temps à se dessiner. Elle a pris en forme en seconde mi-temps.

La VAR en vedette

Avec des faits de jeu où la VAR est intervenue. Un penalty a d'abord été accordé aux Servettiens avant d'être annulé par l'arbitre Alessandro Dudic. Scenario inverse en seconde période: le but de Grejohn Kyei sur un centre parfait de Gaël Clichy a dans un premier temps été annulé avant d'être finalement accordé. Motif : une position de hors-jeu de l'attaquant grenat remise en question par une imperceptible - à première vue en tous cas - déviation du jeune défenseur central portugais Gonçalo Cardoso. Pour en être tout à fait sûr, il a fallu visionner et revisionner les images durant de longues minutes. Ce qui n'a pas empêché les joueurs d'Alain Geiger de laisser éclater leur joie.  En dépit de tout le temps passer à attendre et à "geler" sur place.

Servette deuxième

Grâce à ce succès, le SFC dépossède les Rhénans de leur deuxième place. Au-delà du résultat, cette issue est logique. D'abord, le onze grenat a une nouvelle fois fait étalage de son talent en phase offensive et sa solidité en phase défensive. Ensuite parce que l'équipe de Ciriaco Sforza en est déjà à son sixième match sans victoire et que son dernier succès remonte à plus d'un mois. Un succès heureux qui plus est sur Lausanne-Sport (3-1) dans la capitale vaudoise. Seul à pouvoir dépasser un Servette qui semble de mieux en mieux maîtriser une saison présentée comme difficile (et qui d'ailleurs l'était il n'y a pas si longtemps), Saint-Gall s'est incliné dimanche à Lucerne (2-4) après avoir mené de deux longueurs en tout début de match. Une satisfaction pour le mentor valaisan de la Praille qui ne cède cependant pas à l'euphorie du moment...

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture

Ski nordique

Les Suissesses vice-championnes du Monde en sprint!

Publié

le

Heureuses après avoir franchi la ligne d'arrivée, Nadine Faehndrich, de face, et Laurien van der Graaff n'en reviennent pas: elles viennent de réaliser un exploit à Oberstdorf en remportant le sprint par équipes grâce à une course remarquable sur le plan tactique (© KEYSTONE/Gian Ehrenzeller)

La Lucernoise Nadine Fähndrich et la Grisonne Laurien van der Graaff ont remporté la médaille d'argent dans le sprint par équipes aux championnats aux Monde à Oberstdorf (RFA). C'est un véritable exploit pour les deux fondeuses helvétiques qui n'ont été devancées que par les Suédoises Maja Dahlqvist et Jonna Sundling en finale.

"C'est incroyable. Ca fait si longtemps que je rêvais d'une médaille. Maintenant, elle est là. L'émotion est forte, c'est indescriptible", a lâché Laurien van der Graaff (33 ans), qui compte deux victoires en sprint individuel en Coupe du monde.

Nadine Fähndrich: "c'est méga-cool!"

"C'est un immense soulagement. Toute la pression est retombée sitôt la ligne d'arrivée franchie", a souligné pour sa part Nadine Fähndrich. "C'est une sensation méga cool", a enchaîné la Lucernoise (25 ans), victorieuse du sprint individuel de Dresde en décembre.

C'est d'ailleurs dans la ville de l'ex-RDA que les deux femmes avaient jusqu'ici réalisé leurs meilleures performances. Deuxièmes du sprint par équipes l'année dernière, elles y ont décroché en décembre dernier un succès historique en Coupe du monde, affichant ainsi leurs ambitions pour le rendez-vous d'Oberstdorf (Allemagne).

Leur médaille est la vingt-et-unième conquise par l'Equipe de Suisse aux championnats du monde de ski nordique. Mais l'exploit la paire helvétique est historique: en bronze sur 5 km en 1987 à... Oberstdorf, Evi Kratzer était jusqu'ici la seule Suissesse à être montée sur un podium aux Mondiaux.

Une course tactiquement remarquable

Seul véritable espoir de médaille dans le camp suisse avant ces joutes, le deux Suissesses ont su résister à la pression, réussissant une finale remarquable sur le plan tactique. Nadine Fähndrich, qui assurait le dernier relais, a ainsi pu lâcher la Russe Natalia Nepryaeva bien avant la dernière ligne droite.

Eliminée dès les qualifications du sprint individuel, la Lucernoise n'a certes rien pu faire au sprint face à Jonna Sundling, s'inclinant de près d'une seconde (0''95). Mais cette médaille d'argent vaut presque de l'or. Le bronze est par ailleurs revenu aux Slovènes Eva Urevc et Anamarija Lampic (à près de trois secondes et demi), la Russie craquant sur la fin.

Hediger et Furger loin du podium

Pas d'exploit helvétique en revanche dans le sprint masculin. Le Vaudois Jovian Hediger et son compère Roman Furger ont dû se contenter du neuvième rang dans une course remportée par les favoris norvégiens Erik Valnes et Johannes Hösflot Klaebo. Ils ont concédé près de trente secondes aux vainqueurs.

Grosse déception pour le Vaudois Jovian Hediger, au premier plan, et Roman Furger qui terminent neuvièmes du sprint par équipes masculin (© KEYSTONE/Gian Ehrenzeller)

 

Jovian Hediger
Fondeur/9e aux Mondiaux en sprint
Jovian HedigerFondeur/9e aux Mondiaux en sprint

 

Cologna dizième en skiathlon

Dario Cologna n'avait pas non plus pu s'immiscer dans la lutte pour les médailles samedi sur le skiathlon (30 km). Le Grison a terminé 10e d'une course remportée par le Russe Alexander Bolshunov, qui a forcé la décision dans le dernier raidillon pour obtenir à vingt-quatre ans son premier titre mondial en devançant cinq Norvégiens.

Champion du monde 2013 et champion olympique 2014 en skiathlon, Dario Cologna a parfaitement résisté pendant la partie en style classique, bien aidé par Jason Rüesch. Mais les deux Helvètes n'ont rien pu faire en skating, accusant déjà plus de dix secondes de retard sur la tête de la course après 16,2 km.

Même si - comme il le rappelait lui-même avant cette épreuve - seules les médailles comptaient, Dario Cologna s'est arraché au sprint pour prendre la deuxième place. Il a concédé deux minutes et huit dixième de secondes à Alexander Bolshunov. Jason Rüesch a obtenu une belle quinzième place, Jonas Baumann et Candide Pralong se classant respectivement vingtième et trentième.

Aucune Suissesse au départ!

Therese Johaug a pour sa part survolé les débats dans le skiathlon dames (2x7,5 km), cueillant sa onzième couronne planétaire. La Norvégienne a devancé de trente secondes sa dauphine, la Suédoise Frida Karlsson. Aucune Suissesse n'était au départ: Nadine Fähndrich a eu l'excellente idée de préserver ses forces dans l'optique du sprint par équipes.

 

 

 

Textes: ATS/bb

Photos: Keystone

Continuer la lecture

Football

Servette gagne grâce à deux buts de Miča et un penalty

Publié

le

Miroslav Stevanovic donne l'avantage à Servette d'une reprise acrobatique sur une remise de la tête de Vincent Sasso à l'heure de jeu (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Servette renoue avec la victoire en battant le FC Zurich (3-1) samedi dans son stade. Deux buts de Miroslav Stevanović et un penalty transformé par Theo Valls permettent aux joueurs d'Alain Geiger de s'éloigner quelque peu de la zone dangereuse.

Alain Geiger a vécu une soirée parfaite à l'occasion de son centième match sur le banc grenat. Mené contre le cours de jeu au terme du premier quart suite à un maître-tir dans la lucarne de l'arrière latéral gauche visiteur Fabian Rohner, les Servettiens ont poursuivi sur leur lancée des premières minutes. Ils ont exercé une pression plus forte sur leurs adversaires dès le milieu de la première mi-temps, un but sur corner est venu les récompenser de leurs efforts donnant l'occasion à Miroslav Stevanović d'égaliser de la tête, exploitant au mieux une remise de l'occiput de Grejohn Kyei. On ne jouait pas encore depuis une demi-heure, qu'ils avaient déjà remis les pendules à l'heure.

La "bicyclette" de Stevanović

La seconde période a commencé tambour battant. Trois occasions très nettes - dont deux du néerlandais Alex Schalk et un tir sur le poteau de Kyei - ont permis de confirmer l'impression des quarante-cinq premières minutes: les joueurs d'Alain Geiger étaient lancés vers leur deuxième victoire de ce début d'année. Ce n'était qu'une question de temps et à l'heure de jeu, "Miča" Stevanović encore lui a fait trembler les filets zurichois d'une spectaculaire bicyclette (un ciseau retourné, si vous préférez) suite à une remise de la tête du défenseur central Vincent Sasso, monté à l'abordage sur un nouveau corner. Le troisième but est le fruit d'un penalty, obtenu grâce à une faute de Hekuran Kryeziu sur Steve Rouiller, transformé par Theo Valls. De quoi tirer deux enseignements: c'est le premier coup de pied de réparation réussi après trois essais manqués; ce but est survenu consécutivement à un coup de coin également.

Des corners travaillés

Manifestement, Alain Geiger ont travaillé les coups de pieds lors de la semaine d'entraînement dont ils ont bénéficié avant la venue du FC Zurich... Même si le mentor valaisan de la Praille aurait voulu que son équipe trouve le chemin des filets dans le jeu, c'est une satisfaction de plus. Grâce à cela, les Servettiens s'éloignent quelque peu de la zone dangereuse et peuvent autant regarder davantage vers le haut du classement. Et cela, ils le doivent en grande partie à M. Stevanović qui a marqué deux fois samedi soir.

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

 

Photo: © KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les Suissesses en France pour aller à l’Euro

Publié

le

GaëlleT Gaëlle Thalmann
Gaëlle Thalmann se détend de tout son long: la gardienne de Servette Chênois a réalisé plusieurs arrêts de grande lors de la première rencontre amicale face aux Françaises samedi soir (KEYSTONE/Ennio Leanza).

L'Equipe de Suisse de Nils Nielsen se prépare assidûment pour décrocher sa qualification pour la phase finale de l'Euro l'année prochaine (06-31.07.22) en Angleterre, avec entre autres deux rencontres amicales face à la France.

Un tournoi qui se transforme en double défi pour l'Equipe de Suisse. Le coronavirus est passé par là. Norvégiennes et Islandaises ont jeté l'éponge à cause de la situation sanitaire. Malgré cela, l'ASF et la FFF, les instances nationales du ballon rond suisse et française se sont mises d'accord pour mettre sur pied deux confrontations au lieu d'une seule. Avec la présence de deux joueuses de Servette Chênois dès le coup d'envoi, la première de ces rencontres s'est soldée par une défaite honorable pour les Suissesses samedi soir à Metz (0-2) grâce à une performance d'ensemble qui réjouit Gaëlle Thalmann.

Gaëlle Thalmann
Gardienne de l'Equipe de Suisse
Gaëlle ThalmannGardienne de l'Equipe de Suisse

 

Gaëlle Thalmann : une communication "propositive"

La gardienne de Servette Chênois n'a capitulé que sur une tête de Wendie Renard (12e) et une reprise de volée de Perle Morroni (84e). Elle s'est signalée à l'attention des observateurs en réussissant de nombreuses parades, ce qui a permis à la sélection helvétique de rester dans le match.  Mais loin de tirer la couverture à elle, la Fribourgeoise a également tenu à rendre hommage à ses coéquipières notamment celles de la défense centrale, en particulier Luana Bühler.

Gaëlle Thalmann
Gardienne de l'Equipe de Suisse
Gaëlle ThalmannGardienne de l'Equipe de Suisse

 

LoulouB LuanaBüehler

Pilier de la défense centrale, Luana Buehler a parfaitement dirigé l'arrière-garde helvétique samedi soir à Metz (© KEYSTONE/Alessandro della Valle).

Sandy Maendly : la cerise sur le gâteau

Mais ces rencontres amicales et le camp d'entraînement à Kloten qui les a précédé servent surtout de préparation aux matches de barrage à jouer en avril. Car les Suissesses ambitionnent toujours de se qualifier pour l’Euro'22 dont la phase finale se jouera en Angleterre. Entrée en fin de partie face à la Roumanie (2-0), absente en Belgique l'automne dernier, Sandy Maendly est de retour avec l'équipe nationale. Quelles sont ses attentes.

Sandy Maendly
Joueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse
Sandy MaendlyJoueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse

 

Cependant les joueuses de Nils Nielsen ne connaissent pas exactement leur situation avant d'aborder cette période de préparation: feront-elles partie des meilleures deuxièmes directement qualifiées pour la phase finale ou devront-elles passer par les matches de barrage?

Sandy Maendly
Joueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse
Sandy MaendlyJoueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse

 

Sandy Maendly a retrouvé l'Equipe de Suisse avec d'autant plus de plaisir qu'elle a été alignée dès le coup d'envoi par le coach national national samedi soir à Metz face à la France (© KEYSTONE/Alessandro della Valle).

 

"A 99% en barrage"

Si elles ont encore une chance théorique de se qualifier directement comme l’une des trois meilleures deuxièmes, elles devront sans doute passer par les matches de barrage. C’est la conséquence de la nette défaite subie à Louvain (0-4) début décembre lors de la dernière rencontre de qualification du groupe. Une déception pour la Servettienne Sandy Maendly qui se projette sur les prochaines échéances.

Sandy Maendly
Joueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse
Sandy MaendlyJoueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse

 

Les Suissesses se sont préparées à Kloten avant de se rendre en France, puis d'aller jouer - selon toute vraisemblance - des matches de barrage qualificatifs pour la phase finale de l'Euro'22 en Angleterre (© KEYSTONE/Ennio Leanza).

 

Tirage au sort début mars à Nyon

Les Suissesses connaîtront leur sort après la partie opposant l’Italie à Israël qui se jouera mercredi (17h30) à Florence. Elles ne seront qualifiées que si les Italiennes ne gagnent pas ou seulement par 1-0. Tout autre score obligerait les joueuses de Nils Nielsen à passer par les matches de barrage qui se joueront au mois d’avril. Elles connaîtront leurs adversaires un mois plus tôt, lors du tirage au sort le 5 mars à Nyon.

Continuer la lecture