Rejoignez-nous

Sport

Malgré tous ses efforts, la NBA n'a pas atteint le 100% de vaccinés

Publié

,

le

Kyrie Irving (à droite) incarne la résistance à la vaccination en NBA (© KEYSTONE/EPA/JASON SZENES)

Protocoles contraignants, retenues salariales, mise à l'écart... La NBA et ses franchises auront tout tenté pour atteindre les 100% d'injectés avant le début de saison mardi. Sans y parvenir.

Un homme incarne la résistance au vaccin dans la Ligue nord-américaine: Kyrie Irving, une de ses grandes stars, membre du fameux "Big3" (avec Kevin Durant et James Harden) des Brooklyn Nets, favoris pour succéder aux Milwaukee Bucks au palmarès.

Sauf que le meneur de 29 ans ne devrait non seulement pas démarrer la saison, mais pourrait ne pas la jouer du tout. Car ses dirigeants l'ont écarté de l'équipe, tant qu'il refusera la vaccination.

À New York, pour lutter contre la pandémie, la municipalité interdit aux personnes non vaccinées âgées de douze ans et plus de participer à de grands rassemblements publics en intérieur. Décret qui empêche donc les sportifs professionnels concernés de s'entraîner et de disputer les matches à domicile.

Dans le cas d'Irving, qui refuse de se faire immuniser, cela représente au moins 41 matches manqués, sans compter ceux d'éventuels play-off. Or, s'ils ont pu convaincre la municipalité de lui permettre de s'entraîner car leurs installations sont dans un bâtiment privé, les Nets n'ont finalement pas accepté que leur star ne soit "disponible que partiellement".

4% de non-vaccinés

Cette décision retentissante constitue le point culminant du conflit opposant la NBA aux réfractaires à la vaccination, qui sont passés de 10% du contingent avant les stages de présaison à 4%, selon divers médias.

Parmi cette vingtaine de joueurs, la plupart gardent l'anonymat. D'autres ont revendiqué leur choix, comme la star des Wizards, Bradley Beal, ou l'ailier des Nuggets, Michael Porter Jr, nullement pénalisés comme Irving, leurs villes de Washington et Denver n'ayant pas pris de mesure similaire à celles en vigueur à New York, San Francisco et Los Angeles, qui concernent donc les Nets, les Knicks, les Warriors, les Lakers et les Clippers.

À Golden State, le cas d'Andrew Wiggins a démontré que la pression mise sur les joueurs pouvait fonctionner. Après que la NBA a refusé l'argument d'ordre religieux brandi par l'ailier pour refuser la vaccination, ce dernier a finalement décidé de s'y soumettre. Pour pouvoir jouer tous les matches, pas uniquement ceux à l'extérieur, et surtout percevoir l'intégralité de son salaire.

Car la Ligue, en accord avec le syndicat des joueurs (NBPA), a décidé que ceux qui manqueraient des matches en raison de leur refus de se conformer aux obligations locales en matière de vaccination verraient leur salaire réduit. Pour Irving, tant qu'il reste sur sa position, cette perte s'élèvera à 381'000 dollars par rencontre.

Obliger les joueurs à se faire injecter le vaccin, la ligue y a fortement pensé. Mais elle s'est heurtée au refus catégorique de la NBPA, dont Irving est un des vice-présidents. Alors, elle a mis en place des protocoles sanitaires pour la saison qui vient, très contraignants pour les joueurs non vaccinés, qui vont de tests quotidiens aux repas en solitaire, en passant par des possibilités de sorties et des interactions très limitées avec l'extérieur.

James refuse d'encourager

Ni ces restrictions, ni les millions de dollars potentiels de manque à gagner, ni sa mise à l'écart, n'ont fait plier Kyrie Irving qui s'est expliqué sur son choix: "Je ne suis l'avocat d'aucun camp. Je fais ce qui est le mieux pour moi. J'en connais les conséquences et si cela signifie que je serai jugé et diabolisé pour cela, tant pis".

L'infime minorité de non vaccinés en NBA, dont il est le plus célèbre représentant, reflète peu la situation globale aux États-Unis, puisqu'au dernier recensement, 42,7% de la population ne s'est pas encore immunisée.

Ce qui a conduit Michelle Roberts, future ex-directrice de la NBPA, soucieuse d'éviter toute stigmatisation des joueurs, à poser le problème différemment: "La vraie question n'est pas de savoir pourquoi la vaccination n'est pas obligatoire en NBA. La vraie question est de savoir comment nous pouvons (à l'échelle du pays) imiter les joueurs de la ligue".

En faire la promotion, comme s'y prêtent des célébrités qui pèsent, telles que Barack Obama dans des publicités, Kareem Abdul-Jabbar dans un acte militant ou encore dernièrement Michael Jordan avec des mots plus prudents, est une réponse.

Que refuse d'apporter LeBron James. La superstar des Lakers, dont le lobbying pour convaincre les Noirs de voter pour la présidentielle l'an passé a contribué à l'élection de Joe Biden, a refusé d'encourager les gens à se faire vacciner, lui qui s'y est résolu après avoir été longtemps sceptique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

National League: 18e revers de suite pour Ajoie

Publié

le

Une première difficile pour Loïc Galley (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les matches se suivent et les défaites s'enchaînent pour Ajoie. Les Jurassiens ont été écrasés 11-0 à Zoug, où ils ont subi à la fois un "stängeli" et un 18e revers consécutif.

Dans l'antre du tenant du titre, le jeune Loïc Galley (19 ans), gardien des juniors élites de Fribourg, a vécu un baptême du feu bien délicat en National League avec Ajoie, où il effectue une semaine de stage. Son entame a été difficile puisqu'il a cédé deux fois lors des sept premières minutes.

Calvaire

Les choses ne se sont guère améliorées ensuite, avec notamment trois buts concédés en 3'02 au début de l'ultime tiers. Son calvaire a pris fin avec le 8-0 et il a cédé son poste au titulaire Tim Wolf à la 45e.

Genève-Servette a poursuivi sur sa bonne série à domicile en battant les Zurich Lions 3-0. Winnik, auteur des deux premiers buts dans le tiers initial, a été décisif. Vermin a scellé le score final dans le but vide.

Langnau va aussi mal

Les Langnau Tigers ont concédé une 13e défaite de suite. Les Bernois ont perdu 7-4 à domicile contre Lugano. Davos s'est pour sa part imposé 4-3 contre Berne, qui était privé pour ce match de son coach John Lundskog, testé positif au Covid-19. Ses assistants ont dirigé l'équipe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Aide d'un million pour le Stade de Genève

Publié

le

Le Stade de Genève va bénéficier d'une aide d'un million de francs pour 2021, afin de combler le manque à gagner de la fondation en raison de la pandémie de Covid-19 (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Stade de Genève va bénéficier d'une aide d'un million de francs pour 2021. Ce montant vise à combler le manque à gagner de la fondation en raison de la pandémie de Covid-19 et l'arrêt des rencontres de foot pendant des mois.

Le projet de loi accordant cette aide a été traité vendredi en urgence à la demande du Conseil d'Etat "en réponse à une situation exceptionnelle et difficile", a justifié Thierry Apothéloz, magistrat en charge du Sport. Le gouvernement a accordé une avance à la fondation. Ce texte vise à la régulariser, mais aussi à couvrir le droit de superficie en faveur des CFF, a-t-il expliqué.

Seul Ensemble à Gauche a refusé cette aide. "Cela fait des années qu'on renfloue ce stade démesuré de 30'000 places", a déploré Rémy Pagani. Un avis partagé par les Verts, qui ont toutefois accepté cette aide ponctuelle. Pour le PDC, il faudra voir le résultat des négociations de la Fondation du Stade de Genève avec les CFF et le Servette FC. L'aide a été votée par 67 oui, 9 non et 1 abstention.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Lausanne prend l'eau à Zurich

Publié

le

Le défenseur zurichois Patrick Geering tente de freiner le Lausannois Ken Jäger. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Lausanne a pris une leçon d'efficacité au Hallenstadion (1-5) face aux Zurich Lions. Les Vaudois ont buté sur un gardien Ludovic Waeber impérial. Fribourg-Gottéron s'est imposé 4-1 face à Ajoie.

Pour Lausanne, les déplacements au Hallenstadion ne sont guère réjouissants. On se souvient du premier voyage perdu 0-1 et le vilain coup de Mark Barberio sur Garrett Roe, qui avait mis fin à la carrière helvétique du défenseur lausannois. Cette fois, les joueurs de John Fust ont pris une leçon de réalisme dès la première période. Quand Sven Andrighetto et Denis Malgin "tournent", cela fait mal à l'adversaire. Un Tobias Stephan un peu moins efficace que d'habitude et le LHC s'est retrouvé mené 3-0 après vingt minutes. De l'autre côté, Ludovic Waeber s'est montré intransigeant comme il l'a montré dans ses duels gagnés contre Damien Riat (10e) et Michael Frolik (32e). Stephan a laissé sa place à Luca Böltshauser après le 4-0. Tout de même le comportement désinvolte des Lausannois est étonnant après leur bonne série (5 victoires au cours des 6 derniers matches).

Un invraisemblable autogoal qui lobe le gardien Tim Wolf, un bon vieux slap de Julien Sprunger, les Fribourgeois se sont rapidement mis à l'abri face aux Jurassiens, volontaires mais inefficaces. Un démarrage de Bykov et le 16e but de la saison de Marchon ont mis fin aux derniers espoirs ajoulots, entretenus par le but du Canadien Devos. Les Fribourgeois ont assuré un troisième succès de rang tandis qu'Ajoie poursuit son chemin de croix avec une dix-septième défaite de suite.

Berne est parvenu à enchaîner un deuxième succès de suite. Les joueurs de la capitale ont épinglé Zoug (4-1) pour la première fois de la saison en quatre matches.

Un triplé pour Luca Hischier

Face à des Langnau Tigers diminués par les ravages du Covid-19, Bienne n'a pas laissé passer sa chance (7-3). Après trois revers sur le score de 2-3, les Seelandais se sont refait une petite santé. Luca Hischier a inscrit le premier triplé de sa carrière en National League. Avec douze revers de rang, les Emmentalois de l'entraîneur Yves Sarault se retrouvent dans une situation précaire.

Un doublé du Canadien Troy Josephs dont le premier but en infériorité numérique a permis à Lugano de battre 4-1 Ambri-Piotta et de fêter un cinquième succès en six matches face aux Léventins. La partie s'est terminée avec une bagarre quasi générale.

Après une série de quatre défaites, Davos s'est remis en selle avec un succès 3-0 sur la glace des Rapperswil-Jona Lakers. Simon Knak et le revenant de suspension Andres Ambühl ont marqué les deux premiers buts, qui ont placé les Grisons sur le chemin de la victoire.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 2,10/39/82 (129-92). 2. Zoug 2,00/40/80 (134-94). 3. Rapperswil-Jona Lakers 1,91/43/82 (139-107). 4. Zurich Lions 1,88/42/79 (141-107). 5. Bienne 1,83/41/75 (128-104). 6. Davos 1,66/41/68 (117-101). 7. Lausanne 1,51/39/59 (108-115). 8. Genève-Servette 1,49/41/61 (110-112). 9. Lugano 1,46/41/60 (121-120). 10. Berne 1,29/41/53 (114-117). 11. Ambri-Piotta 1,17/42/49 (103-117). 12. Langnau Tigers 0,76/42/32 (112-163). 13. Ajoie 0,45/40/18 (76-183).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Del Ponte blessée, Kambundji testée positive

Publié

le

Ajla Del Ponte est légèrement blessée. (© KEYSTONE/ULF SCHILLER)

Ajla Del Ponte et Mujinga Kambundji reportent toutes deux leur première apparition de la saison indoor. La Tessinoise est légèrement blessée, alors que la Bernoise a été testée positive au Covid-19.

Victime d’une petite déchirure au fessier, Ajla Del Ponte explique sur Twitter être gênée depuis une dizaine de jours à l’entraînement. La championne d’Europe 2021 du 60 m en salle, qui devait entamer sa saison ce week-end à Macolin, espère pouvoir s’aligner le 3 février à Ostrava.

Positive en début de semaine, Mujinga Kambundji doit, quant à elle, retarder de deux jours seulement son début de saison. La médaillée de bronze du 200 m des Mondiaux 2019 en plein air, qui était supposée courir vendredi soir à Karlsruhe, sera finalement en lice dimanche à Macolin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Sandy Maendly élue meilleure joueuse de Super League féminine

Publié

le

Sandy Maendly a participé avec Servette Chênois à la Ligue des Championnes l'automne dernier, notamment la rencontre face à Chelsea qui a attiré plus de 12'000 personnes à la Praille (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi/archives).

Plaque tournante de Servette Chênois, la joueuse de milieu de Sandy Maendly a été élue footballeuse de l'année à l'occasion de la nuit du football suisse.

Joueuse de milieu de terrain à vocation plutôt offensive, Sandy Maendly (33 ans) a reçu jeudi soir la distinction de "AWSL Player" pour l'année dernière. Une année qui a vu les Servettiennes remporter leur premier titre de championnes de Suisse de leur Histoire, quatre ans seulement après la fusion entre le CS Chênois féminin (club de Ligue Nationale B à l'avenir quelque peu incertain) et la section féminine naissante du SFC. Une couronne nationale, assortie d'une qualification pour la toute première phase de groupes de la Ligue des Championnes. Un évènement historique à bien des égards. Forte de ses 81 sélections, l'internationale suisse, passée egalement par Grand-Lancy, Signal Bernex, les Young Boys, Torres (Italie), Vérone, Neunkirch et le Madrid CFF, a, de plus, fêté une qualification pour la phase finale de l'Euro qui se jouera l'été prochain (06.-31.07.22) en Angleterre, aux dépens de la République tchèque à l'issue d'une séance de tirs au but mémorable. Autant d'exploits sur la scène helvétique et continentale ont conduit - sans surprise - à cette distinction. Unique déception, bien vite oubliée, l'élimination en quarts de finale de la Coupe de Suisse à domicile face au FC Zurich (0-1).

 

 

Lien externe:

Pour découvrir la vidéo consacrée à Sandy Maendly (en compagnie de Philippe Senderos tout à la fin):

https://live.event.swissfootballnight.ch/alw15tt9c40/#slf_in

Continuer la lecture