Rejoignez-nous

Hippisme

Au CHI de Genève, Steve Guerdat veut "gagner le Top 10 et le Grand Slam" (VIDEO)

Publié

,

le

Steve Guerdat au CHI de Genève en décembre 2028 (Archives) (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

A 41 ans, Steve Guerdat affiche l'un des plus beaux palmarès du sport équestre mondial. Homme de valeurs, il n'en finit jamais d'apprendre.

"Qu'est-ce que cela signifie d'être un modèle pour les plus jeunes? Ça veut dire que je vieillis", s'amuse le cavalier jurassien en ouverture de la conférence de presse du CHI de Genève (6-10 décembre à Palexpo), organisée mercredi dans un hôtel genevois.

"Ce n'est pas quelque chose que je recherche. J'essaie juste d'être moi-même et de m'épanouir avec mes chevaux. Mais ça fait plaisir de savoir que certains me suivent sur cette route que je trouve saine", poursuit-il.

"Le plus beau compliment qu'on puisse me faire, c'est de me dire que je suis resté le même", alors qu'il a connu la gloire d'un sacre olympique individuel il y a 11 ans déjà à Londres avec le regretté Nino des Buissonnets. "Ça fait également plaisir d'être une source d'inspiration", souffle-t-il.

Si Steve Guerdat inspire les plus jeunes cavaliers de saut d'obstacles, il n'en garde pas moins l'âme d'un novice. "Je ne me sens pas toujours au niveau. J'ai parfois l'impression d'être un enfant", concède-t-il. "Par exemple, la semaine dernière, je ne voulais rater sous aucun prétexte les premiers pas du nouveau cheval de Marcus Ehning", explique-t-il.

Les qualités exceptionnelles de Dynamix

"J'ai aussi des modèles. J'ai encore beaucoup à apprendre", assure Steve Guerdat. Son apprentissage se poursuit notamment avec sa jument Dynamix de Belhême, sur laquelle il est devenu champion d'Europe individuel en septembre à Milan. "Elle possède des qualités athlétiques exceptionnelles", savoure-t-il.

"On l'a avec nous depuis cinq ans, on la connaît par cœur. Elle est très attachante, ce qui n'est pas toujours le cas des cracks. C'est une jument dont on tombe amoureux au premier regard. C'est un pur bonheur de travailler chaque jour avec une telle bête", précise-t-il.

Le médaillé de bronze des Jeux équestres mondiaux 2018 en individuel ne s'attendait pourtant pas à vivre de tels succès dès cette année avec cette jument. "Les championnats d'Europe devaient surtout constituer pour elle une étape avant les JO de Paris 2024. Elle a 10 ans, et est selon moi encore en pleine formation", souligne-t-il.

Un grand moment

Steve Guerdat juge d'ailleurs Dynamix largement perfectible. "Si le titre olympique se jouait ce week-end, je ne ferais sûrement pas partie des candidats à l'or, lâche-t-il. "On doit encore beaucoup travailler sa vitesse sur les parcours plus courts, comme c'est le cas du barrage en vigueur aux JO. Il faut alors être capable d'aller très vite."

Le double champion d'Europe par équipes œuvre chaque jour afin de rendre Dynamix encore plus performant dans ce domaine. "On travaille à la maison sur des obstacles de 30-40 cm de haut. Mais la réalité de la piste se retrouve seulement lors des concours", rappelle-t-il.

Et le prochain concours, c'est le CHI de Genève qui démarre mercredi prochain. "Je me réjouis de présenter Dynamix au public de Genève depuis que j'ai décroché mon titre européen. Entrer sur cette piste, c'est toujours un grand moment", sourit Steve Guerdat, qui montera Dynamix lors d'un Grand Prix dominical qu'il a déjà gagné à trois reprises à Palexpo.

Le Jurassien visera forcément la victoire dans ce Grand Prix, tout comme le vendredi soir lors de la prestigieuse finale du Top 10. "Je monterai Venard, le chouchou de notre écurie, pour cette finale du Top 10. C'est avec lui que j'estime que mes chances sont les plus grandes dans cette épreuve" qu'il a déjà remportée deux fois (2010 et 2018).

Le partage

Si Steve Guerdat parle forcément plus de ses deux meilleures montures, il n'en oublie jamais les autres. "Tous les chevaux finissent par vous apporter quelque chose. Ils émergent au fur et à mesure", explique celui qui fonctionne surtout au feeling avec ses chevaux.

"J'aime faire les choses naturellement. Je marche aux sentiments avec mes chevaux, je suis à leur écoute", souligne-t-il. "L'important est de comprendre quand ton cheval a besoin d'en faire plus ou d'en faire moins pour être en forme le jour J. Je n'aime pas que notre métier soit trop professionnalisé. Je veux surtout partager des moments privilégiés avec les chevaux."

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hippisme

CHI de Genève: Steve Guerdat 4e du Grand Prix

Publié

le

Steve Guerdat et Dynamix: au 4e rang du GP à Genève (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Steve Guerdat a manqué de peu la victoire dans le Grand Prix du CHI de Genève. Chevauchant Dynamix, le Jurassien a fini au 4e rang d'une manifestation dotée de 1,1 million de francs.

La victoire est revenue à l'Allemand Richard Vogel sur United Touch. Celui-ci n'a pas été perturbé par le fait de devoir s'élancer en premier dans le barrage, qui réunissait huit cavaliers.

Guerdat (41 ans) a pris tous les risques avec Dynamix, une jument encore jeune et très rapide. Le duo a malheureusement fait tomber une barre peu avant la fin et a été éjecté du podium par deux autres paires qui ont privilégié la sécurité.

Le champion olympique de Londres 2012 peut cependant considérer son passage à Genève comme très positif. Vendredi soir, il avait gagné la finale du top 10 sur Venard, une épreuve dotée de 500'000 francs.

Martin Fuchs, avec Leone Jei, n'a pas réussi à se qualifier pour le barrage. Le Zurichois, qui avait remporté le dernier concours Grand Chelem à Spruce Meadows au Canada, a commis une erreur sur l'avant-dernier obstacle dans son premier parcours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hippisme

Guerdat remporte la Finale du Top 10

Publié

le

Guerdat a remporté pour la 3e fois la Finale du Top 10 (© KEYSTONE/AP/CAROLYN KASTER)

Steve Guerdat est devenu le premier triple vainqueur de l'histoire de la prestigieuse Finale du Top 10, épreuve-phare de la journée de vendredi au CHI de Genève.

Le champion d'Europe 2023 a triomphé en selle de Venard de Cerisy, après avoir déjà gagné en 2010 avec Jalisca et en 2018 sur Alamo.

Le Jurassien, plus "lent" parmi les trois cavaliers auteurs d'un sans faute en première manche derrière Shane Sweetnam (James Kann Cruz) et le tenant du titre Henrik von Eckermann (King Edward), a mis la pression sur l'Irlandais et le Suédois en signant un deuxième parcours exempt de toute erreur. Avec un chrono de 48''13.

Le no 1 mondial Henrik von Eckermann n'a pas tenu le choc, commettant une faute fatale et terminant au 2e rang. Le no 10 de la hiérarchie Shane Sweetnam a lui aussi craqué, en fin de parcours, commettant même deux fautes qui l'ont rejeté à la 6e place du classement final.

"C'est un sentiment extraordinaire", a lâché Steve Guerdat à l'issue de cette épreuve. "Chaque victoire ici est exceptionnelle, je l'ai répété dix fois, cent fois, mille fois. C'est juste un rêve qui se réalise. Je suis un gamin qui continue de rêver", a poursuivi le champion olympique 2012.

Fuchs 5e

Cette prestigieuse épreuve se refuse en revanche toujours à Martin Fuchs (5e), qui la disputait pour la cinquième fois. En selle de Conner Jei, le Zurichois a perdu toute chance de s'imposer dès la première manche en commettant deux fautes. Il s'est parfaitement repris avec un deuxième parcours immaculé, en vain.

Martin Fuchs sera dimanche avec Leone Jei l'un des grands favoris du Grand Prix, qu'il a déjà gagné à deux reprises à Palexpo. Il reste en outre sur un succès en Grand Chelem, à Spruce Meadows en septembre. Vainqueur quant à lui à trois reprises du GP genevois, Steve Guerdat montera Dynamix de Belhême dimanche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Au CHI les enfants se mettent en selle le temps d'une journée

Publié

le

Photo © CHI Genève - Joseph Carlucci.

Le jeudi au Concours Hippique International de Genève est placé sous le signe de la Journées des écoles. L'occasion de faire briller les yeux des petits écoliers devant le parcours de saut d'obstacles, notamment. 

400 élèves genevois du cycle primaire étaient présents à Palexpo pour l'occasion.  Les enfants ont pu faire différents ateliers: brossage des poneys, démonstration du processus artisanal de fabrication d’une selle mais aussi rencontre avec le vétérinaire.

Point d’orgue de la journée: les épreuves de saut d’obstacles sur la piste principale.

Reportage

Le CHI se poursuit jusqu'à dimanche.

Continuer la lecture

Hippisme

Steve Guerdat prêt à faire vibrer Palexpo lors du 62e CHI de Genève

Publié

le

(KEYSTONE/Magali Girardin)

Le public de Palexpo n'aura une nouvelle fois d'yeux que pour son "chouchou" Steve Guerdat de mercredi à dimanche à l'occasion du CHI de Genève. Sacré champion d'Europe début septembre à Milan, le no 5 mondial a hâte d'en découdre.

"C'est à Genève que mes rêves ont pris un sens", a rappelé Steve Guerdat la semaine dernière à l'occasion d'une conférence de presse de présentation du CHI. "J'y suis venu jeune avec mon père. Ce sport m'a toujours paru accessible ici, ce qui n'est pas le cas dans tous les concours", a-t-il souligné.

"Et c'est ma victoire avec Jalisca" lors du Grand Prix de l'édition 2006 "qui a lancé véritablement ma carrière", a poursuivi le champion olympique 2012, qui se réjouit de présenter à son public sa jument sacrée championne d'Europe Dynamix de Belhême. Ce sera justement à l'occasion du Grand Prix dominical prévu à 14h30.

Steve GuerdatN°5 mondial en saut

Et ce titre de champion d'Europe, signe d'un retour en pleine forme après deux éditions en deça des espérances pour le Jurassien, ne met pas plus de pression sur les épaules du Jurassien.

Steve GuerdatN°5 mondial en saut

Fuchs pour égaler Guerdat?

Steve Guerdat a déjà remporté à trois reprises ce prestigieux Grand Prix, l'une des quatre étapes du Grand Chelem avec Aix-la-Chapelle, Bois-le-Duc et Spruce Meadows. Mais son dernier succès dans cette épreuve date de 2015, en selle de Nino des Buissonnets avec qui il avait conquis l'or olympique.

Le Jurassien fera forcément partie des favoris dimanche, même s'il estime que Dynamix n'est pas encore suffisamment à l'aise sur des parcours plus courts comme les barrages. Présentation de cette jument qui lui a permis de décrocher l'or début septembre à Milan.

Steve GuerdatN°5 mondial en saut

Ce sera également le cas du no 4 mondial Martin Fuchs, décevant lors des championnats d'Europe avec une non qualification pour la finale.

Le Zurichois reste sur un succès en Grand Chelem, obtenu au Canada sur Leone Jei une semaine après les joutes continentales. Et il a remporté deux des trois derniers Grands Prix à Genève, en 2019 avec Clooney et en 2021 avec Leone Jei, et reste sur une 2e place en 2022 derrière le grand absent de cette édition 2023, McLain Ward. A part le tenant du titre, toutes les stars ont répondu présent pour cet événement de fin d'année.

Alban PoudretDirecteur sportif du CHI de Genève

Mercredi gratuit

Dès mercredi, les épreuves nationales feront vivre Palexpo avant les premières épreuves internationales prévues dès jeudi. Une compétition qui prend petit à petit de l'ampleur dans le calendrier du canton de Genève. Le souhait des organisateurs, s'ouvrir au plus grand nombre.

Sophie Mottu-MorelDirectrice générale du CHI de Genève

Continuer la lecture

Hippisme

Guerdat: "J'ai encore beaucoup à apprendre"

Publié

le

Steve Guerdat, ici aux côtés d'Alban Poudret, directeur sportif du Concours hippique international de Genève. (© KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN)

A 41 ans, Steve Guerdat affiche l'un des plus beaux palmarès du sport équestre mondial. Homme de valeurs, il n'en finit jamais d'apprendre.

"Qu'est-ce que cela signifie d'être un modèle pour les plus jeunes? Ça veut dire que je vieillis", s'amuse le cavalier jurassien en ouverture de la conférence de presse du CHI de Genève (6-10 décembre à Palexpo), organisée mercredi dans un hôtel genevois.

"Ce n'est pas quelque chose que je recherche. J'essaie juste d'être moi-même et de m'épanouir avec mes chevaux. Mais ça fait plaisir de savoir que certains me suivent sur cette route que je trouve saine", poursuit-il.

"Le plus beau compliment qu'on puisse me faire, c'est de me dire que je suis resté le même", alors qu'il a connu la gloire d'un sacre olympique individuel il y a 11 ans déjà à Londres avec le regretté Nino des Buissonnets. "Ça fait également plaisir d'être une source d'inspiration", souffle-t-il.

Si Steve Guerdat inspire les plus jeunes cavaliers de saut d'obstacles, il n'en garde pas moins l'âme d'un novice. "Je ne me sens pas toujours au niveau. J'ai parfois l'impression d'être un enfant", concède-t-il. "Par exemple, la semaine dernière, je ne voulais rater sous aucun prétexte les premiers pas du nouveau cheval de Marcus Ehning", explique-t-il.

Les qualités exceptionnelles de Dynamix

"J'ai aussi des modèles. J'ai encore beaucoup à apprendre", assure Steve Guerdat. Son apprentissage se poursuit notamment avec sa jument Dynamix de Belhême, sur laquelle il est devenu champion d'Europe individuel en septembre à Milan. "Elle possède des qualités athlétiques exceptionnelles", savoure-t-il.

"On l'a avec nous depuis cinq ans, on la connaît par c½ur. Elle est très attachante, ce qui n'est pas toujours le cas des cracks. C'est une jument dont on tombe amoureux au premier regard. C'est un pur bonheur de travailler chaque jour avec une telle bête", précise-t-il.

Le médaillé de bronze des Jeux équestres mondiaux 2018 en individuel ne s'attendait pourtant pas à vivre de tels succès dès cette année avec cette jument. "Les championnats d'Europe devaient surtout constituer pour elle une étape avant les JO de Paris 2024. Elle a 10 ans, et est selon moi encore en pleine formation", souligne-t-il.

Un grand moment

Steve Guerdat juge d'ailleurs Dynamix largement perfectible. "Si le titre olympique se jouait ce week-end, je ne ferais sûrement pas partie des candidats à l'or, lâche-t-il. "On doit encore beaucoup travailler sa vitesse sur les parcours plus courts, comme c'est le cas du barrage en vigueur aux JO. Il faut alors être capable d'aller très vite."

Le double champion d'Europe par équipes ½uvre chaque jour afin de rendre Dynamix encore plus performant dans ce domaine. "On travaille à la maison sur des obstacles de 30-40 cm de haut. Mais la réalité de la piste se retrouve seulement lors des concours", rappelle-t-il.

Et le prochain concours, c'est le CHI de Genève qui démarre mercredi prochain. "Je me réjouis de présenter Dynamix au public de Genève depuis que j'ai décroché mon titre européen. Entrer sur cette piste, c'est toujours un grand moment", sourit Steve Guerdat, qui montera Dynamix lors d'un Grand Prix dominical qu'il a déjà gagné à trois reprises à Palexpo.

Le Jurassien visera forcément la victoire dans ce Grand Prix, tout comme le vendredi soir lors de la prestigieuse finale du Top 10. "Je monterai Venard, le chouchou de notre écurie, pour cette finale du Top 10. C'est avec lui que j'estime que mes chances sont les plus grandes dans cette épreuve" qu'il a déjà remportée deux fois (2010 et 2018).

Le partage

Si Steve Guerdat parle forcément plus de ses deux meilleures montures, il n'en oublie jamais les autres. "Tous les chevaux finissent par vous apporter quelque chose. Ils émergent au fur et à mesure", explique celui qui fonctionne surtout au feeling avec ses chevaux.

"J'aime faire les choses naturellement. Je marche aux sentiments avec mes chevaux, je suis à leur écoute", souligne-t-il. "L'important est de comprendre quand ton cheval a besoin d'en faire plus ou d'en faire moins pour être en forme le jour J. Je n'aime pas que notre métier soit trop professionnalisé. Je veux surtout partager des moments privilégiés avec les chevaux."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture